[Review] "The Amazing Spider-Man 2", le test Blu-ray 2D/3D

Le combat le plus rude de Spider-Man est sans aucun doute celui qu'il mène contre lui-même, en tentant de concilier sa vie de Peter Parker et ses lourdes responsabilités de Super Héros...

[Review] "Captain America 2", le test Blu-ray 2D/3D

Après les événements cataclysmiques de New York, Steve Rogers - aka Captain America - vit tranquillement à Washington D.C. et essaye de s'adapter au monde moderne...

[Review] "Noé", le test Blu-ray 2D/3D

Noé, un homme promis à un destin exceptionnel alors qu'un déluge apocalyptique va détruire le monde. Mais la fin du monde n'est que le commencement...

[Review] "The Last of Us Remastered", le test PS4

Joel accepte la mission de conduire Ellie à travers des Etats-Unis dévastés où survivre face aux infectés et aux hommes survivants est devenu le seul objectif...

[Review] "Winter's Tale", le test Blu-ray

Maître dans l'art du cambriolage, Peter Lake tombe sous le charme de Beverly Penn. Mais Beverly est atteinte de tuberculose, et Peter est quant à lui condamné à mort...

1 sept. 2014

[Review] Need for Speed, le test Blu-ray 2D/3D

Tobey Marshall et Dino Brewster partagent la passion des bolides et des courses, mais pas de la même étique. A cause de Dino, Tobey s'est retrouvé derrière les barreaux. A sa sortie de prison il ne rêve que d'une seule chose: avoir sa vengeance. La course des courses, la De Leon - légendaire épreuve automobile clandestine - va lui en donner l'occasion. Mais pour courir, Tobey va devoir échapper aux flics qui lui collent aux roues, tout en évitant le chasseur de primes que Dino a lancé à ses trousses...

Bien connue des amateurs de jeux de courses sur consoles et PC, la licence Need for Speed a déjà su mériter ses lettres de noblesse dans le domaine du divertissement. Elle débarque à présent au cinéma et logiquement dans la foulée sur Blu-ray et DVD. Inutile de tergiverser sur le sujet, on est ici en présence d'un clone plus ou moins réussi de la saga Fast and Furious, avec des courses de voitures survitaminées, et un scénario boosté à la testostérone. Là où la franchise initiée par Electronic Arts se différencie légèrement de son modèle cinématographique, c'est dans le garage qu'elle propose, avec pour Need for Speed avant tout une brochette de voitures hors de prix (Ferrari, McLaren...), dépassant toutes ou presque le million d'euro. Pour le reste on profite de la même soupe. Le scénario ne bénéficie pas d'un regard plus pointilleux mais reste néanmoins dans les limites du divertissement plaisant auquel nous sommes déjà familiers. Le casting ne révèle pour sa part aucun prétendant sérieux au titre de révélation (d'aucune sorte), mais assure néanmoins le spectacle.

[BLU-RAY 3D] En 3D le spectacle gagne en intensité et propose une immersion davantage percutante, sans pour autant transcender les choses. On profite d'un relief général salvateur et de quelques séquences saisissantes, sans cela dit révolutionner le genre. On sent manifestement qu'on a surtout cherché à assurer le coup. Et il faut bien reconnaitre que le résultat final est plutôt efficace. Pari 3D gagné donc pour Need for Speed en Blu-ray. Je précise que le disque Blu-ray 3D est inclus dans l'édition Blu-ray standard, sans supplément.

NEED FOR SPEED, disponible dès maintenant en Blu-ray 2D/3D et DVD chez eOne.

VERDICT : Si l'ensemble manque par moments d'originalité ainsi que de charisme, on apprécie malgré tout la dynamique du spectacle et le divertissement qui en découle. En 2D, comme en 3D, l'energie dégagée compense en partie la banalité d'un scénario cousu de fil blanc. La célèbre licence vidéo-ludique trouve néanmoins ici un bel écho cinématographique, plutôt flatteur même en 3D. Coté technique, eOne nous livre un master 1080p exceptionnel, affichant un rendu HD sublime, une définition exemplaire et des contrastes irréprochables. Un top démo en la matière, en 2D comme en 3D d'ailleurs. La note finale en tient compte, bien évidement. Du coté audio, comme cela est souvent le cas chez eOne, VO et VF s'illustrent en DTS-HD Master Audio (5.1), pour le plus grand bonheur des home-cinéphiles. Le mixage est ici excellent et les effets parfaitement distillés sur l'ensemble des canaux. L'immersion est absolue et le spectacle total. VF cohérente mais pas inoubliable cependant. Pour ce qui est des extras, vous trouverez sur le disque 2D divers modules sur les coulisses du tournage, une inévitable bande annonce du jeu vidéo dont le film s'inspire, ainsi qu'un commentaire audio assuré par le casting.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


[Divers] Du changement pour la rentrée sur Deep-blu.com...

C'est la rentrée! Pour ceux allant encore à l'école il va falloir reprendre le chemin des classes, et pour d'autres reprendre le chemin du travail. Tout ceci est aussi bien sur synonyme d'une nouvelle saison de jeux et de sorties Blu-ray, avec devant nous les 4 mois les plus intenses de l'année. Une période à la fois adorée mais aussi redoutée... par nos portes feuilles! Sur Deep-blu.com cette rentrée 2014 c'est l'occasion de modifier certains détails, qui vont néanmoins changer pas mal de chose...

Nous avions abandonné il y a 2 ans maintenant notre système d'évaluation lors de nos review/tests, afin d'être plus objectif et de ne pas réduire à une simple cote les jeux ou films/séries dont nous vous proposions un avis détaillé. Néanmoins, suite à vos nombreuses remarques à ce sujet, nous reprochant entre autres de ne pas suffisamment nous "mouiller", nous avons pris la décision de revenir sur ce choix fait et de vous reproposer une évaluation.

Nous avons cela dit choisi de faire une distinction entre nos tests JV et nos test BR/DVD. Cette dernière sera chiffrée pour les sorties jeux vidéo (de 0 à 20), et graduée pour les sorties Blu-ray/DVD. Pourquoi cette différence? Tout simplement parce qu'il est plus facile de donner un cote brute à un jeu, et que l'évaluation se doit d'être plus nuancée pour un film ou une série. Ne vous en faites pas, les choses seront très claires à comprendre. Ceci sera d'application pour tous les articles review/test mis en ligne sur Deep-blu.com dès à présent. Le premier test BR concerné sera d'ailleurs mis en ligne dans le courant de la journée.

Et sur ces bonnes paroles, bonne rentrée à tous!

29 août 2014

[NEWS] Top 100 des meilleurs jeux vidéo de tous les temps

Le magazine américain EMPIRE (sa vitrine online pour être exacte) vient de publier son classement des 100 jeux vidéo les plus marquants de tous les temps. L'occasion de se confronter à un point de vue, mais pas forcément de le partager aveuglément. Voici leur Top 10...

3. World of Warcraft
4. Final Fantasy VII
5. Metal Gear Solid
6. GoldenEye 007
7. Shenmue
9. Red Dead Redemption
10. Halo: Combat Evolved
...

Pour découvrir l'intégralité du classement (Top 100) et vérifier si votre jeu préféré y figure (et à quelle place), suivez ce lien: www.empireonline.com

Nous avons quant à nous décidé d'établir non pas un top 100, mais un top 10 de nos meilleures et plus inoubliables rencontres vidéo-ludiques de tous les temps. Nous vous invitons à partager le votre dans les commentaires ci-dessous, ou sur notre page Facebook.

Le Top 10 du site EMPIREONLINE n'est pas mauvais en soit, mais il ne rend pas suffisamment hommage, à mes yeux, aux titres de légende (historiquement parlant). Des jeux ayant réellement changé l'histoire du jeu vidéo, comme Mario ou Resident Evil par exemple. Mais il est indéniable aussi que certains noms présents y méritent amplement leur place, à commencer par la toute première. Voici donc notre Top 10 de tous les temps:

1. The Last of Us (Remastered) (PS3/PS4)
2. Resident Evil (PS1)
3. Metal Gear Solid (PS1)
5. Super Mario Bros. 3 (NES)
6. Tetris (Game Boy)
7. Mario Kart 64 (N64)
8. Final Fantasy VII (PS1)
9. Uncharted 1/2/3 (PS3)
10. Gran Turismo (PS1)

En analysant bien ce classement, vous aurez remarqué que plusieurs jeux proviennent de l'ère Playstation One. Un vivier considérable de nouvelles licences ayant fortement influencé le jeux vidéo actuel. Je tiens à préciser que le classement ne tient pas compte du niveau technique rencontré aujourd'hui dans un jeu, mais bien de l’innovation et de l'émotion vécue à l'époque de la sortie de ces titres, et l'influence qu'ils ont pu avoir sur les générations suivantes. Nostalgie, plus que technologie, fut donc le maitre mot. Mais impossible néanmoins pour moi d'éviter l'excellentissime The Last of Us, sorti en 2013 sur PS3 et revisité tout récemment sur PS4. Jamais à mes yeux un jeu vidéo n'avait su aussi justement combiner une écriture d'une telle intensité et une immersion impeccablement maitrisée (mieux qu'au cinéma), sans parlé du niveau technique exemplaire bien sûr. S'il ne devait en rester qu'un seul, pour moi, ce serait celui-là.

28 août 2014

[Review] "Diablo III Ultimate Evil Edition", le test PS4

DIABLO III ULTIMATE EVIL EDITION | Blizzard
Disponible dès le 19.08.2014 sur PS4, PS3, XB1 et 360 (aussi sur PC) -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Plus de 13 millions de joueurs ont déjà combattu les hordes démoniaques dans Diablo III sur PC. Aujourd’hui, c’est votre tour de rejoindre la croisade sur consoles Playstation et Xbox, et de prendre les armes face aux ennemis du monde des mortels. Cette édition "Ultimate Evil Edition" rassemble le jeu original Diablo III et son extension "Reaper of Souls" dans un seul et même jeu. Êtes-vous prêts à affronter le mal absolu ?


N'étant pas un grand amateur de jeux sur PC, j'avoue que le monde de Diablo (et du hack'n slash de manière générale) ne m'était pas fort familier avant de découvrir Diablo III. Sur Playstation 3 tout d'abord, puis ici sur PS4 dans cette remarquable "Ultimate Evil Edition", rassemblant le jeu original Diablo III ainsi que son extension Reaper of Souls, sorti il y a peu de temps sur PC. Si j'avais bien aimé découvrir la version PS3 l'année dernière, j'avoue que ma rencontre avec cette édition Next Gen Playstation 4 en 1080p/60fps m'a totalement rendu accro. Cela faisant vraiment longtemps que je n'avais plus autant adéré à un jeu, au point de réduire considérablement mon temps de sommeil et d'avoir du coup bien du mal à me lever le matin pour aller au bureau... Bref, passons ces "détails" pour nous concentrer sur ce qui nous intéresse précisément ici: Diablo III Ultimate Evil Edition. Vous débutez votre aventure en choisissant une classe parmi les six qui vous sont proposées d’emblée. Suivant vos affinités, vous irez vers des profils qui seront plus ou moins fonceurs, et plus ou moins adeptes de la magie et des attaques à distance. Sachez qu'il vous est possible d'importer vos personnages déjà créé sur PC via votre compte Blizzard sur Battle.net. Les différentes plateformes étant interconnectées. Vient ensuite le choix du niveau de difficulté. Une première partie en "normal" n'est pas ridicule quand on a peu d'expérience dans le genre action/RPG de ce type. C'est donc dans ce mode de difficulté que j'ai choisi de vivre mon premier run. Les chapitres s’enchainent et sont chacun découpés en diverses missions. Vous devrez progresser afin d'étoffer votre arsenal, améliorer vos pièces d'armure, collecter de l'or pour acheter des objets ou des potions etc... Les règles n'ont pas changé. Comme avec la version PS3 précédente, les menus sont ici tout à fait clairs et intuitifs, accessibles via le pavé tactile de la DualShock 4. Les touches croix, carré, rond, triangle, R1 et R2 sont assimilées à vos attaques, et vous pouvez à tous moments les modifier via le menu de gestion. Dans ce même menu, vous gérez également votre inventaire et pouvez donc en quelques clics changer d'arme ou améliorer votre équipement. Les objets devenus inutiles pourront alors être revendus auprès des marchands du village. C'est d'une simplicité élémentaire, bien plus que lors de ma découverte de Final Fantasy XIV: A Realm Reborn par exemple, où j'avais trouvé les menus (et la carte) peu lisibles, et les consignes pas toujours très claires. Ici c'est juste parfaitement adapté à la maniabilité sur consoles, je fus comblé. La progression est logiquement plus rapide au départ, et vous évoluerez ensuite de niveau en niveau en acquérant de l'XP, qui débloquera aussi au fil des niveaux de nouvelles attaques et compétences. Ne négligez pas les quêtes et objectifs secondaires, ni les visites de lieux annexes, tout cela vous permettra d'évoluer plus rapidement. Et face à certains boss, croyez-moi, toute expérience est bonne à prendre. L'avantage des versions sur consoles, pour les joueurs peu attirés par le jeu en ligne ou le multi-joueur de manière globale (comme moi), c'est que le jeu en solo est ici plébiscité. Chose très intéressante également, il est même possible de jouer en coop local hors ligne, jusqu'à 4 joueurs. Dans ce dernier cas, sachez tout de même que votre écran est alors divisé en 4 zones (mieux vaut avoir un grand écran). Mais les fonctionnalités en ligne restent bien sûr présentes, avec toutes les possibilités offertes sur PC, plus d'autres spécialement pensées pour les versions PS4/XB1, comme celle de pouvoir par exemple transférer votre partie sur l'écran de votre PS Vita (uniquement sur PS4), ou encore de recevoir ou envoyer des objets à vos amis via une boite aux lettres présente dans la cité de Nouvelle Tristram (au début du jeu). Sachez aussi que divers extras ont été spécialement inclus pour cette version PS4 (aussi sur PS3), comme une faille dédiée à The Last of Us, remplie de claqueurs et autres créatures issues du chef d’œuvre de Naughty Dog, ainsi qu'une armure légendaire en hommage à Shadow of the Colossus (hors de prix bien sûr, mais super classe!). Pour la posséder, il vous faudra vous rendre chez la Mystique. Je vous confirme pour conclure que le titre est intégralement doublé (et fort joliment) en français, et que le rendu est tout simplement splendide (in-game et cinématiques), 1080p (Full HD) oblige. Un petit bijou vidéo-ludique à ne manquer sous aucun prétexte, vous voilà avertis.



Très honnêtement, je ne vois que fort peu de choses à reprocher à Diablo III Reaper of Souls sur PS4. Rien en tous les cas ni dans son gameplay, parfaitement pensé et adapté pour le jeu à la manette DualShock 4, ni dans la forme, tout simplement exemplaire en termes de rendu (1080p) et de fluidité (60fps constant). On pourra chicaner sur la durée de certains combats de boss par exemple (parfois très longs...), le manque de variété des décors ou du level design de certains donjons, la répétitivité de l'action (liée au genre), l'inventaire limité ou encore les sauvegardes imposées. Mais tous cela n'est pas bien grave en fin de comptes. Le seul élément qui pourrait véritablement gêner certains joueurs, c'est la taille que le jeu occupe sur le disque dur de la console. Notre version (Blu-ray) une fois installée occupe plus de 40Go sur le HDD de la Playstation 4. C'est lourd. Et la version dématérialisée ne semble pas plus légère, que du contraire, puisqu'il semblerait, d'après les échos circulant sur la toile, que cette dernière dépasserait (en Europe) les 60Go! Cette taille impressionnante serait apparemment due aux diverses pistes audios, pesant chacune 5Go environs. C'est vrai qu'en Europe il y a quasiment autant de pistes audio qu'il y a de pays... Blizzard aurait cela dit réagit à ce fait et proposerait maintenant des fichiers plus localisés, évitant du coup à chacun de télécharger l'intégralité des données audio dans toutes les langues.
 




26 août 2014

[Review] "Metro Redux", le test PS4

METRO REDUX | Koch Media
Disponible dès le 28.08.2014 sur PS4, XB1 et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

En 2013, le monde a été dévasté par un évènement apocalyptique, annihilant quasiment toute l’humanité et transformant la surface de la Terre en un désert toxique. Une poignée de survivants a trouvé refuge dans les profondeurs du métro de Moscou et la civilisation humaine est entrée dans un nouvel Âge sombre. Nous sommes désormais en 2033. Une génération entière est née et a grandi sous terre et les Stations-Cités du métro luttent pour leur survie, s’affrontant les unes les autres et combattant les horreurs mutantes qui les attendent à l’extérieur...


Mais qu'est ce que Metro Redux me demanderez-vous? Et bien il s'agit en fait d'un lifting 1080p de deux titres sortis sur PS3/360: Metro 2033 et Metro Last Light. La première chose qui interpelle quand on se lance dans l'aventure sur PS4, c'est indiscutablement le nouveau rendu graphique du jeu, qui est d'autant plus flagrant sur Metro 2033, qui est en fait le plus ancien des 2 titres présents sur cette compilation Full HD. Ce dernier a donc bénéficié du moteur graphique du second, mais auquel pas mal de petits détails sont venus également l'étoffer. On constate entre autres un sérieux plus dans la gestion des éclairages ainsi que dans leur rendu, mais également un coté plus scénaristique dans la mise en images, due aux nouvelles textures mais aussi à une palette de couleurs à présent plus vaste, et un niveau de détails logiquement accru. Certaines scènes, en particulier celles en extérieur, y gagnent considérablement en qualité, alors que les sombres couloirs du métro semblent quant à eux plus lugubres que jamais. Les personnages mais aussi les créatures en profitent bien sur, avec un niveau là aussi rehaussé. Si 2033 se montre plus impressionnant que Last Light en terme d'évolution, les deux titres font forte impression quoiqu'il en soit. On est ici relativement proche du niveau de transition PS3/PS4 affiché par The Last of Us Remastered. Et ceci est vraiment un compliment croyez-moi, tant j'ai apprécié refaire l'aventure même un an à peine après l'avoir bouclée sur PS3. Et les deux titres n'ont pas uniquement évolué graphiquement, on peut aussi très nettement constater des modifications dans le gameplay, avec par exemple le choix entre deux modes de jeu: Survie ou Spartiate. L'un favorisant l'approche discrète en réduisant vos quantités d'items, l'autre favorisant davantage l'action. Le tout pouvant aussi être encore calibré suivant 4 niveaux de difficultés (soit 2 de plus que dans le jeu original, dès le départ). Ceux cherchant un vrai challenge seront comblés. Coté durée de vie, entre 10 et 15 heures par jeu semble être une estimation honnête, soit une trentaine d'heures environs pour boucler les 2 parcours et les différents extras présents. Tous les DLC des versions PS3/360 ayant été inclus. Je terminerai en précisant que le jeu est bien sûr intégralement doublé en français (sous titres FR disponibles, et langues interchangeables), et que son ambiance vaut vraiment la peine. Avis donc à tous ceux ne l'ayant pas encore abordé. Cette version PS4 se montre belle et bien comme étant la meilleure à ce jour pour quiconque souhaiterait découvrir cette licence, avec en prime un prix de vente particulière attractif (+/- 40€).



A coté de toutes les éloges faites ci-dessus, il est claire que Metro Redux traine également quelques désagréments, ou tout du moins de petits détails qui nous rappellent qu'il s'agit bien là d'une conversion HD de deux titres appartenant à la génération précédente de consoles (ou génération actuelle, selon que vous soyez passé à la Next Gen ou pas encore). Il ne faut pas s'approcher de trop près de certaines textures par exemple... Mais on pourra aussi lui reprocher une I.A. perfectible (avec l'impression que certaines créatures/ennemis font exactement ce qui a été programmé sans tenir compte de vos actions), ou encore quelques bugs par-ci par-là, sans gravité cela dit. On regrettera aussi qu'aucun mode multi-joueurs ne soit présent (chose plutot rare dans le monde des FPS). On aurait peut-être aussi souhaité une différence plus marquée entre les modes Survie et Spartiate, qui ne changent pas fondamentalement l'approche que le joueur doit adopter (en mode normale tout du moins). Le scénario se révèle quant à lui un peu trop "guidé" par moments et le joueur a du coup le sentiment d'être souvent posé sur des rails (ndlr: pour un jeu qui se passe majoritairement dans les vestiges d'un ancien métro, c'est normal me direz-vous...). A part cela, et en toute objectivité, Metro Redux n'a pas à rougir de cette version Next Gen, que du contraire. Cette adaptation PS4 a su me convaincre, et j'espère même à présent voir venir (un jour) une suite à ces deux FPS post-apocalyptiques.
 



25 août 2014

[Divers] Nous avons testé le SAV de la PS4

Comme un certain nombre de joueurs a déjà dû l'expérimenter avant nous, que ce soit sur Playstation, Xbox ou Wii d'ailleurs, il arrive que sa console ou qu'un de ses accessoires tombe malheureusement en panne, ou laisse apparaitre quelques signes de dysfonctionnement. C'est exactement ce qui s'est produit récemment avec l'une de nos manettes PS4. Le réflexe logique à avoir dans un pareil cas est tout simplement de contacter le SAV (Service Après Vente) de la marque, ce que nous avons fait.

Point ici de soucis de grippe sur l'un des sticks ou de problème de gâchettes comme cela a déjà pu être rapporté par certains joueurs, notre manette (stick gauche pour être exacte) semblait poser quelques problèmes lors des déplacements d'un personnage, se manifestant sous la forme de saccades franchement désagréables (avance/avance plus etc...). Nous avons constaté cela lors de notre test de The Last of Us Remastered, pensant même que cela venait du jeu. Mais après avoir testé ce même jeu avec une autre DualShock 4, nous nous sommes bien rendu compte qu'il s'agissait d'un problème lié à la manette et non au jeu.

Nous avons donc suivi la procédure renseignée sur le site officiel Playstation (à cette adresse). Par facilité, nous avons opté pour un contact par téléphone, mais cela peut également se faire via email. L'opérateur nous a alors renseigné la marche à suivre, plutôt simple. Après avoir communiqué nos noms, adresse et numéro de téléphone, puis transmis les renseignements sur la date d'achat du produit ainsi que son numéro de série, nous avons reçu un email avec un document à imprimer. Ce dernier est un bon de transport à coller sur une boite, dans laquelle nous placerons l'objet défectueux ainsi qu'une copie du ticket d'achat de la console ou de l'accessoire concerné. Il ne vous reste plus alors qu'à vous rendre dans un bureau de poste pour y déposer le colis, sans frais puisque l'étiquette à imprimer fournie par Playstation est déjà payé. N'oubliez pas de demander un reçu de dépôt auprès du bureau de poste, on ne sait jamais.

On m'avait renseigné au téléphone un délais minimum de 10 à 15 jours pour le traitement, avec probablement le remplacement de ma DualShock 4 par un modèle neuf. J'ai posté mon colis le mercredi et ai reçu ma nouvelle manette le vendredi! Il n'aura donc fallu que 48h pour que l'échange se fasse. Et je confirme avoir bien reçu une manette Dualshock 4 neuve, toujours protégée par les plastiques d’emballage.

Une expérience étonnante donc, car je n'imaginais pas du tout que cela pourrait être aussi rapide.

Si j'ai décidé d'écrire cet article c'est avant tout pour rassurer nos lecteurs qui auraient un jour à faire appel au SAV Playstation. Les délais peuvent parfois sembler long (surtout quand vous passez par le magasin où vous l'avez acheté), mais les choses peuvent aussi être extrêmement rapides. La preuve avec mon expérience personnelle, ou cela fut réglé en 48h à peine. Une expérience n'est pas l'autre bien sur, mais pour un premier contact avec ce service je dois bien avouer que ce fut, pour ma part, très positif, et je salue bien évidement l'excellent traitement de mon dossier par les équipes SAV de la Playstation 4.

N'hésitez pas à partager votre propre expérience ci-dessous dans les commentaires, afin d'en faire part à nos lecteurs qui seraient eux aussi confrontés à cette situation.

22 août 2014

[Concours] Résultats du concours "1.000.000 de visiteurs"

Je sais que vous êtes nombreux à attendre les résultats de notre concours événement (les nombreux messages et mails reçu à ce sujet le prouvent...), suite au franchissement du cap impressionnant du million de visiteurs uniques sur Deep-blu.com en juin dernier.

Nous avons reçu plus de 4.000 emails de participation (je suspecte néanmoins certains d'avoir réussi à jouer plusieurs fois malgré les différents barrages mis en place...), et finalement assez peu ont été disqualifiés (voir condition sur la page concours). Des règles plutôt bien suivies donc. La majorité a globalement tapé dans le tas, en tentant une évaluation au pif. Pourquoi pas. Mais certains ce sont appliqués, et même très appliqué si on en croit les estimations reçues (les indices laissés sur nos pages Twitter, Instagram et Facebook y sont probablement pour quelque chose...), qui nous ont d'ailleurs donné du fil à retordre afin d’établir la liste finale des 5 gagnants.

Mais trêve de blablas et place au verdict!

Je vais arrêter là avec ce suspense insoutenable, et voici donc le nom des heureux vainqueurs. Les 5 s'étant le plus approché du juste poids sont:

Jean Sébastien W. (9.865gr)
Valérie D. (9.860gr)
Samir K. (9.850gr)
Mathilde D. (9.850gr)
Claude M. (9.888gr)

Le poids exacte que nous avions calculé était de 9.868gr.

Les gagnants seront contactés personnellement par email dans les prochaines heures afin de confirmer leurs adresses et les lots leur étant attribués (vérifiez bien vos emails ainsi que vos spams!). Merci encore à tous d'avoir participé aussi nombreux à ce concours, et n'hésitez bien évidement pas à tenter votre chance à nos autres actions en vous rendant dans notre rubrique concours.

21 août 2014

[Review] "Tales of Xillia 2", le test PS3

TALES OF XILLIA 2 | Bandai Namco
Disponible dès le 22.08.2014 sur PS3 -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

TALES OF XILLIA 2 se déroule un an après la fin cataclysmique de TALES OF XILLIA. Vous y jouez le rôle de Ludger Kresnik, jeune homme amateur de cuisine qui vit avec son frère aîné et son chat Rollo. En se rendant à son premier jour de travail dans la cafétéria locale, il rencontre une jeune fille nommée Elle Marta. Tous deux vont se retrouver impliqués dans un accident qui changera à jamais le cours de leur vie...


Nous vous parlions de Tales of Xillia 2 il y a quelques jours de ça, lors de notre déballage du joli press kit reçu de la part de Bandai Namco, accompagnant notre exemplaire test. Il est à présent temps pour nous de vous livrer nos impressions sur ce RPG japonais pur souche. J'avoue ne pas être fan du genre RPG à la base, et mon opinion sur le sujet ne changera pas suite à ma rencontre avec Tales of Xillia 2. Mais je vous rassure, le jeu n'y est pour rien, bien au contraire, car le titre de Bandai Namco aurait même plutôt tendance à présenter les choses sous un angle aguicheur. Personnages charismatiques, histoire classique mais accrocheuse, et évolution plaisante, tous les éléments sont donc bien là pour nous inciter à progresser dans l'aventure sans pieds de plomb. Deux ans après sa sortie au Japon (et oui, la localisation prend du temps avec certains titres - plus qu'avec d'autres... - semble-t-il), cet épisode est bel et bien un opus à part entière, instaurant des nouveaux mécanismes intéressants, proposant une durée de vie énorme, un contenu annexe de qualité, sans oublier quantité de clins d'œil à ses prédécesseurs. Certains iront même jusqu'à dire que Tales of Xillia 2 pourrait tout simplement être le meilleur "Tales of" sur la génération PS3/360/Wii (le titre étant exclusif à la PS3). Là où Tales of Xillia se concentrait principalement sur la forme, un peu au détriment du fond parfois, Tales of Xillia 2 s'impose comme un épisode davantage complet et équilibré. Bénéficiant du rendu graphique (un vrai manga interactif!) ainsi que du système de combat brillant de son aîné, il y apporte une toute nouvelle aventure portée cette fois par un scénario immersif et envoutant dans lequel le joueur est plus impliqué que jamais. S'ajoute à cela une quantité considérable (et variée) de contenu annexe en tous genres. Malgré ses 15 ans d'age, Tales of Xillia 2 prouve que la saga "Tales of" fait encore et toujours bel et bien partie des incontournables du jeu de rôle made in Japan. Un épisode à ne pas manquer, que vous soyez fans ou pas encore, d'ailleurs.



Difficile de critiquer Tales of Xillia 2 quand on voit l’admirable travail réalisé par les équipes de développeurs de Bandai Namco. Là où l'on pourrait éventuellement tiquer quelque peu, nous autres européens, c'est éventuellement sur la localisation du jeu. S'il aura fallu attendre 2 années pour voir enfin la suite de Tales of Xillia débarquer en Europe, le jeu est cependant "juste" sous titré FR. Un doublage intégrale aurait peut-être ajouter encore plus d’attrait à ce RPG charismatique. Mais bon, je sais que les puristes ne partagent pas forcément le même avis, et n'étant pas un inconditionnel, je vous laisserai au final seuls juges sur ce point. Sachez seulement que le jeu est ici uniquement jouable en version anglaise, et je me doute bien que l'absence de VO japonaise en fera grincer des dents un certain nombre (à juste titre). Avoir le choix aurait été appréciable. Pour le reste, objectivement, je pense que tous les amoureux de la licence "Tales of" devraient inévitablement tomber sous le charme de Tales of Xillia 2.