20 juin 2011

[Review] "Alice: Retour au Pays de la Folie", le test PS3

« Alice: Retour au Pays de la Folie » (ou « Alice Madness Returns » en VO) présente une version quelque peu lointaine – et le mot est faible – des habituels repères que l’on peut avoir du conte de Lewis Carroll « Alice au Pays des Merveilles ». La mémoire collective se raccroche bien souvent au Classique de Walt Disney, mais soyons franc, le titre de EA n’a rien à voir, et de très loin, avec ce film d’animation, et ne s’inspire aucunement non plus de la version plus récemment imaginée par Tim Burton. « Alice Madness Returns » est une version à part, sombre et lugubre, sanglante et même décharnue, oscillant entre deux mondes, n’étant ni l’un ni l’autre très attrayant, on peut le dire.

Tout débute pour vous dans un orphelinat au cours d’une séance avec un thérapeute. Après avoir visité les lieux, vous serez invité à sortir et à explorer les alentours. Très vite, votre chemin va croiser celui d’un chat blanc, animal emblématique des aventures d’Alice, inutile de vous la rappeler, qui vous mènera vers votre premier voyage en direction du Pays des Merveilles. Rapidement, après un nécessaire didacticiel, vous allez vous apercevoir que le pays de vos souvenirs n’a plus rien à voir avec celui où vous venez de mettre les pieds. Le chat sera ici votre repère, il vous conseillera, vous livrera ponctuellement quelques indices, mais c’est bien à la pointe de votre couteau que vous aurez à défendre votre vie.



Vous devrez parcourir 6 Chapitres au total, liés les uns aux autres par des retours à la réalité. A chaque fois, vous évoluerez dans des environnements différents, affronterez des créatures de plus en plus féroces et devrez utiliser votre équipement à bon escient. Pour survivre, vous disposerez par exemple d’un couteau (corps à corps) et d’un poivrier (viser à distance). Vous collecterez tout au long de votre aventure des dents. Ces dernières vous serviront à améliorer votre équipement et à le rendre plus performant face à vos ennemis. Ces derniers sont d’ailleurs - pour certains - assez résistants, il vous faudra donc gérer les combats de façon méticuleuse, sous peine de passer de vie à trépas (et dans un sens on pourrait se demander si la mort ne serait pas un plus doux châtiment que la vie pour cette pauvre Alice…). Précisons que si votre vie atteint un seuil critique, il vous sera dès lors possible de déclencher une sorte de furie (R3), rendant momentanément Alice invincible et lui permettant d’asséner d’avantage de dégâts à ses adversaires. Votre robe vous servira quant à elle à planer lors de vos sauts, et grâce à une boisson magique, vous pourrez rétrécir à volonté afin d’accéder à des lieux cachés ou encore de voir votre environnement sous un regard différent.

Vous croiserez bien sur certains des célèbres personnages liés à celui d’Alice, mais pour ne rien gâcher de votre expérience de jeu, je ne vous en dirai pas un mot. Faites marcher votre imagination - après tout, sans ça rien de tout ceci n’existerait -, je suis sur que vous serez dans le bon. Si le jeu se veut détaché des repères habituels que peut avoir le public vis-à-vis d’Alice et de ses rêves étranges, le scénario s’en inspire néanmoins et joue avec nos acquis tout au long de l’aventure. Les morceaux de souvenirs que collecte Alice ci et là sont d’ailleurs autant de pièces d’un puzzle sensé nous apporter les réponses que l’on attend. Rien n’est moins évident.


 Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

Graphiquement on ne se trouve pas ici face au plus beau jeu que l’on ai vu, l’ensemble donnant quelque peu l’impression de daté légèrement, mais c’est dans l’aspect visuel, la construction brillante de cet univers étrange, que l’on se rend compte du véritable travail qui a été fait par les développeurs. La bande sonore participe pour sa part à nous offrir une immersion impeccable, et que ce soit le doublage FR - excellent - ou encore les mélodies qui accompagnent notre voyage au cœur de la folie, on s’en délecte tout au long du parcours. La prise en main se fera quant à elle sans encombre, une fois le didacticiel assimilé. Cela dit, la caméra ne vous facilitera pas toujours la vie lors des phases d’actions ou pour certains sauts délicats par exemple. Mais globalement, les choses restent plutôt intuitives et ces quelques imperfections deviennent vites futilités comparés à l'expérience de jeu elle-même. Terminons en précisant que le disque propose de télécharger le titre « American Mc Gee's Alice » dans une version remastérisée, via un code présent dans le boitier ou en l’achetant sur le PSN.

Livrant un univers fabuleusement glauque, 6 chapitres lugubres à souhait et un bestiaire de barges, « Alice Retour au Pays de la Folie » est un jeu sans égal qui s’impose comme un incontournable en termes d’originalité et d’ambiance. Vous profiterez au passage d’un style graphique sans égal et d’une immersion sonore remarquable. Comptez tout de même une bonne quinzaine d’heure pour en faire le tour, sans tenir compte du titre offert en bonus : « American Mc Gee's Alice ».

2 commentaires:

Ce jeu est une tuerie! C'est vraiment le cas de le dire :D

Un voyage au cœur de la folie qui ne laissera pas votre santé mentale indemne... Vous voilà prévenu!! Bon sur ce j'y retourne!! Kill Kill Kill!! lol

Publier un commentaire