[Review] Spider-man Homecoming, le test Blu-ray

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America: Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man...

[Review] Westworld (HBO) saison 1, le test Blu-ray

Créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy, une odyssée sombre qui pose la question des rapports entre humains et intelligences artificielles...

[NEWS] La Xbox One X est sortie mais...

Cet article me donne l'occasion de revenir sur certains éléments rapportés dans la presse depuis quelques heures. Les derniers commentaires de Phil Spencer...

[Review] Call of Duty WWII, le test PS4 Pro

Découvrez l’histoire d’une fraternité indéfectible entre des hommes ordinaires partis combattre pour préserver la paix dans un monde en proie à la tyrannie...

[Review] Transformers The Last Knight, le test Bluray/4K

Sauver notre monde sera la mission d'une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d'Oxford...

22 nov. 2017

[Review] Lego Marvel Super Heros 2, le test PS4 Pro

Rejoigniez vos super-héros et super-vilains Marvel préférés issus de différentes époques et réalités, pour affronter Kang le Conquérant, grand voyageur à travers le temps, dans la toute nouvelle aventure originale Lego Marvel Super Heroes 2...

Cela faisait un peu plus de quatre ans (2013), déjà, que nous avions découvert Lego Marvel Super Héros premier du nom sur nos consoles (voir notre test de la version PS4). A l'époque, pour rappel, le titre était sorti sur PS3/360, ainsi que sur PS4/XB1, PS Vita et 3DS, et même sur Wii U. Soit sur l’ensemble des consoles disponibles sur le marché à ce moment là. Cette fois, Warner Bros Games et TT Games se limitent à la Playstation 4, la Xbox One et la Nintendo Switch.

Après nous avoir servi Lego Marvel Avengers en 2016 (voir notre test PS4), ou encore des titres tels que Lego Batman 3 (2014 - voir notre test PS4) ou plus récemment Lego Dimensions et ses packs DC Comics (voir notre test PS4), le moins que l'on puisse dire c'est que le monde virtuel des Super Héros en petites briques danoises n'a pas vraiment pris des vacances ces dernières années. Alors que peu bien nous apporter de neuf Lego Marvel Super Héros 2? C'est la question à laquelle nous allons tenté de répondre avec notre test sur PS4 Pro. Un concept qui se doit de se renouveler enfin, sous peine de finir par lasser les joueurs. Alors Lego Marvel Super Héros 2 est-il l'épisode tant attendu du renouveau? Place à notre verdict.

Je ne vais pas tourner autour du pot... si c'est du sang frais que vous cherchez, passer votre chemin. Lego Marvel Super Héros 2 ne sera pas l'épisode du changement malheureusement. Sans pour la cause être un mauvais jeu, loin de là, on retrouve une fois encore ici les mêmes mécaniques de déconstruction et de reconstruction, les mêmes combinaisons de genres en alternance (shoot, QTE, plateformes, mini-jeux, casses-têtes etc...) et les mêmes effets de manches vus et revus dans les jeux Lego depuis plus d'une décennie maintenant. Bref, rien de bien innovent à signaler de ce coté là.


Après quelques heures de jeu on constate cela dit que le titre n'est peut-être pas si "commun" et linéaire qu'il n'y parait. On note en effet quelques bonnes idées venant subrepticement booster nos sensations in-game. Comme les voyages temporels et dimensionnels, qui apportent une réelle diversité dans les ambiances et les lieux. Un hub en open world qui vous ouvre les portes d'une infinité d'activités (à l'image de celui déjà présent dans Lego Marvel Super Heroes premier du nom). Et puis aussi quelques options multi-joueurs bien venues. Je vous en reparlerai d'ailleurs plus en détails un peu plus bas.

Mais à mes yeux la force première de Lego Marvel Super Heroes 2 se situe avant tout dans son énorme durée de vie, liée essentiellement aux activités offertes par cet immense "bac à sable" où vous aurez toujours quelques choses à faire. Certes dans un contexte on ne peut plus classique de gameplay, mais dans un univers tellement vaste et varié qu'il atténue la sensation de déjà-vu, suffisamment en tous cas pour nous inciter à toujours progresser et en découvrir davantage (sans parler de l'habituelle collecte de briques en tous genres et des nombreux trophées à accomplir).

Proposant heureusement toujours cette option, c'est à nouveau à deux que Lego Marvel Super Heroes 2 se montrera le plus fun et jouissif, mettant une fois encore la coopération en écran splitté à l'honneur. Si vous avez des amis prêts à vous suivre, n'hésitez donc pas.

Un casting de rêve balayant tous les univers Marvel.

L'un des gros points forts de Lego Marvel Super Héros 2 c'est aussi assurément son généreux casting. Balayant toutes les époques et tous les univers connus, vous y retrouverez bien sûr les classiques et incontournables Avengers (Hulk, Captain America, Iron-man, Thor etc...), mais vous pourrez aussi incarner Les Gardiens de la Galaxie, Spider-Man, La Panthère Noire, Captain Marvel, Dr Strange, Carnage, Le Bouffon Vert et plusieurs dizaines d'autres Super-héros et Super-vilains Marvel (pour un total de 236 personnages!). La plupart déclinés suivant quelques variantes d'ailleurs.

Coté ambiance et mise en scène, Lego Marvel Super Heroes 2 ne se débrouille là non plus pas trop mal. Dans cette bataille cosmique au sein de la ville du futur de Chronopolis, vous partirez donc en voyage avec bien souvent quelques dépaysements de taille à la clef. Je vous en glissais déjà un mot plus haut, les voyages temporels et dimensionnels sont ici de la partie. De l'Égypte antique au Grand Ouest, en passant par la Planète Hulk et New York City en 2099, vous allez voir du pays. De quoi "voyager", le tout toujours accompagner de l'humour habituel des productions vidéoludiques Lego bien sûr.

Sans nous proposer de véritables modes de jeu en ligne malheureusement, vous pourrez à défaut y défier quatre de vos proches et amis avec les nouveaux modes "Battle", en les y affrontant à travers une série de défis thématiques et d'arènes de combat, tels qu'un splatoon-like ou de la possession d'objet compétitif (Capture de Pierres d'Infinité) où vous devrez tenter de conserver un objet (une pierre en occurrence) le plus longtemps possible en ayant les autres joueurs à vos trousses. Plutôt fun et divertissant. C'est cela dit la première fois qu'un jeu Lego propose ce genre de chose. Espérons donc que l'initiative sera renouveler et même encore davantage développée à l'avenir.


Enfin, si vous êtes comme moi animé de la fibre du collectionneur, sachez que la sortie de Lego Marvel Super Héros 2 est accompagnée par une minifig Lego exclusive de Giant-Man Hank Pym. Ce petit sachet est proposé en cadeau dans l'édition Deluxe du jeu (uniquement auprès de certaines enseignes). Je remercie au passage Warner Bros Games pour me l'avoir envoyé avec mon édition presse. Elle a déjà été ajoutée à ma collection (ainsi que les autres goodies reçus).

Notre avis:
Malgré un manque d’innovations majeures coté gameplay, difficile pourtant de sanctionner vraiment Lego Marvel Super Heroes 2 tant il fait bien les choses. Visuellement irréprochable, proposant un contenu pharaonique, un open world gigantesque, quantités d'activités annexes, une trame narrative solide et inspirée, des univers distincts et variés, une ambiance et un humour une fois encore peaufinés, sans oublier l'indispensable mode coopération 2 joueurs et l'arrivée de mini-jeux compétitifs jusqu'à 4 joueurs. Avec une telle durée de vie, je ne pouvais donc pas me contenter de réduire Lego Marvel Super Heroes 2 à un simple copier/coller de ses prédécesseurs, car ce n'est à l'évidence pas le cas vous l'aurez compris. Un titre qui au jour d'aujourd'hui est d'ailleurs probablement le plus vaste et abouti jeu Lego disponible. Warner Bros Games et TT Games pourront ils faire encore plus fort que ça la prochaine fois? L'avenir nous le dira.
8/10

21 nov. 2017

[Review] Outcast: Second Contact, le test PS4 Pro

Jeu d’action et d’aventure en open world qui emmène le joueur sur une planète extraterrestre aussi belle que dangereuse, où vous incarnez Cutter Slade, un soldat d’élite envoyé en mission sur Adelpha, lieu de vie d'une civilisation alien avancée. De vos choix et de vos actes dépendra la survie de l’humanité...

Concept très à la mode ces derniers temps dans le jeu vidéo (mais pas que), Outcast: Second Contact est le remake du jeu éponyme sorti à la fin des années 1990, développé par une équipe belge et édité chez Infograms à l'époque, qui deviendra par la suite Atari. Cette fois c'est chez Big Ben Interactive que la licence renait, dans un remake inspiré, mais qui tente pourtant de s’affranchir de son illustre modèle. Une version PS4/XB1 qui était donc attendue par de nombreux fans, comme vous pouvez l'imaginer.

Mais pourquoi une telle attente me demanderez-vous? Outcast est en fait le premier monde ouvert en 3D de l’histoire du jeu vidéo et donc un véritable pionnier des jeux d'action-aventure tels qu'on les connait aujourd'hui. A sa sortie en 1999 le jeu avait remporté plus d'une centaine de récompenses, dont celle du jeu d’aventure de l’année par le site GameSpot. De quoi attiser encore un peu plus notre envie de voir renaitre le jeu sur la génération de consoles actuelle. J'imagine d'ailleurs que les joueurs les plus jeunes ne jugerons pas ce titre au-delà de son simple aspect visuel. Les autres, trentenaires ou quarantenaires, s'attarderont sans doute un peu davantage sur le font, en espérant y retrouver un peu de "la magie" d’antan. Cette époque qui voyait encore Sony, Sega et Nintendo se livrer bataille sur le terrain des consoles de salon.

Ce dont je me rappelle quand j'avais essayé (on ne peut évidement pas parler de test, je ne faisais pas encore ça il y a 18 ans...) Outcast à l'époque, c'est d'abord une vraie sensation de liberté. Un ressenti qui n'existait pas à ce moment là dans le jeu vidéo dois-je le rappeler. Et puis une vie (on peut éventuellement approcher le terme de IA) grouillante autour de nous. Et je me souviens aussi du doublage FR, avec la voix de Patrick Poivey, doubleur attitré de Bruce Willis, qui rempile d'ailleurs ici pour ce remake (et on crie tous bien fort Merciiiii!).

La version 2017 se devait donc de recréer à la fois l'ambiance et l'originalité de ce monde extra-terrestre dans lequel nous devions évoluer, tout en le transposant aux standards actuels et ce sans (trop) dénaturer le produit original. Un sacré défis.

Coté scénario, on est ici dans la série B SF basique. Après avoir découvert un moyen de visiter des dimensions parallèles (non je ne citerai pas Stargate SG1...), une équipe de scientifiques perd le contact avec une sonde envoyée en éclaireur. Malheureusement, une erreur de calcul met en péril l’existence même de la planète Terre, qui pourrait être annihilée si Cutter Slade ne parvient à remettre la main sur le matériel égaré. Nous voici donc transportés dans le monde d’Adelpha, où notre héros est accueilli par les locaux tel une sorte d’élu envoyé des dieux. Des autochtones qu’il va bien sûr nous falloir aider avant de pouvoir remplir notre propre mission.

Coté gameplay, autant être direct, Outcast: Second Contact nous ramène plus d'une décennie en arrière. Rigidité des mouvements, déplacement calamiteux, sauts aproximatifs, et j'éviterai de vous donner mon avis sur les animations, elles aussi datant d'une autre époque. On ne constate pas non plus de grandes innovations ou idées de génie du coté de l'ergonomie ou des interactions possibles. Cependant, bien qu'en étant très scolaires, les choses se montrent plutôt complètes et donc au final suffisantes pour nous permettre de remplir nos divers objectifs. Vous pouvez ainsi scanner une zone, afficher une carte des lieux, profiter d'un système de dialogues fonctionnel (servant entre autres à interroger les habitants), ou encore une voix vous renseigne sur les objets à proximité.

Dans Outcast Second Contact les dialogues jouent un rôle crucial, ces derniers vous permettant de résoudre à peu près toutes les situations. Les combats pouvant quant à eux bien souvent être évités en faisant preuve de discrétion ou bien en usant d’un certain talent pour la gestion de crise. Un bon point qui rapproche cette version 2017 de son modèle de 1999 dans son fonctionnement. Mais elle s'en inspire peut-être même un peu trop, et ne parvient pas suffisamment à s'en détacher.

Bien sûr, c'est du coté des graphismes que le titre a le plus changé/évolué. La principale refonte étant, et ce très logiquement, visuelle. Tout a été entièrement refait à neuf. Comme je vous le disais un peu plus haut, même si on constate en effet de jolies textures coté décors, les animations sont quant à elles plus que rudimentaires, sans parler des visages des personnages, souvent atroces. C'est bien simple, on dirait de la PS2 remasterisée. C'est pourtant bien un remake et non un remaster. Du coup, graphiquement il faut bien reconnaitre qu'on est ici TRÈS loin des standards attendus sur Playstation 4 (et à fortiori sur PS4 Pro) en 2017 (presque 2018).

Coté audio par contre, on touche ici à la perfection. BO magistrale digne des meilleurs productions hollywoodiennes et doublage FR soigné (bien qu'un peu surjoué) assurent le spectacle. Si vous êtes plutot adepte de la version anglaise pas de problème, sachez que vous pourrez configurer tout cela dans le menu des options et y activer des sous titres FR au passage.

Notre avis:
Nous rappelant dans certains aspects l'ambiance de No Man Sky, du point de vue de l'approche et de la découverte en tous cas, Outcast Second Contact est un hommage respectueux d'un jeu vieux de deux décennies. Un remake réalisé avec une évidente fibre nostalgique. Un peu trop sans doute, car au final il ne parvient pas à choisir totalement son camp. Entre fidélité et singularité, les choses sont toujours un peu trop ou trop peu à coté de ce qu'elles devraient être. Les joueurs n'ayant jamais gouté à la version de 1999 le trouveront à coup sûr "vieillot", et les autres, pas assez "revisité". Dans tous les cas l'accomplissement semble inachevé et donc le rendez-vous un peu gâché. Pourtant, la bonne volonté est bien là. Avec un aspect visuel mis au gouts du jour, une interface repensée, une ambiance soignée, une BO et un doublage d'excellente qualité (VO et VF), les arguments en faveur de Outcast Second Contact existent indéniablement. Mais l’héritage de son ancêtre se montre malgré tout trop présent dans son modèle global que pour tenir la comparaison avec les références du genre en 2017. La carte nostalgie suffira-t-elle à vous attirer? A vous de voir.
6/10

20 nov. 2017

[Review] Pokemon Ultra Lune/Ultra Soleil, le test 3DS

Pokémon Ultra-Lune et Pokémon Ultra-Soleil proposent une histoire alternative se déroulant dans le même monde que Pokémon Soleil et Pokémon Lune, ainsi que de nouveaux Pokémon qui ne figuraient pas dans Pokémon Soleil et Pokémon Lune. Il y aura également d'autres éléments additionnels qui vous permettront de profiter de l'aventure encore davantage...

Un an quasi jour pour jour après la sortie de Pokémon Soleil et Pokémon Lune sur les consoles de la famille 3DS (dont vous pouvez lire ou relire notre test en suivant ce lien), Nintendo nous propose de redécouvrir cette aventure en version Ultra Soleil et Ultra Lune. Mais que nous réservent ces deux "nouvelles" éditions? Nous allons le voir ensemble dans ce test de la version Ultra Lune que nous a fait parvenir l'éditeur.

Pour rappel, l’histoire de Pokémon Soleil et Pokémon Lune se déroule dans la région tropicale d’Alola, un archipel paradisiaque comportant quatre îles principales à la nature luxuriante, et une île artificielle. L’histoire commence par le déménagement du personnage principal à Alola, mais à peine a-t-il mis les pieds dans sa nouvelle maison que les aventures et les nouvelles rencontres s’enchaînent.

Ceci était en substance le départ de votre aventure dans Lune/Soleil, et ce sera très exactement (à quelques petits détails près) le même déroulement durant, au minimum, les 20 premières heures de jeu. Ceux et celles ayant déjà bouclé Soleil/Lune devront donc faire preuve de patience avant de pouvoir, enfin, rencontrer de l'inédit sur leurs consoles 2DS/3DS. Un jeu qui, du coup, ne s'adresse pas forcément que aux fans hardcore de la licence, mais aussi (et finalement peut-être plus encore) à tous ceux n'ayant encore jamais gouté à Pokémon Lune/Soleil auparavant.

Coté nouveautés on constatera la présences de mini-jeux (comme le surf des mantas ou l'agence des combats), de légères variantes concernant les épreuves, l’ajout de nouveaux personnages issus d'une nouvelle équipe, quelques nouveaux lieux, ou encore la présence d'un mode Photos. Ceci du moins durant les 2 gros premiers tiers de l'aventure. Dans les dernières heures de jeu, l'aventure s'offre alors un réel "renouveau". Arrivée de la Team Rainbow ou encore importance de certains pokémon, les choses changent et on a nettement moins le sentiment de déjà-vu.

Cela dit, refaire une bonne vingtaine d'heures pour profiter des réels ajouts de cette version "Ultra", c'est un effort que tous les amateurs de Pokémon n'auront peut-être pas envie de fournir. Et je ne pourrais personnellement pas les en blâmer. Si par contre vous n'avez pas encore testé Soleil/Lune, Ultra Soleil et Ultra Lune sont définitivement le meilleur choix, ces deux versions se révélant être plus complètes que leurs prédécesseurs sortis en 2016.

Deux éditions pour deux jeux vraiment différents?

Évidement que non... les fans de la saga le savent bien, Soleil et Lune ne proposaient que quelques variantes eux aussi, et c'est une fois encore le cas avec Ultra Soleil et Ultra Lune. En voici le détail:

Des fuseaux horaires différents tout d'abord. Comme dans Pokémon Soleil et Pokémon Lune, le cycle jour/nuit du jeu sera différent. Les deux jeux étant décalés de 12 heures. Certains Pokemon apparaissant plus fréquemment le jour ou nuit, ce détail aura donc néanmoins son importance.

Deux nouvelles Ultra-chimères apparaissent dans Pokémon Ultra Soleil et Pokémon Ultra Lune. Des créatures inédites qui auront un rôle particulièrement important dans l'histoire principale. Pour Ultra Soleil, il vous faudra affronter l'UC-Détonation, ainsi que les membres de l'Ultra Commando Zoé et Rhody, tandis que dans Ultra Lune vous affronterez l'UC-Empilage, ainsi que Cym et Solie.


Des Pokemon exclusifs seront bien sûr présents dans chacune des deux versions, mais ces derniers seront néanmoins les mêmes qu'entre Soleil et Lune. Du coup, optez plutot pour le complémentaire à celui que vous possédez peut-être déjà. Ça me semble plus judicieux. Idem concernant les Pokémon Légendaires, qui seront ici plus nombreux encore. En plus de Solagaleo, Lunala, Necrozma crinière de couchant, et Necrozma ailes de l'aurore (les Pokemon Légendaires propres à chaque version), Pokémon Ultra Soleil et Pokémon Ultra Lune permettent également de capturer quelques Pokémon Légendaires historiques de la saga. Dans Ultra Lune par exemple, l'exploration des ultra-brèches te permettra de capturer Lugia, Entei, Kyogre, Latias, Palkia, Regigigas, Zekrom, Fulguris, et Yveltal.

Enfin, sachez que Nintendo propose des éditions "collectors" pour Pokémon Ultra Lune et Pokémon Ultra Soleil. Ces dernières inclus (en plus du jeu de votre choix) un joli steelbook exclusif (voir illustration ci-dessous).


Pour rappel, Pokémon Ultra Soleil et Pokémon Ultra Lune sont dès à présent disponibles sur les consoles de la famille Nintendo 3DS.

Notre avis:
Plusieurs points de vue s’opposent au moment de dresser le bilan. Si vous possédez déjà Soleil/Lune, il vous faudra être un vrai acharné pour vous motiver à refaire le jeu au regard des efforts (et surtout du temps) que vous devrez fournir avant d'arriver dans les réelles nouveautés scénaristiques de Ultra Soleil/Ultra Lune. Par contre, si vous n'avez pas encore testé Soleil/Lune, Ultra Soleil et Ultra Lune sont définitivement le choix à faire, ces deux versions se révélant être forcément plus complètes que leurs prédécesseurs sortis en 2016. Reste enfin les purs collectionneurs et vrais chasseurs de Pokémon, qui ne pourront résister à l'appel des "inédits" présents dans Ultra Soleil/Ultra Lune. A vous de voir maintenant où vous vous situez là-dedans.
8/10

17 nov. 2017

[Concours] Des Blu-ray Spider-man Homecoming à gagner!

Grâce à SPHE et Deep-blu.com, pour célébrer la sortie du film "Spider-man Homecoming" disponible dès à présent en Blu-ray, UHD 4K et DVD, vous allez pouvoir tenter de remporter un des Blu-ray mis en jeu (3 gagnants). Comment faire? C’est très simple, répondez par mail à la question posée plus bas sur cette même page, en n'oubliant pas bien sûr d'indiquer vos coordonnées. Bonne chance à tous!


Le jeune Peter Parker/Spider-Man (Tom Holland), qui fit ses débuts sensationnels dans Captain America: Civil War, commence à exercer sa nouvelle identité, celle du super héros, l'homme-araignée. Ravi de son expérience avec les Avengers, Peter revient chez lui, où il vit avec sa tante May (Marisa Tomei), sous l'œil attentif de son nouveau mentor Tony Stark (Robert Downey Jr.). Peter essaie de retrouver sa routine quotidienne – distrait par l'envie de se prouver qu'il est plus que votre Spider-Man amical du quartier – mais quand le Vautour (Michael Keaton) émerge en tant que nouveau méchant, tout ce que Peter a de plus important sera menacé...



Pour lire (ou relire) notre test Blu-ray de Spider-man Homecoming, suivez ce lien.

Pour participer c'est très simple, il vous suffit de répondre correctement à la question posée ci-dessous, en nous envoyant votre réponse à l'adresse email indiquée. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses désignera le (ou les) heureux gagnant(s).

Quel autre super héros Marvel peut-on croiser dans Spider-man Homecoming?
A. Dr Strange
B. Hulk
C. Iron-man

Envoyez votre réponse par mail à cette adresse: concours@deep-blu.com, en n'oubliant pas bien sur d'indiquer vos coordonnées, et en renseignant en objet [respectez à la lettre ce libellé SVP] Concours SMHomecoming. Fin de cette action le 30.11.2017 à minuit.

© SPHE 2017. All Rights Reserved.

Précision importante (pour une question de coût d'envoi): seuls les participants résidant au Benelux et en France métropolitaine seront inclus dans le tirage au sort. Merci de votre compréhension.

16 nov. 2017

[Review] Spider-man Homecoming, le test Blu-ray

Après ses spectaculaires débuts dans Captain America: Civil War, le jeune Peter Parker découvre peu à peu sa nouvelle identité, celle de Spider-Man, le super-héros lanceur de toile. Galvanisé par son expérience avec les Avengers, Peter rentre chez lui auprès de sa tante May, sous l'oeil attentif de son nouveau mentor, Tony Stark. Il s'efforce de reprendre sa vie d'avant, mais au fond de lui, Peter rêve de se prouver qu'il est plus que le sympathique super héros du quartier. Mais l'apparition d'un nouvel ennemi, le Vautour, va définitivement tout changer...

J'ai beau être un grand fan, je l'assume pleinement, des licences super héros (tant Marvel que DC Comics), j'avoue malgré tout avoir un peu de mal à suivre la logique des sorties programmées autour de la franchise Spider-man. Après une première trilogie somme toute convaincante où l'homme araignée était incarné par Tobey Maguire, puis un diptyque (et au passage un reboot) où ce fut alors l'acteur Andrew Garfield qui incarna Peter Parker (The Amazing Spider-man), on voit donc encore en 2017 la licence repartir à zéro à peine trois ans après The Amazing Spider-man 2, avec à nouveau un refresh du casting (et de l'histoire) au passage pour introduire cette fois l'acteur Tom Holland dans la peau du personnage. En une dizaine d'années c'est donc pas moins de trois versions (et autant d'acteurs) qui nous ont été présentées. De quoi être quelque peu perdu, surtout si vous ne suivez pas cette actu au quotidien. Cette fois, avec Spider-man Homecoming, le lien est fait avec les autres films Marvel Avengers (depuis Captain America: Civil War en fait, où ce nouveau Peter Parker faisait son apparition), dans le but de lier, enfin, le personnage de Peter Parker aux autres super héros du Shield. Pour résumer, oubliez donc tout ce qui s'est fait avant Homecoming, et reprenons tout à zéro. Espérons tout de même que cette fois sera belle et bien la dernière.

Pour en revenir au film, ce reboot est à nouveau très séduisant, et on oublie assez vite les précédentes références à l'homme araignée pour se concentrer sur cette nouvelle version de Peter Parker, pour le moins attachante. Humour et action s'entrecroisent constamment dans Homecoming, nous offrant un vrai divertissement s'adressant à tous. La présence des Avengers est perceptible mais jamais écrasante, jusqu'au final qui introduit clairement un avenir radieux pour le personnage. Que l'on devrait d'ailleurs revoir très bientôt dans d'autres productions Marvel, n'ayons aucun doute là dessus. Ce film n'étant que l'introduction, avant une exploitation bien plus large de la licence.

SPIDER-MAN HOMECOMING, disponible dès à présent en Blu-ray, UHD 4K et DVD chez SPHE.

VERDICT : Épisode de transition servant à "introduire" le nouveau Peter Parker afin de l'intégrer à l'équipe des Avengers, Spider-man Homecoming est aussi un excellent divertissement où se croisent action et humour, comme on les aime. On a alors qu'une seule envie, en découvrir d'avantage. Vivement la suite! Coté technique, difficile de reprocher grand chose au master 1080p de cette édition Blu-ray. SPHE nous propose une image splendide, affichant des contrastes impeccables et une définition exemplaire. Un master de référence. Du coté des pistes audio, la VO s'illustre en Dolby Atmos tandis que la VF profite quant à elle d'un solide encodage DTS-HD Master Audio 5.1. L'une et l'autre assure incontestablement le spectacle, avec une gestion spatiale plus convaincante en VO et un découpage peut-être un peu moins tranché. Quoiqu'il en soit, que vous optiez pour l'une ou l'autre, vous ne regretterez pas l'ambiance. Doublage FR soigné, ce qui ne gâche rien. Pour ce qui est des extras, vous trouverez ici divers modules making of revenant sur les coulisses, un bêtisier, un lot de scènes coupées (ou inédites), une piste d'infos à activer, sans oublier les habituels bandes annonces promotionnelles bien sûr. Un code UV est également inclus dans le boitier.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


15 nov. 2017

[NEWS] Tennis World Tour se dévoile, un peu...

C'est à l'occasion de la récente Paris Games Week que Bigben et Breakpoint ont conjointement dévoilé les premières images de Tennis World Tour à travers une vidéo de gameplay.

Présentée en exclusivité mondiale lors de la conférence Playstation qui précède la Paris Games Week, cette vidéo, réalisée à partir d’une version pré-alpha du jeu, illustre une des innovations importantes de Tennis World Tour qui proposera une mécanique de jeu inédite simulant la tension psychologique et l’importance du mental dans un match de tennis.

« Il faut le talent et l’expérience du studio Breakpoint pour développer une simulation de tennis qui restitue toute la richesse technique et tactique de ce sport, ainsi que toute l’intensité dramatique des matches de haut niveau. Le travail est loin d’être achevé, mais nous sommes très heureux de dévoiler les premières images du jeu dans le cadre de cet événement majeur qu’est la conférence Playstation. » déclare Benoit Clerc, Directeur du Publishing chez Bigben.

Produit en étroite collaboration avec des joueurs professionnels, Tennis World Tour propose une simulation complète et fidèle de ce sport, ainsi qu’un système unique de personnalisation de la stratégie en match qui reflète les dimensions tactiques, physiques et mentales du tennis.

Plus de 30 stars du tennis sont représentées dans le jeu, parmi lesquels figurent Roger Federer, Gaël Monfils, Angélique Kerber, Garbiñe Muguruza, Caroline Wozniacki, Nick Kyrgios, Alexander Zverev et John Isner.

Pour rappel, Tennis World Tour sera disponible au printemps 2018 sur les consoles PlayStation 4, Xbox One et Nintendo Switch, ainsi que sur PC.

14 nov. 2017

[Review] Westworld saison 1, le test Blu-ray

Créée par Jonathan Nolan et Lisa Joy, une odyssée sombre qui pose la question des rapports entre humains et intelligences artificielles. Au milieu du Far West, un parc à thème d’un nouveau genre permet d’assouvir les fantasmes de ses visiteurs. Ces derniers paient cher pour devenir la personne qu’ils ont toujours rêvé d’être au cours d’aventures avec des hôtes androïdes. Mais dans les coulisses, quelque chose est anormal...

Abonnée aux séries télévisées à succès, HBO crée une fois encore l’événement en nous proposant Westworld. Cette série est tout simplement le meilleur lancement d'une série HBO depuis True Detective, et s'offre même dans la foulée 3 nominations aux Golden Globes. Sans oublier des scores respectifs de 9/10 et de 92 % sur IMDB et Rotten Tomatoes. Des références plutôt impressionnantes vous en conviendrez, et qui attisent pour le moins notre curiosité.

Le succès indéniable de la série est en partie du à son très attractif scénario, je vais y revenir, mais aussi à un casting indéniablement prestigieux, sans omettre des producteurs qui comptent parmi les plus en vogue actuellement, tels J.J. Abrams et Jonathan Nolan. De quoi là aussi retenir toute notre attention.

Mais je vous le disais il y a un instant, la force première de Westworld c'est avant tout son excellent scénario. Aucune série télé ne peut réussir sans proposer une réelle accroche à ses spectateurs. Et pour le coup Westworld trouve le juste équilibre entre modernité, classicisme et fascination.

Nous proposant d'accompagner des visiteurs du parc Westworld, qui sont de riches hommes et femmes payant pour vivre une expérience assurément hors du commun dans un farwest plus vrai que nature dans lequel tous les scénarii sont possibles grâce à des androïdes pré-programmés à cet effet. En parallèle on suit également l'équipe derrière se prodige, se rendant compte que certains éléments leurs échappent progressivement et que du coup la sécurité de chacun n'est peut-être plus assurée. Des "machines" qui commencent à prendre conscience de leur état et qui, au-delà du simple dysfonctionnement, deviennent de plus en plus "humaines".

Et là c'est n'est que le début. Je ne vous en dévoilerai pas davantage afin d'être certain de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte. Ce serait vraiment dommage.


Ci-dessus, voici la présentation du joli coffret Blu-ray digipack de cette saison 1: Le Labyrinthe. Un fort bel objet. Les 3 disques rassemblent les 10 épisodes de cette première saison (3 épisodes sur les disques 1 et 3, et 4 sur le disque 2).

Une série au casting prestigieux.

Rarement une série télé aura pu se venter d'afficher pareil casting à son générique. Et c'est là aussi une des forces premières de Westworld, soutenu par la très grosse et influente machine télévisuel HBO. On trouve en effet ici la présence d'acteurs tels que Anthony Hopkins, Ed Harris, ou encore James Marsden.

Pour les seconder, la liste s'allonge encore avec d'autres noms reconnus comme ceux de Evan Rachel Wood, Thandie Newton, ou Jeffrey Wright. Tous plus habitués aux plateaux de cinéma qu'à ceux du petit écran. Et c'est une fois encore une des forces de cette série, celle de proposer une envergure digne des plus grosses productions télé, comme la star du catalogue HBO: Game of Thrones.

Une édition 4K, une grande première pour une série télé.

C'est en effet la première fois qu'une série télévisée reçoit les honneurs d'une édition Blu-ray 4K UHD. Un plus indéniable pour tous ceux et celles qui souhaitent profiter au mieux de leur écran 4K avec un rendu plus détaillé et la présence de HDR (optimisation du rendu, de la définition et des effets de lumière). Alors cette édition 4K apporte-t-elle un plus notable par rapport à la version 1080p des Blu-ray standards (également inclus dans l'édition 4K) ?.

Doit-on dès lors s'attendre à voir arriver d'autres séries télé en 4K? Je vous avoue bien que si ça ne dépendait que de moi, je vous répondrais bien entendu OUI. Mais il faut se rendre à l'évidence, nous sommes en 2017 (presque en 2018), et à l'heure actuelle il est déjà difficile de trouver toutes les séries en Blu-ray. Alors d'ici à ce que les séries nous parviennent en 4K, ce n'est assurément pas demain la veille. Néanmoins, la démarche de HBO de franchir le cap avec Westworld marque peut-être le début d'une gamme 4K pour certaines séries télévisées "majeures", et il est probable, du moins si le succès commerciale est au rendez-vous, de voir venir bientôt d'autres grands noms eux aussi en 4K. Je pense par exemple à Game of Thrones ou The Walking Dead. Les séries les plus populaires et donc aussi les plus rentables pour les éditeurs.

WESTWORLD SAISON 1, disponible dès le 8.11.2017 en DVD, Blu-ray et 4K UHD chez WHV.

VERDICT : Nous proposant une ambiance admirablement maitrisée, un casting exceptionnel et surtout un scénario captivant, Westworld a toutes les cartes en main pour devenir une autre série HBO de légende. A ne surtout pas manquer! Coté technique, nous n'avons malheureusement pas pu tester la version 4K, mais la version Blu-ray qui nous a été envoyée par l'éditeur nous a déjà pleinement conquis. L'image se montre d'une précision remarquable, affichant une définition splendide et des contrastes impeccables. Regarder une série télé dans de telles conditions est toujours à pur bonheur. Du coté des pistes audio, seule la VO s'illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, en nous offrant un paysage sonore redoutablement immersif, sollicitant parfaitement chacune des enceintes et profitant d'une spatialisation sans faille. La VF quant à elle ne bénéficie pas du même soin, devant malheureusement se contenter d'une piste Dolby Digital 5.1. Dommage car HBO nous avait habitué à plus d'égard dans la langue de Molière (avec du DTS au minimum). Le spectacle est cependant au rendez-vous, mais plus sobre et contenu. Doublage FR par contre exemplaire, les francophiles apprécieront. Pour ce qui est des extras, vous trouverez ici divers modules revenant sur les coulisses de la séries. Bien trop brefs malheureusement que pour s'y plonger intensivement. Un bêtisier est également présent (disque 2) ainsi qu'un livret de présentation afin de vous familiariser avec Westworld. Le tout est présenté dans un joli emballage digipack rigide (comme la plupart du temps chez HBO d'ailleurs). Un fort beau coffret Blu-ray qui devrait plaire aux amateurs.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


[Divers] Comment débloquer la licorne dans Assassin's Creed Origins?

Je sais que vous êtes nombreux, tout comme moi, à être tombé sous le charme de Assassin's Creed Origins, l'un des incontournables de cette fin d'année sur PS4, XB1 et PC. Un titre qui signe d'ailleurs le grand retour de la licence vedette d'Ubisoft, avec ce qui est sans aucun doute l'un des meilleurs volets de la saga à ce jour.

Parmi l'infinité de quêtes que vous propose AC Origins, il y a entre autres les missions quotidiennes fournies par Reda, le jeune marchand. Ces quêtes sont identifiées sur la map par un point d'exclamation dans un losange bleu. Vous avez 24 heures pour la terminer avant qu'une nouvelle vienne la remplacer.

L’intérêt de ces quêtes journalières c'est qu'elles peuvent rapporter gros, avec la plupart du temps du loot légendaire (armes, tenues etc...). Et parmi les loots potentiels, il y a une monture légendaire: la licorne.


Cette dernière n'affiche aucun ornement tape à l’œil, mais si vous l'utilisez en tant que monture, vous aurez droit à une trainée arc-en-ciel dans votre sciage lors de vos déplacements. La grande classe non? Cette monture est particulièrement rare, vous pourrez donc l'arborer fièrement si elle rejoint votre inventaire.

Sinon, vous pourrez aussi en passer par la case "crédits Helix", et donc débourser quelques euros pour en faire l'acquisition via le magasin du jeu.

Pour rappel, Assassin's Creed Origins est dès à présent disponible sur les consoles Playstation 4 et Xbox One, ainsi que sur PC. Pour lire notre test de cet excellent jeu teinté de RPG dans un vaste open world aussi grand que l’Égypte elle même, il vous suffit de suivre ce lien.

13 nov. 2017

[Review] Transformers: The Last Knight, le test Blu-ray/4K

Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n'est plus là... La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l'histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d'une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d'Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l'on se doit de faire la différence...

Cinquième volet, déjà de la saga cinématographique de Michael Bay inspirée des jouets Hasbro de notre enfance. Mais que peuvent-ils encore avoir à nous raconter me demanderez-vous? Et c'est bien là tout le problème depuis plusieurs films maintenant, c'est que le scénario est on ne peut plus creux... reste heureusement un spectacle visuel, sublimé dans le cas présent par une UHD 4K superbe.

Le gros problème de Transformers c'est d'arriver à se renouveler scénaristiquement parlant à chaque nouveau film. Et depuis 2-3 films déjà, on a comme une désagréable sensation d'élastique sur lequel on tire encore et encore. Optimus s'en va et revient, les gentils deviennent des méchants et inversement... ça commence à devenir difficile à suivre (et à digérer...), même si on a vu les 4 chapitres précédents. Ici, c'est une fois encore Cybertron qui est au centre de l'intrigue, avec à nouveau un plan mené par Megatron pour ramener la planète des Transformers à la vie, au détriment de notre belle Planète Bleue bien entendu. Coté casting Mark Wahlberg fait une fois encore le job en assurant la partie "humour". On retrouve également Josh Duhamel fidèle au poste. Du coté des nouveaux venus, c'est la présence de Anthony Hopkins qui étonne le plus. Un rôle de "gardien" qui lui va plutôt bien en fin de compte.

Un master UHD 4K irréprochable!

Coté rendu, que vous optiez pour la version 1080p (sur un téléviseur Full HD) ou le disque 4K (sur un écran UHD), vous êtes ici garantis de bénéficier du meilleur des spectacles visuels. Les deux versions assurent une image remarquable de détails, de précision et de contrastes impeccables. Le HDR de la source 4K s'en donnera quant à lui à cœur joie sur votre dalle OLED, soyez-en certains. Un spectacle de référence.

En ce qui concerne les pistes audio, il n'y aura là par contre pas de match. Seule la VO Dolby Atmos s'impose comme digne de ce nom, la VF (4K et 1080p) devant se contenter d'un simple (et inadmissible...) Dolby Digital 5.1. La VO explose quant à elle dans tous les domaines pour nous offrir un spectacle sonore impressionnant d'ampleur, de dynamisme et de précision. Là aussi un top démo sans le moindre doute. La VF fait à coté bien pâle figure, se contentant de minimum en la matière. Découpage dynamique cela dit, mais bien trop sage. Doublage FR soigné, là il n'y a rien à redire.

Un disque Blu-ray réservé intégralement aux bonus.

C'est sur un disque à part que l'on trouve ici les extras de Transformers The Last Knight. On peut ainsi y découvrir divers modules (pour une durée de 90 minute environs au total) revenant sur le tournage, les scènes d'action, les lieux, ou encore les effets spéciaux et personnages.

TRANSFORMERS: THE LAST KNIGHT, disponible dès à présent en Blu-ray 2D/3D, UHD 4K et DVD chez Paramount.

VERDICT : Si coté scénario on s'enlise bien profondément (et de plus en plus au fil des épisodes serais-je tenté d'écrire...), coté spectacle par contre il n'y a pas grand chose à dire, si ce n'est que Transformers The Last Knight fait le job. Un divertissement encore davantage accentué par un rendu 4K splendide et une piste VO Dolby Atmos sans concession. Pour le reste je vous invite à lire en détails les paragraphes ci-dessus, concernant l'image, la VF et les bonus présents.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


10 nov. 2017

[Arrivage] Présentation du pack amiibo "Les Prodiges de The Legend of Zelda Breath of the Wild"

Si vous êtes un fan de la saga The Legend of Zelda autant que nous le sommes, alors vous n'êtes pas sans savoir que sort cette semaine de nouveaux amiibo à l'effigie des "Prodiges" que vous avez sans doute croisé (si vous avez terminé le jeu c'est certain) dans The Legend of Zelda Breath of the Wild (sur Switch ou Wii U). Nous vous invitons d'ailleurs à lire (ou relire) notre test de la version Switch de cet excellent jeu.

Nintendo nous ayant fait parvenir (et on les en remercie encore vivement!!) le pack proposant les versions amiibo de ces quatre prodiges que sont Daruk, Mipha, Revali et Urbosa ; nous allons voir ensemble ce que nous réservent justement ces 4 amiibo avec ce qu'ils nous offrent comme bonus dans The Legend of Zelda Breath of the Wild, sur Nintendo Switch.

Précisons que ces 4 amiibo ne sont disponibles que dans ce pack et pas à l'unité. Un excellent cadeau pour les fêtes de fin d'année par exemple (à condition d'arriver à mettre la main sur un exemplaire, ce qui semble loin d'être évident, même pour ceux ayant précommandé le leur...).


Nous en profiterons au passage pour vous livrer un avis sur chacun d'eux (détails, finition etc...), avec aussi un petit "historique" pour ces quatre personnages emblématiques de cet épisode déjà culte de la saga The Legend of Zelda.

[Attention] Certains éléments ci-dessous pourraient potentiellement révéler des informations sur le déroulement de l'aventure du jeu The Legend of Zelda Breath of the Wild.

Et on débute avec Daruk. Ce premier des quatre Prodiges est un grand guerrier Goron, devenu le Prodige de cette tribu et le gardien de la créature divine du feu: Vah'Rudania. Il possède une carrure imposante et ressemble à Darunia dans The Legend of Zelda Ocarina of Time. La personnalité de Daruk transparaît dans les souvenirs de Link comme quelqu'un de déterminé et de très amical, et d'une loyauté sans égale envers ses compagnons. Il apparaît également comme un meneur en donnant les directives lors du réveil de Ganon.

En ce qui concerne la figurine, la finition de cet amibo est une fois encore sublime et on ne peut que saluer les efforts mis en place par Nintendo pour proposer un rendu de cette qualité, parfaitement fidèle au personnage que l'on croise dans le jeu The Legend of Zelda Breath of the Wild. Imposante, cette figurine est particulièrement massive et est assurément la plus lourde des 4 présentes dans ce pack des Prodiges.


Poursuivons avec le second des quatre Prodige, et le personnage de Mipha. Cette dernière est la fille du Roi Dorefah et la sœur du Prince Sidon. Mipha est une jeune fille Zora, et plutot timide. Elle est donc le Prodige de la tribu Zora et la gardienne de la créature divine de l'eau: Vah'Ruta.

Tout comme pour la figurine de Daruk, celle de Mipha bénéficie d'un soin du détail remarquable et de finissions parfaites pour une réalisation de cette taille. Présentée dans une posture qui reflète parfaitement sa personnalité, timide et réservée, l'amiibo de Mipha est lui aussi une parfaite réussite. Contrairement à celui de Daruk par contre, cet amiibo est en revanche le plus léger des 4 Prodiges de ce pack.


Arrive ensuite Revali, le troisième des quatre Prodiges de The Legend of Zelda Breath of the Wild. Ce dernier est un Piaf, devenu le Prodige de cette tribu et le gardien de la créature divine du vent: Vah'Medoh. Très peu de choses sont connues au sujet de ce gardien. Cependant, au travers des souvenirs de Link, il apparaît quelque peu hostile vis à vis de ce dernier et le prend même de haut, du fait qu'il ne sait pas voler. Il semble également moqueur et possède une grande estime de lui-même. Néanmoins il sait se montrer reconnaissant et admettre ses erreurs.

Une fois encore, le rendu de cette amiibo est exemplaire. Comme avec les deux précédents on constate ici un travail de finition remarquable et un souci du détail brillant. La pose est fière et reflète parfaitement l'état d'esprit du personnage qu'elle représente. Le socle est ici positionné plus discrètement à l'arrière et ce dernier se voit moins fort que sur les personnages de Mipha et de Urbosa, où cet élément est davantage disgracieux.


Quatrième et dernier des quatre Prodiges, Urbosa est une Gerudo et la gardienne de la créature divine Vah'Naboris. En tant que membre de la tribu des Gerudo, elle possède les attributs de son peuple : peau mate, cheveux rouges et yeux verts. Urbosa affiche un corps athlétique et une attitude de vraie guerrière.

A titre personnel, c'est l'amiibo que j'aime le moins parmi les quatre Prodiges présentés dans ce pack. La pose n'est pas très élégante tout d'abord (même si elle reflète assez bien l'attitude et la personnalité du personnage dont elle est l'effigie), et puis le support transparent servant à consolider la figurine n'est pas positionné de manière très gracieuse, ni fort discrète malheureusement. Le choix d'une autre posture aurait peut-être été plus judicieux. Par contre il n'y a rien à dire sur la finition de cet statuette une fois encore, chaque détail étant parfait.


Mais que débloquent ces amiibo dans The Legend of Zelda Breath of the Wild?

En posant chacune de ces quatre figurines amiibo sur le capteur de la Nintendo Switch, vous débloquerez dans le jeu des matériaux ainsi que des armes exclusives (celles des Prodiges - voir visuel ci-dessous), sans oublier des éléments d'armures liés à la créature divine dont ils sont les gardiens. Pour chacun d'eux vous débloquerez un heaume divin unique (voir visuels ci-dessous).

Cliquez sur les images pour les afficher en grand format.





Pour rappel, les amiibo des quatre Prodiges Daruk, Mipha, Revali et Urbosa sont uniquement disponibles via le pack illustré sur cette page (ils ne sont pas vendus à l'unité). 

Ce pack est disponible dès le 10 novembre 2017 et vendu une soixantaine d'euros en magasins. Attention que de nombreuses enseignes étaient déjà en rupture de stock plusieurs semaines (!) parfois avant la sortie à cause de l'engouement des fans. Il va donc peut-être falloir vous armer de patience pour vous le procurer.

Attention qu'une mise à jour de The Legend of Zelda Breath of the Wild est nécessaire pour pouvoir profiter des amiibo "Les Quatre Prodiges". La mise à jour 1.3.3 est dès à présent disponible. Cette dernière vous propose également de profiter de la quête collaborative avec Xenoblade Chronicles 2, et de son équipement unique, et apporte aussi au passage quelques corrections afin d'améliorer encore l'expérience de jeu.