[Review] Shazam!, le test Blu-ray 4K

Il Suffit à Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans placé dans une famille d'accueil, de crier "Shazam !" pour se transformer en super-héros. Ado dans un corps d'adulte sculpté à la perfection...

[Review] Super Mario Maker 2, le test Switch

Brisez les conventions pour créer les stages Super Mario dont vous avez toujours rêvé dans Super Mario Maker 2, en exclusivité sur Nintendo Switch...

[Review] The Lego Movie 2, le test Blu-ray

Alors que les habitants de Bricksburg coulent des jours heureux depuis cinq ans, une nouvelle et terrible menace se profile à l'horizon...

[Review] Creed 2, le test Blu-ray 4K

Entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match, la vie est devenue un numéro d'équilibriste pour Adonis Creed...

[Review] Aquaman, le test Blu-ray 4K

Alors qu'une guerre se prépare entre le peuple de la surface et celui vivant au fond des mers, Arthur Curry va devoir faire face à son destin...

12 août 2019

[Review] Fighting with my family, le test Blu-ray

Paige et son frère Zak sont issus d’une famille de catcheurs et sont très enthousiastes à l’idée de pouvoir auditionner pour la WWE. Mais lorsque seule Paige est choisie pour poursuivre le programme d’entraînement intensif, elle est obligée de quitter sa famille et d’affronter seule le monde impitoyable. Cette comédie chaleureuse raconte la véritable histoire sensationnelle dans laquelle Paige prouve que c’est ce qui la distingue des autres qui peut faire d’elle une véritable star...

Ne tournons pas autour du pot, Fighting with my family est un film qui s'adresse avant tout aux amateurs de catch. Le fait qu'il soit d'ailleurs co-produit avec la WWE n'est logiquement pas un hasard. Mais si le public cible est en effet celles et ceux appréciant les règlements de comptes scénarisés sur le ring, ce n'est pas pour autant que ces derniers sont les seuls à pouvoir apprécier le spectacle. N'étant pas moi même particulièrement un aficionados de ce sport (même si je n'ai rien contre non plus, je tiens à le préciser), j'ai néanmoins pris du plaisir avec cette vision. Il ne faut donc pas être un fan pour se laisser emporter par l'histoire, qui n'est d'ailleurs pas exclusivement sportive, puisque les relations humaines tiennent ici une place prépondérante.

Coté scénario, là par contre il est vrai que le film est clairement cousu de fil blanc, avec le parcours tout tracé de l’héroïne. Ce film étant une histoire vraie, on devine sans peine qu'elle sera l'issue du récit (sans quoi il n'y aurait logiquement pas eu de film). C'est donc un joli "conte de fée" version catcheuse que l'on assiste. Soutenue par une passion familiale hors du commun mais aussi par l'accessibilité d'un rêve au demeurant impossible, la jeune Paige va donc gravir marche après marche la difficile route menant à la célébrité. Notons que malgré sa présence bien en évidence sur la jaquette, Dwayne Johnson "The Rock" ne fait ici que de très brèves apparitions (3 scènes au total).

FIGHTING WITH MY FAMILY, disponible en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Proposant un récit cousu de film blanc mais néanmoins rythmé et touchant, Fighting with my family sera un agréable divertissement pour tout ceux n'étant pas viscéralement allergiques au monde du catch. Coté technique, on ne peut objectivement rien reprocher à l'image, qui affiche un rendu 1080p exemplaire, aux contrastes affutés et à la définition sans faille. Les pistes audio (DTS-HD MA 5.1 en VO et DTS 5.1 en VF) assurent elles aussi le spectacle et proposent un paysage sonore surround de qualité. VO plus immersive, mais doublage FR soigné néanmoins. Pour ce qui est des extras, on trouve un commentaire audio du réalisateur, un lot de scènes coupées ou proposées en version longue, un module making of revenant sur les coulisses, un apprentissage des mouvements de base du catch, sans oublier un court bétisier.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


5 août 2019

[Review] Shazam!, le test Blu-ray 4K

On a tous un super-héros qui sommeille au fond de soi... il faut juste un peu de magie pour le réveiller. Pour Billy Batson, gamin débrouillard de 14 ans placé dans une famille d'accueil, il suffit de crier "Shazam !" pour se transformer en super-héros. Ado dans un corps d'adulte sculpté à la perfection, Shazam s'éclate avec ses tout nouveaux superpouvoirs. Est-il capable de voler, de voir à travers n'importe quel type de matière, ou encore de faire jaillir la foudre de ses mains ? Shazam repousse les limites de ses facultés avec l'insouciance d'un enfant. Mais il lui faudra maîtriser rapidement ses pouvoirs pour combattre les forces des ténèbres du Dr Thaddeus Sivana...

Entre deux films DC issus de la Justice League, Warner Bros nous propose une petite parenthèse en compagnie de l'atypique Shazam. Super héros pour le moins "hors norme", ce dernier a toujours eu quelques difficultés à se forger sa légende dans les comics made in USA, souvent comparé - à tort - à l'inégalable Superman. Quoiqu'il en soit, c'est bien en tant que personnage singulier qu'il arrive aujourd'hui jusqu'à nous.

Loin de cibler le même public que pour ses films de la saga Justice League, Shazam! s'adresse ici clairement davantage à un plus jeune public. Histoire d'adolescent en quête d’attention et de notoriété, ce film n'a pas non plus l'ambition des autres productions en terme de Super Vilain, avec un Sivana semblant d'avantage sorti d'une série télé à la mode plutôt que d'un vortex interplanétaire prêt à engloutir notre monde tout entier. Il faut donc aborder ce divertissement avec moins de prétention, sous peine d'en resortir inévitablement déçu. Cela dit, les plus jeunes s'identifieront sans doute au personnage de Billy Batson, l'identité cachée du Super Héros Shazam. De quoi venir séduire un public sans doute parfois trop distant face aux plus grandes productions, mais qui laissera en contrepartie peut-être sur sa faim les vraies amateurs de grands films de Super Héros à la sauce DC Comics.

Une édition 4K splendide!

Coté technique, cette édition Blu-ray 2160p 4K UltraHD est incontestablement un excellent cru. Même si l'image a subi un léger upscalling pour cette sortie vidéo par rapport au master cinéma original (capté en 3.4K), le spectacle ici présenté est globalement splendide et le rendu superbe. Contrastes exemplaires, définition quasi irréprochable, et un boost notable grâce au HDR, ce master 4K est indéniablement convaincant. Pour info, la version Blu-ray 1080p (également inclue dans le boitier 4K) propose également un fort joli spectacle, si vous ne disposez pas encore d'un écran UltraHD 4K.

Du coté des pistes audio, les pistes Dolby Atmos (VO et VF) sont ici incontestablement LA référence qu'il vous faudra privilégier si vous souhaitez bénéficier du meilleur spectacle. Absolument fracassantes, ces dernières affichent un paysage sonore redoutable d'efficacité, du début à la fin. Les pistes Dolby 5.1 également inclues semblent en comparaison bien fades sachez-le. Doublage FR soigné, mais VO plus immersive. Pistes Atmos également présentes sur le disque 1080p, mais TrueHD uniquement en VF (VO Dolby Digital +).

Les extras sont quant à eux disponibles sur le disque Blu-ray 1080p uniquement. Vous y trouverez un mode making of revenant sur les coulisses du tournage et la production, un lot de scènes coupées au montage, divers modules promotionnels ainsi qu'un bêtisier.

SHAZAM!, disponible dès le 7.08.2019 en 4K, Blu-ray et DVD chez WHV.

VERDICT : S'adressant à un public sensiblement plus jeune et moins connaisseur que pour les autres productions récentes de son catalogue DC, avec Shazam! WHV propose avant tout un divertissement à vivre en famille, qui séduira en premier lieu les Super Héros en herbe rêvant de vivre eux aussi l’extraordinaire aventure de Billy Batson. Coté technique, peu de reproche à formuler au sujet de cette édition 4K, tant sur l'image que sur les pistes sonores (voir plus haut pour détails).
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


18 juil. 2019

[Review] Backdraft 2, le test Blu-ray

Sean McCaffrey, le fils de Stephen, est désormais pompier à la 17ème caserne de Chicago, sous les ordres de son oncle Brian. Avec sa partenaire Maggie, il est chargé d'enquêter sur un incendie mortel. Mais très vite ils s'aperçoivent que ce crime est relié à un groupe terroriste international...

Presque trois décennies après la sortie de son prédécesseur (Backdraft, 1991), Backdraft 2 nous arrive donc en Blu-ray et DVD, sans passer par la case cinéma. Alors que les séries basées sur les pompiers n'ont jamais été aussi présentes à la télévision, le pari parait donc plus qu'audacieux.

Malheureusement, pas de bonne surprise à l'arrivée, avec une recette vue et revue d’innombrables fois, et sans doute de bien meilleurs épisodes à visionner dans Chicago Fire. Casting fade, scénario sans saveur, action plus que limitée... on est ici très loin de l'intensité de son illustre modèle.

Un rendez-vous manqué donc, qui s’apparente d'avantage aux divertissements de l'après midi qu'à du grand spectacle hollywoodien. Dommage car, 28 ans plus tard, il y avait sans doute moyen de rendre un bien plus belle hommage au film de Ron Howard. C'est d'ailleurs ce dernier que nous vous conseillons de visionner si vous ne l'avez jamais vu..

BACKDRAFT 2, disponible dès à présent en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Vous l'aurez compris, difficile de s’épandre en éloges au sujet de Backdraft 2. Une suite à oublier, qui nous aura par contre donné très envie de revoir le film original signé Ron Howard (1991). Coté technique, pas de prouesse là non plus, même si globalement le rendu est soigné et sans grosse lacune. Un rendu plus proche d'une série télé que d'un film cependant. Les pistes audio jouent quant à elles leur rôle en proposant un paysage sonore dynamique, que ce soit en VO (DTS-HD MA 5.1) ou en VF (DTS 5.1). Doublage FR convenu mais correct, VO plus naturelle et immersive. Aucun extra à signaler sur ce disque.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


16 juil. 2019

[Review] Us, le test Blu-ray 4K

De retour dans sa maison d'enfance, à Santa Cruz sur la côte Californienne, Adelaïde Wilson a décidé de passer des vacances de rêves avec son mari Gabe et leurs deux enfants. Un traumatisme aussi mystérieux qu'irrésolu refait surface suite à une série d'étranges coïncidences qui déclenchent la paranoïa de cette mère de famille de plus en plus persuadée qu'un terrible malheur va s'abattre sur ceux qu'elle aime. Les Wilson vont devoir affronter le plus terrifiant et inattendu des adversaires : leurs propres doubles...

Après un Get Out (voir notre test Blu-ray) qui avait su produire son petit effet en plongeant le spectateur avant tout dans un ambiance maitrisée, Jordan Peele revient pour tenter de nous séduire cette fois avec Us. Toujours dans le genre horreur, le film joue cette fois la carte de la théorie où chacun de nous aurait un double tapi dans l'ombre et qui attendrait patiemment son heure pour prendre notre place. Certes capillotractée, cette vision des choses permet néanmoins de poser les bases d'un récit plutot accrocheur, en terme d'ambiance tout du moins.

Le film prend son temps pour démarrer, mais une fois lancée l'intrigue nous emporte sans répit jusqu'à son épilogue. Sans véritable surprise majeure (mis à part une révélation finale relativement inattendue), et la théorie des jumeaux maléfiques mise à part, on se laisse malgré tout prendre au piège de la tension omniprésente et des nombreux jump scares qui édulcorent le film. Pour le reste le scénario n'a ici rien de bien passionnant, et tout repose une fois encore sur la gestion, efficace il faut le reconnaitre, de l'ambiance.

Coté technique, cette édition 4K affiche un master 2160p honnête, plus détaillé, lumineux et coloré (merci le HDR) que son homologue Blu-ray 1080p, néanmoins on ne peut pas parler ici d'une gifle Ultra HD. Le gain est certes notable, ponctuellement, mais après comparaison on ne peut pas objectivement justifier l'édition 4K comme étant indispensable.

Du coté des pistes sonores, le disque 4K (tout comme le disque Blu-ray 1080p) propose un Dolby Atmos en VO qui devrait vous glacer le sang, par sa justesse et sa précision. La VF Dolby Digital Plus 7.1 ne maque pas quant à elle de proposer également un paysage sonore convaincant, mais qui reste tout de même en deçà de l'immersion offerte en VO. Doublage FR soigné et convaincant.

Pour ce qui est des extras, vous trouverez, sur le disque 4K mais aussi 1080p, divers modules revenant sur la production et le travail des acteurs, un retour en compagnie de l'équipe du film sur 3 scènes clefs, ainsi qu'un lots de scènes coupées au montage.

US, disponible dès le 24.07.2019 en 4K UHD, Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Proposant une ambiance maitrisée à défaut d'offrir un scénario vraiment crédible, Us réussit néanmoins à tenir le spectateur en haleine jusqu'à son dénouement final. Techniquement, cette édition 4K ne tranche pas suffisamment avec la version 1080p (déjà excellente), même si le HDR apporte tout de même un plus notable. Pistes sonores immersives et convaincantes. (voir plus haut pour détails)
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


8 juil. 2019

[Review] Suits saison 8, le test Blu-ray

Suits nous présente le quotidien d'un cabinet d’avocats d’affaires dirigé par le légendaire et intraitable Harvey Specter (Gabriel Macht), secondé par son associé Louis Litt (Rick Hoffman), et son assistante Donna Paulsen (Sarah Rafferty), devenue chef d’exploitation. Après avoir encaissé le départ de son poulain Mike Ross, Harvey doit à présent faire face à l'arrivée d'une nouvelle collaboratrice et redoutable avocate, Samantha Wheeler, incarnée par l'actrice Katherine Heigl...

Le final de la saison 7 (voir notre review du coffret Blu-ray Suits saison 7) est venu largement bouleverser les repères de la série, avec le départ de deux personnages emblématiques. Le cabinet Specter-Litt doit donc se trouver un nouveau partenaire s'il souhaite survivre. C'est vers Robert Zane que le choix se porte et cela aura inévitablement des conséquences car Robert et Harvey comptent bien, l'un comme l'autre, revendiquer le poste d'associé gérant et ainsi rester aux commandes du cabinet. Mais Louis ne compte pas de son coté faire de la figuration et entend bien peser également dans les négociations.

Mais au-delà de ces considérations bureaucratiques internes, l'arrivée de l'avocate Samantha Wheeler, incarnée par l’actrice Katherine Heigl (Grey's Anatomy), au sein de l'équipe de direction, va venir quelque peu bouleverser les choses. Caractère fort, elle compte bien ne pas respecter les règles et aura pour le coup fort à faire face au duo Harvey-Donna, qui trouvera en elle une adversaire de taille. La dynamique fonctionne, même si depuis le départ de Mike Ross ce n'est plus tout à fait pareil. On sent bien que les pistes envisagées manquent par moment de finesse et l'absence de Mike n'est pas vraiment compensée par l'arrivée subite d'un sentiment humanitaire chez Harvey, qui sonne d'ailleurs presque faux.

Cette huitième saison est donc une saison de transition, en attendant peut-être un nouvel élan la saison prochaine, ou l'arrivée de nouveaux visages qui réussiront peut-être à relancer l'intrigue, qui commence sérieusement à s'enliser dans une certaine routine, aux effets de manches qui plus est vus et revus.

SUITS SAISON 8, disponible dès le 10.07.2019 en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Réussissant à nous proposer suffisamment de sang frais pour palier au départ des personnages de Mike et Rachel, cette saison 8 parvient à relancer les choses, grâce entre autres à l'arrivée d'une nouvelle avocate au caractère bien trempé, incarnée par l'actrice Katherine Heigl. Néanmoins, la prochaine saison se devra d'être plus accrocheuse, car cette saison 8 s'enlise un peu trop dans une routine qui pourrait, rapidement, être fatale à la série. Ce qui serait vraiment dommage tant les personnages sont excellents. Coté technique, une fois encore il n'y pas grand chose à redire sur la qualité de cette édition Blu-ray. Master 1080p irréprochable, contrastes affutés et définition splendide. Visionner une série télé dans de telles conditions est un pur bonheur. Les pistes audio ne manquent pas non plus de charme, avec VO DTS-HD Master Audio 5.1 et VF DTS 5.1. Difficile dès lors de se plaindre, avec tout de même des surround un peu léger par moments. Pour ce qui est des extras, quelques scènes coupées ainsi qu'un bêtisier du tournage sont à signaler.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


28 juin 2019

[Review] Super Mario Maker 2, le test Switch

Brisez les conventions pour créer les stages Super Mario dont vous avez toujours rêvé dans Super Mario Maker 2, en exclusivité sur Nintendo Switch ! Avec toute une panoplie d'outils, d'éléments de stage et de fonctionnalités à votre disposition, donnez libre cours à votre imagination pour façonner des stages uniques à partager avec vos amis et les joueurs du monde entier... 

Après le succès rencontré par son prédécesseur, il n'est pas très surprenant que Nintendo nous propose une suite à Super Mario Maker. Mais que peut donc bien nous réserver cette épisode 2 que ne nous proposait pas déjà le titre original ? Fort d'un concept addictif et assurément maitrisé, Super Mario Maker 2 est avant tout une solide évolution, venant pour le coup corriger les imperfections et les erreurs du premier, tout en oubliant pas d'y apporter son lot de nouveautés bien sûr. Nous allons ici essayer d'en faire le tour ensemble au travers de notre test détaillé.

Je rassure cela dit les joueurs n'ayant pas forcément la fibre bâtisseur (un peu comme moi, je dois bien l'avouer...), Super Mario Maker 2 reste avant tout un jeu de plates-formes. Se mélangent ici les univers de Super Mario Bros, Super Marios Bros 3, Super Mario World et New Super Mario Bros (ainsi que le mode 2D de Super Mario 3D World), et ce dans le but de nous offrir l'accès à une quasi-infinité de niveaux. Et donc, si la création de niveaux ce n'est pas trop votre truc, d'autres options s'offrent heureusement aussi à vous dans Super Mario Maker 2. Pas de panique donc.

Commençons tout d'abord par le mode Histoire. Dans ce dernier, votre mission sera de rebâtir le château de Peach. Pour ce faire, il suffit d'enchainer des missions données par des Toads afin d’engranger de l’argent. Ces missions, plutot courtes, servent surtout de tutoriel pour vous familiariser avec les mécaniques du jeu. Ceci vous fournissant les armes nécessaires avant de vous frotter au mode Création. Néanmoins, le mode Histoire ne se boucle pas en deux minutes. Comptez même 5 bonnes heures pour en faire le tour. Avec à l'arrivée de solides connaissances pour la suite et, qui sait, stimuler votre créativité.

En tant que joueur solo, vous apprécierez sans doute l'expérience proposée par le mode "Défi Infini", qui vous invite à jouer à des niveaux choisis parmi l'ensemble de créations des joueurs jusqu’à ce que vous ayez perdu toutes vos vies. Quatre levels de difficulté sont disponibles, puisant dans les différents niveaux selon leur pourcentage de réussite. Ceci vous rappellera sans doute le "100 Mario Challenge", à la différence que cette fois il n’y a pas de fin programmée. Le classement hebdomadaire devrait sans aucun doute en motiver certains à battre des records.


Mais ce qui reste l'atout majeur de Super Mario Maker 2, c'est bien sûr son incroyable éditeur de niveaux. C’est évidement ce dernier qui va lui assurer une colossale - pour ne pas dire infinie - durée de vie. Un concept similaire à Super Mario Maker premier du nom, mais avec de petits (et plus gros) ajouts qui devrait encore davantage séduire l'esprit créateur qui sommeille en vous. Parmi les nouveautés qui nous ont marqué, on peut entre autres citer la possibilité de créer des salles fermées thématiques, des énigmes, de gérer la montée de l'eau ou de la lave, le scrolling automatique, de placer des doubles pantes, ou encore la présence d'outils inédits comme les pinces pour prendre des objets. Bref, impossible de tout énumérer, mais sachez que cette fois tout semble réellement possible grâce à Super Mario Maker 2 et que la seule limite devrait être celle de votre imagination.

N'oublions pas non plus de mentionner l'existence des conditions de victoires. Ces dernières peuvent être choisies par le créateur, comme par exemple l’obligation de ramasser un certain nombre de pièces, de tuer un type d’ennemi ou de ne pas sauter. Une idée judicieuse, qui offre réellement de beaux défis en perspective, vous en conviendrez.


Créer c'est bien, mais partager ses créations c'est encore mieux! Super Mario Maker 2 fait lui aussi le choix de mettre en avant sa communauté et de donner l'occasion à ses constructeurs de diffuser leurs œuvres, avec cette fois l'ajout de mots clefs permettant de mieux classifier et référencer les différents niveaux.

Le titre propose également, et c'est une nouveauté, de jouer en ligne jusqu’à 4 joueurs en coopération ou en versus. Attention cependant que tous les niveaux ne s'y prêtent pas forcément, même si aucune restriction ne semble ici de mise de ce coté là. Une prochaine mise à jour viendra peut-être affiner encore un peu plus le référencement, espérons-le. Souhaitons également qu'une prochaine mise à jour vienne aussi corriger les quelques bugs en ligne gâchant parfois un peu l'expérience (freeze etc...). A noter que les premiers tests effectués l'ont été sur des serveurs dédiés à la presse avant la sortie officielle du jeu. Il faudra donc confirmer cela après la sortie.

Notre verdict:
Plus vaste, plus fun, plus généreux, difficile de critiquer le contenu de Super Mario Maker 2 dès à présent disponible sur Switch. Les férus de construction à l'imagination débordante ne devraient ici avoir aucune limite de création, avec un éditeur de niveaux pharaonique. Nintendo n'a pas non plus négliger le fun avec un cupieux mode solo mais aussi divers possibilités multi-joueurs (coop et compétitif). Mis à part quelques désagréments sur l'expérience online, on ne peut que vous conseiller de foncer vous procurer Super Mario Maker 2 sans attendre.
9/10

25 juin 2019

[Review] The Lego Movie 2, le test Blu-ray

Alors que les habitants de Bricksburg coulent des jours heureux depuis cinq ans, une nouvelle et terrible menace se profile à l'horizon : des envahisseurs Lego Duplo venus des confins de l'espace qui détruisent tout sur leur passage ! Pour vaincre ces redoutables ennemis et rétablir la paix dans l'univers Lego, Emmet, Lucy, Batman et leurs amis devront explorer des mondes lointains et inconnus. Ils découvriront même à cette occasion une étrange galaxie où chaque situation est une comédie musicale...

Après un premier film "La Grande Aventure" sorti en 2014 (voir notre test Blu-ray 2D/3D), Lego nous propose donc, cinq ans plus tard, une suite afin de prendre des nouvelles d'Emmet, Lucy, Batman et tous leurs amis.

Cette fois c'est vers des horizons bien plus lointains que nous emmène cette aventure, faisant clairement le choix du dépaysement spatial. Cela dit, si le premier film m'avait semblé monotone et cousu de fil blanc, cette Grande Aventure 2 m'a nettement plus embarqué je dois bien l'avouer. Des scènes "sketch" plus drôles, des dialogues plus inspirés, et puis aussi des personnages moins caricaturaux, pour au final livrer un divertissement plus efficace.

Bien évidement certaines dérives persistent et le film reste avant tout à destination d'un public jeune, voire même très jeune, il ne faut pas se voler la face. Mais on dirait néanmoins que Lego n'a pas autant souhaité mettre de coté les adultes cette fois et cela fonctionne donc mieux en terme d'accroche. J'ai donc pour ma part davantage apprécié La Grande Aventure 2 que son prédécesseur. Par contre, tout comme cela était déjà le cas avec le premier opus, cette suite est aussi une vitrine commerciale pour la parque qui en profite bien évidement pour décliner des dizaines de boites de construction à l'effigie des scènes marquantes du film dans les linéaires des magasins. Difficile de l'en blâmer bien évidement, la marque étant avant tout un fabriquant de jouets. Ca reste donc logique que le public cible soit avant tout les enfants.

THE LEGO MOVIE 2, disponible en Blu-ray et DVD chez WHV.

VERDICT : Plus abouti dans tous les domaines, cette Grande Aventure 2 séduira sans aucun doute davantage les parents que son prédécesseur. Les plus jeunes quant à eux s'en donneront une fois encore à cœur joie, d'autant plus que tous les éléments du film (ou presque) se retrouvent dans les rayons des magasins de jouets. De quoi en profiter doublement. Coté technique, cette édition Blu-ray nous livre une image impeccable. Affichant une définition quasi sans faille et des contrastes affutés, on ne peut objectivement rien lui reprocher. Même constat du coté des pistes audio, où VO et VF sont ici délivrées en DTS-HD Master Audio, proposant un paysage sonore à la fois dynamique et immersif, ne laissant aucun répit à votre installation surround. Doublage FR moins accrocheur que la VO à mon gout. Pour ce qui est des extras, vous trouverez ici divers modules et commentaires audio venant prolonger l'expérience du film, ainsi qu'un court métrage inédit.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


14 juin 2019

[Review] Tom Clancy's Jack Ryan saison 1, le test Blu-ray

Lorsque l’analyste de la CIA, Jack Ryan (John Krasinski), se voit contraint de quitter le confort de son bureau pour prendre part à un jeu mortel du chat et de la souris à travers l’Europe et le Moyen-Orient, il doit se livrer à une course contre la montre pour arrêter les plans d’un terroriste visant une attaque massive contre les États-Unis et leurs alliés...

Basée sur le personnage imaginé par Tom Clancy et déjà incarné au cinéma dans les films éponymes par Harrison Ford, Ben Affleck, ou encore Chris Pine, la première saison de Tom Clancy's Jack Ryan raconte les débuts de l'analyste de la CIA en tant qu'agent de terrain. C'est cette fois l'acteur John Krasinski qui endosse le rôle titre, pour proposer une version plus "inexpérimentée" du personnage.

La saison propose une intrigue qui vous fera voyager, des États-Unis au Moyen-Orient en passant par l'Europe. Plutot calibrée action, cette première saison (on ignore pour le moment si une seconde verra le jour) offre un bon divertissement, son lot de rebondissements et des personnages secondaires globalement attachants. Une bonne surprise donc, qui, on, l'espère, se prolongera au-delà de cette première salve de huit épisodes.

Coté technique, le master 1080p de cette édition Blu-ray livre une image soignée, affutée la plupart du temps, et affichant de jolis contrastes. Pas de prouesse particulière mais une vision HD globalement très agréable et convaincante.

Concernant les pistes audio, la VO Dolby Atmos fait ici clairement sensation, affichant un paysage sonore précis, immersif et explosif en toutes circonstances. La VF doit quant à elle se contenter d'une bien plus sobre piste Dolby Digital 5.1, mais néanmoins solide coté surround. Doublage FR soigné.

Pour ce qui est des extras, cette édition Blu-ray ne propose malheureusement rien de plus que quelques scènes coupées au montage.

JACK RYAN SAISON 1, disponible le 19/06/2019 en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : On prend globalement beaucoup de plaisir à suivre les aventures de cet inexpérimenté analyste de la CIA, le conduisant dans les méandres d'un complot terroriste à l’envergure mondiale. Une première saison efficace, qui on l'espère ne sera pas la dernière. Coté technique, (voir plus haut pour détails) cette édition Blu-ray propose une image et des pistes sonores efficaces, mais se montre par contre assez radine du coté des extras malheureusement.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


5 juin 2019

[Review] Happy Death Day 2U, le test Blu-ray

Alors que Tree pensait s’être définitivement débarrassée de celui qui voulait sa mort et qu’elle file le parfait amour avec Carter, elle se retrouve projetée dans une dimension parallèle à notre monde. Elle doit désormais affronter des fantômes de son passé et de nouveaux ennemis...

Après un premier film ayant su séduire par son originalité et son scénario plutôt bien ficelé, voici donc venir la suite.

Conquis par son prédécesseur, j'étais fort logiquement impatient de voir si les scénaristes avaient réussi à prolonger l'efficacité du premier opus. Et bien, je ne vais y aller par quatre chemins, la réponse est ici clairement NON. Cette suite tente douloureusement de reproduire les mécaniques rencontrées dans Happy Death Day, mais sans y apporter la moindre nouveauté, mise à part une pseudo tentative d’explication scientifique au "problème" de boucle temporelle.

Là où le premier film nous tenait brillamment en haleine sur toute sa durée, Happy Death Day 2U passe complètement à coté du sujet en proposant une redondance lassante et ennuyeuse, et finit même par agacer le spectateur. Une suite clairement en dessous de son prédécesseur, qui aura bien du mal à convaincre celles et ceux ayant été, comme ce fut mon cas, conquis par le premier opus. Si vous n'avez d'ailleurs encore vu ni l'un ni l'autre, je vous conseille dès lors vivement le premier (Happy Death Day), qui reste un excellent divertissement d'horreur. Oubliez par contre le second.

HAPPY DEATH DAY 2U, disponible le 19/06/2019 en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Très loin de renouveler l'expérience offerte par son prédécesseur, Happy Death Day 2U se contente de reproduire mécaniquement les effets de manche du premier opus, qui plus est dans une ambiance bien plus redondante et ennuyeuse. Une suite manquée, malheureusement. Coté technique, Universal nous livre un master 1080p d'une efficacité redoutable, affichant une définition tranchante et des contrastes affutés (vous aurez remarqué l'effort sur le choix des mots...). Pour ce qui est des pistes audio, la VO DTS-HD Master Audio 5.1 assure le spectacle en proposant un paysage sonore immersive et fracassant, là où la VF Dolby 5.1, plus retenue cela dit, ne manque pas de punch également. Du coté des extras, quelques insignifiants modules viennent agrémenter ce disque Blu-ray, sans oublier un bref bêtisier ainsi qu'une scène inédite.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


15 mai 2019

[Review] Creed II, le test Blu-ray 4K

La vie est devenue un numéro d'équilibriste pour Adonis Creed. Entre ses obligations personnelles et son entraînement pour son prochain grand match, il est à la croisée des chemins. Et l'enjeu du combat est d'autant plus élevé que son rival est lié au passé de sa famille. Mais il peut compter sur la présence de Rocky Balboa à ses côtés : avec lui, il comprendra ce qui vaut la peine de se battre et découvrira qu'il n'y a rien de plus important que les valeurs familiales...

Après un premier film dédié au fils d'Apollo Creed et entrainé par la légende Rocky Balboa, Creed, sorti en 2015, voici donc venir la suite. Baptisé sobrement Creed II, ce nouveau chapitre nous présente cette fois l’ascension puis la déchéance du nouveau champion, dans un scénario efficace mais sans surprise, tant on a le sentiment de déjà connaitre d’avance son déroulement.

Ce volet s'adresse d'ailleurs tout autant aux fans d'Apollo qu'à ceux de Rocky, puisque le maitre fera de son coté la rencontre d'une vieille connaissance russe croisée dans Rocky IV (qui a dit spoiler? regardez la jaquette...). Sans surprendre mais néanmoins sans décevoir, Creed II se montre donc à la hauteur des attentes que l'on pouvait avoir. Ni plus, ni moins.

Coté casting, une fois de plus ce dernier se révèle très efficace. Dans le rôle titre on retrouve l'acteur Aaron Covington, en super forme (impressionnant), tout autant d'ailleurs que son adversaire Florian Munteanu, incarnant ici le colosse russe de service, au physique tout aussi redoutable. Si vous étiez en manque de testostérone, Creed II devrait y remédier sans problème. Sylvester Stallone et Dolph Lundgren reprennent quant à eux leurs rôles respectifs de Rocky Balboa et Yvan Drago.

Un master 4K splendide.

Coté visuel, le film n'ayant pas été originellement capté en 4K, cette édition UltraHD a du passer par la case upscalling pour arriver jusqu'à nous dans une résolution 2160p. Si le résultat reste honorable, avec quelques plans superbes, la moyenne générale n'est cela dit pas exceptionnelle, et on a globalement le sentiment de regarder une (bonne) version 1080p. Le HDR vient cependant booster quelques effets ponctuellement.

Coté audio par contre, on prend là une belle gifle sonore, mais en VO uniquement (malheureusement), car seule piste proposée en Dolby Atmos. La VF devant quant à elle se contenter d'un inadmissible encodage Dolby Digital 5.1. WHV nous avait clairement habitué à plus d'attention sur ses éditions 4K. Pour le coup, c'est ici en VO que vous devrez vous plonger si vous souhaitez profiter de la meilleure immersion. Doublage FR soigné cela dit.

CREED II, disponible dès le 15 mai 2019 en 4K UHD, Blu-ray et DVD chez WHV.

VERDICT : Nous offrant un agréable divertissement, bien que cousu de fil blanc, Creed II devrait sans difficulté sustenter les amateurs du genre. Le coté vieille rivalité refaisant surface ne sera pas non plus pour déplaire aux fans de la saga Rocky originale. Coté technique, tout n'est pas ici irréprochable mais de manière globale, cette édition UltraHD reste néanmoins la plus aboutie (voir plus haut pour détails). Pour ce qui est des extras, vous trouverez (sur le disque 1080p) un lot de scènes coupées au montage, divers modules revenant en détails sur le casting, ainsi qu'un focus sur l'héritage de la saga, avec le retour d'un personnage emblématique.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)