[Review] Assassin's Creed Odyssey, le test PS4

Écrivez votre propre odyssée et vivez d’incroyables aventures dans un monde où importe chacun de vos choix...

[Review] Avengers Infinity War, le test Blu-ray

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos voulant la destruction de l'univers...

[Review] Spider-Man, le test PS4

Maîtrisez l'art du parkour dans des environnements interactifs uniques, faites face à de nouveaux combats et à des scènes d'action dignes d'un blockbuster...

[Review] Dragon Quest XI, le test PS4

Un jeune homme qui est sur le point de prendre part aux rites de passage de son village voyage vers une pierre sacrée avec son ami d'enfance...

[Divers] Dans quel ordre regarder les films Avengers...

Pas évident de s'y retrouver en effet, surtout avec des films qui sont souvent livrés dans le désordre. J'ai donc décidé de vous proposer ici un classement chronologique...

12 oct. 2018

[Review] Divinity Original Sin II Definitive Edition, le test PS4

Le Divin est mort, le Néant approche, et les pouvoirs qui sommeillent en vous s'apprêtent à se réveiller. Le combat pour la divinité a commencé. Choisissez bien vos amis et n'accordez votre confiance qu'avec parcimonie, car chacun a une part de ténèbres en soi dans le RPG coopératif de type bac à sable Divinity: Original Sin 2 - Édition Définitive...

L'arrivée de cette "Definitive Edition" sur consoles de Divinity Original Sin 2 est l'occasion pour les joueurs de profiter de l'expérience la plus complète et la plus aboutie à ce jour, incluant, entre autres, de nombreux ajouts de contenus ainsi que les derniers correctifs. Et puis soyons en fiers, c'est l'équipe belge de Larian qui a été en charge de ce portage console, pour un résultat final clairement à la hauteur, comme ils avaient déjà su le prouver avec Divinity : Original Sin Enhanced Edition d'ailleurs.

Tout d'abord sachez que la crainte de voir le gameplay original transposé vers une jouabilité à la manette se révèle totalement infondé puisque de ce point de vue là on retrouve sur PS4 des contrôles intuitifs, grâce essentiellement à une attribution ingénieuse des différentes capacités sur les différents boutons de la Dualshock 4. Une petite prouesse en soi vu le choix limité sur un pad console (contrairement à ce que peut offrir un clavier PC). Grâce à cela, le gameplay ne perd donc rien en fluidité. Seules certaines séquences, lors de combats de mêlée par exemple, nous laissent parfois regretter le manque de précision d'un gameplay à la souris. Cette version PS4 est également l'occasion de proposer une refonte de l’interface avec différents menus repensés pour un accès et une navigation adaptés. D’une simple pression sur la touche R1, on ouvre ainsi un panneau d’accès rapide aux différents menus du jeu. Feuille de personnage, inventaire, interface d’artisanat, tout tombe sous la main en quelques secondes. Le journal de quêtes gagne lui aussi en clarté avec une meilleure utilisation de l’espace de l’écran, des sections plus distinctives ainsi qu’une meilleure classification entre les catégories de mission. Clairement il n'y rien à reprocher à l'ergonomie générale de cette version console de Divinity: Original Sin 2.
 

Cette adaptation est aussi l'occasion de profiter du retour du mode coop en écran splitté. Dynamique et conviviale, cette option permet donc à un second joueur de rejoindre la partie juste en connectant une seconde DualShock 4 à la PS4. Exploration en duo des moindres recoins des donjons et surtout combats en binôme, c'est assurément l'une des très grandes forces de cette Definitive Edition. Le plus classique multi en ligne à quatre joueurs est également bien sûr lui aussi possible.

Sachez encore que les joueurs les moins à l'aise avec ce genre de titre pourront dès lors bénéficier du nouveau mode de difficulté “Story Mode”, leur offrant par exemple un accès illimité à la résurrection, la fuite gratuite en combat, ou encore des bonus de stats, le tout ayant pour but de leur faciliter au maximum l’expérience de jeu. On peut également ajouter la venue d'un nouveau tutoriel ainsi que de quatre nouvelles arènes de combat.


Sachez enfin que coté technique, Divinity Original Sin 2 Definitive Edition se montre de plus splendide sur PS4 Pro, avec une compatibilité HDR offrant un rendu souvent grandiose. Riches et détaillés, les environnements se montrent la plupart du temps sublimes, tout comme les effets de lumière, les animations et l’ambiance de manière générale. Sachez pour conclure que le titre est en VO sous titré FR. Pas de doublage dans la langue de Molière malheureusement.

Notre verdict:
Sans le moindre doute, le portage console de Divinity Original Sin 2 est une totale réussite et en fait clairement l'un des tout meilleurs RPG dans sa catégorie. Peaufinant dans tous les domaines sa copie et parvenant à transposer à la manette la quasi totalité des possibilités offertes par un gameplay PC au clavier, l'équipe belge de Larian à brillamment relevé le défi qui lui était proposé. Le joueur prend ainsi un vrai plaisir à découvrir cette épopée, qui choisisse de la vivre seul ou accompagné (coop local ou 4 joueurs en ligne).
9/10

9 oct. 2018

[Review] Shadow of the Tomb Raider, le test Xbox One X

Prenez part au moment décisif où Lara Croft devient pilleuse de tombeaux. Dans Shadow of the Tomb Raider, Lara va devoir surmonter les dangers de la jungle, explorer de terrifiants tombeaux et s'accrocher pour survivre. En jouant contre la montre pour sauver le monde d'une apocalypse maya, Lara sera vouée à devenir la plus célèbre des pilleuses de tombeaux...

Depuis 2013, la saga Tomb Raider est revenue à la vie grâce à un reboot salvateur offrant aux joueurs un regard neuf sur la belle aventurière Lara Croft. Fini l’héroïne invincible et place à une personnalité plus réaliste, nous plongeant dans les origines de celle qui deviendra par la suite une légende dans son domaine.

Si le premier chapitre sorti en 2013 (voir notre test PS4) avait su brillamment surprendre, la suite en 2015 (voir notre test Xbox One) n'avait quant à elle pas autant emballé les foules, sonnant davantage tel un copier-coller de son prédécesseur.

Trois ans plus tard, sans cette fois jouer la carte d'une quelconque exclusivité monnayée par Microsoft, l’aventurière nous revient pour ce qui nous est ici annoncé comme la conclusion de cette (première) trilogie. Alors que nous réserve cette épilogue, nous promettant ni plus ni moins que l'apocalypse? C'est ce que nous allons tenter de voir ensemble, au travers du test complet du jeu dans sa meilleure version console, en 4K sur Xbox One X (la version PS4 Pro ne proposant pas de 4K native).

Depuis l’épisode précédent, les années ont passé. La survivante malgré elle de Yamatai s'est affûtée, aguerrie, se rapprochant un peu plus de la version née sous le crayon de Toby Gard, dont le célèbre double pas de prise d'élan, la rapprochant un peu plus de l'aventurière intrépide que l'on connaissait avant de découvrir le reboot de 2013. On sent dès lors rapidement que le chapitre final de cette renaissance veut nous emmener vers l'évolution d'une Lara plus guerrière. De quoi nous préparer sans doute à la suite de ces aventures. Scénaristiquement parlant, Shadow of the Tomb Raider ne brillera sans doute pas plus que ses prédécesseurs, mais sous quelques aspects fait cependant mieux qu'escompté. Ne vous attendez certainement pas à de la haute voltige, mais une intrigue bien ficelée tout de même et surtout une durée de vie suffisamment confortable pour vous offrir une bonne vingtaine d'heures de jeu au compteur (voire peut-être encore d'avantage si vous optez pour une exploration en profondeur). Ce qui n'est au final pas mal du tout pour un jeu d'action/aventure de la sorte.



Coté gameplay, Shadow of the Tomb Raider nous ressort l'indispensable panoplie de l'aventurière audacieuse. Lara renouant très vite avec ses penchants pour l'escalade à mains nues ou à bout de piolets, la recherche de passages secrets, la manipulation de leviers, le funambulisme et les sauts improbables (...), les fuites sous pression et ses indigestes QTE et autres glissades, les phases d'infiltration (y compris sous l'eau!), les assassinats furtifs, les combats à distance et au corps-à-corps, le tir à l'arc pour chasser (mais pas que), le crochetage, la cueillette de ressources en tous genres, etc... Bref, rien n'a été ici oublier, nous rappelant même sans doute un peu trop les deux épisodes précédents d'ailleurs. Au registre des nouveautés il faut citer l'arrivée d'un grappin, pas sans rappeler celui d'un certain Nathan Drake, ainsi que quelques nouvelles munitions à confectionner.

Il nous faudra une fois encore composer avec un arbre des compétences à aborder sous trois angles (chercheur, guerrier et pilleur). Grâce à lui vous aurez accès par exemple à des décoctions qui exacerbent la perception mais surtout la résistance et les réflexes (le temps ralentit quand on vise), ou encore verrouiller plusieurs cibles, récupérer plus de matos pour le crafting ou l'upgrade des armes à un feu de camp, etc... A vous de choisir quelle seront vos priorités par rapport à votre style de jeu. Pour celles et ceux davantage portés sur la furtivité, une axe que je vous conseille vivement, un nouveau pouvoir lui permet entre autres de passer inaperçue dans des murs végétaux. Très utile pour faire efficacement le ménage sans attirer l'attention.



Coté technique, Xbox One X et 4K obligent, difficile de ne pas s'émerveiller bien souvent face à la beauté de certains décors proposés. Si tous ne sont pas du même niveau, difficile malgré tout de ne pas être conquis globalement par l’ambiance générale et les sites visités. Une jungle riches de surprises, tout comme les eaux que vous aurez à explorer, ces dernières gardant des vestiges incas merveilleux, à découvrir au loin des temples et sculptures imposantes, le tout servi par une gestion de la lumière souvent irréprochable.

Enfin, impossible de ne pas s'attarder un instant sur les tombeaux proposés par Shadow of the Tomb Raider, incontournables éléments de la série. Ils sont autant d'endroits souvent gigantesques, qui nous obligent à composer avec des mécanismes et des pièges qui vous obligeront parfois à vous retourner le cerveau dans tous les sens. Un level design souvent impeccable et impressionnant, nous offrant pour récompense un nouveau point d'aptitude à pouvoir dépenser.

Notre verdict:
Pas si éloigné de ses deux prédécesseurs sortis en 2013 et 2015, Shadow of the Tomb Raider fait néanmoins bien mieux que Rise of the Tomb Raider dans tous les domaines. Sans véritablement profiter de grandes innovations coté gameplay, le joueur parvient cependant à rapidement s’affranchir du passé en jouissant d'une Lara plus combative et aventurière que jamais. Plus vaste, plus beau, plus vivant et surtout plus captivant, Shadow of the Tomb Raider est à mon sens le meilleur chapitre de cette trilogie d'initiation (voire peut-être même le meilleur TR à ce jour!).  Rempli d'activités annexes capables de motiver l'explorateur sommeillant en chacun de nous, cet épilogue ne nous laisse au final qu'une seule vraie déception, celle de devoir attendre pour en découvrir la suite.
9/10

5 oct. 2018

[Concours] Des jeux Assassin's Creed Odyssey en édition exclusive Steelbook (PS4) + goodies à gagner!

Grâce à Ubisoft et Deep-blu.com, pour célébrer la sortie du jeu "Assassin's Creed Odyssey" disponible dès à présent sur Playstation 4, Xbox One et PC, vous allez pouvoir tenter de remporter un des exemplaires exclusifs PS4 "Steelbook Edition" + t-shirt mis en jeu (3 gagnants). Comment faire? C’est très simple, répondez par mail à la question posée plus bas sur cette même page, en n'oubliant pas bien sûr d'indiquer vos coordonnées. Bonne chance à tous!

-----
Écrivez votre propre odyssée et vivez d’incroyables aventures dans un monde où importe chacun de vos choix. Condamné à mort par votre propre famille, vous êtes un mercenaire et vous embarquez pour un voyage épique, où vous passerez du statut de paria à celui de légende, et lèverez le voile sur les secrets de votre passé. Tracez votre propre chemin à travers un monde déchiré par la guerre, façonné par les Dieux et où les montagnes jaillissent de la mer. Rencontrez les figures historiques de la Grèce antique et prenez part à des évènements qui ont constitué un véritable tournant dans l’Histoire et marqué la civilisation occidentale.

Assassin’s Creed Odyssey offre aux joueurs une liberté de choix inédite grâce à des fonctionnalités jamais vues auparavant dans la saga Assassin’s Creed. Choisissez le héros que vous souhaitez incarner et qui impactera le monde autour de vous. Rencontrez des personnages hauts en couleur et prenez des décisions qui changeront le cours de votre Odyssée ; vous seuls êtes aux commandes de votre destin. Personnalisez votre équipement et maîtrisez de nouvelles capacités spéciales en vous créant un panel de compétences adapté à votre style de combat. Frayez-vous un chemin à travers la Grèce, participez à des batailles épiques sur terre et en mer pour devenir un véritable héros de légende.

-----

Pour participer c'est très simple, il vous suffit de répondre correctement à la question posée ci-dessous, en nous envoyant votre réponse à l'adresse email indiquée. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses désignera le (ou les) heureux gagnant(s).

Quel jeu sera offert aux acquéreurs du Season Pass d'Assassin's Creed Odyssey?*
A. Assassin's Creed Origins
B. Assassin's Creed Black Flag
C. Assassin's Creed III Remaster

*Pour trouver la réponse, visionnez le trailer Post-Lancement disponible au bas de cette page.

Envoyez votre réponse par mail à cette adresse: concours@deep-blu.com, en n'oubliant pas bien sur d'indiquer vos coordonnées, et en renseignant en objet [respectez à la lettre ce libellé SVP] Concours ACOdyssey. Fin de cette action le 20.10.2018 à minuit.


© Ubisoft 2018. All Rights Reserved.

Précision importante (pour une question de coût d'envoi): seuls les participants résidant au Benelux et en France métropolitaine seront inclus dans le tirage au sort. Merci de votre compréhension.

4 oct. 2018

[Review] Chicago Fire saison 6, le test Blu-ray

Après un premier épisode lançant cette sixième saison de manière fulgurante, les vaillants pompiers, secouristes et auxiliaires du Secours 51 vont une fois encore devoir faire face courageusement au destin qui les attend sur chacune de leurs interventions, mais également aux romances, aux drames et aux rebondissements qui les accompagneront tout au long de ces 23 nouveaux épisodes...

De toutes séries estampillées "Chicago" (Chicago Police, Fire, Med, Justice), c'est indéniablement les retrouvailles avec l'équipe du Secours 51 qui me rendaient le plus impatient depuis six ans maintenant. Mais depuis deux saisons il faut bien reconnaitre que les choses se tassent, tournent en rond, les personnages s'enlisent dans des relations de plus en plus indigestes et ennuyeuses, et finalement notre plaisir de spectateur s'effrite petit à petit au grès des épisodes. Et cette saison 6 n'a clairement pas changé mon ressenti. Il y a bien quelques épsiuodes qui sortent de lot, mais globalement cette sixième saison fait du surplace, à quelques détails prêts. Promotion, complot, drames ou encore adoption... des thèmes devenus récurrents au fil des dernières saisons et qui finissent par lacer à force.

On ne pourra pas non plus parler de véritable nouveaux "visages" dans cette saison, à part peut-être ci et là quelques figures récurrentes, permis lesquelles on retiendra le passage furtif et totalement dispensable d'une nouvelle collaboratrice en début de récit. Un personnage totalement raté d'ailleurs, et qui sera très vite oublié. La tentative (elle aussi manquée) de promotion de Matt tombe également à l'eau, compliquant une fois encore sa relation avec Gaby au passage, sans oublier les histoires de cul du Lieutenant Severide, une fois de plus sans intérêt. Bref, une série qui s'enlise et qui ferait bien de vite sortir la tête hors de l'eau sous peine de la voir définitivement disparaitre... ce qui serait dommage.

CHICAGO FIRE SAISON 6, disponible dès à présent en Blu-ray et DVD chez Universal (Belgique).

VERDICT : Rien de bien neuf ou innovant à signaler dans cette sixième saison de Chicago Fire qui ressemble presque comme deux gouttes d'eau à la précédente. On s'y ennuie en tous cas tout autant. Espérons que la prochaine redresse la barre car cela devient impératif! Coté technique par contre il n'y a pas grand chose à dire. L'image est ici quasiment irréprochable et de ce point de vue là c'est évidement toujours aussi jouissif de regarder une série télé dans de telles conditions. Pour ce qui est des pistes audio, la VO DTS-HD Master Audio 5.1 livre un paysage sonore efficace mais sans fioriture, tandis que la VF DTS 5.1 assure également le spectacle mais manque de profondeur et surtout de présence surround. Aucun bonus particulier n'est ici à signaler par contre, à l'exception d’épisodes croisés avec les autres séries à Chicago.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


3 oct. 2018

[Review] Assassin's Creed Odyssey, le test PS4

Écrivez votre propre odyssée et vivez d’incroyables aventures dans un monde où importe chacun de vos choix. Condamné à mort par votre propre famille, vous êtes un mercenaire et vous embarquez pour un voyage épique, où vous passerez du statut de paria à celui de légende, et lèverez le voile sur les secrets de votre passé. Tracez votre propre chemin à travers un monde déchiré par la guerre, façonné par les Dieux et où les montagnes jaillissent de la mer. Rencontrez les figures historiques de la Grèce antique et prenez part à des évènements qui ont constitué un véritable tournant dans l’Histoire et marqué la civilisation occidentale...

Moins d'un an après la sortie de Assassin's Creed Origins (voir notre test PS4 Pro et Xbox One X) qui avait instauré de nouveaux repères en matière de gameplay et offert à la série ses premiers véritables galons d'Action RPG, Ubisoft nous propose déjà une nouvelle aventure. Difficile de ne pas être méfiant donc, surtout en voyant l'atmosphère qui s'en dégage et la période historique choisie, indéniablement proche (à tous points de vue) de celle de Origins.

Assassin's Creed Odyssey nous plonge en effet cette fois en plein coeur de la Grèce Antique (là où Origins nous permettait de côtoyer les déserts égyptiens et les secrets des pyramides, sous la surveillance de légions romaines). Difficile de ne pas y voir plus d'une similitude avec son prédécesseur donc. Mais au-delà des aprioris (légitimes de prime abord), notre voyage nous a indéniablement prouvé que nous avions tort et que Odyssey parvenait de la plus belle de manière à s'affranchir de son ainé, et ce à bien des égards vous allez voir. C'est ce que nous allons en tous cas tenter de vous démontrer dans ce test, réalisé pour info sur une console PS4 Pro.

S'il ne fallait retenir qu'une seule et unique chose de l'extraordinaire expérience offerte par AC Origins l'année dernière, c'est sans aucun doute sa vision d'un gameplay renouvelé et d'un système d'évolution (armes et compétences) se rapprochant des codes du RPG occidental. Avec AC Odyssey, la licence vedette d'Ubisoft poursuit son évolution dans ce sens en devenant, plus que jamais auparavant,  un véritable Action RPG digne des meilleurs du genre. Et Odyssey ne s'arrête pas là dans sa progression puisque, et ce pour la toute première fois, vous pourrez à présent choisir dès le début de l'aventure le sexe de votre personnage. Une grande première que l'on pourrait d'ailleurs retrouver dans les prochains jeux Assassin's Creed à l'avenir si l'on en croit la rumeur.


Dès le début de l'aventure il vous faudra donc effectuer un choix crucial, celui d'opter pour la belle Kassandra ou le charismatique Alexios. C'est vers ce dernier que mon choix c'est directement porté je ne vais pas vous le caché, mais sachez que l'aventure ne sera pas fondamentalement différente que vous optiez pour l'un ou pour l'autre (cela dit certaines quêtes ne pourront être accomplies que par l'un des deux). Par contre, et c'est aussi une grande première pour la licence, vous pourrez à présent interagir lors des dialogues. Et vos choix auront là bel et bien une incidence sur la réaction des PNJ (personnages non jouables). Vos choix forgeront directement votre réputation et vous vous en rendrez compte lors de certaines rencontres. Là aussi, certaines missions ne seront peut-être pas accessibles suivant vos choix. Vous devrez dès lors en assumer les conséquences.

Coté scénario, AC Odyssey nous plonge en plein coeur de la guerre opposant Athènes et Sparte, et vous aurez un rôle à joueur... Je ne vous en dirai pas d'avantage pour ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, mais sachez que l'aventure principale (ou devrais-je plutot écrite "lignes narratives" vu qu'il n'y a pas qu'une seule trame à l'histoire), rejointe parfois par diverses quêtes secondaires, est ici relativement bien tenue. Ce n'est pas toujours très subtil, mais les divers drames et trahisons au programme aident à mener la barque vers l'objectif final.


En parlant de barque, Odyssey marque également le retour des combats navals. Une épreuve qui pour ma part n'a jamais été très agréable, je ne m'en cache pas. Je ne citerai donc pas cette "nouvelle" comme étant une bonne chose, même si je sais que certains penseront différemment. La carte étant plus vaste encore que celle proposée dans Origins, il vous faudra régulièrement prendre la mer pour voyager d'une île à une autre. Ces voyages seront autant de prétextes pour affuter vos talents de navigateur et de stratège. Heureusement, la plupart des combats maritimes seront proposés au travers de quêtes optionnelles. Il est donc possible de faire l'impasse sur un certain nombre d'entre eux... Ouf!

Pour ce qui est du gameplay, ceux ayant poncé de long en large Origins (en décrochant par exemple le trophée Platine... comme moi) ne devraient pas être ici trop dépaysés, les deux jeux se rejoignant sur de nombreux points. Odyssey développant certes davantage l'aspect RPG encore mais restant proche néanmoins de ce que Origins nous apportait déjà, en terme de combat par exemple ou de progression. A noter tout de même que les boucliers ici disparaissent, au profit d'une action plus poussée, au travers d'un mélange d’esquive et de contre. On dispose également d’aptitudes qui seront à débloquer au fur et à mesure de notre évolution (Xp), qui nous seront souvent d'une aide précieuse lors des combats. Sachez qu'une approche plus "furtive" est également possible, et sera parfois la voie la plus sage à suivre.


Abordons maintenant le coté technique de ce Assassin's Creed Odyssey. Pour le coup il sera très difficile de lui reprocher quoique ce soit, surtout au regard du vaste monde ouvert qui nous est cette fois encore proposé. Si vous avez la chance de disposer d'un écran 4K HDR, ne vous en privez pas! Le rendu est tout simplement splendide. Comme dans Origins, tout ce beau monde se visite sans le moindre temps de chargement in game. Il faudra par contre s'armer d'un peu plus de patience en début de partie, le premier chargement étant quant à lui relativement long (une bonne minute au moins). On peut enfin souligner l'excellent travail sonore une fois de plus, avec un doublage Fr de grande qualité (à télécharger via le PS Store en début de partie sur notre version test dématérialisée), ainsi que la très belle et envoutante partition musicale.

Notre verdict:
Oubliez les craintes que vous pouviez avoir, Assassin’s Creed Odyssey n'est pas un Origins 1.5 mais bel et bien une évolution significative de la série. Certes la période temporelle choisie n'est pas très éloignée et on retrouve un certain nombre d'éléments similaires coté gameplay, mais l'évolution est ici vraiment différente et les ajouts bien plus considérables qu'il n'y paraissait. La formule évolue et se bonifie, nous offrant tout simplement l'épisode le plus complet et abouti de la série à ce jour, avec un monde ouvert vaste et riche, regorgeant d'activités, des quêtes annexes, de rencontres impromptues et de découvertes. Sans oublier quelques révélations et tant d'autres surprises encore (dont il ne m'est pas permis de vous parler...). Grâce à Odyssey, la saga Assassin's Creed rentre indéniablement par la grande porte au panthéon des Action RPG. La barre est à présent fixée très haut pour la suite, que l'on a dors et déjà hâte de découvrir.
9/10

2 oct. 2018

[Review] Xenoblade Chronicles 2 : Torna - The Golden Country, le test Switch

Dans ce nouveau mode histoire, vous lèverez le voile sur l’histoire complète de Jin et sur la chute de Torna, sa Terre natale qui existait un demi-millénaire avant les événements de Xenoblade Chronicles 2. Le nouveau système de combat affiné vous permet de prendre le contrôle à la fois d'un Pilote et de ses Lames, pour partir à l'exploration d'un nouveau Titan : le royaume de Torna...

Après nous avoir proposé l'excellent Xenoblade Chronicles 2 en 2017 (narration convaincante, gameplay immersif et ambiance soignée), Nintendo nous propose de replonger dans cet univers sous la forme d'un DLC indépendant, nommé Torna - The Golden Country. Au grès des diverses mises en jour ayant su venir peaufiner l'expérience du joueur, Xenoblade Chronicles 2 a su progressivement se tailler une solide réputation, faisant de lui un incontournable du genre et en particulier sur la console Switch. Au travers de cette extension standalone (signifiant donc qu'il n'est pas nécessaire de posséder le jeu original pour pouvoir en profiter) le joueur va pouvoir en apprendre d'avantage sur les mystères du monde d’Alrest, de son titan Torna et de certains des personnages.

Aux allures évidentes de préquelle, Torna - The Golden Country se déroule pas moins de 500 ans avant l’histoire principale racontée dans Xenoblade Chronicles 2, et nous confronte aux destins de Jin et de sa jeune pilote Lora. Un flashback de grande envergure dans lequel nous assistons à l'évolution du monde ainsi qu'aux évènements qui ont conduit à l’édification du futur Alrest. Afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte, je ne vous en dirai pas ici d'avantage, mais sachez tout de même que l'ensemble aurait pu être plus travaillé/détaillé à mon sens. On reste ici trop souvent dans le superficiel coté scénario, et c'est bien dommage.

Coté contenu, Torna - The Golden Country propose une interface améliorée, plus lisible et accessible que celle de Xenoblade Chronicles 2. Les zones traversées sont par contre globalement moins vastes et les quêtes annexes y sont généralement sans grand intérêt, souffrant du syndrome "FedEx" la plupart du temps. Coté évolution, le joueur peut à présent non seulement contrôler le pilote mais également ses deux lames. Durant les phases d’exploration, on peut passer de l’un à l’autre via une simple pression sur une touche. Cette alternance confère beaucoup de dynamisme aux combats. Les combinaisons et enchaînements ont été simplifiés pour un maximum d’efficacité puisqu’il suffit de cumuler trois Arts spéciaux pour déclencher un combo. Tout va ici plus vite et se montre donc moins rébarbatif. Pour le reste, les joueurs habitués devraient aisément retrouver leurs repères.


Pour ce qui est de la durée de vie, comptez environs une vingtaine d’heures pour en faire le tour, voire davantage si vous décidez de prendre votre temps pour explorer chaque recoins de la carte. Une durée de vie parfois artificiellement gonflée (aller-retours trop souvent inutiles), mais au coeur d'une épopée qui, prise dans sa globalité, a néanmoins du sens. A l'attention avant tout des joueurs passionnés de la licence bien sûr.

Notre verdict:
Évolution à bien des égards du schéma proposé par Xenoblade Chronicles 2, Tora - The Golden Country ne va cependant pas suffisamment loin dans certains domaines que pour décrocher la précieuse médaille de l'indispensable DLC. Cela dit, impossible de nier que ce standalone a pour lui bien des atouts, telle que l'optimisation globale de son interface, ou encore de son gameplay, lors des phases de combats entre autres. Son univers toujours aussi accrocheur, son scénario captivant et ses personnages attachants en font aussi une prolongation quasi obligatoire si vous êtes fans de la licence. Mais son manque global de profondeur ainsi que ses quêtes annexes trop répétitives et lassantes seront sans aucun doute un frein, justifié, à l'attention des autres joueurs.
7/10

24 sept. 2018

[Review] V-Rally 4, le test PS4

Vivez une expérience extrême en maîtrisant une simulation exigeante. Relevez les défis du rallye, du rallycross, du drift, du buggy ou de l’hill climb, et partez pour un voyage spectaculaire sur tous les continents. Dominez des routes dangereuses, des conditions et des environnements hostiles,, recherchez toujours plus de vitesse et laissez l’adrénaline booster vos réflexes. Au volant des bolides off-road les plus mythiques de chaque catégorie, affrontez les tracés les plus difficiles dans de fabuleux décors...

Dans la mémoire de nombreux joueurs, la licence V-Rally est sans aucune doute synonyme de courses exigeantes, aux tracés sinueux et dangereux, où le moindre écart était directement sanctionné (ha ces maudites fougères en acier!!). Deux décennies plus tard, la licence née chez Infograms, et considérée comme une référence à l'époque, en a fait du chemin. Ce quatrième volet sera-t-il l'épisode de la renaissance d'une des légendes du jeu de voiture sur console après 15 ans d'absence? C'est la question à laquelle je vais tenter de répondre avec ce test (effectué sur Playstation 4 Pro).

Premier constat, V-Rally 4 propose un gameplay encore et toujours très exigeant, où la moindre faute d’inattention se paie cash. En effet, les véhicules ont ici tendance à partir régulièrement en dérapage (survirage) et il faut donc constamment gérer cette sensation de "glissade", et ce quelque soit la surface ou l'engin. Un sentiment déconcertant dans un premier temps, auquel on s'habitue après quelques courses certes mais qui ne positionne du coup la licence ni tout à fait dans la case simulation, ni tout à fait dans la case arcade. Doigté sera ici le maitre mot, assurément. Foncer à tout va n'étant clairement pas la meilleure des stratégies.

Coté contenu, plus d'une cinquantaine de modèles de véhicules, parmi les plus réputées du rallye et des sports mécaniques extrêmes (modernes et plus anciens), sont ici à débloquer et à maîtriser. Chacun pourra également être personnalisé suivant vos envies. Divers environnements sont également au programme bien entendu, le tout en solo via le mode Carrière, ou en ligne au travers du courses jusqu'à 8 joueurs. Rallye classique, rallycross, drift, buggy ou encore hill climb (course de cote), il y a de quoi faire.


C'est cela dit dans le mode V-rally que vous passerez le plus clair de votre temps, car c'est là que vous tenterez de remporter les divers championnats et engrangerez de l'argent vous permettant de débloquer de nouvelles voitures, courses, améliorations pour votre véhicule etc... Cela dit, le niveau des courses étant plutôt élevé, il vous faudra faire et refaire un certain nombre de fois la plupart des courses afin de pouvoir enfin vous offrir la voiture capable de vous faire monter sur la première place du podium. Un concept répétitif et donc vite lassant à terme, surtout que les environnements ne sont pas très nombreux.

Si globalement le niveau technique tient la route sur PS4 Pro, l'IA n'est quant à elle pas du tout à la hauteur. Mal calibrée, elle semble ne pas tenir compte du joueur, force le passage et est souvent la cause de dérapages gênants à cause de son agressivité. Apprêtez-vous à réviser vos noms d'oiseaux, vous allez en avoir besoin.


Les habitués de la licence WRC trouverons sans doute le coté visuel de V-Rally 4 très proche des derniers jeux de rallye sortis chez BigBen, et ils auront raison puisque c'est le même studio, Kylotonn Racing Games en l'occurrence, qui en est à l'origine. Ceci n'en fait pas le plus beau jeu du genre pour la cause, mais offre néanmoins une esthétique relativement plaisante à l'ensemble, tant du point de vue de la modélisation des bolides que des environnements visités.

Notre verdict:
Ce quatrième volet d'une des sagas de légende de la course automobile sur console ne sera pas synonyme de retour magistral pour V-rally. Gameplay perfectible, IA désastreuse, difficulté mal calibrée et système d'évolution répétitif et lassant, V-Rally 4 n'est clairement pas le meilleur choix dans sa catégorie. Cela dit, on prend malgré tout du plaisir à apprivoiser la cinquantaine de bolides à débloquer ainsi que les divers tracés, le tout dans des environnements maitrisés.
6/10

20 sept. 2018

[NEWS] Nintendo lance son service Switch Online

On vous en avait déjà parlé au mois de mai dernier lors de son annonce officielle. Depuis hier (19.09.2018) le service payant Nintendo Switch Online est à présent bien actif et concerne tous les joueurs sur la dernière console de Nintendo. Dès à présent, pour pouvoir jouer en ligne il vous faudra donc disposer d'un compte Nintendo Switch Online.

C'est en soit une petite révolution dans le monde du jeu vidéo, car payer pour jouer en ligne sur une console Nintendo, c'est clairement une grande première, à laquelle les joueurs ne sont pas forcément tous préparés. Mais soyons logiques, ici Nintendo ne fait que suivre le mouvement de ses concurrents, avec les services PS+ et Live Gold dors et déjà existants, respectivement chez Playstation et Xbox.

Du coup, pour tenir la comparaison et justifier le fait de débourser 20€ par an pour jouer en ligne sur sa console (un tarif nettement en dessous de ceux pratiqués par Sony et Microsoft cela dit en passant), Nintendo offre également aux joueurs d'autres avantages non négligeables liés à ce nouvel abonnement, parmi lesquels une sauvegarde en ligne sur le cloud, l'accès à des jeux NES gratuitement, et aussi la possibilité de profiter d'offres exclusives.

Coté prix, différentes formules vous sont proposées, avec un tarif par mois, trimestriel ou annuel. Un abonnement familial est également possible, permettant alors à 8 comptes NSO d'en profiter:


Ces prix sont TVA comprise.

Je vous en parlais plus haut, vous abonner au service Nintendo Switch Online vous offrira également d'autres avantages, comme l'accès à un catalogue de jeux NES classiques qui sera régulièrement mis à jour et incluant de nouvelles fonctionnalités en ligne. Vous pourrez aussi profiter d'un cloud pour y copier vous sauvegardes, ou encore bénéficier d'offres exclusives réservées aux membres de Nintendo Switch Online (comme pouvoir faire l’acquisition de produits exclusifs, telles des manettes NES sans file pour votre Nintendo Switch).


Une application Nintendo Switch Online dédiée, pour tablettes et smartphones (IOS et Android), est également proposée. Grâce à cette dernière vous pourrez chatter vocalement avec d'autres joueurs tout en jouant en ligne aux jeux compatibles (Splatoon 2, Mario Kart 8 Deluxe ou encore Mario Tennis Aces, entre autres).

Pour tester ce service gratuitement pendant 7 jours (abonnement individuel uniquement) ou encore découvrir tous les détails de Nintendo Switch Online, il vous suffit de vous rendre sur le site officiel de l'éditeur dès maintenant.

19 sept. 2018

[Review] Avengers: Infinity War, le test Blu-ray

Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l'univers...

Il aura fallu au final plus d'une décennie et un total de 18 films Marvel pour en arriver à Avengers Infinity War. Et si vous vous demandez dans quel ordre les visionner (car ils ne sont pas sorti dans l'ordre), je vous renvois vers notre article détaillé à ce sujet. Avengers Infinity War est donc la confrontation ultime tant attendue entre Thanos et Tony Stark et ses camarades justiciers. Un condensé du meilleur de ce que Disney a mis des années à construire à travers l'univers Marvel et ses Super Héros.

Mais que vaut en fin de comptes Avengers Infinity War, et surtout est-ce bien réellement la fin de la saga? Je vais tenter d'y répondre sans trop vous spoiler le scénario du film.

A la deuxième partie de la question, je peux dors et déjà vous dire que non, ce film n'est en aucune manière la fin. Il y aura d'autres films Avengers et Marvel, c'est une certitude. La scène finale ne laisse à ce sujet pas le moindre doute, l'épilogue ne pouvant laisser les spectateurs sur leur faim de la sorte. Et puis surtout, si vous avez regarder le générique jusqu'au bout (chose que vous n'avez pas manqué de faire si vous êtes un fan des productions Marvel j'en suis sûr), le message "Thanos reviendra" est clairement sans équivoque.

Scénaristiquement parlant maintenant, Avengers Infinity War est sans aucun doute le plus complexe de tous les films Marvel sortis à ce jour. Il est d'ailleurs quasiment impossible de comprendre le final, volontairement obscure, en l'état. Une suite est ici indispensable. Cette dernière devrait, je l'espère, nous apporter les réponses restées manquantes. En attendant, on assiste à une super production aux scènes d'action époustouflantes, où chaque personnage donne le meilleur de lui même. Attendez vous également à quelques surprises de taille, parmi lesquelles un sérieux élagage du casting... et ce dès la première scène. Des nouveaux venus également, avec Les Gardiens de la Galaxie rejoignant les rangs des Avengers, ainsi qu'un certain Peter Parker, celui découvert dans Spider-Man Homecoming.

La suite sera assurément déterminante pour l'avenir de la saga Marvel, mais une chose est en tous les cas certaine, Disney a parfaitement su gérer l'évolution cinématographique de cette dernière, en proposant un tableau tel un vaste puzzle où chacune des pièces prise séparément semblait ne pas interagir avec les autres. Au final, Avengers Infinity War démontre bien qu'il n'en était rien. Le tableau semble aujourd'hui bien plus clair et cohérent qu'il ne l'a jamais été.

AVENGERS INFINITY WAR, disponible dès à présent en Blu-ray et DVD chez Disney/Marvel.

VERDICT : Point culminant de la saga Marvel Avengers, Infinity War est le film que tous les fans attendaient depuis une décennie. Toutes les réponses ne sont pas ici présentes, loin de là, mais le spectacle est incontestablement au rendez-vous. Il nous faudra encore patienter jusqu'au véritable épilogue, mais en l'état il serait injuste de ne pas admettre que Infinity War est à ce jour le plus abouti des films Marvel/Avengers. Vivement la suite!! Coté technique, cette édition Blu-ray livre un master 1080p tout simplement irréprochable. Certes le rendu n'atteint pas celui de l'édition 4K UHD, mais on ne peut objectivement pas lui reprocher un manque de définition ni de précision. Pour ce qui est de pistes audio, en VO (DTS-HD MA 7.1) comme en VF (Dolby Digital Plus 7.1), on pourra regretter un mixage "étouffé", causant un déséquilibre entre l'action et les dialogues. Ces derniers étant nettement en dessus du volume sonore moyen. Un défaut de plus en plus fréquent sur les éditions Blu-ray ne proposant pas de piste Atmos malheureusement. Concernant les extras enfin, on trouve ici une introduction au film par les réalisateurs, les coulisses des scènes d'action les plus marquantes, un lot de 4 scènes coupées et le bêtisier du tournage.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


18 sept. 2018

[Concours] Gagnez des jeux Divinity: Original Sin 2 - Definitive Edition sur PS4 et XB1

Grâce à Bandai Namco et Deep-blu.com, pour célébrer la sortie du jeu "Divinity: Original Sin 2 - Definitive Edition" disponible dès à présent sur Playstation 4 et Xbox One, vous allez pouvoir tenter de remporter un des exemplaires PS4 ou Xbox One mis en jeu (5 gagnants). Comment faire? C’est très simple, répondez par mail à la question posée plus bas sur cette même page, en n'oubliant pas bien sûr d'indiquer vos coordonnées. Bonne chance à tous!

-----
Le Divin est mort, le Néant approche, et les pouvoirs qui sommeillent en vous s'apprêtent à se réveiller. Le combat pour la divinité a commencé. Choisissez bien vos amis et n'accordez votre confiance qu'avec parcimonie, car chacun a une part de ténèbres en soi dans le RPG coopératif de type bac à sable Divinity: Original Sin 2 - Édition Définitive...

-----

Pour participer c'est très simple, il vous suffit de répondre correctement à la question posée ci-dessous, en nous envoyant votre réponse à l'adresse email indiquée. Un tirage au sort parmi les bonnes réponses désignera le (ou les) heureux gagnant(s).

A quel genre appartient Divinity: Original Sin 2 - Definitive Edition?
A. FPS Survival
B. RPG coopératif
C. Course de vaisseaux

Envoyez votre réponse par mail à cette adresse: concours@deep-blu.com, en n'oubliant pas bien sur d'indiquer vos coordonnées, et en renseignant en objet [respectez à la lettre ce libellé SVP] Concours DivinityOS2DE. Fin de cette action le 30.09.2018 à minuit.


© Bandai Namco 2018. All Rights Reserved.

Précision importante (pour une question de coût d'envoi): seuls les participants résidant au Benelux et en France métropolitaine seront inclus dans le tirage au sort. Merci de votre compréhension.