[Review] "The Hobbit: La Désolation de Smaug", le test Blu-ray

Alors qu'ils ont failli être capturés par les redoutables Elfes Sylvestres, les Nains arrivent à Esgaroth, puis au Mont Solitaire, où ils doivent affronter le danger le plus terrible...

[Review] "La Reine des Neiges", le test Blu-ray 2D/3D

Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu'optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté, et de son fidèle renne, Sven...

[Review] "Chicago Fire - saison 1", le test Blu-ray

Dans leur combat au service de Chicago, ces héros du quotidien risquent ensemble leur vie pour sauver celle des autres...

[Review] "Cartel" (The Counselor), le test Blu-ray

Un avocat respecté, excité par l'argent facile et le danger, plonge dans le trafic de drogues et accepte de convoyer un chargement de cocaïne...

[Review] "The Elder Scrolls Online", le test PC/Mac

Trois alliances se sont nouées à travers le continent, et chacune d'elles lutte pour en prendre les rênes. Alors qu'elles se disputent le contrôle de la Cité impériale...

23 avr. 2014

[Divers] La GameBoy fête ses 25 ans: 10 jeux inoubliables

25 ans déjà... comme le temps passe vite. J'ai l'impression que c'était encore hier que j'avais acheté (en douce, sans le dire à mes parents) ma première console, vendue au prix (équivalent car l'euro n'avait pas encore cours à cette époque) de 100€ environs. Vendue avec Tetris, un cable Link et 4 piles. Que de souvenirs depuis lors...

Même si les choses étaient loin d'être parfaites, avec une autonomie assez réduite (et donc un budget piles plutôt conséquent), un écran non rétro-éclairé (des accessoires sont venus par la suite corriger ce point faible), l'absence de couleurs, etc... La première version de la GameBoy reste malgré tout culte pour bon nombre de joueurs, encore aujourd'hui.

Le 25ème anniversaire de la console m'a donné envie de me replonger dans la colossale ludothèque de cette portable de légende, et d'en sortir 10 jeux qui furent inoubliables pour moi. N'hésitez pas à commenter si vous le souhaitez, ainsi qu'à nous livrer votre top 10 bien sur. Cette sélection n'est pas un classement, juste 10 titres marquants de l'ère GameBoy (à mes yeux) parmi des centaines d'autres.












18 avr. 2014

[Review] "Trials Fusion", le test PS4

TRIALS FUSION | Ubisoft
Disponible dès le 16.04 sur PS4, One, 360 et PC -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Découvrez une panoplie illimitée de défis dans les courses d'obstacles du monde délirant de Trials Fusion. Usez de vos talents pour accomplir les pistes et terminer les courses : il va falloir se battre pour défendre ses records contre les meilleurs joueurs de Trials à travers le monde. Seul en mode carrière, avec vos amis dans le mode multijoueur frénétique, ou dans un tournoi mondial, la compétition est toujours au cœur du jeu. Et concourir sur les pistes officielles n’est qu’un début, un monde de pistes personnalisées – créées régulièrement par les joueurs de la communauté – attend ceux qui sont en quête de nouveau contenu complétement fou à conquérir...




Dans un paysage Next Gen plutôt pauvre actuellement, il est bon de voir arriver des titres tel que Trials Fusion. Que vous soyez amateur de modes "Carrière" solo ou de multijoueur en ligne, ce titre signé Ubisoft devrait faire votre bonheur. Trials Fusion c'est avant tout un gameplay exigeant. Il ne s'agit pas ici de simplement garder enfoncer la touche R2 pour foncer jusqu'à la ligne d'arrivée. En aucune manière. Tout est une question d'équilibre et de technique dans Trials Fusion. Maitriser son élan, doser et anticiper la réception, enchainer les acrobaties mais sans perdre le contrôle. Tout ceci parait simple, mais ce ne l'est pas vraiment. Je vous mets d'ailleurs au défis de parcourir plus de 200m sans vous casser la figure lors de vos premières parties. L'apprentissage se fait heureusement graduellement, et le titre intègre intelligemment des séquences tutorielles afin de nous enseigner les techniques appropriées afin de franchir au mieux certains passages. Diablement addictif mais aussi redoutablement exigeant, Trials Fusion propose une difficulté allant crescendo, vous emmenant dans des environnements dynamiques riches et variés, aux décors bien souvent futuristes. Suivant vos performances, vos temps et les médailles que vous débloquerez en solo, vous accèderez à de nouvelles pistes, mais aussi de nouvelles tenues et accessoires, ainsi qu'à de nouveaux véhicules. Parmi ces derniers, Trials Fusion vous livre bien sur une jolie collection de motos, mais pas seulement, puisque les quads font ici leur apparition. Autres bolides, autre sensations. Sachez également que divers défis vous seront proposés, loin d'être évidents à relever! A coté d'un mode solo déjà bien consistant, vous trouverez un mode multijoueur vous permettant de vous mesurer aux joueurs du monde entier, dans des courses bien évidement épiques, sur des tracés qui ne vous feront aucun cadeau, sachez-le. Un mode "création" est également inclus. Ce dernier vous permettra de créer vos propres tracés et ensuite de les partager avec le reste de la communautés pour y affronter d'autres joueurs. Enfin, un classement mondial vous permettra de connaitre votre valeur face aux autres joueurs.



Très honnêtement, globalement il n'y a que peu de chose à pouvoir reprocher à Trials Fusion. On pestera parfois sur la difficulté qui reste relativement élevée, due essentiellement à l’exigence du gameplay, mais aussi à certain checkpoint pas toujours placés aux endroits les plus judicieux. On se demandera aussi si les acrobaties apportent vraiment quelque chose au gameplay. Les musiques du titres sont quant à elles vites soulantes et on pourra également regretter que les voix ne soient pas doublées en français. Lors des phases tutorielles cela aurait pu être intéressant, car les informations ne sont pas non plus sous titrées malheureusement. Heureusement que des illustrations viennent compenser cette lacune. Pour la durée de vie future du titre, plusieurs DLC sont dors et déjà prévus, et un season pass est quant à lui dès à présent disponible. La version boite l'inclus d'ailleurs directement, pour 39.99€ (contre 19.99€ sur le PSN, mais sans season pass - vendu séparément). Une petite déception enfin pour vous informer qu'il n'y a pas de trophée Platine à décrocher ici. Une politique imposée par Sony semble-t-il sur ce genre de titre vendu à petit prix. Et je terminerais ce chapitre par un gros coup de gueule envers les serveurs Ubisoft, totalement inaccessibles (saturés?) lors de nos phases de test. Je présume que la situation devrait se normaliser dans les prochains jours (espérons-le!).
___________________________________________________________________________________
 
Un point sur les différentes versions. Si les versions PC et Playstation4 proposent l'une et l'autre une résolution Full HD 1080p en 60fps, la version Xbox One est de son coté limitée à du 900p (60fps). La console Next Gen de Microsoft semble manifestement encore et toujours poser des soucis d'optimisation aux développeurs... La version 360, également disponible, affiche quant à elle un résultat encore moindre, avec du 600p. (source Begeek.fr)
___________________________________________________________________________________ 
 

17 avr. 2014

[NEWS] Infamous Second Son dévoile son "mode photo"

Alors que Sony nous annonce ce matin que la barre des 7 millions de consoles Playstation4 vendues dans le monde a été franchie début avril - faisant de la PS4 la console la plus rapide à atteindre ce chiffre dans l'histoire du jeux vidéo -, les possesseurs du jeu Infamous Second Son (exclusivement disponible sur PS4) seront eux ravis d'apprendre qu'une mise à jour majeure devrait être livrée aujourd'hui.

Cette mise à jour proposera quelques options de réglage une fois le jeu bouclé (choix du moment de la journée, limitation à 30fps...), mais aussi et surtout un mode photo professionnel, nous permettant de prendre des clichés comme le font les éditeurs eux-mêmes. Pour cela il suffit de cliquer sur L3 (à n'importe quel moment) et de profiter des possibilités offertes (affichage en bas de l'écran à droite). Il n'y a plus en suite qu'à utiliser le bouton "share" pour craner auprès de vos amis sur les réseaux sociaux.

Pour tous les détails, je vous invite à visionner cette vidéo explicative très bien faite, livrée par Sucker Punch pour annoncer l'update du jour. Pour info, sachez enfin que Infamous Second Son à franchi le cap du million de jeux vendus en à peine 10 jours. On applaudit!


16 avr. 2014

[Review] "Final Fantasy XIV: A Realm Reborn", le test PS4

FINAL FANTASY XIV: A REALM REBORN | Square Enix
Disponible dès le 14.04.2014 sur PS4 (déjà disponible sur PS3 et PC) -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Éorzéa. Une terre embrassée par les Dieux, forgée par les héros. Convoitant le contrôle absolu du royaume et ses abondantes ressources de Cristal, l'Empire Garlean envoie massivement son armée en campagne afin de conquérir son voisin du sud. Habité par la folie, le commandant des forces d'invasion, conspire pour décrocher la Lune et la faire s'effondrer sur les terres. Rapidement les peuples du royaume s'enquièrent de ce terrible plan et s'unissent contre lui. Les mains jointes, ils prièrent durant onze heures afin d'invoquer l'aide des Dieux. Tous ces efforts seront vains. Du cœur de la Lune émerge Bahamut, l'ancienne terreur surgissant remplie de rage après des générations d'emprisonnement. Sentant la fin venir, un puissant Magus envoya avec ses toutes dernières forces les héros d'Éorzéa dans une faille temporelle. Ils vont ainsi attendre, protégés des flammes destructrices, le jour où l'on aura besoin d'eux. Le réveil est enfin arrivé. Venez et soyez témoin de la Renaissance d’un Royaume...


Six mois après une sortie sur Playstation 3 et PC, Final Fantasy XIV: a Realm Reborn - uniquement jouable en ligne, je vous le rappelle - voit à présent aussi le jour sur Playstation 4. N'ayant pas joué ce titre sur PS3 (et ce malgré le fait que j'avais reçu en son temps un exemplaire PS3 review) car j'avais préféré le faire sur PC, mes points de comparaison se porteront donc davantage vis à vis de la version PC que de l'opus PS3. Poussé par un succès considérable (à tel point que les serveurs de SquareEnix n'avaient pas tenu le coup au lancement face à l'afflux de joueurs et des achats du titre en ligne), avec près de 2 millions de joueurs actifs dans le monde, il est donc logique de voir débarquer aujourd’hui une version Next Gen Full HD sur PS4, optimisée et capable d'offrir une expérience totalement aboutie. Il est à présent possible d'afficher des centaines de joueurs simultanément à l'écran, et ce sans constater de ralentissement. Les graphismes font eux aussi un joli bon en avant, avec un rendu vraiment splendide (bien que proposant des environnements parfois fort vides), et tout à fait digne de la nouvelle console de Sony (en comparaison, le rendu PS3 parait tout simplement laid!). Les fonctionnalités de la console Next Gen ont bien entendu ici été intégrées. Vous pourrez par exemple partager vos parties en vidéo ou en images via le bouton "share", vous pourrez jouer à FF14ARR sur votre PS Vita, ou encore utiliser le pavé tactile de la manette DualShock4 pour naviguer plus rapidement dans les menus. Il est à noter également que vous pouvez choisir ici d'y jouer au clavier et à la souris si vous êtes totalement allergique aux MMO à la manette. A l'arrivée, ce sont peu de choses nouvelles que l'on constate, mais un ensemble malgré tout loin d'être inutile, et qui fait de cet opus PS4 une version optimale. Sachez enfin que si vous possédez déjà un compte FF14ARR vous pourrez poursuivre votre progression sur cette version PS4, et que si vous disposez déjà d'une version PS3, SquareEnix vous offre la version PS4 gratuitement (en téléchargement). De quoi définitivement oublier la génération précédente et plonger dans la nouvelle. Enfin, comme sur PS3 et PC, les nouveaux acquéreurs du titre sur PS4 recevront eux aussi 30 jours d'essai gratuit (non valable si vous en aviez profitez sur PS3 ou PC), avant de basculer sur un abonnement payant (s'ils souhaitent poursuivre).



Au rayon des points négatifs, la liste restera sensiblement la même que celle déjà établie pour la sortie du jeu il y a 6 mois. Rien de plus, et même peut-être un peu moins, cette version PS4 apportant clairement des avantages que ne possédait pas son semblable sur PS3 (voir le paragraphe ci-dessus). Les reproches restants concernent surtout les nouveaux venus, qui devront prendre leur mal en patience lors de la longue phase du début, le jeu prenant son temps avant de (enfin) révéler sa véritable nature et ses atouts (avant le niveau 15, l'expérience est plutôt bridée). L'un des soucis majeurs liés à la version console, et ce malgré des efforts ici, c'est la gestion de la carte, souvent calamiteuse au pad, ainsi que certaines manipulations et changements dans les menus, pas toujours aisés. Le système de ciblage reste perfectible, avec un "lock" automatique sur les ennemis lointains au lieu de ceux les plus proches. Parfois gênant en combats (on perd du temps à jouer avec la croix directionnelle pour cibler le bon adversaire). On reprochera également à FF14ARR des quêtes pas toujours très inspirées ni très originales, ainsi que la présence de lags par moments (parfois handicapant contre certains boss). Enfin, et non des moindres, il ne faut pas perdre de vue que jouer à Final Fantasy XIV: a Realm Reborn nécessite un abonnement payant. Même si 30 jours sont offerts aux nouveaux arrivants, par la suite il vous en coutera 24.99€ pour une carte de 60 jours (certaines offres ci et là peuvent cela dit être plus avantageuses, pensez-y).
 

15 avr. 2014

[Review] "Lego The Hobbit", le test PS4

LEGO THE HOBBIT | Warner Bros. Games
Disponible dès le 11.04 sur PS4, PS3, Vita, WiiU, 3DS, 360, One et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Les créateurs du jeu LEGO Le Seigneur des anneaux nous offrent aujourd'hui LEGO The Hobbit, le jeu vidéo inspiré des deux premiers films de la trilogie "The Hobbit" de Peter Jackson. Les joueurs pourront ainsi revivre leurs scènes préférées de ces deux films, et suivre le Hobbit Bilbon Sacquet, recruté par le magicien Gandalf, dans sa quête pour aider Thorin Écu-de-Chêne et sa compagnie de Nains. En effet, le pauvre Bilbon se voit contraint de quitter sa douce Comté pour se lancer dans un périple à travers la Terre du Milieu. Sa mission ? Aider les Nains à reconquérir leur royaume perdu d'Erebor, sous la Montagne Solitaire. Au cours de cette aventure, il croisera la route de féroces Trolls, de dangereux Orques et, bien entendu, de Gollum et de son précieux anneau...


Chez Lego, les jeux vidéo se suivent et se ressemblent. Et c'est tant mieux! Après nous avoir servi l'an dernier un excellent épisode "Le Seigneur des Anneaux" (on mettra de coté le jeu "Lego The Movie" sorti plus tot cette année, quelque peu à part), c'est à présent à la nouvelle trilogie de Peter Jackson de recevoir les honneurs d'une adaptation en jeux vidéo: The Hobbit. Le concept reste globalement le même, avec un monde "ouvert" dans lequel farfouiller et s'éclater entre deux missions de la quête principale, une durée de vie solide, sans oublier un casting plus qu’exhaustif, qui ravira à coup sur les fans de figurines Lego (dont je fais bien évidement partie). Coté gameplay, rien ne change ici ou presque. Des coups chargés font leur apparition, ainsi que des attaques en duo. Cela permettra de mieux appréhender certains combats douloureux, et surtout de rompre quelque peu la monotonie d'un concept ayant certes fait ses preuves, mais commençant tout même à dater (les habitudes c'est bien, mais au bout d'un moment ça lasse...). Les bourrins parmi vous pourront toujours s'en donner à cœur joie, le jeu laissant une fois encore la part belle à la démolition. Une activité vivement conseillée même. Coté ambiance, la formule ne change là non plus pas d'un pouce, même si j'ai trouvé l'humour un peu moins présent ici que dans les épisodes passés. On assiste une fois encore à un très joli spectacle, la Playstation4 assurant techniquement pour nous offrir un rendu remarquable, où cinématiques et séquences de jeu se confondent totalement en 1080p. Les fans des films seront quant à eux ravis d'apprendre qu'une fois encore les personnages du jeu bénéficient d'un doublage intégrale et avec les vraies voix françaises. Immersion totale garantie! Concernant la durée de vie, comme à chaque fois, il vous faudra terminer chaque niveau à deux reprises pour tout débloquer, sans compter sur les innombrables quêtes annexes parsemant le jeu, servant à collecter tous les kits, briques et personnages. Les chasseurs de trophées seront servis.



Comme à chaque fois qu'un jeu Lego sort, la liste des reproches à formuler se trouve être la même, ou presque. Je vous éviterai donc ici de vous relister tous les petits éléments perfectibles, bien que certains semblent avoir bénéficié pour le coup d'un soin plus minutieux, comme l'impression de perspective (on loupe en effet plus rarement ses sauts qu’auparavant), ou la variété d'action lors des combats, par exemple (voir le paragraphe précédent). La lisibilité semble elle aussi avoir bénéficié d'une plus grande attention, mais il reste encore du boulot, la caméra n'étant pas toujours au top malheureusement. Enfin, et c'est peut-être le plus étonnant, le jeu n'est pas ici présenté dans sa version "intégrale", puisque seuls les deux premiers volets de la trilogie The Hobbit se trouvent ici intégrés. Il faudra attendre la fin de l'année pour voir débarquer (sous forme de DLC) les derniers chapitres, ceux dédiés au troisième et dernier film. Si on comprend qu'il faut concerver un certain mystère sur la fin de l'histoire au cinéma, on peut cependant s'intéroger sur le fait que ledit DLC sera ou non payant. Nul doute que quelques euros seront nécessaires pour y avoir accès, faisant donc de ce Lego The Hobbit le titre le plus cher de la marque jusqu'à ce jour.