[Review] Lego DC Super Villains, le test PS4

Pour la première fois, un jeu Lego donne aux joueurs la possibilité d'incarner pendant toute l'aventure un super-vilain, qui libère la puissance d'anciens artefacts facétieux...

[Review] Super Mario Party, le test Switch

La série Mario Party débarque sur Nintendo Switch avec un gameplay et des mini-jeux survoltés pour tous ! Le jeu de plateau original a été agrémenté de nouveaux éléments...

[Review] Shadow of the Tomb Raider, le test Xbox One X

Dans Shadow of the Tomb Raider, Lara va devoir surmonter les dangers de la jungle, explorer de terrifiants tombeaux et s'accrocher pour survivre...

[Review] Assassin's Creed Odyssey, le test PS4

Écrivez votre propre odyssée et vivez d’incroyables aventures dans un monde où importe chacun de vos choix...

[Divers] Dans quel ordre regarder les films Avengers...

Pas évident de s'y retrouver en effet, surtout avec des films qui sont souvent livrés dans le désordre. J'ai donc décidé de vous proposer ici un classement chronologique...

14 nov. 2018

[Review] Diablo 3: Eternal Collection, le test Switch

Après les millions de joueurs ayant déjà combattu les hordes démoniaques dans Diablo III sur PC, Playstation 4 et Xbox One, c'est ajourd’hui à votre tour de rejoindre la croisade sur Nintendo Switch, et de prendre les armes face aux ennemis du monde des mortels. Êtes-vous prêts à affronter le mal absolu...

En 2012 les joueurs PC découvraient Diablo III, puis fin 2013 se fut au tour des joueurs consoles, sur Playstation 3 et Xbox 360, juste avant les joueurs PS4 et Xbox One en 2014. C'est aujourd'hui, en 2018, aux joueurs Nintendo de faire la connaissance avec la légende du hack'n slash sur la nomade Switch.

Si vous connaissez déjà par cœur ce joyau signé Blizzard, cette version Switch ne vous apportera pas grand chose de neuf, surtout si vous avez parcouru Diablo III de long en large en ne manquant aucune de ses diverses extensions. En effet, cette version Switch les intègre toutes, avec les 5 chapitres de la campagne principale bien sûr, mais aussi l’extension Reaper of Souls, le pack Nécromancien ainsi que l’ensemble des contenus additionnels tels que Kanai’s Cube, les Challenge Rifts et les saisons à thème.

Cette version Switch livre pourtant ses petites exclus, avec quelques items exclusifs à récupérer. Des objets qui parleront surtout aux joueurs fans de la licence The Legend of Zelda, puisque vous pourrez ici tenter de vous procurer un set d'armure Ganondorf, un portail Triforce, des ailes ornementales uniques, ou encore une mascotte Cocotte (voir visuel ci-dessous). De quoi faire vibrer votre corde sensible de joueur Nintendo. Et il faut bien avouer que l'armure Ganondorf à quand même de la gueule!


Pour le reste, cette version Switch reprend globalement la prise en main des autres versions consoles déjà parrues en 2013 et 2014. Vous pourrez ainsi y jouer via la manette Pro (qui offre davantage de confort) ou bien au Joy-Con traditionnels, et ce en version TV ou portable, comme bon vous semble.

Pour ceux parmi vous étant totalement novice de cette licence, les paragraphes qui suivent vous en apprendront un peu plus sur Diablo III et son concept.

Vous débutez votre aventure en choisissant une classe parmi les six qui vous sont proposées d’emblée. Suivant vos affinités, vous irez vers des profils qui seront plus ou moins fonceurs, et plus ou moins adeptes de la magie et des attaques à distance. Sachez qu'il vous est possible d'importer vos personnages déjà créé via votre compte Blizzard sur Battle.net. Les différentes plateformes étant interconnectées. Vient ensuite le choix du niveau de difficulté. Une première partie en "normal" n'est pas ridicule quand on a peu d'expérience dans le genre action/RPG de ce type. Je vous le conseille donc pour votre premier run.


Les chapitres s’enchainent et sont chacun découpés en diverses missions. Vous devrez progresser afin d'étoffer votre arsenal, améliorer vos pièces d'armure, collecter de l'or pour acheter des objets ou des potions etc... Comme sur les versions Playstation et Xbox, les menus sont ici tout à fait clairs et intuitifs. Les différentes touches de la manette sont assimilées à vos attaques, et vous pouvez à tous moments les modifier via le menu de gestion. Dans ce même menu, vous gérez également votre inventaire et pouvez donc en quelques clics changer d'arme ou améliorer votre équipement. Les objets devenus inutiles pourront alors être revendus auprès des marchands du village. C'est d'une simplicité élémentaire.

La progression est logiquement plus rapide au départ, et vous évoluerez ensuite de niveau en niveau en acquérant de l'XP, qui débloquera aussi au fil des niveaux de nouvelles attaques et compétences. Ne négligez pas les quêtes et objectifs secondaires, ni les visites de lieux annexes, tout cela vous permettra d'évoluer plus rapidement. Et face à certains boss, croyez-moi, toute expérience est bonne à prendre. L'avantage des versions sur consoles, pour les joueurs peu attirés par le jeu en ligne ou le multi-joueur de manière globale (comme moi), c'est que le jeu en solo est ici plébiscité. Chose très intéressante également, il est même possible de jouer en coop locale hors ligne, jusqu'à 4 joueurs. Dans ce dernier cas, sachez tout de même que votre écran est alors divisé en 4 zones (mieux vaut dans ce cas ne pas opter pour la version "tablette", qui en devient vraiment difficile à lire). Mais les fonctionnalités en ligne restent bien sûr présentes, avec toutes les possibilités offertes sur PC, plus d'autres spécialement pensées pour les versions consoles, comme celle de pouvoir par exemple recevoir ou envoyer des objets à vos amis via une boite aux lettres présente dans la cité de Nouvelle Tristram (au début du jeu).


Je vous informe pour conclure que le titre est intégralement doublé (et fort joliment) en français, et que le rendu est tout simplement splendide (in-game et cinématiques), parfaitement fluide aussi, que vous choisissiez d'y jouer sur votre TV (960p/60fps) ou de profiter du coté portable de la console en emportant votre partie avec vous (720p/60fps).

Notre verdict:
Incontestablement, Diablo III: Eternal Collection sur Switch n'a rien à envier aux autres versions sorties sur PC et consoles avant elle. Proposant un contenu ultra complet, un niveau technique irréprochable, une prise en main exemplaire et même quelques extras à l'attention des fans de The Legend of Zelda, il ne lui manque rien. Par contre, le titre s'adresse avant tout à ceux et celles n'ayant pas encore écumé l'enfer et décimé ses ordres de démons, le titre étant la copie conforme de Diablo III et de ses extensions. A moins que vous souhaitiez le refaire ne version nomade? Dans quel cas cette version est faite pour vous.
9.5/10

12 nov. 2018

[Review] Hitman 2, le test Xbox One X

Parcourez le monde et traquez vos cibles dans des lieux exotiques. Des rues baignées de soleil de Miami aux sombres et dangereuses forêts tropicales, aucun endroit n'échappe à l'assassin le plus créatif du monde : l'Agent 47. Préparez-vous à devoir éliminer l'insaisissable Client Fantôme et faire échouer sa milice. Mais tout change quand 47 apprend la véritable identité de sa cible et la vérité sur son passé...

Après un rebirth de la licence Hitman en 2016 sous la forme d'une "saison" au format épisodique (déclinée sous différentes éditions par la suite dont une Definitive Edition sortie en mai 2018 - voir notre test de la version Xbox One X), l'agent 47 revient aujourd'hui avec une suite, sobrement nommée Hitman 2. Au programme de ce nouveau voyage autour du monde, un moteur graphique peaufiné, une liberté d'action accrue, et bien sûr de toutes nouvelles cibles à assassiner. Alors Hitman 2 est-il un Hitman 1.5 ou bien une véritable évolution du concept revenu à la vie il y a deux ans? C'est la question à laquelle je vais tenter de répondre dans ce test, effectué sur une console Xbox One X (en 4K/HDR).

Avant de plonger dans le vif du sujet, pour ceux qui se poseraient la question de savoir pourquoi j'ai opté pour un test sur Xbox One X (et pas sur PS4 Pro), c'est parce que la version Xbox One X est optimisée 4K/HDR et propose une résolution 4K native, contrairement à la version PS4 (ou PS4 Pro). J'ai donc opté pour le meilleur rendu visuel afin de profiter au maximum de l'expérience. Mais sachez que les deux versions (PS4 et Xbox One) sont ici fort proches visuellement, et que les impressions relevées par des confrères ayant testé le jeu sur PS4 Pro sont également excellents. Vous n'avez donc aucune crainte à avoir.

Les choses étant précisées, nous pouvons maintenant débuter le test de Hitman 2.


Le jeu se compose (ou se décompose) suivant plusieurs missions une fois encore, chacune étant liée à un lieu déterminé. Exactement comme dans le jeu précédent, chacun de ces lieus est lié à une cible que vous devrez abattre. Après une première mission prologue vous apprenant les bases du gameplay (un long prologue cela dit en passant...), vous aurez alors une totale liberté d'approche afin de remplir votre contrat. Pour ce faire, le panel de possibilités a été ici étoffé et offre un éventail de possibilités sensiblement plus vaste que dans Hitman saison un. L'IA bénéficie également d'une mise à jour notable, réduisant du coup notre marge de manœuvre dans certaines situations, mais renforçant grandement l'immersion du joueur ainsi que le réalisme de certains scenarii. Comme par exemple le fait qu'il vous faudra à présent aussi surveiller votre reflet dans les miroirs, ou encore utiliser la foule (ou la végétation) à votre avantage pour masquer votre présence.

Comme dans Hitman, vous pourrez aborder chaque assassinat suivant de très nombreux angles et possibilités. Le déguisement sera à nouveau au cœur de la plupart des options s'offrant à vous. Repérer une cible, attendre qu'elle soit isolée et ensuite la neutraliser. Vous pourrez tout autant opter pour une mort "indirecte", comme un empoisonnement par exemple, ou encore un tir à distance grâce à votre fusil sniper. Le tout sera de vous assurer de la réussite de l’opération, et surtout de vos options de fuite après le meurtre. Car tuer une cible est une chose, mais quitter les lieus sans se faire remarquer en est une autre.


C'est un total de six nouvelles destinations qui vous attend au lancement de Hitman 2. Colombie, Inde ou encore États-Unis sont quelques exemples de pays que vous découvrirez dans ces nouvelles aventures. Plage touristique, jungle luxuriante ou ville en pleine effervescence, sont autant d’environnements que vous devrez apprivoiser pour bien choisir comment traquer votre cible avant de l'assassiner. Clairement, le souci du détail est ici captivant. Hitman 2 nous offrant une immersion impressionnante, dans des lieus souvent riches de vie, jalonner de PNJ autonomes vaquant à leurs occupations, au milieu desquels vous devrez évoluer et planifier vos actions meurtrières avec une panoplie d’opportunités à votre disposition impressionnante, et souvent pleine d'originalité. Ce qui vous incitera à faire et refaire certaines missions juste pour le plaisir de pouvoir tester les différentes approches possibles.

Coté scénario, Hitman 2 ne brillera pas davantage que son prédécesseur, avec une trame on ne peut plus élémentaire, servant uniquement de prétexte aux différentes missions vers lesquelles vous serez envoyé. Sobriété avant tout. Il faut néanmoins être honnête, l’intérêt du jeu n'est pas dans son scénario global mais bien dans l'approche de chacune des missions auxquelles vous serez convié, ainsi que dans sa durée de vie alimentée par la rejouabilité considérable du titre de IO Interactive.


Mais s'il nous faut attester que le champ des possibles est ici globalement étoffé par rapport à Hitman (rebirth premier du nom), il ne nous est cependant pas possible de tout faire non plus. On ne peut pas par exemple déplacer un verre pour suggérer à sa cible d'y boire, ou se cacher derrière une porte entre ouverte pour attendre, ou encore se glisser à l'arrière d'une voiture que sa cible pourrait emprunter, ou déclencher un incendie pour générer un mouvement de foule et en profiter pour commettre son méfait... Bref, tout est ici intégralement scripté et seuls les divers scenarii envisagés sont au final possibles. Vous devrez donc vous plier aux options s'offrant à vous, sans jamais avoir un sentiment de totale liberté. Exactement comme dans le précédent Hitman.

La prise en main est également similaire à ce que nous connaissions déjà, avec des déplacement assez rigides (trop bien souvent, surtout en cas de fuite), une caméra parfois gênante, et aucun mouvement possible en dehors de ceux scriptés (pas de saut par exemple). Passer du gameplay d'Assassin's Creed Odyssey à celui de Hitman 2 fait mal...


Un mot enfin sur le contenu annexe de Hitman 2, avec tout d'abord un mode multi-joueurs "Ghost" intégré, dans lequel vous serez en compétition avec un autre joueur afin d'être le plus rapide à éliminer une cible et vous extraire des lieus sans vous faire repérer. On trouve aussi un éditeur de niveau qui vous permettra de laisser libre court avec votre créativité, ou encore un mode Sniper, que vous connaissez sans doute déjà si vous avez précommandé le jeu.

Notre verdict:
Pour répondre à la question que je posais en introduction à ce test, Hitman 2 ne propose pas une évolution considérable de son gameplay par rapport à son prédécesseur, mais il en corrige néanmoins bon nombre de petits défauts (pas tous cela dit) pour améliorer encore l'expérience de jeu des joueurs. Plus affuté techniquement, plus généreux en contenu et possibilités dans ses assassinats, offrant une indéniable rejouabilité et donc une durée de vie considérable, intégrant un mode multi-joueurs original et compétitif, sans oublier un éditeur de niveaux et un mode sniper... les joueurs ayant appréciés le précédent seront ici encore conquis, sans aucun doute. Néanmoins, on a plutot le sentiment d'être face à une extension du premier Hitman, bien que la recette fonctionne malgré tout mieux avec ce Hitman 2. Il reste quoiqu'il en soit une certaine marge de manœuvre à IO Interactive pour peaufiner la formule, encore un peu trop "rigide" à mon gout.
8/10

8 nov. 2018

[Review] Will & Grace - Revival - saison 1, le test DVD

That’s right, honey ! Dix ans après leurs huit saisons inoubliables, le quatuor le plus délirant de l’histoire télévisuelle est de retour. Eric McCormack, Debra Messing, Sean Hayes et Megan Mullally reprennent leurs rôles d’anthologie : Will, Grace, Jack et Karen...

Déjà dix ans se sont écoulés depuis la fin de la série Will & Grace. Une série qui avait forgé son succès grâce à son casting flamboyant et ses personnages inoubliables. Une décennie plus tard, le quatuor formé par Will, Grace, Jack et Karen revient donc sur le devant de la scène avec une toute nouvelle fournée d'épisodes. Mais la recette fonctionne-t-elle encore en 2018?

Une chose est en tous les cas certaine, l'annonce du retour de Will & Grace est indéniablement une excellente nouvelle pour les fans de la série. Dès les premiers épisodes de ce "revival", on constate que rien n'a véritablement changé et on a le sentiment que c'était encore hier que nous étions les témoins de leurs pitreries légères. Le thème récurrent de cette nouvelle saison est logiquement la "situation présidentielle", la série ayant été diffusée peu de temps après l'investiture de Donald Trump. Les allusions au nouveau président des États Unis sont donc nombreuses et fréquentes. Un sujet qui divise d'ailleurs âprement les quatre amis. L'épisode pilote de ce revival ira même jusqu'à embarquer nos quatre compères dans un voyage à Washington, jusque dans le bureau ovale.

Dix ans plus tard rien n'a changé et pourtant, les choses ne sont plus tout à fait les mêmes non plus. Les rires forcés systématiques, ou encore les répliquent injurieuses semblent nous laisser spectateurs d'une rediffusion ou d'un best of de la série par moments. Les acteurs sont quant à eux toujours au top, même si pour certains il est indéniable que les années ont laissé des traces... On regrettera enfin qu'aucune VF ne soit ici proposée, alors qu'un doublage allemand soit quant à lui présent. Les références aux médias et à la culture US étant nombreuses dans les dialogues (au débit souvent infernal d'ailleurs!), et cela ne passent pas toujours auprès des spectateurs francophones que nous sommes, malheureusement. Une adaptation FR aurait été la bienvenue je pense.

WILL & GRACE REVIVAL SAISON 1, disponible dès à présent en DVD chez Universal (Benelux).

VERDICT : Série culte des années 2000, Will & Grace revient dans une "suite" se contentant un peu trop de "reproduire" la recette d’antan. Cette dernière date quelque peu malheureusement et ne fonctionne plus tout à fait aussi bien qu'il y a dix ans. On est cela dit heureux de pouvoir encore rire avec ce quatuor, assurément inimitable! Coté technique, l'image de ce coffret double DVD est correcte, propre et livre une définition honorable pour le support SD. La VO s'illustre en Dolby Digital 5.1 (comme le version allemande), affichant un paysage sonore frontal efficace mais un brin trop discret en arrière plan. Pas de VF au programme malheureusement, mais des sous titres FR. Les francophiles devront s'en contenter. Pour ce qui est des extras, trois modules reviennent sur la renaissance de la série, sans oublier un bêtisier du tournage.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


5 nov. 2018

[Review] Lego Harry Potter Collection sur Switch

Retrouvez le génie créatif de Lego et le monde gigantesque d’Harry Potter dans une aventure surprenante où les joueurs devront lancer des sorts, créer des potions, résoudre des énigmes, suivre des cours, combattre en duel et bien plus encore. Petits et grands pourront découvrir l'intégralité des aventures Lego Harry Potter retraçant le contenu des sept livres et des huit films, avec des graphismes, des environnements, des effets de lumière et des effets spéciaux améliorés...

Après une sortie sur Playstation 4 en 2016, c'est à présent aux consoles Nintendo Switch et Xbox One de voir à leur tour débarquer Lego Harry Potter Collection. Développé bien sûr par TT Games et édité par Warner Bros. Interactive Entertainment, le jeu unit évidemment l'humour caractéristique des jeux Lego sur consoles avec la magie du monde des sorciers de Poudlard. Rassemblant ici les 8 années racontées dans les 8 films (ou les 7 livres, c'est selon) de la saga, avec pour l'occasion des graphismes, environnements, éclairages et effets visuels améliorés.

Si vous êtes un fidèle des jeux vidéo Lego, vous ne serez pas étonné d'apprendre que c'est en fait deux jeux que vous trouverez dans cette Lego Harry Potter Collection, avec d'une part Lego Harry Potter: Années 1 à 4 - basé sur les 4 premiers films (Harry Potter à l'école des sorciers™, Harry Potter et la Chambre des secrets™, Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban™ et Harry Potter et la Coupe de feu™) - et Lego Harry Potter: Années 5 à 7 d'autre part - transportant les joueurs dans les 4 derniers films de la saga imaginée par J.K. Rowling (Harry Potter et l'Ordre du Phénix™, Harry Potter et le Prince de sang-mêlé™ et Harry Potter et les Reliques de la Mort™ Partie 1 et 2).

Coté gameplay et contenu, on retrouve logiquement ici tous les mécanismes habituels bien connus des jeux Lego classiques sur consoles, avec des briques à casser par milliers, des pièces à récupérer pour construire et déconstruire, des creuses-méninges par-ci pat-là, des trésors cachés à dénicher, et bien sûr une tonnes de personnages à débloquer. Comme d'habitude en fait, l'originalité des quelques épisodes plus récents en moins cela dit. On se rend également compte en jouant à Lego Harry Potter Collection que le gameplay général des productions Lego a substantiellement évolué avec les derniers titres sortis, et que cette collection n'en profite malheureusement pas suffisamment. Cette aventure n'étant pas inédites, ceux ayant déjà bouclé ces chapitres sur PS3, 360, PC ou encore PS Vita à l'époque seront ici en terrain familier, la restauration étant purement esthétique.

Il faut tout de même noter, pour ceux que cela intéresse, que les fonctionnalités tactile de la console Switch restent par contre anecdotiques, puisque vous y ferez appel de manière occasionnelle seulement (lors de certaines énigmes ou dans les menus par exemple). Le jeu n'ayant pas été pensé pour optimiser le coté nomade de la machine mais davantage son approche "console de salon" manifestement. Dommage, car cela aurait clairement pu être un plus à valoriser pour cette version par rapport aux autres.

Ajoutons enfin que deux packs DLC sont également inclus dans cette Lego Harry Potter Collection, avec un pack de personnages proposant Godric Gryffondor, Harry (bal de Noël), Helga Poufsouffle, Lockhart (camisole), Luna (tête de lion), Peeves, Hermione (robe rose), Ron Weasley (goule), Rowena Serdaigle et Salazar Serpentard, ainsi qu'un pack de sorts débloquant Cantis, Dentesaugmento, Kanarpalmus, Melofors et Tentaclifors.

Pour rappel, le jeu est dès à présent disponible sur PS4, Xbox One et Switch, en version boite mais également en téléchargement via leurs shop online respectifs.

Notre verdict:
Sans venir bouleverser les choses autrement qu'esthétiquement, Lego Harry Potter Collection nous propose de revivre sur nos consoles de salon l'intégralité des aventures du jeune Harry en version Lego. Avec un concept "Lego" toujours aussi efficace (que ce soit en version nomade ou console de salon), uon y retrouve tout l'univers de Harry Potter, fidèle et plein d'humour, et une durée de vie plutot généreuse grâce aux années 1-4 et 5-7. On regrettera par contre que cette collection n'en ai pas profité pour remettre un peu à jour le gameplay, copier-coller de celui d'époque.
8/10

30 oct. 2018

[Review] Jurassic World 2: Fallen Kingdom, le test Blu-ray 4K

Cela fait maintenant trois ans que les dinosaures se sont échappés de leurs enclos et ont détruit le parc à thème et complexe de luxe Jurassic World. Isla Nublar a été abandonnée depuis lors. Mais quand le volcan de l'île menace de tuer les créatures y résident, le débat quant à leur survie divise les autorités...

Après une résurrection réussie de la licence jurassique de Steven Spielberg (ou Michael Crichton, c'est selon) en 2015 (voir notre test Blu-ray de Jurassic World), il est temps aujourd'hui de découvrir le second chapitre de la trilogie Jurassic World. Nommé Fallen Kingdom, cet épisode fait suite à son prédécesseur en tentant de nous justifier "l'évasion" des créatures, qui sera en toute logique le sujet du prochain volet.

Mais revenons à Fallen Kingdom. La recette ne change guère, et c'est une fois encore l'efficacité des effets spéciaux alliés à la complicité du duo Chris Pratt/Bryce Dallas Howard qui assurent tout le spectacle. Le scénario est assurément bateau, et bien que le débat sur les droits de ces créatures soit proposé en guise de fil conducteur, on comprend très vite où le film tente de nous emmener.

Il faudra donc patienter jusqu'à l'épilogue de cette trilogie pour en découvrir sans doute l'aboutissement, même si au regard des informations en notre possession on peut dors et déjà imaginer plusieurs scenarii plausibles. Pas de date de sortie avancée pour l'instant, mais si trois ans séparaient les deux premiers, nous devrions donc en découvrir la suite (et fin) en 2021 très probablement.

Une édition 4K splendide.

Difficile de prendre à défaut le rendu de cette édition UltraHD Dolby Vision (HDR10), qui propose une image absolument sublime. Définition irréprochable, contrastes parfaits, apport du HDR indéniable avec une gestions des teintes et des lumières sans faille. On est clairement ici en présence d'un master 4K splendide.

Constat similaire en ce qui concerne les pistes audio, avec une VO DTS:X Master Audio fracassante, livrant une immersion redoutable. La VF DTS-HD 7.1 assure également un spectacle d'excellente qualité et sans concession. Doublage FR soigné.

Pour ce qui est des extras, proposés en 2160p sur le disque 4K mais sans HDR, on retrouve divers modules making of revenant sur les coulisses du film, les effets visuels, la complicité des acteurs etc... Relativement courts et promotionnels, ces derniers nous permettent néanmoins de mieux comprendre les conditions du tournage et le travail mminutieux réalisé pour certaines séquences.

JUARASSIC WORLD 2, disponible dès à présent en 4K UHD, Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Proposant une fois encore un divertissement incomparable, Jurassic World Fallen Kingdom est le parfait épisode de transition dans cette trilogie au succès programmé. La recette fonctionne et comblera les fans sans aucun doute, même si globalement j'avais préféré l'action du premier film. Coté technique il n'y a pas grand chose à dire, si ce n'est que l'on touche à la perfection avec cette édition UltraHD 4K (voir plus haut pour détails).
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


29 oct. 2018

[Review] Spider-Man: Le Casse (DLC), le test PS4 Pro

Affrontez des super-vilains cultes de l’univers de Spider-Man dans le premier des trois nouveaux chapitres de Marvel’s Spider-Man. Rencontrez enfin Black Cat face à face dans une série de missions qui mettront les talents de Spider-Man à l’épreuve. Déjouez les pièges de nouvelles factions ennemies, bien décidées à prendre le contrôle de la pègre. Accédez également à trois nouvelles tenues, dont un costume inédit créé spécialement pour Marvel’s Spider-Man. Découvrez aussi de nouveaux objets à collectionner, et remportez de nouveaux trophées en suivant Spider-Man à la poursuite de Black Cat...

Un peu plus de deux mois après la sortie de Marvel Spider-man (en exclu sur Playstation 4 faut-il le rappeler - voir notre test du jeu sur PS4 Pro), le jeu d'Insmoniac Games nous livre son premier DLC avec "The Heist" (ou "Le Casse" en VF). L'occasion pour les joueurs de replonger dans l'open world très réussi de ce jeu dors et déjà culte et incontournable sur la console de Sony, au travers d'une aventure inédite, agrémentée de quelques extras au passage.

L’intérêt majeur de ce DLC, le premier d'une série de trois qui sortiront au travers du Season Pass du jeu (19,99€) - mais aussi disponibles à l'unité (7,99€) - durant les prochaines semaines, c'est avant tout le scénario qu'il nous livre et donc le chapitre inédit qu'il nous permet de parcourir. Grâce à lui vous ferez la rencontre du personnage de Black Cat, que vous aviez d'ailleurs déjà croisé dans l'aventure principale via des missions secondaires. New-York voit sa criminalité augmenter et il va vous falloir mettre un peu d'ordre dans tout ça. Si le scénario se montre relativement convenu et prévisible, tout comme durant l'aventure principale c'est une fois encore les dialogues et l'humour omniprésent qui font tout l’intérêt et la qualité de ce DLC. Néanmoins on regrettera un final quelque peu décevant, nous obligeant à patienter jusqu'à l'épisode suivant pour en connaitre la suite.


A coté du scénario inédit que nous invite à découvrir ce premier DLC d'une série de 3 volets, "Le Casse" vous permet également de débloquer des nouvelles activités (collecte de tableaux, séances photo un peu particulières, ou encore empêcher des voleurs de quitter le musée), un lot de nouveaux trophées, ainsi que 3 nouveaux costumes. Le premier sera débloqué directement, le second une fois le scénario bouclé, et le troisième si vous terminez toutes les nouvelles missions dans les différents quartiers de la ville. Il est à noter qu'aucun nouveau pouvoir ne sera débloquer au passage, les tenues étant purement esthétiques. Dommage.


Techniquement il n'y a bien sûr ici rien à redire. C'est une fois encore somptueux (test effectué sur une PS4 Pro), et le nouveau costume "brillant" est du plus belle effet. Le doublage FR est ici encore excellent, toujours teinté d'humour et apportant au passage son lot de nouvelles répliques.

Pour rappel, Marvel Spider-man est disponible en exclusivité sur Playstation 4 et vous pouvez acquérir le DLC "Le Casse" (The Heist) via le Playstation Store dès à présent.

Notre verdict:
Proposant un scénario inédit, de nouvelles activités et missions secondaires, ainsi que 3 nouvelles tenues, le premier DLC de Marvel Spider-man est donc plutôt une bonne surprise et propose un rapport qualité-durée de vie-prix relativement raisonnable. Ceux ayant apprécié l'aventure principale pour ses qualités narratives et son humour seront ici ravis de prolonger l'expérience. Il nous faudra cela dit patienter jusqu'aux 2 prochains DLC avant de connaitre la véritable fin de ce scénario annexe.
8/10

26 oct. 2018

[Review] Forza Horizon 4, le test Xbox One X

Explorez de magnifiques paysages historiques britanniques. Découvrez des lacs, des vallées, des châteaux et autres paysages époustouflants dans une résolution spectaculaire en 4K/HDR sur Xbox One X. Les saisons changent tout. Maitrisez votre conduite dans des conditions sèches, humides, boueuses, enneigées et glacées, et vivez dans un monde partagé où chacun fait face aux changements de temps, de climat et de saison. Profitez de la gamme de voitures la plus vaste à ce jour, avec plus de 450 bolides à collectionner...

Le moins que l'on puisse dire c'est que Microsoft ne chaume pas avec sa licence Forza. Entre les Forza (Motorsport) "classiques" et son dérivé Horizon, la licence en est déjà à 11 jeux sortis sur les différentes consoles Xbox depuis 2005. Après Forza Horizon 3 (voir notre test) sorti en 2016 et Forza Motorsport 7 (voir notre test) l'année dernière, c'est Forza Horizon 4 qui voit à présent le jour.

Avec un tel rythme de parution, on est logiquement en droit de se demander s'il ne s'agit pas là uniquement pour Microsoft de multiplier les déclinaisons afin d’engranger des dollars, sans véritablement proposer de grands changements aux joueurs...

Et pourtant, vous allez le découvrir avec notre test réalisé sur une console Xbox One X (4K/30fps ou 1080p/60fps), ce Forza Horizon 4 est sans doute le meilleur épisode de la franchise à ce jour, voire peut-être même bien l'un des tout meilleurs jeux de voiture jamais sortis, tous supports, consoles, constructeurs etc... confondus. Si vous cherchez la référence en la matière, ne cherchez plus, nous l'avons trouvé!

Il est vrai que si vous avez joué à Forza Horizon 3 sorti il y a deux ans, on retrouve dans Horizon 4 globalement la même chose, mais en mieux. Plus vaste, plus complet, plus rapide, plus beau, l'évolution est indéniable, même si Horizon 3 était déjà un excellent cru. Avec Horizon 4 la licence signée Playground Games, et exclusive à la Xbox One faut-il le rappeler, franchit encore un palier supplémentaire et offre incontestablement aux joueurs l'une des meilleures expérience de jeu de voiture sur console de tous les temps. Rien de moins. Un sentiment de liberté quasi absolu, un terrain de jeu gigantesque et des défis à la fois motivants et variés, le tout avec un garage virtuel gavé de bolides de prestige impeccablement modélisés.


Difficile d'imaginer mieux que le rendu proposé par Forza Horizon 4 à l'heure actuelle, et ce même si vous disposiez d'un PC de compétition je pense. Le résultat sur Xbox One X est vraiment impressionnant. On regrettera néanmoins le choix qui s'offre à nous, nous obligeant à faire une concession malgré tout, entre la résolution et la fluidité. En effet, le couple 4K/60fps n'est malheureusement pas possible ici. Vous aurez (sur Xbox One X) le choix entre 4K/30fps ou 1080p/60fps. C'est sans doute là le seul vrai regret que l'on peut avoir. Si vous optez pour le premier duo, le 30fps n'est cela dit pas gênant et vous profiterez surtout d'un rendu juste hallucinant grâce à une résolution 4K native et un apport HDR venant sublimé les teintes et la lumière. Le second couple réduit quelque peu le rendu visuel (1080p) mais fluidifie davantage l'ensemble, pour des sensations de vitesse encore accrues. Pour ma part j'ai opté pour l'optimisation visuelle avant tout, et c'est donc en 4K/30fps que j'ai réalisé ce test. Je précise que le 30fps est ici constant. Sachez enfin que si vous jouez sur une console Xbox One S, vous n'aurez alors pas de choix possible, votre partie sera en 1080p/30fps.


Coté contenu, cela reste ici sensiblement la même chose que dans Horizon 3, avec des missions, des défis, des changements de terrains et de bolides, mais auxquels viennent s'ajouter à présent des changement de saisons. Un élément venant clairement modifier notre approche de la course, tout comme les changements climatiques déjà présents par le passé. Un même tracé en été ou en hiver ne s'abordera logiquement pas de même manière.

Évidement la durée de vie est ici considérable et ce n'est pas en heures mais en dizaines d'heures qu'il vous faudra compter (et peut-être même en centaines...). La map est gigantesque et les activités présentes innombrables. Remporter des courses, gagner de l'XP et étoffer votre garage deviendra vite addictif et vous ne verrez pas les heures défiler croyez-moi, d'autant plus au travers des options en ligne que propose Horizon 4.

Notre verdict:
On touche avec Forza Horizon 4 à la perfection. Dans un genre vidéoludique pourtant ultra saturé, Playground Games réussit à encore améliorer sa copie et à nous livrer un opus quasi parfait. Open world britannique vaste et cohérent, visuellement irréprochable (en 4K/HDR sur Xbox One X), riche de courses et défis à perte de vue, sans parler de l'extraordinaire garage virtuel à notre disposition. On regrettera néanmoins deux choses: la première c'est qu'il nous faut choisir entre 4K et 60fps (sur Xbox One X), et que les espaces urbains ne soient pas plus nombreux (Londres aurait par exemple mérité d'être présente). Pour le reste, Microsoft tient là sans le moindre doute son exclu de l'année. A défaut de pouvoir concurrencer Sony sur d'autres terrains de jeu (God of War ou Spider-man entre autres), le jeu de voiture sur console tient en tous les cas ici sa nouvelle référence, et sans doute pour longtemps.
9.5/10

25 oct. 2018

[Review] Midnight Texas saison 1, le test Blu-ray

Bienvenue dans une petite ville où il est plutôt étrange d'être normal. Cette adaptation des best-sellers de Charlaine Harris (l'auteur de True Blood) nous emmène dans une petite ville perdue au fin fond du Texas, où personne n'est celui qu'il prétend être. Vampires, sorcières, anges ou encore tueurs, Midnight est un mystérieux havre de paix pour ceux qui sont différents. Les habitants de cette ville vont devoir se regrouper et former une famille afin de combattre les pressions extérieures, les forces du mal, et leur propre passé...

C'est toujours pour moi un plaisir que de découvrir (et par la même occasion peut-être aussi vous faire découvrir) une nouvelle série. Et aujourd'hui c'est le cas avec Midnight Texas, une série Fantastique où se croisent voyants, sorcières, vampires, revenants, anges et autres créatures surnaturelles.

Rien de vraiment neuf ici certes, mais le mélange et les intrigues  proposées fonctionnent plutot bien. Sans tomber dans l'humour lourd, le ton reste néanmoins léger et on est ici à la croisée des chemins entre Supernatural, Grimm, The Vampire Diaries ou encore Ghost Wisperer (uniquement pour le coté "je parle aux morts", je vous rassure). Un mélange déjà vu je vous l'accord, mais cela ne fonctionne pas toujours. Ici le divertissement est bien au rendez-vous et on s'attache rapidement à tout ce petit monde "hors du commun".

Un fil rouge permet de lier les épisodes les uns aux autres, et chacun d'eux proposent généralement une intrigue singulière (d'une quarantaine de minutes environs). Le présent et surtout le passé des différents protagonistes constituent le noyau du récit, avec évidement les mystères, révélations et autres romances auxquelles il faut s'attendre.

Une aventure plutôt brève cela dit avec cette première saison malheureusement, puisque seulement une dizaine d'épisodes sont ici répartis sur les deux disques qui composent ce coffret Blu-ray. Une seconde saison est heureusement en cours de diffusion aux États-Unis, ce qui nous assure au moins de voir la suite débarquer chez nous en Blu-ray et DVD l'année prochaine.

MIDNIGHT TEXAS SAISON 1, disponible en Blu-ray et DVD chez Universal (Belgique).

VERDICT : Si vous aimez le genre fantastique, Midnight Texas devrait assurément vous plaire. A la croisée des chemins entre Supernatural, Grimm et Vampire Diaries, vampires, revenants, anges et sorcières se côtoient au sein d'une même communauté cherchant à fuir le monde extérieur. Une dizaine d'épisodes composent cette saison 1 et on a déjà hâte d'en découvrir la suite! Coté technique, visuellement il n'y a ici rien à reprocher à l'image de ce coffret double Blu-ray, affichant des contrastes solides et une définition sans la moindre égratignure. En ce qui concerne les pistes audio, la VO s'illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, livrant un paysage sonore dynamique et immersif, sollicitant parfaitement les enceintes surround. La VF est quant à elle proposée en DTS 5.1. Moins équilibrée avant-arrière que son homologue originale HD, mais assurant tout de même le spectacle en frontal. Doublage FR soigné. Pour ce qui est des extras, on retrouve ici quelques scènes coupées ainsi que le bêtisier du tournage, sans oublier les traditionnelles bandes annonces promotionnelles.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


24 oct. 2018

[Concours] Des jeux Lego DC Super Villains + goodies à gagner!

Grâce à Warner Bros. Games et Deep-blu.com, pour célébrer la sortie du jeu "Lego DC Super Villains" disponible dès à présent sur Playstation 4, Xbox One et Switch, vous allez pouvoir tenter de remporter un des exemplaires PS4 ou Xbox One + minifigurine exclusive de Lex Luthor mis en jeu (4 gagnants). Comment faire? C’est très simple, répondez par mail à la question posée plus bas sur cette même page, en n'oubliant pas bien sûr d'indiquer vos coordonnées. Bonne chance à tous!

-----
Embarquez dans une toute nouvelle aventure Lego en incarnant les meilleurs vilains de l'univers dans Lego DC Super-Villains.

Pour la première fois, un jeu Lego donne aux joueurs la possibilité d'incarner pendant tout le jeu un super-vilain, qui libère la puissance d'anciens artefacts facétieux et sème la panique dans une histoire pleine d'action et d'humour écrite en collaboration avec DC Comics.

Le jeu se déroule dans un monde ouvert en constante expansion du DC Universe, dans lequel la Ligue des Justiciers a disparu laissant la protection de la Terre à leurs confrères venus d'un univers parallèle, qui se sont autoproclamés « Syndicat du Crime ». Parfois, il faut bien plus qu'un super-héros pour accomplir le travail : c'est au tour du joueur, accompagné d'une bande de marginaux, de découvrir quelles sont les véritables intentions de ce nouveau groupe étrange de super-héros venus sauver la Terre.

Avec une équipe de super-vilains célèbres comme Le Joker, Harley Quinn, Lex Luthor, Deathstroke, Killer Frost, Sinestro et bien d'autres personnages issus de la Ligue d'Injustice, les joueurs vivront une aventure épique, pour s'assurer que ce sont bien eux les plus méchants
.

-----

Pour participer c'est très simple, il vous suffit de répondre correctement à la question posée ci-dessous, en nous envoyant votre réponse à l'adresse email indiquée. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses désignera le (ou les) heureux gagnant(s).

Quelles villes sont accessibles dans le vaste open world de Lego DC Super Villains?
A. New York et Washington
B. Paris et Londres
C. Gotham et Metropolis

Envoyez votre réponse par mail à cette adresse: concours@deep-blu.com, en n'oubliant pas bien sur d'indiquer vos coordonnées, et en renseignant en objet [respectez à la lettre ce libellé SVP] Concours LegoDCVillains. Fin de cette action le 05.11.2018 à minuit.

© Lego/Warner Bros. Games 2018. All Rights Reserved.

Précision importante (pour une question de coût d'envoi): seuls les participants résidant au Benelux et en France métropolitaine seront inclus dans le tirage au sort. Merci de votre compréhension.

23 oct. 2018

[Review] Soul Calibur 6, le test PS4

SoulCalibur, la série légendaire de jeux de combat en 3D à l'arme blanche, est de retour ! Vingt ans après le tout premier opus, SoulCalibur VI réalise un grand retour aux sources, tout en introduisant de nombreux éléments inédits. Prenez part à la lutte épique pour les deux épées légendaires, et découvrez des graphismes époustouflants propulsés par le moteur de jeu Unreal Engine 4, sans oublier une refonte des mécaniques de jeu offrant des confrontations spectaculaires...

On osait plus tout à fait y croire et pourtant la licence Soul Calibur (originellement nommée Soul Blade sur PS One) fait bel et bien son grand retour sur nos consoles de salon Playstation et Xbox avec un sixième opus. N'ayant pas rencontré le succès escompté avec ses dernières déclinaisons sorties sur PS3 et 360, Soul Calibur VI sonne donc comme le titre de la dernière chance pour cette licence. Alors avons nous entre les mains le chapitre de la renaissance ou bien celui d'un épilogue bâclé? C'est la question à laquelle je vais tenter de répondre avec ce test réalisé sur une console PS4 Pro.

La première chose que l'on constate en découvrant les premiers combats c'est que visuellement le jeu tente clairement de nous en mettre plein la vue avec des graphismes assurément claquants. Les animations sont aux poiles, les personnages détaillés et les différents effets font sensation. Du coté des décors c'est là par contre variable, avec certains plus légers que d'autres, même si globalement on dira que le rendu est plutôt correct. Les arrières plans manquent quant à eux de précision et semblent la plupart du temps flous. Un moyen sans doute de rendre la technique moins gourmande et de favoriser donc les avants plans et la fluidité globale j'imagine. Rien de bien dérangeant tout de même car vous aurez fort peu le temps de vous y attarder.

En effet tout va très vite dans Soul Calibur VI et il vous faudra être à 100% de votre concentration à chaque instant, car la moindre erreur est ici directement sanctionnée. Le gameplay se montre plus nerveux et rapide que celui de Soul Calibur V (sorti en 2012), rappelant sans doute davantage les premiers épisodes de la saga. Assurément un bien, venant dynamiser les affrontements et les rendre plus gratifiants que jamais.


On peut aussi noter que la palette de coups a été revue pour gagner elle aussi en dynamisme et rendre les combats plus fluides et équilibrés. Parmi les nouveautés à signaler on notera entre autres le "Riversal Edge", un contre aléatoire basé sur le principe du pierre-papier-ciseaux, qui s'il est en votre faveur vous donnera l'avantage, mais peut également la donner à votre adversaire. Malgré quelques lourdeurs encore, chaque personnage peut néanmoins maintenant espérer sortir du lot et du coup on prend un vrai plaisir à apprendre à les maitriser tous.

Coté roster justement, Soul Calibur VI nous livre une jolie palette de personnages n'oubliant aucune des légendes ayant taillé la réputation de la licence auprès des fans. De Mitsurugi à Cervantes, en passant par Siegfried, Sophitia ou Astaroth, ils répondent tous présents. Aux personnages "classiques", on peut ajouter la présence de petits nouveaux, comme Groh, mais surtout le charismatique sorceleur Geralt de Riv, issu de la saga The Witcher. Un personnage qui est rapidement devenu l'un de mes préférés d'ailleurs (ok, je suis un inconditionnel de The Witcher 3...).


Du coté des modes de jeu, on retrouve les traditionnels modes solo, en ligne et autres variantes, tels "Balance de l’âme" et "Chronique de l’âme". Dans le premier des deux vous incarnerez un personnage que vous aurez façonné à votre guise, avec à disposition une palette plutot généreuse d'option, avant de vous lancer dans une aventure RPG (avec beaucoup trop de blablas!!) ou chaque combat imposera des conditions différentes. Le second est quant à lui centrer en grande partie sur le personnage de Kilik (mais pas que) et vient apporter diverses explications narratives.

Notre verdict:
Clairement, Soul Calibur VI réussit son retour en venant nous offrir l'un des épisodes les plus complets et affutés de la saga. Gameplay mis à jour, modes de jeu proposant une durée de vie généreuse et visuellement soigné, sans oublier la présence de Geralt de Riv au casting, difficile de ne pas être conquis. On pourra tergiverser sur des décors un peu trop sobres, quelques soucis de caméra ou encore bien trop de blablas et assez peu de cinématiques, mais ceci n'enlève en rien le plaisir de jeu et l’intensité des combats. Un titre que l'on attendait de pieds fermes et qui fait du bien.
8.5/10