[Review] MotoGP 15, le test PS4

Le seul jeu officiel de la compétition MotoGP. Pilotes, motos, circuits et classes, profitez de l'intégralité du contenu officiel des saisons 2014 et 2015 du championnat du monde...

[Review] Suits saison 4, le test Blu-ray

Avocat ambitieux d'une grosse firme de Manhattan, Harvey Specter a besoin de quelqu'un pour l'épauler. Son choix se porte sur Mike Ross, un jeune homme brillant mais sans diplôme...

[Review] God of War III Remastered, le test PS4

Kratos doit restaurer son honneur et pour se faire affronter les créatures les plus sombres de la mythologie dans sa quête de destruction de l'Olympe, et du tout-puissant Zeus lui-même...

[Review] F1 2015, le test PS4

Plongez au cœur de la saison 2015 du plus prestigieux et fascinant des sports automobiles, la Formule 1. Retrouvez toutes les équipes officielles, les pilotes et les circuits...

[Review] Les Nouveaux Héros, le test Blu-ray 2D/3D

Hiro Hamada, un jeune génie de la robotique, veut poursuivre le rêve de son frère Tadashi, disparu tragiquement, en optimisant Baymax, un robot médical révolutionnaire...

31 juil. 2015

[Concours] Deep-blu.com fête ses millions!

On se calme! Il ne s'agit bien évidement pas d'euros ici (dommage...), mais bien de lecteurs. Nous venons en effet de franchir le très joli cap des deux millions de visiteurs sur Deep-blu.com depuis la naissance du site en 2011. Un score acquis jour après jour, grâce à vous tous chers lecteurs. Pour vous remercier de votre attachement à notre média ainsi que de votre fidélité, nous avons décidé de mettre en place, en collaboration avec Playstation, Nintendo, Square Enix, Bandai Namco et Ubisoft, un concours véritablement exceptionnel, comme nous avons toujours su le faire sur Deep-blu.com lors des grandes occasions. Et celle-ci en est une!


Comment participer?

Pour tenter votre chance au tirage au sort et peut-être remporter l'un des supers cadeaux mis en jeu (voir détails plus bas), rien de plus simple. Vous allez devoir répondre à une seule et unique question par mail (concours@deep-blu.com en indiquant "concours 2M" en objet) et/ou via nos réseaux sociaux - voir au bas de cette page pour les différents liens - en commentant avec le #Deepblucom2M, sans oublier votre réponse bien sûr et au passage de partager ce concours auprès de vos amis. Pensez bien à être identifiable afin que nous puissions vous recontacter si vous faites partie des heureux gagnants.

Plusieurs façons de participer s'offrent donc à vous. Vous pouvez bien sûr toutes les cumuler pour augmenter vos chances. Attention qu'une seule participation est autorisée par adresse mail et compte Facebook/Twitter/Instagram.

>>> Combien d'articles (news, reviews, concours etc...) ont été postés sur Deep-blu.com depuis la création du site en 2011?

Comme d'habitude, pour une question de coût d'envoi, seuls les participants résidant au Benelux et en France métropolitaine seront inclus dans le tirage au sort final. Merci de votre compréhension.

Les membres de Deep-blu.com, leurs familles, ainsi que nos partenaires (afin d'éviter tout favoritisme) ne sont pas autorisés à participer.

Fin de cette action le 31.08.2015 à minuit.


Que pouvez-vous gagner?

  • 1x console Playstation 4 (blanche) + press kit collector Bloodborne PS4 (jeu inclus)

© 2015 SCEE. All Rights Reserved.



© 2014/2015 Square Enix & Bandai Namco. All Rights Reserved.



© 2015 SCEE. All Rights Reserved.

 

© 2014/2015 Ubisoft. All Rights Reserved.


  • 1x lot de 5 figurines amiibo ("Woolly" Yoshi, Marth, Pikachu, Fox, Shulk)

© 2014/2015 Nintendo. All Rights Reserved.



Abonnez-vous à notre page Facebook , notre Instagram et notre Twitter, pour participer bien sûr mais aussi pour ne rien manquer de l'actualité jeux vidéo et Blu-ray publiée sur Deep-blu.com. N'hésitez pas à partager ce concours auprès de vos amis et de tous vos contacts. Bonne chance à tous et rendez-vous début septembre pour les résultats!

[Review] MotoGP 15, le test PS4

MOTOGP 15 | Milestone
Disponible dès à présent sur PS4, PS3, XONE, 360 et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Découvrez le seul jeu officiel de la compétition MotoGP. Pilotes, motos, circuits et classes : profitez de l'intégralité du contenu officiel des saisons 2014 et 2015 du championnat du monde. Tous les modes de jeu ayant fait le succès de la série sont de retour, avec de nombreuses améliorations et nouveautés pour un réalisme encore plus poussé. Vue casque, gestion de l'équilibre de la moto, aides personnalisables, intelligence  artificielle plus poussée, replays comme à la TV, commentaires audio en français... tout est une nouvelle fois réuni pour donner au joueur l'expérience la plus  proche des vrais pilotes de MotoGP...

Après une version 2014 qui avait su convaincre en proposant un contenu particulièrement copieux et satisfaisant, Milestone nous livre, quasiment jour pour jour 1 an après MotoGP 14 (voir notre test de la version PS4), une version 2015 annoncée comme corrigeant et améliorant la version précédente. Alors, MotoGP 15 est-il enfin le titre que tous les fans de courses moto attendaient? Un titre à la fois complet, immersif et enfin techniquement à la hauteur de la PS4? Réponse avec notre verdict de l'épisode 2015, disponible une nouvelle fois cette année sur Playstation 4, Playstation 3, Xbox 360 et PC, ainsi que sur Xbox One également.

Tout comme MotoGP 14, on retrouve dans MotoGP 15 un contenu particulièrement complet. Seul jeu à bénéficier de la licence officiel Moto GP (circuits, pilotes, écuries et sponsors officiels du championnat Moto GP), Moto GP est donc logiquement très attendu par les fans. A coté des classiques modes Grand Prix, courses individuelles ou chronos, etc..., on trouve bien évidement le mode Carrière, et c'est bien ce dernier qui intéresse la majorité des joueurs. Après avoir créé (sommairement) votre personnage, en lui choisissant un visage parmi une poignée de stéréotypes, lui avoir donné un nom, un surnom, une nationalité et un âge, choisi la couleur de votre casque, le modèle de gants et de bottes que vous souhaitez (rien concernant la combinaison par contre...), vous voilà dès lors prêt à plonger dans la carrière de votre vie. Le jeu vous propose en suite de participer à un tutoriel afin de (tenter de) maitriser les bases du pilotage en moto, plusieurs modes et types de conduite étant disponibles.






La licence MotoGP sur consoles fait clairement dans la simulation plus que dans l'arcade. C'était déjà le cas avec MotoGP 14, ceci est une fois encore le cas avec MotoGP 15. Heureusement, diverses aides au pilotage (assistance freinage et tenue de route) sont possibles en course, et cela facilite grandement les choses croyez-moi, même si cela bride probablement quelque peu les performances de pointe. Course après course, saison après saison, vous passerez d'un team à un autre (ou pas), et vous évoluerez dans les classements mondiaux, avec toujours comme objectif de remporter le titre de champion ultime. Le mode Carrière est un mode de longue haleine. Vous pourrez choisir de participer directement à une course (jour du GP), ou tenter de vous positionner en tête de grille via les qualifications (au début, votre matériel ne vous le permet pas, inutile donc de vous acharner). En course par contre, la moindre erreur se paie cash et il est souvent très difficile de regagner les places perdues, face à une IA correcte (mais parfois bizarre malgré tout). La météo joue également un rôle essentiel (paramétrable via les options de courses). La durée de vie se montre donc imposante vous l'aurez compris, et les puristes devraient aisément trouver avec MotoGP 15 de quoi leur fournir de très longues heures de divertissement. Les différents mode de jeu, les objets/galeries à débloquer, ainsi que les trophées bien sur, seront autant de raisons de revenir vers ce titre, complet et copieux, sans oublier son mode en ligne, jusqu'à 12 joueurs.

Par contre, comme cela était déjà à regretter sur la version 2014, MotoGP 15 ne propose toujours pas un niveau technique à la hauteur de nos attentes sur consoles de nouvelle génération. Les décors sont vides, les circuits sont fidèlement modélisés, certes, mais les textures sont globalement assez pauvres, à tel point qu'on se croirait sur PS3, et encore pas dans ses meilleurs jours. Le rendu reste correct en course, avec une distance d'affichage honnête, mais on s'attendait très clairement à bien mieux de ce coté là. On regrettera aussi qu'aucun changement au niveau des menus n'ai été fait, et que la bande son semble elle aussi n'avoir subi aucune mise à jour pour cette édition 2015.

VERDICT
Sans bouleverser les choses depuis l'édition 2014, MotoGP 15 en reprend cela dit le meilleur et offrira une expérience de jeu immersive et fidèle aux amateurs de MotoGP. Contenu toujours aussi copieux, réglages pointus (un peu trop même d'ailleurs pour les non initiés), pilotes, circuits et motos officielles, rien ne manque. On regrettera cependant une fois encore la pauvreté technique de ce jeu, qui est très loin de plonger le joueur dans la nouvelle génération. Les habitués de MotoGP 14 ne seront pas non plus dépaysés coté menus et bande son, rien n'ayant changé à ce niveau là entre 2014 et 2015. Il est cependant difficile de sanctionner MotoGP 15 car au-delà de son esthétique, le titre de Milestone est véritablement une référence. Mais il sera difficile de l’excuser encore longtemps avec des productions telles que Project Cars, DriveClub ou encore Forza, qui se montrent quant à elles autant superbes qu'immersives.

30 juil. 2015

[NEWS] Focus sur le Season Pass de Batman Arkham Knight (PS4)

Si, comme moi, vous avez succombé à l'appel du Chevalier Noir de Gotham sur Playstation 4 ou Xbox One - la version PC de Batman Arkham Knight étant actuellement en cours d’optimisation et donc temporairement indisponible à la vente -, il est alors fort probable que vous ayez à présent terminé l'aventure principale et peut-être même aussi bouclé les missions secondaires à 100% (et donc activé le protocole KnightFall...). Heureusement, Warner Bros. Games a prévu de quoi vous occuper encore un peu grâce au Season Pass du jeu, dès à présent disponible et proposant déjà du contenu pour nous permettre de prolonger l'expérience Batman Arkham Knight sur nos consoles Nouvelle Génération.

Au programme, tous les mois durant 6 mois le Season Pass nous proposera du contenu exclusif. Le premier DLC, disponible dès à présent donc, livre une aventure inédite dans laquelle vous incarnez Batgirl (et occasionnellement aussi Robin) qui doit déjouer les plans du Joker. Ceci se déroule bien sûr avant les événements de Batman Arkam Knight, et nous propose au passage d'évoluer dans un lieu inédit lui aussi. Pas de véritable nouveautés au programme cela dit, si ce n'est le plaisir de prolonger encore durant 2 heures l'aventure, et ce en incarnant un nouveau personnage (même si tout cela ressemble fort au gameplay proposé en incarnant Batman).

Les prochains DLC n'ont pas encore été dévoilés, sauf celui du mois d'aout, qui proposera quant à lui de nouveaux skins pour Batman et sa Batmobile, nous plongeant dans une ambiance Tim Burton version Batman 1989. D'autres apparences, à destination de tout le monde cette fois, viendront aussi étoffer ce DLC.


Vous pouvez dès à présent lire (ou relire) notre test détaillé de Batman Arkham Knight sur PS4, en attendant plus d'infos sur les futures téléchargements que nous réserve le Season Pass du jeu.


29 juil. 2015

[Review] Q.U.B.E. Director's Cut, le test PS4

Q.U.B.E. DIRECTOR'S CUT | Toxic Games
Disponible dès à présent sur PS4, PS3, Xbox One et PC -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Dans Q.U.B.E. (Quick Understanding of Block Extrusion), vous découvrez un vaisseau spatial plein de mystères. Votre seul espoir pour en sortir étant la manipulation de blocs défiant les lois de la physique. L'édition "Director's Cut", en plus des défis de plate-formes, des puzzles 3D, des Bonus "Pick Ups" et une myriade d’obstacles combinant précision, logique et réflexes, ajoute dix nouveaux niveaux exclusifs au travers d'un mode "Against The Qlock", dans lequel vous pourrez également défier vos amis...

Sorti initialement en 2010 sur PC, Q.U.B.E. arrive à présent aussi sur console et même en version "Director's Cut" pour l'occasion.

Pour ceux qui ne connaitraient pas encore Q.U.B.E., le principe est on ne peut plus simple. En vue FPS, vous devez déplacer des cubes de couleurs afin de libérer (ou créer) un passage pour pouvoir poursuivre votre progression. Pour ce faire, vous devez tout d'abord intgrer quelques règles de base. Chaque cube d'une même couleur réagit de manière semblable. Les rouges peuvent être plus ou moins écartés du mur, les jaunes font apparaitre des marches d’escalier, les bleus vous projettent en l'air, etc... Une fois les règles assimilées, il vous faut ensuite bien analyser votre environnement afin de réussir à combiner les différentes actions possibles. L'objectif étant toujours de vous élever (les niveaux sont en effets le plus souvent verticaux) vers la sortie.

Le jeu est découpé en plusieurs secteurs, dans lesquels les espaces succèdent les uns aux autres. Chaque nouveau secteur intègre généralement de nouveaux blocs de couleurs, soit une difficulté supplémentaire avec laquelle vous devrez composer. Il faut donc observer, analyser et tester bien sûr, jusqu'à trouver la solution de l'énigme. Car c'est bien de ça qu'il s'agit. Q.U.B.E. est une succession d'énigmes/casses-têtes qu'il vous faut résoudre pour progresser. Le concept mettant ainsi à l'épreuve votre sens de l'observation, mais aussi de déduction, de logique, sans oublier vos réflexes, car les choses ne sont pas forcément statiques. Il vous faudra souvent anticiper et réagir au bon moment pour réussir la séquence que vous aurez imaginé.







Et la prise en main là-dedans me demanderez vous? Soyez rassuré, Q.U.B.E. propose une maniabilité vite intuitive, malgré un choix FPS audacieux. Il est en effet déroutant de ne pas voir le tableau dans son ensemble, mais on se fait très vite à cette ambiance singulière. Le coté blanc, immaculé, presque chirurgical, de la plupart des espaces traversés n'est d'ailleurs pas sans rappeler un certain PORTAL, qui mettait lui aussi votre logique à l'épreuve et en vue FPS également. Vos mains seront les seuls éléments vous permettant de contrôler cet environnement. L'une pour activer, l'autre pour désactiver les cubes (au bon moment).

Cette version "Director's Cut" propose d'ailleurs de prolonger l'expérience en ajoutant une dizaine de niveaux supplémentaires par rapport au Q.U.B.E. original. Vous pourrez par exemple y défier vos amis - via un classement en ligne - sous la forme d'un mode "Time Attack", nommé ici "Against The Qlock". Mais le jeu renferme aussi des secrets qu'il vous faudra découvrir. Des niveaux cachés, des puzzle à résoudre, ou encore des éléments spéciaux que les développeurs ont dissimulé, rien que pour vous. Saurez-vous tous les trouver? La liste des Trophées vous livrera quelques indices à ce sujet.

Sachez enfin que le jeu est cross-buy. Cela signifie que en acquérant l'une des deux versions (Playstation 4 ou Playstation 3), vous débloquerez également la seconde (via votre compte PSN). Il ne reste plus maintenant qu'à espérer aussi une version PS Vita pour être pleinement comblé.

VERDICT
Ingénieux, addictif, sobre, complexe, ou encore compétitif, Q.U.B.E. ne manque pas d’attraits et saura sans problème vous rendre accro dès les premières minutes de jeu. Cette version "Director's Cut" d'un titre ayant déjà conquis un large public sur PC, arrive à point nommé sur les consoles Playstation (PS4 et PS3). Un univers à la fois simple et complexe, que les joueurs prendront un malicieux plaisir à apprivoiser. On regrettera néanmoins que le titre ne soit pas traduit (aucun doublage ni sous titres FR ne sont ici présents), et qu'aucune option d'aide ne soit possible lorsque la solution vous échappe (heureusement, YouTube existe...).

28 juil. 2015

[Review] Suits saison 4, le test Blu-ray

Avocat ambitieux d'une grosse firme de Manhattan, Harvey Specter a besoin de quelqu'un pour l'épauler. Son choix se porte alors sur Mike Ross, un jeune homme brillant mais sans diplôme, doté d'une mémoire photographique hors du commun. Harvey l'engage donc comme avocat assistant mais Mike n'a jamais passé l'examen du barreau... Au fil du temps, leur secret devient de plus en plus difficile à gérer et les mets, l'un comme l'autre, dans une position extremement délicate, qui pourrait les conduire en prison s'il devait éclater au grand jour. Pour échapper à cette insoutenable pression, Mike démissionne et accepte un poste dans la finance. Mais sera-t-il pour autant libérer de son mensonge...

J'avoue que je suis depuis toujours un fan inconditionnel de cette série. Suits fait partie de mes séries vedettes, au même titre que The Good Wife ou encore House of Cards par exemple. De vraies séries à l'écriture irréprochable, au scénario captivant, et au casting exemplaire. Le coté juridique (ou politique) est un élément majeur aussi, mais rien ne pourrait fonctionner s'il n'y avait pas derrière ça des scénaristes de talent et des personnages forts et charismatiques. Ce genre de "constructions" se faisant malheureusement trop rares aujourd'hui à la télé, avec de plus en plus de séries "simples" et accessibles, cherchant uniquement à lobotomiser un public de moins en moins exigeant car déjà trop gavé de séries policières de plus en plus indigestes pour ma part. Bref, je m'égare. Revenons donc plus spécifiquement à Suits, dont vous pouvez trouver pour rappel, en suivant le lien ci-après, la critique du coffret Blu-ray saison 1 à 3, au cas ou vous seriez passer à coté lors de sa mise en ligne l'année dernière. Dans cette quatrième saison, pas mal de bouleversements viendront ébranler vos certitudes, avec une première partie de saison dans laquelle Mike et Harvey deviennent à présent des adversaires. La seconde partie va quant à elle sérieusement aussi secouer les choses, et en particulier pour le cabinet Pearson-Specter... Je ne vous en dirai bien sûr pas d'avantage pour ne pas vous gâcher le plaisir de la surprise, mais sachez tout de même que le secret de Mike sera, une fois encore, mis à mal. Une saison 4 qui ne manque donc pas de piment vous l'aurez compris, et qui, une fois de plus, nous donnera l'impression d'avoir défilée à toute allure. Il ne nous restera alors plus qu'à attendre la cinquième saison, dors et déjà en cours de diffusion aux États-Unis.

SUITS SAISON 4, disponible le 12.08 en BR et DVD chez Universal.

VERDICT : Quatrième saison et autant de séries d'épisodes passionnants. Cette saison 4 ne déroge donc pas à la règle et nous embarque à son tour dans un scénario où, soyez-en certains, rien n'est acquis. Les choses bougent, les règlements de comptes fusent, et les habitudes de certains risquent bien de changer... Bref, une saison une nouvelle fois incontournable. Coté technique, comme cela fut le cas avec le coffret Blu-ray saisons 1 à 3, la qualité de cette édition Full HD 1080p se montre superbe, et offre un confort de vision optimal. Que cela fait du bien de visionner une série télé dans de pareilles conditions! On ne peut donc que saluer et remercier Universal pour offrir aux fans de Suits cette honneur. Espérons que d'autres séries suivront et que cela puisse, un jour, se généraliser. Du coté des pistes audio, rien à redire là non plus, des pistes DTS-HD Master Audio 5.1 splendides, en VO et en VF s'il vous plait! La version originale se montre néanmoins plus précise et détaillée que son homologue FR, que l'on trouvera par moments un brin "forcée". Doublage FR sans fausse note. Enfin, les extras ne sont pas ici légions mais on notera tout de même la présence d'un module promotionnelle sur les coulisses de la saison, un lot de scènes coupées, ainsi qu'un bêtisier du tournage.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


27 juil. 2015

[Review] God of War Remastered, le test PS4

GOD OF WAR III REMASTERED | SCEE
Disponible dès à présent sur PS4 -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Armé de ses redoutables Lames du Chaos, Kratos doit restaurer son honneur et pour se faire affronter les créatures les plus sombres de la mythologie et anéantir tout ce qui s'interpose dans sa quête de destruction de l'Olympe, et du tout-puissant Zeus lui-même...

Alors que toute la communauté Playstation attendait l'annonce d'un God of War IV sur PS4, Sony a décidé de faire patienter encore un peu les fans en leur proposant d'abord une version remastérisée de God of War III, sorti en mars 2010 sur PS3, soit il y a plus de cinq ans déjà. Une annonce étonnante, tant la version PS3 était déjà grandiose et proposait une expérience de jeu quasi irréprochable. Cela dit, la mode étant aux ressorties "Remastered" sur les consoles de nouvelle génération, le choix d'une adaptation sur PS4 de GOW3 n'a finalement rien de bien surprenant. Et quand on voit le résultat, on se dit que l'idée n'était sans doute pas mauvaise en fin de comptes. L'occasion pour nous en tous cas de replonger dans ce classique du beat'em all, au meilleur de sa forme qui plus test sur PS4 avec cette version Full HD 1080p et 60fps, aux textures immaculées et à la fluidité irréprochable. Dommage cependant que Sony n'ai pas opté pour des cinématiques elles aussi rehaussées en 1080p.

Avant God of War III Remastered, il y avait God of War III...

Après deux premiers épisodes sortis sur Playstation 2, le chapitre final de la trilogie fut réservé à la PS3. Pour l’occasion, les développeurs de chez Santa Monica Studio n’ont pas lésiné pour mettre à profit les moyens offerts par la bête. Visuellement, GOW III fut une gifle sans comparaison. On s’émerveillait à chaque instant des décors, des animations, des affrontements à taille inhumaines auxquels on assistait. Les textures offraient quant à elles un rendu tout simplement impressionnant, et même inédit pour l'époque, on peut le dire. 40 Gigas étaient d’ailleurs nécessaires pour stocker l’intégralité des informations sur le HDD de la PS3. En 2010 les jeux aussi gourmands étaient plutôt rares, ne l'oublions pas. De plus, GOW III se distinguait aussi par une pré-installation inexistante et des temps de chargement invisibles une fois dans le jeu. Une véritable prouesse pour l'époque.

Pour ce qui est de l’aventure elle-même, le jeu débute précisément là où le second opus du Dieu de la guerre nous avait laissé. Je rassure néanmoins ceux n’ayant pas joué God of War I et II, la compréhension de l’histoire ne le nécessite aucunement. De ponctuels rappels viennent fournir des informations judicieuses si cela se montre nécessaire. Vous entamerez donc votre ascension de l’Olympe accompagné des Titans devenus vos alliés, mais serez brutalement freiné par Zeus en personne. Là, commencera réellement votre aventure. Vous devrez donc dans un premier temps récupérer vos armes et vos pouvoirs, avant d’en finir avec votre destiné et enfin pouvoir régler vos comptes. Nous n’en dirons d’ailleurs pas davantage, car il serait vraiment dommage de gâcher votre plaisir de quelque manière que ce soit.







Au-delà des graphismes et d’un scénario parfaitement léché, God of War III c’est aussi et surtout une maniabilité exemplaire, des niveaux d’anthologie, des affrontements gigantesques, et un plaisir de jeu sans égal, resté parfaitement intacte avec cette version "Remastered" sur PS4. Proposant une difficulté idéalement dosée (4 niveaux s'offrent à vous, de facile à très difficile), le jeu ne devrait ainsi pas frustrer les joueurs plus que nécessaire. Alternant les phases de combats de masse, les duels titanesques et divins, et quelques énigmes pour enfin pouvoir se poser, le rythme est véritablement idéal. Le dernier tiers défilera quant à lui à toute allure, en nous réservant au passage quelques belles surprises… mais chute, j’en ai peut-être déjà trop dit.

Tout comme ce fut le cas sur PS3, la prise en main de cette adaptation 1080p/60fps sur PS4 livre une maniabilité exemplaire. Aucune crainte à avoir de ce coté là. Tout est fluide et instinctif. Les coups sont d’une grande simplicité, et chaque arme réserve son lot de magie, d’enchainements et d’améliorations. La prise en main générale du personnage ne présente elle non plus aucun souci, mis à part peut-être quelques sauts parfois délicats à cause d’angles de caméra mal placés. Mais ces derniers sont fort rares, heureusement.

Finir le jeu dans le niveau de difficulté par défaut (normal), vous demandera une dizaine d’heures environs. Les moins courageux pourront opter pour le mode facile, et les plus hardis pour l’un des deux niveaux supérieurs. Une fois l’aventure bouclée intégralement une première fois, vous aurez alors accès aux défis de l’Olympe, puis plus tard aux arènes de combat. Chacun de ces modes de jeu vous réservent un chalenge de taille, sachez-le. Vous aurez également accès à de nombreux extras, comme un making of très complet sur la réalisation du jeu, de nombreuses séquences vidéo, revoir la plupart des cinématiques, ainsi que de nouvelles tenues pour Kratos. God of War III Remastered propose également un mode photos inédit, malheureusement limité au niveau des angles de vue. A part ça, les versions Playstation 4 et Playstation 3 proposent très exactement le même contenu, jusqu'à la liste des Trophées, strictement semblable.

VERDICT
Même si l'aventure proposée par God of War III Remastered sur PS4 n'est en rien différente de celle vécue il y a 5 ans sur PS3, on se surprend à parcourir à nouveau avec toujours le même plaisir cette ascension de l'Olympe légendaire. Proposant aujourd'hui un rendu encore plus détaillé, une définition optimale et étincelante en 1080p, et une fluidité irréprochable en 60 images par seconde, GOW3 Remastered est assurément à ce jour la plus marquante des aventures du Dieu de la Guerre. Dommage cela dit que les cinématiques ne profitent pas elles aussi du 1080p. Quoiqu'il en soit, si vous n'y avez encore jamais gouté, ne vous privez surtout pas de ce plaisir, qui plus est pour une quarantaine d'euros. Si comme moi par contre vous aviez déjà bouclé GOW3 sur PS3, vous serez sans doute tenté d'y replonger malgré tout, et vous ne regretterez pas le voyage, c'est promis. Reste à présent à attendre la suite, dont on attend encore l'annonce officielle d'ailleurs.

22 juil. 2015

[Review] F1 2015, le test PS4

F1 2015 | Codemasters Racing
Disponible dès à présent sur PS4, XONE et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Plongez au cœur de la saison 2015 du plus prestigieux et fascinant des sports automobiles, la Formule 1. Retrouvez toutes les équipes officielles, les pilotes et les circuits de la saison en cours (dont le Grand Prix du Mexique, pour la première fois depuis 20 ans). Et en bonus, retrouvez également l’intégralité du contenu du Championnat F1 FIA 2014...

Particulièrement attendu par les fans de F1 possesseurs d'une console de nouvelle génération, F1 2015 est finalement arrivé après un léger retard. Malgré ça, il faut signaler que c'est néanmoins une première de voir débarquer un titre de F1 sur consoles alors que la saison en cours (la saison 2015 en l'occurrence) n'est pas encore achevée. Alors faut il voir là-dedans un bon ou au contraire un mauvais présage? Pour le savoir voici notre verdict, sans concession, sur le tout premier jeu de F1 officiel sur PS4. Faites chauffer vos pneumatiques, les feus vont bientôt s'éteindre et le drapeau à damier s'agiter. La saison 2015 de F1 sur console est lancée!

Codemasters nous annonçait une révolution graphique pour la sortie de F1 2015 sur PS4 grâce à la toute nouvelle version de leur moteur EGO. Certes, on ne peut le nier, tout est ici plus joli, plus fin, plus net, plus précis, que dans la version précédente (F1 2014) sorti sur la génération antérieure de consoles, mais la gifle visuelle que l'on espérait tous se prendre en plein visage est loin d'être au rendez-vous pour autant. L'ensemble manque de détails, de vie, d'éclat, comme on est en droit de l'espérer pourtant sur Playstation 4. On appréciera cela dit les animations d'avant et après course, très réussies et immersives quant à elles. Et en ce qui concerne les fameuses nouveautés sensées livrer des améliorations notables dans de nombreux domaines (moteur, transmission, aérodynamique, réservoir, retour de force, suspension et, plus particulièrement, modélisation des pneumatiques), il faut bien reconnaitre que ce n'est pas toujours évident à constater. Peut-être en espérions-nous trop après tout. Quoiqu'il en soit, même si la déception est en partie présente, F1 2015 affiche néanmoins de petits plus appréciables.







F1 2015 offre tout d'abord une expérience plus immersive que F1 2014, avec une mise en scène très "télévisuelle", donnant réellement l'impression au joueur d'assister à un Grand Prix de F1. Podium, grille de départ, interactions vocales pilote/ingénieur de course sur la DualShock 4 (en français!), rien ne manque à l’appel pour nous plonger au coeur de la course, des premiers tours des essais libres jusqu'au jour J, celui du Grand Prix de Formule 1. Vous pouvez bien sûr opter pour différentes configurations, allant d'une durée de course égale à 25%, jusqu'à 100% des tours à accomplir.

De son coté, L'I.A. se montre particulièrement agressive et combative, et ce quelque soit le niveau de difficulté choisi. Il faudra donc ne pas hésiter à donner du coude pour vous imposer, mais attention à la pénalité quand même.

Pour ce qui est des modes de jeu présents, dans F1 2015 vous pourrez incarner votre pilote de F1 favori dans le nouveau mode Championnat. A vous dès lors de le mener, lui et son écurie, vers les sommets du classement. Par contre, le mode Carrière disparait totalement. Chose assez incompréhensible, mais pourtant vraie. Vous découvrirez aussi le mode Saison Pro, dans lequel vous devrez repousser vos limites en participant à des courses dans leur intégralité, face aux adversaires les plus rapides et sans la moindre assistance. A coté de ça, les classiques Course Rapide, Contre-la-Montre et Multijoueurs répondent également présents.


Un mot sur la prise en main pour terminer, avec ici, soyons clairs, un titre totalement dirigé arcade. Cette approche n'est pas pour me déplaire, je suis personnellement plus arcade que simulation (le fun avant tout!), mais on est ici en présence d'un titre non seulement arcade, mais également fortement "assisté". Les nombreuses aides au pilotage intégrées (paramétrables cela dit), finissent par résumer l’implication du joueur par appuyer sur l'accélérateur et à le relâcher de temps à autre. C'est certes caricaturale, mais on est pas si loin de la réalité. On regrettera enfin, et surtout, que le comportement de votre monoplace ne soit pas réellement affecté par certaines sorties de pistes (roue sur l'herbe) ou grimpette sur les bordures vibreurs, par temps sec ou humide d'ailleurs. Heureusement que le comportement physique des véhicules est là tout de même impacté.

Je terminerais en vous signalant que F1 2015 inclus également la saison 2014 de F1. De quoi profiter de certains changements et vivre, pour le même prix, deux saisons au lieu d'une.

VERDICT
Nous en attendions peut-être trop, et du coup c'est avec une certaine déception que l'on dresse le bilan de F1 2015. Néanmoins, sans proposer un contenu qualitativement inférieur à ses prédécesseurs, F1 2015 est loin de remplir toutes les promesses qui nous avaient été faites avant sa sortie. Graphiquement tout d'abord, même si l'emballage reste correct, on est ici très loin de ce que la PS4 peut offrir de meilleur. On regrettera ensuite la disparition du mode Carrière, incompréhensible. On pestera aussi bien souvent sur l'agressivité insensée de certains concurrents, vous poussant souvent à la faute, tout comme sur le coté (trop) arcade de la prise en main qui ne plaira pas aux puristes. Par contre, on peut se réjouir de l'aspect télévisuel donné aux courses, de la mise en scène d'avant et après Grand Prix, tout comme des ajouts du type communication via la DualShock 4, participant efficacement à l'immersion du joueur. La présence des saisons 2015 et 2014 est également un plus appréciable. Quoiqu'il en soit, l'arrivée de la licence sur la nouvelle génération semble ne pas avoir peaufiné ses réglages, et nous devrons sans doute attendre F1 2016 pour voir enfin débarquer LE jeu de F1 Next Gen tant attendu.

21 juil. 2015

[Review] Big Hero 6 (Les Nouveaux Héros), le test Blu-ray 2D/3D

Hiro Hamada, un jeune génie de la robotique, veut poursuivre le rêve de son frère Tadashi, disparu tragiquement, en optimisant Baymax, un robot médical révolutionnaire. Grâce à ses nouveaux amis GoGo Tomago, Wasabi, Honey Lemon et Fred, ils vont devenir "Les Nouveaux Héros" pour arrêter un fou qui menace de détruire la ville de San Fransokyo...

Avec "Les Nouveaux Héros" (ou "Big Hero 6" en VO), Disney assume pleinement son arrivée dans le monde des "Super Héros", en transportant aussi l'univers Marvel à ce long métrage d'animation. Inspiré du comics éponyme, Big Hero 6 transpose l'histoire originale dont le film s'inspire vers un esprit plus "Disney", fidèle à ses productions habituelles à destination d'un public plus jeune et novice. Et cela fonctionne. A la fois contemporain et futuriste, "Les Nouveaux Héros" offre bien sûr un récit passionnant, mais livre également d’intenses moments d'émotion, en abordant parfois des sujets graves et sérieux, comme la mort. Un coté plus mature donc, que l'on avait pas forcément l'habitude de voir dans ce genre de film avant ça. L'humour est lui aussi omniprésent et participe grandement à l'efficacité du long métrage. Quelques francs éclats de rire ne sont pas à exclure d'ailleurs. Mais ce qui fait avant toute chose la réussite de "Big Hero 6", outre tous les points déjà cités, c'est la relation entre Hiro et Baymax. Entre un jeune garçon bouleversé par la disparition de son grand frère, et ce robot pataud et quelque peu maladroit, qui va petit à petit devenir son meilleur ami. Une relation touchante, qui ne manquera pas de provoquer chez vous, j'en suis sûr, une larme le moment venu.

La version Blu-ray 3D propose quant à elle un spectacle plus immersif encore qu'en 2D, livrant un spectacle aux effets totalement maitrisés, une profondeur générale séduisante, et une parfaite netteté lors des séquences d'action. Si votre installation vous le permet, ne manquer pas cette version, elle en vaut le détour.

BIG HERO 6 (LES NOUVEAUX HÉROS), disponible dès à présent en BR 2D/3D et DVD chez Disney.

VERDICT : Surfant sur la vague des Super Héros, "Big Hero 6" (ou "Les Nouveaux Héros" en VF) nous offre une version animée du concept mis en place avec les productions Marvel. A la fois touchante et drôle, la relation entre Hiro et Baymax se révèle efficace et attachante. L'aventure, à la fois actuelle et futuriste, livre au final un divertissement familiale moderne et passionnant. Un excellent film, en accord avec son temps et les attentes du public. Coté technique, une fois encore il est bien difficile de trouver quoique ce soit à redire au master 1080p Full HD proposé ici par Disney. Que ce soit en 2D ou en 3D, le rendu HD est exemplaire, les contrastes irréprochables, et la définition étincelante. Un top démo de plus pour le catalogue Disney en Blu-ray. En ce qui concerne les pistes audio, VO et VF s'illustrent en DTS-HD 7.1. Chacune propose un paysage sonore remarquable de détails et précision, offrant l'une et l'autre une immersion parfaite. Préférence cela dit pour la VO, car si le doublage FR ne présente aucune faute de gout dans l'ensemble, celui du personnage de Baymax (assuré par Kyan Khojandi en VF) se révèle bien plus inspiré en version originale. Enfin, pour ce qui est des extras, vous trouverez ici un court métrage inédit "Le Festin" (en 2D et 3D), deux modules sur les coulisses de la production, 4 séquences inédites avec introduction des réalisateurs, un court métrage "Mickey à Tokyo, la bande annonce cinéma de Big Hero 6, sans oublier les habituelles bandes annonces promotionnelles en début de programme bien sûr.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


20 juil. 2015

[Ciné] ANT-MAN dès à présent dans les salles

Les fans de Super Héros n'auront sans doute pas manqué la sortie en salles mercredi dernier (le 15.07) du nouveau Marvel: ANT-MAN. Disney nous ayant donné l'occasion - au travers d'un fort sympathique press kit d'ailleurs - de découvrir ce nouveau venu au cinéma issu de la grande famille Marvel, nous avons donc profité de l'occasion (et des vacances) pour foncer découvrir ce film.

Synopsis:

Scott Lang, cambrioleur de haut vol bien décidé à abandonner ses mauvaises habitudes pour l'amour de sa fille, va devoir apprendre à se comporter en héros et aider le Dr Hank Pym, scientifique réputé aujourd'hui à la retraite, à protéger le secret de son incroyable costume d’ANT-MAN, afin d’endiguer une effroyable menace planant sur l'humanité toute entière...

Notre Avis:

Avec une bande annonce ne laissant pas forcément présager d'un film captivant, ANT-MAN se montre finalement parfaitement maitrisé et propose même une intrigue passionnante, bien que quelque peu convenue. On retrouve bien sûr ici les habituels clichés du genre (vilain frustré dégoulinant d'ambition, femelle revêche mais sensible au charme du "héros", apprentissage douloureux, amis maladroits, etc... bref la liste est longue et quasi exhaustive en la matière), mais quoiqu'il en soit, le parfait mélange d'action et humour en fait au bout du compte une excellente surprise. Le choix du casting, avec un Paul Rudd en pleine forme, un Michael Douglas parfaitement à sa place, une jolie reconversion pour Evangeline Lilly, ou encore la valeur sure Corey Stoll dans la peau du méchant de service, il n'y a de ce coté là rien à redire. On appréciera également le petit clin d’œil fait aux Avengers, avec une apparition de Falcon, ainsi que le teasing final ne pouvant que nous donner envie d'en découvrir d'avantage.

En conclusion, si vous hésitiez encore parmi les nombreuses sorties ciné estivales, ANT-MAN est une valeur sure qui vous fera passer un très agréable moment.


[Review] PayDay 2 CrimeWave Edition, le test PS4

PAYDAY 2 CRIMEWAVE EDITION | 505Games
Disponible dès à présent sur PS4, XONE et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

The Heist - Dallas, Hoxton, Wolf et Chains – débarquent à Washington DC pour une série de crimes épiques. Le nouveau réseau CRIMENET offre une vaste gamme de contrats dynamiques, et les joueurs sont libres de choisir la nature des contrats qui les intéressent, allant des forfaits relativement rapides à exécuter, tels que des vols de bijouteries ou des kidnapping, à des braquages très complexes nécessitant des plans bien échafaudés pour vider les coffres des plus grandes banques...

Sorti en 2013 sur Playstation 3 et Xbox 360, PayDay 2 avait à cette époque marqué les esprits avec sa "simulation" de braquage, proposant un FPS immersif, imposant aux joueurs de gérer chacune des étapes d'un casse qu'ils pouvaient effectuer en solo ou en coopération via le mode de jeu en ligne. Logiquement donc, à l'heure où les versions remastérisées HD 1080p pullulent sur les consoles de nouvelle génération, PayDay 2 se voit offrir une seconde vie sur Playstation 4 et Xbox One, dans une édition "intégrale" qui plus est, nommée pour l'occasion "CrimeWave Edition". Nous ne reviendrons pas une fois de plus sur l’intérêt d'un tel portage, car si au début cela pouvait sembler marrant (Tomb Raider Definitive Edition, The Last of Us Remastered, etc...), là ça en devient franchement grotesque à force.

Concrètement, qu'y a-t-il de nouveau avec cette "CrimeWave Edition"? Le passage de la licence "PayDay" sur la nouvelle génération de consoles lui offre tout d'abord un nouveau moteur graphique. Si les textures s'affichent à présent en 1080p, il faut bien avouer que l'ensemble manque tout de même grandement de détails et de finesse, ne donnant pas vraiment l'impression d'avoir quitté l'ère PS3/360. Les décors sont on ne peut plus banals et rudimentaires, et les effets loin d'être saisissants. Bref, rien de très flagrant du point de vue technique ou visuel à signaler. On peut par contre signaler la présence d'un contenu exhaustif, incluant ici tous les DLC proposés jusqu'à ce jour, ainsi que les dernières mises à jour, les meilleurs missions, des armes et équipements spécifiques, rien ne manque.

Le nouveau réseau CRIME.NET (base de données mettant les joueurs en relation online, mais proposant aussi des missions solo) offre quant à lui une vaste gamme de contrats, et les joueurs sont libres de choisir la nature des contrats qui les intéressent, allant des forfaits relativement rapides à exécuter, tels que des vols de bijouteries, d'objets de valeurs dans des centres commerciaux ou des kidnapping, à des braquages bien plus complexes, nécessitant des plans murement réfléchis et échafaudés avec minutie pour vider les coffres des plus grandes banques de D.C. par exemple.






Avant de vous lancer dans l'action la plus intense, vous devrez préalablement choisir votre spécialité. Pour ce faire le jeu propose un système de tutoriel vous permettant de "toucher à tout". Vous pourrez ainsi peaufiner votre perso et le diriger vers une spécialisation plutôt qu'une autre. En progressant, les joueurs pourront choisir une des quatre spécialités de la profession : le Cerveau, l’Homme de main, le Spectre, ou le Technicien. Chacun dispose d'une palette de compétences et d’équipements spécifiques qui peuvent être associés pour créer le braqueur de vos rêves.

PayDay 2: CrimeWave Edition propose aussi un tout nouvel arsenal afin de contenter les plus exigeants. Offrant un choix pléthorique de fusils de snipers, de fusils d'assaut, de PDWs et autres mitraillettes compactes, vous devriez y trouver de quoi combler vos envies (et vos besoins). Une fois placées parmi les favoris, il sera possible de modifier ces armes, en modifiant au choix visée, recul, réticules, chargeurs, etc… ce qui aura logiquement une incidence sur leur performance. A coté de ça, d'autres modifications, purement esthétiques celles-là, sont aussi de la partie.

Chaque contrat dispose d’objets spécifiques et achetables, qui peuvent vous aider et faciliter le casse, comme une voiture plus rapide, des plans de l'intérieur, etc... Les braqueurs gagneront aussi de nouveaux équipements rares et puissants en bouclant leurs missions, comme des armes spécifiques, des modifications de masque et une variété d'autres accessoires. Tout ceci dans le but, entre autres, de pouvoir personnaliser votre équipement (masques et armes). Le masque emblématique de PayDay peut en effet désormais être personnalisé grâce à une quasi infinité de combinaisons différentes. Chaque joueur pourra donc peaufiner son look grâce à de nombreux accessoires et vêtements qui feront d'eux des braqueurs vraiment uniques.

VERDICT
Après avoir conquis les joueurs sur PS3 et Xbox 360, PayDay 2 revient dans une version "CrimeWave Edition" pour tenter de séduire aussi les joueurs sur PS4 et One. Une chose est certaine, cette "CrimeWave Edition" propose en tous les cas un contenu exhaustif, avec non seulement le jeu original bien sûr, rehaussé pour l'occasion d'une résolution 1080p, mais inclus également tous les DLC et mises à jour proposés jusqu'à présent. Cela est-il suffisant me demanderez vous? Et bien non malheureusement. Plutôt moche en comparaison avec d'autres titres "remastered" sur PS4, il est bien difficile de valider cette "CrimeWave Edition", visuellement tout du moins. Les joueurs n'y ayant jamais gouté pourront sans doute profiter d'un contenu relativement copieux, certes, auquel il faut ajouter quelques modifications et ajouts bien venus, mais cela est loin de justifier ce passage sur PS4 et Xbox One. De plus, la difficulté de certaines missions rend le jeu parfois franchement galère (essentiellement en solo), et terminera d'achever les moins conquis d'entre nous. Contrairement à d'autres, PayDay 2 a donc relativement mal vieilli et ne s'adressera, je le crains, qu'aux invétérés désireux de replonger dans l'enfer des braquages, aux commandes d'une DualShock 4 cette fois.