[Review] Batman V Superman, le test Blu-ray 2D/3D

Le monde a-t-il davantage besoin d'un super-héros aux pouvoirs sans limite ou d'un justicier à la force redoutable mais d'origine humaine...

[Review] 10 Cloverfield Lane, le test Blu-ray

Une jeune femme se réveille dans une cave après un accident de voiture, ne sachant pas comment elle a atterri dans cet endroit...

[Review] Seul Contre Tous, le test Blu-ray

L'histoire vraie du Dr Bennet Omalu qui diagnostiqua le premier cas d'encéphalopathie traumatique chronique chez un joueur de football américain...

[Review] Person of Interest saison 4, le test Blu-ray

Un agent paramilitaire de la CIA est recruté par un millionnaire reclus pour travailler sur un projet top-secret servant à prévenir le crime...

[Divers] Qu'est ce que la 4K? Explication simplifiée

Depuis quelques temps déjà, on voit apparaitre des logos "4K" un peu partout sur les nouveaux téléviseurs HD. Mais de quoi s'agit-il exactement...

23 août 2016

[Review] Lego Justice League: Gotham City BreakOut, le test DVD

Batman doit faire face au plus grand défi de sa vie : les vacances ! Le chevalier noir accepte à contre-coeur de laisser Batgirl et Nightwing l'emmener pour un repos longtemps repoussé loin de la lutte contre le crime, laissant Gotham City sous la protection de Superman et de la Ligue des Justiciers. Rien ne se déroule comme prévu lorsque les vacances de Batman sont écourtées par des dangers provenant de son passé et des envahisseurs du centre de la Terre. Superman et les autres membres de la Ligue des Justiciers réalisent très vite la quantité de travail qu'a Batman dans sa lutte quotidienne contre le crime à Gotham...

Régulièrement, des courts (ou longs) métrages d'animation sur bases des différentes licences Lego sont proposés via Warner Home Entertainment. Nous en avons déjà eu sur les séries Ninjago, Chima, et déjà plusieurs aussi sur les Super Héros DC Comics. La dernière en date, celle qui nous intéresse plus particulièrement aujourd'hui: Lego Justice League Gotham City BreakOut, vous propose de découvrir ce que devient Gotham City quand Batman accepte de prendre un peu de vacances et laisse la surveillance de la ville à Superman, qui bien sûr ne manquera pas de laisser échapper la plupart des vilains internés à l’asile d'Arkham. Sur un ton forcément très humoristique, ciblant clairement le plus jeune public, cette aventure inédite ne manque pas de petits moments sympathiques, souvent drôles même, mais sans forcément pousser très loin la recherche scénaristique, vous vous en doutez. On est ici cela dit très loin de la qualité affichée par le film Lego The Movie (voir notre test Blu-ray 2D/3D), qui donnera d'ailleurs lieu - pour info - à une suite l'année prochaine, avec justement en vedette le personnage de Batman (les premiers trailers laissent espérer un long métrage d'excellente facture). Les arrières plans sont ici globalement pauvres en détails (et même souvent flous), et pas forcément constitués de pièces Lego qui plus est, chose plutot dommage. On a aussi un peu l'impression que la marque profite de ce long métrage pour nous présenter son catalogue de produit DC Comics. Mention spéciale cependant à la qualité du doublage, tant en version originale qu'en version française.

Sachez enfin que si vous faites l'acquisition de ce DVD (pas de version Blu-ray malheureusement...) dans le commerce, ce dernier est aussi commercialisé avec une figurine inédite du personnage de Nightwing (voir image ci dessus).

LEGO JUSTICE LEAGUE: GOTHAM CITY BREAKOUT, disponible en DVD chez WHV.

VERDICT : Très clairement à destination du plus jeune public, Lego Justice League: Gotham BreakOut propose un sympathique divertissement avec pour acteurs les minifigs de la game Lego DC, le tout abondement arrosé d'humour bien sûr. Coté technique, en l'absence d'une version HD Blu-ray, le rendu des personnages est globalement satisfaisant. Ce n'est par contre par toujours le même constat en ce qui concerne les décors, et en particulier les arrières plans, souvent peu définis et même flous. Concernant les pistes audio, VO et VF s'illustrent en Dolby Digital 5.1, proposant une occupation de l'espace classique pour ce genre de production, avec des Surrounds ponctuellement sollicités, sans plus. Doublage soigné, tant en VO qu'en VF. Aucun bonus à signaler par contre.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


22 août 2016

[Review] Killjoys saison 1, le test Blu-ray

Au coeur du Quad, un système planétaire lointain, une guerre des classes est sur le point de débuter. Trois chasseurs de primes intergalactiques, Dutch, John, et D'avin - appelés Killjoys, tentent de rester impartiaux et risquent leurs vies pour capturer leur cible...

Le genre science-fiction en série télé n'avait plus vraiment la cote depuis quelques temps. La dernière grande saga du genre remonte certainement à la série Battlestar Galactica, où plutot son remake moderne pour être exacte, sorti dans les années 2000. Depuis, difficile de citer des noms véritablement marquants, en télévision du moins. Killjoys tente donc de s'inscrire dans un genre relativement déserté, mais avec un vrai public d'amateurs, assurément prêts à se laisser tenter. Dans un style narratif moderne, teinté d'humour, tout en proposant un background se voulant moyennement nourri, cette nouvelle série trouve un certain équilibre, et offre du même coup un point d'accroche pour tous ceux désireux de plonger dans cette aventure. Si tous les épisodes (sur la dizaine proposée ici) ne sont pas de qualité égale, on trouve cependant de quoi valider un bon divertissement, avec un rythme qui s'accélère vers la fin de la saison et un casting impeccablement calibré. Il faudra voir sur la durée comment évolueront les choses, mais les bases semblent solides. Une série que vous pouvez découvrir dès à présent en Blu-ray sans crainte, en attendant la seconde saison, dors et déjà diffusée Outre Atlantique.

KILLJOYS SAISON 1, disponible dès à présent en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Sans rien révolutionner, Killjoys saison 1 livre un sympathique divertissement, dans un genre SF délaissé depuis quelques années à la télévision. Le scénario n'est pas à proprement parlé renversant, mais l'humour présent, le joli casting, ainsi que la dynamique générale de la série en font un cru intéressant, que vous pouvez découvrir sans crainte. Coté technique, Universal nous propose un master 1080p sans la moindre égratignure. Contrastes et définition au top. Du coté des pistes audio (attention erreur d'impression sur la jaquette qui annonce deux pistes DD5.1!!), la VO s'illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, affichant un paysage sonore dynamique et immersif. La VF se livre quant à elle en DTS 5.1, très probante également. Doublage FR soigné. Il n'y a par contre rien à signaler du coté des extras, malheureusement.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


18 août 2016

[Review] Mr Robot saison 1, le test Blu-ray

Elliot Alderson, jeune informaticien vivant à New York, travaille en tant qu'ingénieur en sécurité informatique. Il lutte aussi constamment contre un trouble d'anxiété sociale et de dépression. Durant son temps libre, il pirate les comptes des gens, ce qui le conduit souvent à agir comme un cyber-justicier. Jusqu'au jour où Elliot rencontre "Mr. Robot", un mystérieux anarchiste qui souhaite le recruter dans son groupe de hackers connu sous le nom de "Fsociety". Leur objectif consiste à rétablir l'équilibre de la société par la destruction des infrastructures des plus grosses banques et entreprises du monde, notamment le conglomérat E Corp...

Dès le premier épisode de Mr Robot, on est plongé dans une ambiance singulière, oscillant entre l'univers du hacker, solitaire et déterminé, et du junkie, plus sombre et angoissant. Le personnage de Elliot est d'ailleurs très complexe, renfermé sur lui même et peu enclin à la moindre démonstration, quelle soit physique ou affective. Un loup solitaire sans attache, mais à la morale irréprochable, en apparence et dans un premier temps en tous cas. Car très vite Elliot va croiser la route de "Mr Robot", personnage incarné à l'écran par l'acteur Christian Slater, et cette rencontre va totalement bouleverser la vie, jusque là routinière, du jeune hacker, pour le pousser vers les abysses de la cybercriminalité. Si cette série souffre d'un vrai problème de rythme, alignant certains épisodes hors sujet et peu captivants (sur les addictions de Elliot entre autres), la ligne conductrice reste quant à elle accrocheuse et il est bien difficile de s'en détacher. Une première saison qui risque fort de vous rendre accro, sachez-le. Une seconde saison est d'ailleurs dors et déjà diffusée aux États-Unis.

MR ROBOT SAISON 1, disponible dès le 17.08.2016 en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Avec Mr Robot le spectateurs plonge dans les méandres de la cybercriminalité en suivant un jeune hacker tourmenté, accro à la morphine et fort peu sociable. Si cette première saison semble parfois mal équilibrée, elle offre cependant une belle accroche, à laquelle il sera bien difficile de résister après y avoir gouté. Coté technique, les deux disques Blu-ray de ce coffret réunissant les 10 épisodes d'une cinquantaine de minutes chacun livrent une image sans faute de gout, aux contrastes marqués et à la définition soignée. Un léger grain texture l'ensemble, sans conséquence sur le confort de vision. Du coté des pistes audio, la VO s'illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, offrant un paysage sonore cohérent et immersif, sollicitant parfaitement les 5 enceintes. La VF se dévoile quant à elle en DTS 5.1, tout aussi accrocheuse en terme d'ambiance, mais moins probante coté doublage. VO plus pertinente à ce niveau là. Pour ce qui est des extras, on trouve ici la présence de modules making of, scènes coupées ainsi qu'un bêtisier du tournage, sans oublier également un code Ultra Violet dans le boitier Blu-ray.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


16 août 2016

[Review] Batman: A telltale Games Series (Episode 1), le test PS4

BATMAN: A TELLTALE SERIES (Episode 1/5) - Disponible dès à présent sur PS4, ONE et PC
Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Entrez dans la psyché fracturée de Bruce Wayne à travers cette nouvelle histoire sombre et violente des créateurs de The Walking Dead – A Telltale Games Series, et découvrez les lourdes conséquences que porteront vos choix en étant dans la peau du Dark Knight. Incarnant Batman, vous rencontrerez des alliés et des adversaires bien connus. Incarnant Bruce Wayne, vous découvrirez ce que veut dire être l'homme derrière le masque...

Après avoir totalement adhéré au concept livré par les précédentes productions Telltale Games parues sur consoles et PC (The Walking Dead, The Wolf Among Us, Game of Thrones), l'annonce d'une nouvelle série de récits basée cette fois sur l'univers du Dark Knight m'a directement emballé. Un potentiel à la richesse de contenu aussi vaste que captivant, allié au talent narratif des architectes vidéoludiques des studios Telltale Games, cela ne pouvait que fonctionner. Disponible depuis quelques jours maintenant sur le PSN, le Xbox Live, ainsi que sur PC, il est donc temps de vous livrer nos impressions sur Batman: A Telltale Games Series - Episode 1, le premier d'une série de cinq dors et déjà annoncés (tous inclus dans le Season Pass si vous en faite l'acquisition). En veut-il la peine? Voici notre verdict, garanti sans spoiler.

Sans surprise, l'histoire prend ici place à Gotham City, territoire sous la protection du Chevalier Noir, gardien de cette cité où règnent crime et perdition. Pour la première fois dans un jeu vidéo estampillé "Batman", vous alternerez entre ce dernier et l'homme qui se cache derrière le masque, Bruce Wayne. Car en effet l'un ne peut exister sans l'autre, et de ce point de vue là Telltale Games a eu pleinement raison de jouer la carte de la dualité scénaristique, offrant du même coup deux perspectives à l'histoire.

Dans la peau de Bruce Wayne, vous tenterez de faire toute la lumière sur les accusations qui planent sur vous et le passé de la famille Wayne. Vous devrez également gérer le retour d'un ami perdu de vue depuis vingt ans. Pour y parvenir vous devrez gérer votre image face aux médias (qui ne manqueront pas de se déchainer dans la tempete médiatique soulevée par les récents éléments venus entacher votre réputation), en faisant - par exemple - les meilleurs choix dans des dialogues pouvant parfois porter à conséquence. Certains d’entre eux auront d'ailleurs une réelle impacte sur la direction que vous donnerez à la suite de l'aventure. Comme dans les autres jeux Telltale Games, chaque décision que vous prendrez est susceptible de modifier votre progression. Une réponse blessante pourra par exemple vexer un de vos soutiens et le détourner de vous par la suite, alors qu'il aurait pu être un allié précieux si vous aviez répondu différemment. Rien n'est jamais ici totalement anodin sachez-le (même si toutes les réponses ne portent pas forcément à conséquence non plus). Reste à présent à voir sur la durée la véritable impact des choix faits dans ce premier épisode dans la peau de Bruce Wayne.

Dans la peau de Batman, vous serez logiquement amené à davantage d'action sur le terrain. Derrière le costume du Dark Knight vous devrez régulièrement enchainer les QTE (abondement exploitées ici...) pour venir à bout des diverses séquences de combat auxquelles vous serez confronté. Un mécanisme poussif et même abusif par moments, mais que vous ne pourrez éviter malheureusement. Tout comme les phases d'analyse d'ailleurs, qui seront nécessaires pour progresser. Vous devrez trouver des indices sur des lieux de crimes, les mettre en relation et en tirer les conclusion qui s'imposent. Cela débloquera la suite de l'histoire. Vous devrez aussi établir certains plans d'action avant de vous confronter aux sbires de vos ennemis, là aussi en analysant en détails les lieux (avant une fois encore d'enchainer sur une longue série de QTE.

Coté technique, si la version Playstation 4 que nous avons eu l'occasion de tester ne souffre d'aucun souci majeurs, cette dernière donne malgré tout par moment le sentiment que cela pourrait être encore plus joli. L'esthétique "Telltale Games" fonctionne cependant à merveille et s'adapte parfaitement à l'ambiance Dark du récit. Concernant l'ambiance sonore, le doublage (VO uniquement - sous titrée FR) se montre convaincant, participant vraiment à l'immersion du joueur. La partition est elle aussi très immersive et parfaitement de circonstance. Quelques bugs sonores (absence de bruitage lors de certaines séquences) ont cependant été constatés, sans gravité. Le jeu sauvegarde automatiquement à intervalles réguliers, et la liste des trophées est quant à elle on ne peut plus simple, ne réclamant que de progresser dans l'histoire. Un "Easy Platine" pour tous ceux qui iront au bout des 5 épisodes. Enfin, en ce qui concerne la durée de vie, comptez ici un peu moins de deux heures (c'est le temps qu'il m'a fallu) pour terminer ce premier épisode de Batman: A Telltale Games Series. Ce qui le place dans la moyenne des autres productions de l'éditeur.

VERDICT
Parfaitement adapté au concept vidéoludique des productions Telltale Games, l'univers de Batman ici proposé est une totale réussite, tant sur le plan de l’esthétique que de la narration. La possibilité pour le joueur d'incarner tantôt Bruce Wayne, tantôt Batman, permet de varier les approches et d'aborder les choses sous deux angles clairement distincts. On regrettera cependant l’abus de QTE, qui n'apportent souvent rien de concret, et le coté un peu poussif des phases d'enquête/analyse, qui se limitent à fouiller les lieus de font en comble, sans quoi il est impossible de progresser (un reproche inhérent à toutes les productions Telltale d'ailleurs). Il est par contre encore un peu tot pour voir où le scénario nous emmène, même si actuellement les pistes exploitées semblent crédibles. On se réjouit en tous cas d'en découvrir la suite!

12 août 2016

[NEWS] Jojo's Bizarre Adventure: Eyes of Heaven disponible sur PS4

Près de 30 ans après sa première publication, la franchise Jojo's Bizarre Adventure n’a jamais été aussi jeune! C'est pour cette raison que la licence continue de faire parler d'elle en 2016 et qu'un nouveau volet vidéoludique (le premier sur Playstation 4) est sorti en juillet chez Bandai Namco.

Le chef-d’œuvre d’Hirohiko Araki est aujourd’hui devenu un phénomène culturel mondial qui a influencé toute une génération de jeux et inspiré d’innombrables animés et mangas.

La famille Joestar revient donc dans un tout nouveau jeu d’action et de combat palpitant!

Mais de quoi s'agit-il exactement?

Jeu de combat en 2 contre 2, JoJo’s Bizarre Adventure : Eyes of Heaven vous permet d'incarner des personnages originaux dans des batailles d'arène intenses, dans lesquelles vous devrez utiliser des combinaisons pour venir à bout de l'équipe ennemie.

Grâce à un scénario exclusif et original, les membres de la famille Joestar unissent leurs forces pour découvrir un terrible mystère...


Au programme plus de 50 personnages issus des 8 chapitres de l’histoire, des combats passionnants en 2vs2 où vous pourrez découvrir les incroyables pouvoirs de chaque personnage. Sélectionnez votre duo favori et déclenchez des attaques "Dual Heat" dévastatrices, et tout cela dans des niveaux ouverts.

JoJo's Bizarre Adventure: Eyes of Heaven est édité par Bandai Namco et disponible sur Playstation 4 depuis le 1er juillet 2016.


9 août 2016

[Review] 13 Hours, le test Blu-ray

Benghazi (Libye), 11 septembre 2012. Face à des assaillants sur-armés et bien supérieurs en nombre, six hommes ont eu le courage de tenter l'impossible. Leur combat a duré 13 heures, et ceci est une histoire vraie...

Les films sur la guerre du Golf ou tout autres conflits impliquant les forces armées de l'Uncle Sam, le moins que l'on puisse dire c'est que Hollywood ne s'en est pas privé ces dernières années. Alors un film de plus sur le sujet, n'est-ce pas là la goute d'eau allant faire déborder le vase? Je dois vous avouer que c'est ce que je m'attendais à écrire. Jusqu'à ce que je repère le nom de Michael Bay dans le siège du réalisateur, généralement synonyme d'un divertissement pop-corn (Armageddon, Pearl Harbor, Transformers...) dont je suis plutot friand, je dois bien le reconnaitre. J'ai donc mis de coté mes préjugés et me suis laissé embarquer par le récit. Si l'on met de coté les habituels clichés liés à la toute puissante armée américaine et à ses soldats "invincibles" sauveurs de l'humanité (ce qui est parfois le cas, je vous l'accord), on retrouve avant tout ici une jolie histoire humaine, de devoir et d’amitié, où une poignée d'hommes va tenter de survivre durant 13 heures en territoire hostile. Et ce qui rend la chose encore plus touchante c'est d'apprendre que 13 Hours est une histoire vraie. A delà des clichés et des préjugés, 13 Hours est bel et bien un film à voir.

13 HOURS, disponible dès le 17.08.2016 en Blu-ray et DVD chez Paramount.

VERDICT : Encore un film américain sur la guerre me direz vous? Oui et non. 13 Hours raconte certes un récit de guerre avec tout ce que cela implique, mais c'est aussi et surtout une histoire vraie, touchante et sincère, de courage, de devoir et d’amitié. Ca ne révolutionnera pas le genre, assurément, mais le divertissement est bel et bien au rendez-vous, et en fin de compte c'est ça le plus important. Coté technique, On peut ici noter un master Full HD quasi parfait, aux contrastes affutés et à la définition grandiose, ainsi qu'à la saturation légèrement boostée, comme généralement constaté dans les films de Michael Bay. Du coté des pistes audio, une fois encore seule la VO bénéficie d'une piste HD (Dolby Atmos - ndlr: convertie en DD 5.1 si votre ampli n'est pas compible Atmos), remarquable d'efficacité, exploitant à la perfection l'espace surround et plongeant littéralement le spectateur au coeur de l'action. La VF s'illustre quant à elle en DD 5.1, plus conventionnelle sans aucun doute, mais néanmoins convaincante. Pour ce qui est des extras, il n'y a étrangement rien à signaler sur cette édition Blu-ray. Dommage.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


8 août 2016

[Review] The Division Underground (Souterrain), le test PS4

Les joueurs PS4 ont du être patients, mais après un mois d'exclusivité pour la console Xbox One (et PC) il est à présent temps pour eux aussi de pouvoir gouter à la première extension majeure du jeu The Division, la bien nommé "Souterrain" (Underground en VO).

Si tous les joueurs avaient pu bénéficier début juillet des avantages liés à la mise à jour 1.3 (nouveau niveau de difficulté Héroïque, nouvelles missions quotidiennes en difficile et expert, kit d'armure AlphaBridge, nouvelles armes, possibilité de recalibrer (enfin!) aussi son arsenal, etc...), il manquait pourtant l'essentiel: les missions "souterrain". Depuis le 2 aout 2016 c'est donc chose corrigée, et les joueurs PS4 peuvent à présent eux aussi arpenter les tunnels du métro de Manhattan.

Qu'est ce que les missions "Souterrain"?

Après une brève mission solo d'introduction se déroulant à l'air pur, vous serez ensuite conviés à rejoindre le centre des opérations accessible via l'arrière de la base, là où un message "off line" apparaissait jusqu'alors. Descendez les quelques marches et prenez l’ascenseur pour accéder enfin au nouveau centre opérationnel, réservé aux possesseurs du Season Pass (39.99€) et aux joueurs ayant acheté (14.99€) l’extension Underground via le PSN. Une première mission solo vous sera alors proposée afin de vous familiariser avec les nouveautés et les codes en vigueurs dans les souterrains. Vous y découvrirez entre autres la présence de brouilleurs, d'alarmes et autres pièges en tous genres. Jusqu'au boss final. Après quoi vous reviendrez au centre des opérations où vous pourrez alors lancer votre première mission, en solo ou en coopération (jusque 4 joueurs).

Chaque nouvelle mission vous rapportera de l'XP, servant à faire progresser le niveau "souterrain" de votre personnage. Les premiers niveaux se gagnent rapidement, mais atteindre le niveau 40 (niveau max actuellement) demandera cependant quelques heures de jeu (une bonne quarantaine au bas mot). Monter de niveau vous permettra de pouvoir moduler les missions avec certaines contraintes (moyennant des intels de directive - voir image ci-contre), comme de pouvoir changer la difficulté vers Expert ou Héroïque par exemple, de jouer sans votre radar, de limiter vos munitions, de perturber vos compétences, ou encore d'ajouter une seconde phase (soit enchainer deux missions à la suite sans refaire le plein de soin), ce qui vous rapportera bien sûr davantage d'XP ainsi que de meilleurs loots. Il faut au passage noter que le jeu génère les niveaux aléatoirement et que chacune de vos missions sera du coup différente de la précédente. Impossible donc ici de mémoriser les zones afin de savoir où sont cachés les items à collecter (enregistrements audio, photos ou coffres), malheureusement. Les modules deviennent cela dit assez vite récurrents. Atteindre le niveau 40 vous permettra également de faire des achats intéressants auprès du nouveau vendeur présent dans le centre d'opération. Ce dernier vend en effet des armes 229 et des pièce d'armures 268 (ainsi que des plans!). Chose impossible à acquérir avec des crédits Phoenix jusqu'à présent.


Quoi d'autre à signaler?

Cette première extension majeure de The Division ne livre pas que les missions "Underground", elle ouvre également les portes de la nouvelle incursion: Le Nid du Dragon. Et comme son nom l'indique, vous allez y avoir chaud, très chaud même, dans cette mission mettant à l'honneur les dégâts exotiques de type feu. Moins "statique" que les deux premières incursions, celle-ci ressemble davantage à une mission classique dans sa progression, avec néanmoins plusieurs zones de guerre qui mettront copieusement votre coopération à l'épreuve (même en difficile). En guise de boss, ce n'est pas ici un mais bien 4 molosses que vous devrez abattre (les 4 cavaliers de l'Apocalypse, voir illustration ci-dessus). Chacun d'eux, que vous affronterez tous ensemble question de corser les choses, lachera cela dit un loot, avec du 229 en arme et du 269 en armure si vous boucler cette assaut en Héroïque (c'est gérable, nous l'avons réussi en coop 4 joueurs). Notez qu'en cas de mort, vous ne devrez cette fois pas tout recommencer, mais uniquement la dernière phase. C'est déjà ça.

On trouve également parmi les nouveautés de cette extension de nouveaux kits d'armures. Après l'AlphaBridge dont tout le monde pouvait disposer depuis la mise à jour 1.3 (avec entre autres la possibilité d'ajouter 2 kits de soins à votre inventaire si vous équipez 2 pièces de ce set d'armure), on trouve maintenant en plus les sets Reclaimer, B.L.I.N.D., DeadEye et FireCrest, proposant eux aussi des bonus supplémentaires en équipant 2, 3 ou 4 pièces d'un même set. Ces derniers se récupèrent via les caches scellées collectées en fin de missions, sur les boss, dans les coffres cachés dans les souterrains (il y en a systématiquement un à ouvrir avant de quitter la mission dans le sasse de sortie), ou en passant de niveau. Les caches ainsi récupérées vont se placer dans votre inventaire, à la gauche de votre contenu Dark Zone. Comme les caches scellées récupérées en DZ, vous devrez d'abord les ouvrir (en maintenant la touche carré enfoncée) avant de découvrir ce qu'elles contiennent (loot aléatoire).

Au final, cette première vraie extension pour The Division apporte concrètement pas mal de contenu, même si le concept des missions Underground risque fort de rapidement lasser à cause de son coté hyper répétitif. Via les intels de directive il est heureusement possible de moduler le déroulement, la durée, la difficulté ainsi que les contraintes durant ces missions, et l'objectif du niveau 40 offrira lui aussi une carotte pour avancer. Ajoutez à ça 4 nouveaux sets d'armures, une nouvelle incursion et un nouveau vendeur où dépenser vos crédits Phoenix, et on obtient un joli contenu qui nous tiendra occupé, espérons-le, jusqu'à l'arrivée du prochain DLC inclus dans le Season Pass.


5 août 2016

[Review] Lego Star Wars: Le Réveil de la Force, le test PS Vita

LEGO STAR WARS LE REVEIL DE LA FORCE - Disponible dès à présent
Test effectué à partir d'une version commerciale (boite).

Revivez les événements épiques du film Star Wars Episode VII et incarnez de très nombreux personnages, le tout revisité bien sûr avec l'humour propre à l'univers des jeux vidéo LEGO. Le jeu comprend également du contenu jouable exclusif sur les consoles Playstation ainsi que des séquences inédites situées entre "Le Retour du Jedi" et "Le Réveil de la Force"...

Après vous avoir proposé notre test de la version PS4 de Lego Star Wars: Le Réveil de la Force, nous allons à présent nous attarder sur le modèle "portable" de cette aventure, avec la version PS Vita du jeu. L'éditeur nous a en effet également fait parvenir cette version, disponible au choix en boite ou en dématérialisée via le Playstation Store si cette dernière vous intéresse. L'occasion de prolonger l'expérience, et de vivre (ou revivre) les grands moments de l'Episode VII en totale liberté. Et comme vous allez vous en rendre compte, la version PS Vita est loin de décevoir.

Contrairement à ce qu'on pouvait imaginer (en se basant sur les expériences mitigées que nous avaient offert certains jeux Lego sur la console portable de Sony...), Lego Star Wars: Le Réveil de la Force sur Playstation Vita est très loin de se contenter de servir un contenu "rapide et facile" sans offrir aux joueurs nomades une expérience aussi intense et fidèle que sur Playstation 4. Je l'annonce haut et fort, la version PS Vita est tout aussi respectueuse de l'esprit de la saga que son modèle sur consoles de salon, et offre assurément elle aussi bien des arguments de séduction.

Il est bien sûr indéniable que cette version PS Vita s'adresse d'avantage à des joueurs certainement plus jeunes et moins exigeants. L'ensemble se montre en effet simplifié, tant coté gameplay que coté graphique. Pourtant, de ce coté là, on ne peut objectivement reprocher que très peu de chose au rendu visuel de cette version portable, qui assume parfaitement son coté "allégé" mais pas pour autant "bâclé", soyez en certains. Comme vous le constaterez sur le cliché ci dessus d'ailleurs, on retrouve également dans la version Vita les nouveaux éléments de gameplay dont nous vous avions parlé sur PS4, avec des phases de shoot, entre autres, mais également aussi les constructions multiples par exemple. Si elle affiche certes moins d’éléments à l'écran que son homologue de salon, cette version portable conserve clairement tous les moments clefs de l'aventure offerte sur PS4, avec des niveaux souvent fort proches d'ailleurs dans leur construction et leur déroulement. Pour résumer on pourrait dire que les développeurs ont insufflé l'essentiel de la version PS4 sur PS Vita. Si vous avez comme moi joué aux deux, cela ne pourra vous échapper.

Par contre, je vous en parlais plus haut, cette version Vita se montre globalement moins complète que son homologue PS4. En effet, le roster (la grille de choix des personnages) est ici plus réduite, et se contente de proposer les essentiels. N'ayez crainte cela dit, tous les indispensables répondent bel et bien présents. Le principe est quant à lui le même pour les débloquer, vous devrez généralement terminer chacun des niveaux à deux reprises afin de pouvoir tout débloquer. Coté réalisation, le rendu de cette version PS Vita est loin de décevoir. L'ensemble se montre plus dépouillé certes, mais le tout reste globalement séduisant, incluant également doublages, bruitages et musiques de la version de salon. Mention toute particulière en ce qui concerne aussi les cinématiques, qui sont ici splendides et non compressées semble-t-il (fini les amas de pixels disgracieux visibles sur font noir). Un point non négligeable, qui renforce encore davantage le coté soigné de cette adaptation sur Playstation Portable. Enfin, comme ses semblables sur PS4 et PS3, vous trouverez ici des niveaux qui vous emmèneront au-delà du film "Le Réveil de la Force" (comme le niveau sur Endor illustré ci-dessus), question de varier les plaisirs et d'ajouter encore quelques protagonistes au casting.


VERDICT
Une chose est indéniable, la version PS Vita de Lego Star Wars: Le Réveil de la Force n'a pas à rougir face à son homologue sur Playstation 4 (dont vous trouverez notre test en suivant ce lien). Le tout se montre globalement certes moins généreux (contenu et rendu visuel), mais il ne lui manque pourtant rien, ou presque. On retrouve ici les nouvelles phases de gameplay (shoot et constructions multiples), un déroulement similaire avec des niveaux inspirés et fidèle à l'esprit Star Wars (mis à jour à la sauce Lego...), sans oublier voix, bruitages et bande originale de qualité. Même si cette version portable n'offre pas une copie conforme de la version de salon, il serait vraiment dommage que vous passiez à coté de cette aventure si vous jouez habituellement sur PS Vita. Un excellent titre Lego à ajouter dans votre ludothèque, sans aucun doute.