[Review] Mario et Luigi Superstar Saga +, le test 3D

Et ce n’est pas la Princesse Peach qui a été enlevée, pour une fois, mais sa voix! Votre mission : l’aider à la retrouver...

[Review] Forza Motorsport 7, le test Xbox One

Découvrez les dangers et la beauté de la course automobile à son apogée. Admirez des visuels exceptionnels en 60 fps et en qualité 4K/HDR...

[Review] Les Gardiens de la Galaxie 2, le test Blu-ray 2D/3D

À la suite d'un phénomène magnétique qui détruit toute l'armada, le vaisseau des fugitifs traverse un portail qui les mène auprès d'Ego...

[Review] Super Nintendo Classic Mini, le test en détails

Un an après la sortie de la NES Classic Mini, Nintendo récidive en nous proposant cette fois la déclinaison "mini" de sa console 16 bits...

[Review] WRC7, le test PS4

WRC 7 emmène le joueur aux quatre coins du monde grâce aux 13 rallyes du Championnat du Monde, disputés dans 15 pays sur 4 continents...

17 oct. 2017

[Review] L'Ombre de la Guerre (Shadow of War), le test PS4

Dans la suite épique du célèbre jeu La Terre du Milieu : L'Ombre du Mordor développé par Monolith Productions, infiltrez les lignes ennemies pour former une armée, conquérir des forteresses et dominer le Mordor. Découvrez le système Némésis dans cette nouvelle épopée de la Terre du Milieu, et profitez des histoires uniques et personnalisées avec chaque ennemi et chaque allié. Affrontez Sauron, le Seigneur des Ténèbres à l'apogée de sa puissance, accompagné de ses Nazgûls. Utilisez la stratégie, la ruse ou la force brute pour conquérir les forteresses de Sauron et les retourner contre lui...

Trois ans se sont écoulés (déjà) depuis la sortie de l'opus L'ombre du Mordor (voir notre test de la version PS4), qui avait su à l'époque captiver un grand nombre de joueurs, grâce entre autres à son système de Némésis, sur lequel nous reviendrons dans un instant, ce dernier étant à nouveau présent. Mais le jeu avait également suscité un certain nombre de critiques, justifiées pour la plupart d'ailleurs. Nous allons donc voir si Monolith a su en tenir compte et faire évoluer sa licence pour cette suite.

On ne va pas tourner autour du pot, vous vous en rendrez d'ailleurs sans doute compte très rapidement en prenant les commandes de L'Ombre de la Guerre, les forces et faiblesses du premier opus seront les forces et faiblesses de sa suite. On n'a en effet pas vraiment l'impression qu'un travail d'amélioration a été mis en place pour tenter de corriger les défauts de L'Ombre du Mordor. Par contre, l'accent est indéniablement mis sur le renforcement de ses qualités, avec un système Némésis renforcé par rapport au premier. Un concept qui avait des allures optionnelles dans le premier prend ici un sens bien plus "obligatoire" si vous voulez remporter la victoire sur Sauron.

Pour rappel, le système de Némésis vous permet de prendre le contrôle de chefs de guerre afin de les utiliser comme alliés et de vous en servir ensuite pour affronter d'autres chefs/ennemis plus puissants, dans des combats de prise de forteresses entre autres. Mais chacune de vos actions restera en mémoire et vos adversaires s'en souviendront! Un concept stratégique qu'il vous faudra impérativement maitriser, ces missions représentant (pour peu que vous choisissiez le mode de difficulté Difficile en tous cas) de véritables défis.


Coté scénario, même si on constate un réel effort narratif, et ce dès le début du jeu, on a tout de même un peu l'impression de ne pas avoir quitté L'Ombre du Mordor, du moins durant les premières heures de jeu. La progression est ici relativement convenue et la narration, la plus part du temps du moins, encore et toujours assez secondaire (avec quelques points d’intérêt judicieux néanmoins). Les choses seront un peu plus intéressantes en fin de parcours, mais entre les deux il va tout de même falloir être conciliant. On soulignera malgré tout un notable effort pour rendre cette suite légitime et lui offrir une vraie raison d'être en terme d'explication, pour peu que vous soyez familier avec l’œuvre globale de J.R.R. Tolkien. Ceci prendra d'ailleurs tout son sens une fois l'aventure bouclée, mais je ne vous en dirai pas d'avantage (terminez le jeu et vous comprendrez...).

D'un point de vue technique, L'Ombre de la Guerre semble là encore ne pas avoir beaucoup évolué (même si les qualités du premier restent de mise, avec des modélisations d'Orcs sublimes), et ce malgré les trois années qui se sont écoulées. Le jeu ne représente clairement pas les standards actuelles d'un titre d'envergure (AAA) sur Playstation 4 (ou PS4 Pro, console sur laquelle nous l'avons testé). Dommage, car c'est aussi là un point sur lequel nous attendions L'Ombre de la Guerre au tournant. C'est joli, mais cela reste trop conventionnel malgré tout que pour marquer les esprits ou en faire un argument de poids.


Enfin, coté durée de vie, il vous faudra compter sur une trentaine d'heure de jeu environs pour boucler votre premier run. Le jeu vous ouvrira alors les portes de certaines explications qui raviront les fans j'en suis certain (mais je ne vous en dirai pas davantage...). La map est ici plus vaste, sans aucun doute, et vous pourrez la parcourir à votre guise, en tenant tout de même compte du niveau de vos adversaires, sous peine d'être vite rappelé à l'ordre par un game over. Nouveauté à signaler dans L'Ombre de la Guerre, le jeu propose à présent 3 niveaux de difficultés. Il vous sera donc possible, contrairement au premier opus, d'adapter cette dernière en fonction de votre niveau, rendant du coup les combats moins "critiques" que précédemment. Le niveau le plus élevé réservant quant à lui aux joueurs hardcore un défis de taille. A vous de voir.

Une toute dernière chose encore pour vous dire qu'il vous sera possible de lier votre sauvegarde du premier avec cette suite (via la Némésis Forge) et ainsi d'importer deux Orcs dans votre sauvegarde de L'Ombre de la Guerre. Pour en profiter vous devez préalablement passer par L'Ombre du Mordor avant de débuter votre aventure dans L'Ombre de la Guerre.

Notre avis:
Tout comme son prédécesseur, L'Ombre de la Guerre (Shadow of War) alterne excellentes choses et "détails" frustrants. Si globalement on prend un vrai plaisir à progresser et à améliorer les aptitudes de notre duo, à terme, les petits défauts de gameplay (caméra, impossibilité de lock etc...) agacent fortement. A coté de ça, on ne peut nier les efforts mis en place pour améliorer encore l'efficacité de certains mécanismes découverts dans le premier, comme l'affutage du mode Némésis en y ajoutant cette fois la prise de forteresse. Véritable jeu dans le jeu d'ailleurs. Le titre tente également de se montrer plus éloquent en étoffant ponctuellement son scénario et en y apportant de vrai point d’intérêt pour le fan de l’œuvre de JRR Tolkien. On peut également approuver l'arrivée de niveaux de difficulté, rendant le jeu plus accessible que son prédécesseur. Mais malgré tout ça, je ne peux m’empêcher de me dire que les 3 années écoulées n'ont pas été suffisamment mises à profit pour faire évoluer significativement la licence, comme avec ces graphismes qui semblent être restés figés dans le temps. Une suite qui remplit son contrat, certes, mais qui malgré quelques efforts notables affiche tout de même un air de déjà-vu trop prononcé.
7/10

16 oct. 2017

[Review] Test et présentation de la manette PS4 Nacon Revolution Pro Controller 2

Totalement personnalisable, cette manette propose des configurations et des fonctionnalités spécifiques à l'e-sport pour que vous puissiez vous adapter à tous les styles de gameplays compétitifs. Propulsez votre technique vidéoludique dans une nouvelle dimension, boostez votre maîtrise du jeu vidéo et maximisez votre potentiel de gamer grâce à cette manette hors-norme conçue pour le système PS4 et testée par de vrais joueurs d'e-sport.

Après nous avoir proposé la manette Pro Revolution Controller en décembre 2016 (voir notre test/présentation matériel à ce sujet), Nacon revient avec une nouvelle version, nommée sobrement Revolution Pro Controller 2, plus aboutie, confortable et complète, toujours à destination des joueurs les plus exigeants sur Playstation 4.

Avant d'aborder les nouveautés de cette manette, place tout d'abord à un unboxing maison de ce qui est aussi un superbe objet, il faut bien le reconnaitre.


Si vous aviez fait l'acquisition de la version "1" en 2016, vous constaterez alors que coté packaging et présentation, rien ne change. Même le logo imprimé sur le carton est le même. Il faut avouer que la manette en elle-même ne change pas (ou très peu), ceci expliquant donc sans doute cela.


Coté contenu, là aussi aucun changement majeur à signaler: avec la manette, une pochette/sac de rangement accompagné de son chiffon de nettoyage, un lot de poids pour lester votre manette à votre guise, un fascicule, et le nouveau câble de raccordement.

Coté performance, la manette propose comme évolution le plus marquante (et je sais que bon nombre de joueurs s'en était plein avec la précédente version), une connectique à présent via micro-USB Type-C, assurément plus confortable et pratique que l'imposante broche à visser sur la manette comme proposée sur la version sortie l'année dernière. Par contre, et cela restera ma plus grande déception, cette "évolution" ne propose toujours pas de batterie et impose donc encore au joueur de rester connecté par câble à sa PS4 (un câble d'une longueur de 3 mètre cela dit).

On peut aussi noter l'ajout de configurations manettes améliorées avec 1 mode PS4 Pro, 1 mode PS4 avancé et un mode PC avancé (la manette étant également compatible PC). Quatre profils PS4 et 4 profiles PC sont ici programmables.

Une fois encore, la manette est totalement configurable en terme de sensibilité (sticks gauche et droit, et gâchettes), mais aussi au niveau des vibrations bien sûr ou encore des différents boutons. Libre à vous d'en changer l'attribution comme bon vous semble. Ceci via le logiciel (PC/Mac) dédié. Les menus de ce dernier ont d'ailleurs été revus (voir capture ci-dessous) pour plus de clarté. Il n'est malheureusement toujours pas possible d'effectuer de réglages directement sur la console PS4, mais les 4 touches de raccourcis sont quant à elles par contre configurables directement sur la manette, sans passer par le logiciel PC.


Des poids additionnels sont également inclus afin de vous offrir le meilleur confort de jeu et la plus parfaite prise en main possible. Cette manette étant clairement destinée aux joueurs adeptes de l'e-sport et donc tout particulièrement exigeants dans ce domaine.

Sinon, clairement, la Revolution Pro Controller 2 est la quasi copie conforme de sa grande sœur sortie l'année dernière. Esthétiquement parlant je veux dire. De petites évolutions within qui font cependant une grande différence pour tous les joueurs exigeants qui jouent sur Playstation 4 et Playstation 4 Pro. Une manette taillée pour l'e-sport et qui devrait rapidement s'imposer comme la référence "Elite" en la matière sur PS4.

Notre avis:
La manette Revolution Pro Controller 2 pour consoles PS4 et PC propose quelques évolutions non négligeables par rapport au modèle précédent, sorti en 2016. Une connectique micro-USB Type-C tout d'abord, mais aussi un mode de configuration manuel des boutons de raccourcis, sans devoir passer par le logiciel PC. Un logiciel d'ailleurs à l'interface entièrement repensé, plus claire et facile d’utilisation, aussi compatible macOS (10.11 ou version supérieure). Un nouveau mode PC fait également son apparition, et le joystick gauche est désormais tout aussi paramétrable que le stick droit (zone morte, courbe de réponse). La croix directionnelle peut quant à elle fonctionner sur 4 ou 8 directions, au choix. Pas mal de bonnes choses donc. Deux regrets néanmoins en ce qui me concerne, avec encore et toujours l'absence de batteries obligeant d'utiliser la manette avec un câble, et l'impossibilité de configurer les options via la PS4 directement. Croisons les doigts pour que la prochaine version corrige cela et en face définitivement la manette ultime sur PS4.
8/10

13 oct. 2017

[NEWS] Les developpeurs se confient sur les environnements de The Evil Within 2

Nous sommes le vendredi 13 octobre 2017, et en plus d'être un jour de chance (ou de malchance c'est selon) nous sommes aussi le jour de sortie de The Evil Within 2, la suite du TPS horrifique signé Bethesda. Le titre est donc dès à présent disponible sur Playstation 4 et Xbox One, et en attendant notre test détaillé (courant de semaine prochaine normalement), nous vous proposons aujourd'hui de découvrir les commentaires des développeurs sur certains éléments clefs du jeu.

Nous vous proposons ici de découvrir les informations que nous dévoilent les développeurs de The Evil Within 2 sur l'ambiance et les environnements vous croiserez dans le jeu.

Pour profiter au mieux des visuels ci-dessous, n'hésitez pas à cliquer sur les images pour les afficher en grand format.

On débute avec le cliché nommé "What in the Hell".

The Evil Within 2 vous transporte dans un monde rempli d'horreurs au-delà de l'imagination, dans lequel la mort et les démembrements rôdent dans tous les coins. Mais ça n'a pas commencé de cette façon. Ce qui a débuté par une vision idyllique c'est par la suite transformé en une vision tordue d'une petite ville américaine plongeant en enfer. C'est parce que toute la ville d'Union a été construite autour d'un esprit pur en guise de fondation: Lily, la propre fille de Sebastian Castellanos. Mais quand Lily disparaît au sein du STEM, le monde perd alors son noyau, et l'enfer s'installe. Maintenant, c'est à Sebastian de trouver sa fille et de la sortir de là avant que le système tout entier ne s'effondre, les piégeant tous les deux à l'intérieur.

"Stronghold" et "Come with me".


The Evil Within 2 projette Sebastian dans une variété d'environnements terrifiants. Certains vous rappelleront d'ailleurs l'horreur "claustrophobe" du premier opus (ndlr: comme avec le cliché "Come with me" ci-dessus, montrant Sebastien dans un couloir). On y découvre également des zones plus ouvertes (cliché ci-contre: Stronghold), qui vous laisseront quant à elles arpenter plus librement ce monde cauchemardesque. Que vous décidiez de vous fondre dans l'obscurité pour tenter d'économiser vos munitions et fouiller chaque coin et recoin sombres d'Union, ou bien au contraire d’affronter de manière plus directe ces créatures horribles, chaque joueur trouvera le style de jeu qui lui convient dans The Evil Within 2.

On poursuit avec "A Dream Without The Dreamer".

The Evil Within 2 propose un rythme moins soutenu que son prédécesseur, et la progression du joueur dans un environnement non linéaire laisse ce dernier plus libre d'opter, à sa guise, pour une exploration plus ou moins minutieuse des lieus (ndlr: Les plus curieux (et courageux?) pourront donc cette fois davantage jouer les explorateurs, s'ils le souhaitent.) La façon dont vous choisissez de jouer à The Evil Within 2 - que vous optiez pour une approche militaire en faisant parler vos armes ou au contraire plus calme en la jouant davantage profil bas et homme de l'ombre (ndlr: au sens premier du terme...) afin d'économiser vos munitions (ndlr: on ne sait jamais...), et cherchant au passage des objets cachés, le choix vous appartient.

Et on termine avec "An Echo".

Explorez les rues qui s'effondrent et faites un tour dans les maisons des habitants pour essayer de percer les mystères de ce monde, ainsi que le passé du personnage principale, Sebastian.

Les points de résonance sont des échos d'Union que vous trouverez tout au long du jeu et qui peuvent être découverts lors de l'utilisation de votre communicateur ou en détectant des anomalies visuelles. Vous pouvez enquêter sur les points de résonance pour obtenir des informations et révéler des informations qui vous aideront à assembler les pièces du puzzle et à comprendre l'histoire de Union. Et vous en serez peut-être même bien récompensé, avec par exemple des ressources ou des objets spéciaux.


Enfin, voici deux clichés d'environnements qui nous ont été envoyés sans commentaire. Nous vous les proposons également, rien que pour le plaisir des yeux. Saurez-vous les décrypter?



Merci à l'éditeur de nous avoir confié ces clichés et ces informations. On vous laisse en compagnie du trailer de lancement ci-dessous, et vous donnons bien sûr rendez-vous très bientôt pour notre test détaillé de The Evil Within 2 sur PS4.

Pour rappel, The Evil Within 2 est disponible dès à présent sur Playstation 4 et Xbox One.

12 oct. 2017

[Review] Lego Ninjago The Movie: Le Jeu Vidéo, le test PS4

Avec Lego Ninjago, Le Film : Le Jeu Vidéo, les joueurs plongeront au cœur de la toute nouvelle aventure Lego cinématographique. Dans le jeu, ils incarneront leurs ninjas favoris Lloyd, Nya, Jay, Kai, Cole, Zane et Maître Wu et devront combattre des vagues d’ennemis afin de protéger leur île natale, Ninjago, du maléfique Lord Garmadon et de son armée de requins. Afin de sortir victorieux, les joueurs devront progresser et améliorer l'art du Ninjagility, et explorer Ninjago en courant sur les murs, en bondissant dans les airs et en affrontant leurs ennemis...

Dans sa continuité de logique commerciale cherchant à toujours exploiter au mieux sa marque et potentialiser au maximum ses intérêts (après tout Lego n'est pas une asbl... qui pourrait donc l'en blâmer), Lego nous propose le jeu vidéo du film qui est lui même basé sur une série télé animée, elle même inspiré de la gamme de jouets de construction Lego Ninjago. Tout le monde suit, c'est bon? Après Lego The Movie, La Grande Aventure sorti en 2014 (voir notre test Blu-ray) et The Lego Batman Movie sorti en début d'année (voir notre test Blu-ray/4K), c'est à présent au tour des Ninjago de se voir porter sur grand écran, et donc logiquement de débarquer au passage sur nos consoles également.

On ne change pas une équipe gagnante, c'est bien connu. La marque danoise s'associe donc cette fois encore à Warner Bros Games et TT Games pour nous livrer un jeu Lego dans la plus pure tradition du genre, avec cassage de briques à gogo et personnages à débloquer par dizaines. Sans oublier quantité de briques rouges et dorées à découvrir, entre autres.

Vous l'aurez compris, ou deviné du moins j'en suis certain, si ce n'est le thème, il n'y a donc pas grand chose de neuf au programme de Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo (disponible sur Playstation 4, Xbox One, et Nintendo Switch). Et pour le coup, je ne vais pas vous donner tort. Cette adaptation est très loin d'être le meilleur cru de la gamme Lego en jeux vidéo, mais pas que pour son manque d'originalité malheureusement... Mécaniques recyclées à outrance, effets de manches vus et revus, personnages plutôt méconnus du grand public et donc peu charismatiques (ça, passe encore), sans oublier un scénario qui sonne lui aussi terriblement creux (j'ignore par contre si ce dernier reprend celui du film ou s'en inspire librement, n'ayant pas encore vu Lego Ninjago Le Film). Du coup, il faut bien avouer que les arguments en faveur de Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo ne sont pas légion. Mais à coté de ces éléments récurrents à la quasi totalité des titres Lego sur nos consoles, Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo affiche en plus de nombreux bugs venant plus d'une fois polluer notre progression, allant jusqu'à nécessité parfois de recommencer un niveau tout entier. Et là c'est franchement inadmissible.

Il y a heureusement d'autres choses à relever, plus positives, concernant Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo. On peut par exemple saluer un humour une fois encore omniprésent (et sauvant plus d'une situation à la limite de l'inacceptable), avec un très bon doublage FR au passage, chose qu'il est important de souligner, ainsi qu'un rendu visuel se montrant globalement soigné, apportant un résultat variable certes, oscillant entre le sublime et le tout juste honnête parfois, mais avec quelques effets joliment placés, qui ne manqueront pas de faire leur petit effet au passage. A défaut d'avoir entre les mains un titre véritablement hors du commun, on peut au moins dire que c'est esthétiquement plaisant, et c'est déjà une bonne chose. Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo conserve également, je vous en glissait déjà un mot plus haut, tout l'aspect "collectible" de ses prédécesseurs, avec briques de couleurs, parchemins et personnages à découvrir et collectionner, sans oublier la longue liste de trophées à débloquer également.

Le jeu alterne entre différentes phases de gameplay (combat, shoot, etc...) pour tenter d'y apporter de la diversité. Variété de caméras, de déplacements (vous pourrez par exemple marcher sur les murs) etc.... Mais c'est surtout l'action qui prime ici avec de nombreux combats en perspective. Vous aurez en effet la possibilité de progresser en tant que ninja tout au long du jeu. Cette expérience vous permettra alors de devenir plus complet et d'améliorer vos diverses aptitudes, via un arbre des compétences relativement rudimentaire, mais qui apporte tout de même une dimension évolutive inédite dans un jeu Lego. Ce dernier vous enseignera divers combos qui vous seront ensuite utiles lors de combats âpres, face à certains boss ou lors d'affrontement de masse (en les étourdissant via l'onde de choc par exemple).

Une option 2 joueurs reste également, et heureusement, de mise, et cette dernière se montre une fois encore incontestablement la manière la plus fun et agréable d'aborder ce jeu (comme souvent dans les titres Lego d'ailleurs). N'oubliez donc pas de faire charger votre seconde DualShock 4!

Notre avis:
Sans renouveler le genre auquel il s’accroche de toute ses forces, Lego Ninjago Le Film: Le Jeu Vidéo nous livre une progression convenue teintée de quelques nouveautés: avec un arbre des compétences, des combats plus chorégraphiés (grâce à des combos particulièrement réussis), et un humour encore et toujours omniprésent. Malheureusement, le jeu souffre aussi de très nombreux bugs, plus ou moins handicapants, allant parfois jusqu'à la nécessité de devoir recommencer tout un niveau... et cela ne peut être excusé. D'où la note un peu sévère mais néanmoins justifiée. On sent que le jeu devait sortir pour la sortie du film en salle, et cela se ressent malheureusement manette en main.
6/10

11 oct. 2017

[Review] Wonder Woman, le test Blu-ray / 4K

C'était avant qu'elle ne devienne Wonder Woman, à l'époque où elle était encore Diana, princesse des Amazones et combattante invincible. Un jour, un pilote américain s'écrase sur l'île paradisiaque où elle vit, à l'abri des fracas du monde. Lorsqu'il lui raconte qu'une guerre terrible fait rage à l'autre bout de la planète, Diana quitte son havre de paix, convaincue qu'elle doit enrayer la menace. En s'alliant aux hommes dans un combat destiné à mettre fin à la guerre, Diana découvrira toute l'étendue de ses pouvoirs, et son véritable destin...

Dans la continuité de projet "Justice League" (que nous découvrirons dans les salles en novembre prochain - visitez le site officiel du film pour plus d'info et visionner la bande annonce) de Warner Bros., après Batman V Superman (voir notre test Blu-ray 2D/3D) voici venir Wonder Woman. Nous avions découvert ce personnage dans Batman V Superman justement, mais en nous laissant avec de nombreuses zones d'ombre sur le passé de la guerrière amazone. Ce film lui étant consacré nous permettant d'y voir plus clair sur ses origines.

Sans nous transporter ni révolutionner les codes du genre, Wonder Woman trouve néanmoins l'angle d'approche idéal pour offrir un divertissement efficace, en nous proposant une naration entre oscillant entre humour, naïveté et action. Malgré un évident manque de charisme du personnage (c'est du moins mon avis...), les scènes d'action font quant à elle leur effet et les divers personnages secondaires rattrapent le coup. Moins percutant que les charismatiques Batman ou Superman, Wonder Woman fait le job comme on dit, sans pour autant propulser la licence vers les étoiles.

Un master UHD soigné en 2160p.

La version 4K UHD en 2160p offre un rendu très solide et propose de nombreuses séquences qui émerveilleront votre rétine, sans aucun doute. Plus précise et détaillée que son homologue 1080p (Blu-ray traditionnel), cette version Ultra-HD se marie à merveille avec le rendu HDR qui sublime également chaque nuance du très joli travaille de photographie. Un master de qualité donc, qui remplit parfaitement son contrat.

De coté des pistes audio, la version 4K affiche des pistes de référence, en nous offrant VO et VF en Dolby Atmos-True HD tout simplement fracassantes. La VO se montre légèrement plus immersive, mais la VF n'a aucunement à rougir du spectacle proposé. On regrettera que la version Blu-ray 1080p ne bénéficie pas du même traitement par contre, avec une VO Dolby Atmos certes, mais une VF en Dolby Digital 5.1... (alors que la version italienne sur ce même disque est en DTS-HD Master Audio!!). Difficile de suivre la logique de WHV dans ses choix sur ses éditions Blu-ray.

WONDER WOMAN, disponible dès à présent en Blu-ray, 4K et DVD chez WHV.

VERDICT : Efficace en proposant un divertissement réussi, alternant humour et action, Wonder Woman est certes moins essentiel et charismatique que d'autres films de "super héros", mais assure néanmoins ici sa légitimité. Coté technique, version 1080p et 4K se montrent l'une et l'autre très solides. Vous trouverez plus de détails à ce sujet dans les paragraphes ci-dessus. Idem en ce qui concerne les pistes sonores. Pour ce qui est des extras, vous trouverez ici divers modules making of revenant sur les coulisses de la production, un lot de scènes coupées au montage, sans oublier un bêtisier du tournage. Un code UV est également présent dans le boitier.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


10 oct. 2017

[Review] Fifa 18, le test Switch

EA SPORTS FIFA 18 sur Nintendo Switch sera le jeu de sport le plus immersif, le plus social et le plus réaliste jamais créé pour les joueurs Nintendo. Très complet, jouez au jeu universel à tout moment, partout, avec n’importe qui et comme vous voulez avec FIFA 18 sur Nintendo Switch. Un tout nouveau mode de commandes, conçu exclusivement pour la Nintendo Switch, vous permet d'affronter vos amis partout et à tout moment, simplement en détachant les manettes Joy-Con et en placant la console en configuration tablette...

Chaque année c'est la même rengaine, les jeux de foot débarquent en cette période et se font la guerre sur les consoles de salon et PC. Entre Fifa et PES les joueurs ont généralement choisi leur camp, et le marché se partage donc entre les pros de la licence signée EA et celle de chez Konami. Par contre, seul EA semble avoir pris en considération les joueurs préférant jouer sur Switch, pour emporter partout avec eux leurs jeux favoris, chose bien évidement impossible Playstation 4, Xbox One ou PC. Nous allons donc décortiquer cette version "nomade" et voir si elle tient la comparaison avec ses homologues. de référence.

Beaucoup craignaient - à tort ou à raison, nous allons le voir - que cette version Switch soit en fin de compte une version au rabais. Chose compréhensible quand on repense à de précédentes adaptations de la licence, sur PS Vita, 3DS ou sur Wii U par exemple, qui ne bénéficiaient clairement pas du même soin que les versions piliers sur PS3/PS4, 360/XB1 et PC. Il fallait donc en effet être prudent - pour ne pas dire méfiant - avec ce portage sur Switch, d'autant plus que le moteur utilisé n'est pas le même que sur les autres versions.

La première chose que l'on constate de suite c'est qu'en effet, le jeu ne présente pas ici toutes les options des versions PS4/XB1, le mode "Aventure" par exemple, pourtant l'une des clefs de Fifa 18 sur les consoles concurrentes, ayant pour le coup purement et simplement été zappé. Un moyen d'alléger le contenu et de réduire la taille du jeu j'imagine (le titre pèse ici tout de même un peu plus de 13 gigas). Mais difficile néanmoins de se dire que l'on passe à coté de ce mode de jeu alors qu'il est l'un des atouts majeurs de cette années sur les versions PS4/XB1/PC.


Du coté des équipes et des autres contenus, on retrouve ici quasi sans restrictions tous les joueurs, équipes, terrains, options etc... De ce coté là EA n'a semble-t-il pas trop élagué (à quelques options prêts, comme les parties coop ou encore les matchs en ligne entre amis), et c'est tant mieux. Et coté technique/rendu me demanderez-vous? Et bien là par contre cette version Switch se montre relativement étonnante, avec un rendu certes un peu moins détaillé mais malgré tout superbe, et surtout toujours fluide. 720p en configuration portable et 1080p sur la TV, Fifa 18 sur Switch ne souffre d'aucun ralentissement et offre une parfaite fluidité, quelque soit la configuration choisie. Et là c'est bien le plus important pour cette version Switch, qui livre du coup une excellente alternative aux versions PS4/XB1 en proposant un Fifa "nomade" de qualité, et probablement dans la foulée ni plus ni moins que la meilleure version portable jamais créée pour la licence EA Sports jusqu'à ce jour.

Coté prise en main, très clairement, j'ai préféré la maniabilité à la manette pro je ne vais pas vous le cacher, offrant plus de souplesse et de possibilités, que d'y jouer aux Joy-Con, un peu raides et alignant surtout un gameplay moins technique. Cela dit, ça reste tout à fait jouable et ce même en version tablette deux joueurs (malgré la restriction de boutons dans ce cas et ce que cela implique). Quoiqu'il en soit ça reste nettement plus "confortable" avec la manette pro tout de même, surtout si vous êtes habitués d'y jouer sur PS4 ou Xbox One. Une dernière chose à vous signaler enfin, en soulignant que le jeu affiche des temps de chargement particulièrement courts, ce qui est là aussi un excellent point (nous avons testé Fifa 18 sur Switch en version dématérialisée).

Notre avis:
Cherchant à proposer le meilleur compromis entre version "classique" et "nomade", EA nous livre sur Switch un Fifa 18 assurément de qualité, à condition de ne pas chercher à le comparer en tous points avec ses homologues PS4/XB1 et PC. Légèrement moins affuté graphiquement, mais néanmoins très joli, amputé de quelques modes de jeu ou options, tout en nous proposant l'essentiel, Fifa 18 sur Switch est loin d'être la version au rabais que beaucoup s'imaginaient. Si vous cherchez un "Fifa portable", aucun doute à avoir, c'est cette version qui est de très loin la meilleure jamais sortie. Si par contre vous souhaitez y jouer uniquement sur votre télé, soyons francs, préférez d'y jouer sur une autre console. A prix égal, vous en aurez davantage pour votre argent. Dans le cas contraire, envisager alors d’investir dans une manette pro afin d'en profiter pleinement.
8/10

9 oct. 2017

[Review] L'Aventure Layton: Katrielle et la conspiration des millionnaires, le test 3DS

La résolution des mystères est une affaire de famille chez les Layton ! Le professeur a disparu, et il est temps pour sa fille Katrielle de prendre les choses en main dans cette toute nouvelle aventure: Katrielle et la conspiration des millionnaires...

On peut dire qu'il nous avait manqué! Même si cette toute nouvelle aventure ne nous propose pas cette fois d'incarner le célèbre Professeur Layton en personne, remplacé le cas présent par sa fille Katrielle, n'ayez crainte, on retrouve bel et bien ici toute l'ambiance et les mécaniques de la saga casse-tête/réflexion de Nintendo. Après un passage sur smartphone, cette aventure nous arrive enfin sur les consoles de la famille 3DS.

L’histoire commence par une superbe cinématique une fois encore, nous présentant Katrielle ouvrant l’agence de détectives Layton sur Chancer Lane, à Londres. Déterminée à démontrer son talent, la jeune femme espère également que cette enseigne lui permettra de trouver des indices pour retrouver son père disparu.

Elle ne sera pas seule pour arpenter les rues de Londres sur sa fameuse bicyclette et tenter de résoudre des affaires toutes plus improbables les unes que les autres. Oliver Marchence, un jeune étudiant de l’université de Gressenheller, sera ici son assistant à l'agence. Sans oublier Sherl, un chien qui parle, qui sera aussi leur tout premier client.

Les habitués de la série Layton trouveront ici rapidement leurs marques, les règles étant globalement les mêmes que dans les précédentes aventures du Professeur. L'Aventure Layton: Katrielle et la conspiration des millionnaires propose cela dit plus d’énigmes que n’importe lequel de ses prédécesseurs, des énigmes qui m'ont d'ailleurs semblé souvent un cran au dessus en terme de difficulté. Vous allez donc devoir vous creuser les méninges plus d'une fois, ou opter pour dépenser quelques pièces afin de vous y aider... Cette option d'aide étant une fois encore présente (et très utile!).

Sachez aussi que des énigmes bonus pourront être téléchargées tous les jours pendant un an à compter de la date de sortie du jeu le 6 octobre 2017. Des mini-jeux supplémentaires ont également été ajoutés afin de diversifier au maximum l'expérience et vous pourrez bien sûr revenir sur les énigmes déjà réussies à tout moment, pour par exemple mettre vos amis à l'épreuve, pourquoi pas, sur les plus retords d'entre elles. Bref, difficile de critiquer ce titre sur sa durée de vie vous l'aurez compris. Coté énigmes vous serez comblés.

Graphiquement il n'y a là aussi rien à redire. Comme chacune des aventures précédentes du Professeur Layton, L'Aventure Layton: Katrielle et la conspiration des millionnaires livre des visuels splendides, dignes d'un film d'animation bien souvent, nourri de nombreuses cinématiques qui sont de plus intégralement doublées en français (la qualité du doublage est par contre variable, même si globalement convaincante). Des sous titres FR accompagnes aussi chacun des nombreux dialogues, n'ayez crainte. Vous pourrez donc bien sûr y jouer aussi dans les transports en commun ou dans des lieus publiques (bruyants...) si vous le souhaitez.

Les énigmes, toutes inédites bien entendu, reprennent quant à elles des visuels simples mais efficaces, aux consignes claires la plus part du temps (n'hésitez cependant pas à les relire attentivement, chaque mot ayant son importance comme toujours). Ces dernières ne vous empêcheront pas pour autant de vous creuser régulièrement les méninges pour parvenir à en trouver la solution. Leur résolution fait généralement appel au stylet, sachez-le. Logique, réflexion, calcule ou encore mémorisation sont autant de mécanismes que vous rencontrerez au cours des diverses épreuves intellectuelles qu'il vous faudra relever.



Et pour la suite me demanderez-vous? Je ne vais, et ne veux, bien sûr rien vous dire sur le scénario afin de ne pas vous gâcher le plaisir de la découverte en progressant dans cette aventure. Il est par contre probable que Nintendo n'en reste pas là et nous propose à l'avenir d'autres histoires où l'on risque bien de recroiser la route de Katrielle. Mais cela veut-il dire pour autant que nous ne verrons plus le Professeur Layton... Mystère.

Pour rappel, L'Aventure Layton: Katrielle et la conspiration des millionnaires est sorti le 6 octobre 2017 sur les consoles de la famille Nintendo 3DS. Le jeu est également disponible dès à présent en version smartphone.

Notre avis:
Reprenant avec brio le flambeau de la licence Professeur Layton, L'Aventure Layton: Katrielle et la conspiration des millionnaires nous propose une aventure une fois encore riche en rebondissements mais aussi nourrie de personnages charismatiques et attachants, sans oublier, surtout, de très nombreuses énigmes passionnantes. Proposant de plus des visuels magnifiques, un doublage FR convaincant et une durée de vie presque infinie grâce à de nouvelles énigmes qui seront ajoutées chaque jour durant une année, difficile de ne pas répondre favorablement à l'appelle de Katrielle Layton sur Nintendo 3DS. Et dors et déjà: Vivement la suite!
8/10

6 oct. 2017

[Review] Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser, le test 3DS

À deux moustaches, on est plus fort ! Retrouvez Mario et Luigi dans une aventure culte remise au goût du jour. Et ce n’est pas la Princesse Peach qui a été enlevée, pour une fois, mais sa voix! Votre mission : l’aider à la retrouver en traquant la terrible sorcière derrière ce vol odieux. Mais fait exceptionnel, vous allez devoir faire équipe avec Bowser cette fois...

Originalement sorti sur Gameboy Advance en 2003, Mario & Luigi: Superstar Saga s’est refait une petite beauté sur les consoles de la famille Nintendo 3DS et débarquera pour tous dès le 6 octobre 2017. Nous avons eu la chance de recevoir le titre avec un peu d'avance, l'occasion pour nous de nous y plonger et de découvrir un Mario version RPG des plus convaincants et immersifs. Compte rendu de notre aventure.

Je vous confesse que je n'avais jamais joué à la version sortie sur Gameboy Advance. J'ai donc découvert le jeu avec cette sortie sur Nintendo 3DS. Et le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai totalement accroché au concept. Le jeu peut d'ailleurs très facilement servir de "titre découverte" à tous les (jeunes) joueurs qui souhaiteraient se familiariser avec le concept du RPG. Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser étant un vrai RPG mais aux règles simples et à l'apprentissage progressif (évolution des personnages avec Xp, pouvoirs évolutifs, gestion d'inventaire avec tenues apportant de nouvelles compétences, objets magiques etc...). Idéal pour ceux qui ne sont pas familiers avec le genre ou qui souhaiteraient le découvrir tout en restant dans un univers connu, celui du monde de Mario en l'occurrence.


Le gameplay vous invite ici à contrôler Mario et Luigi simultanément. Sauter et combattre ensemble, mais aussi vous associer pour résoudre de nombreuses énigmes. Montez sur les épaules de votre camarade pour sauter plus haut, envolez-vous en tournoyant, utilisez l'autre pour éteindre un feu ou encore détruire les rochers qui bloquent votre progression. Votre association vous permettra aussi de réduire votre taille ou encore de visiter des endroits inaccessibles, le moment venu. Les nombreuses aptitudes du duo de plombiers à la salopette bleue évoluant au fil de votre progression, sans jamais frustrer le joueur qui se contente généralement d'apprécier chaque nouvelle zone/lieu visité(e). Si jamais vous êtes bloqué, ce qui arrivera parfois, ne vous en faites pas, la solution n'est bien souvent pas très loin. Parler à quelqu'un, visiter une grotte ou une tente, etc... devrait débloquer la situation.


Servez-vous aussi de leurs coups uniques qui évolueront au cours de votre progression (plus vous les utiliserez, plus il deviendrons puissants) pour remporter des combats au tour par tour pleins d'action. Soyez attentifs aux formations ennemies et planifiez vos réactions de manière à contre-attaquer quand la situation l'exige, et ne manquez surtout pas une occasion de les prendre par surprise afin d'engager le combat en prenant l'avantage. En effet, en arrivant sur votre ennemi par derrière et en lui sautant dessus avant qu'il vous repère, vous débuterez l'affrontement en lui infligeant d'entré quelques dégâts. Ces derniers pouvant bien souvent faire la différence et vous éviter ainsi d'encaisser trop de perte de PV lors de ce duel.

Cette version 2017 sur 3DS ne se contente bien sûr pas de proposer un simple portage. Mise à jour des graphismes et de la musique, adaptation du gameplay pour un ergonomie de l’écran tactile, optimisation du système de combat, nouveau didacticiel et fonctionnalité amiibo, voici quelques uns des atouts de cette revisite du classique sorti en 2003. Mais ce n'est pas tout... Car derrière Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser se cache tout un jeu inédit: Super Sbires Saga : les sauveurs de Bowser !


Dans ce mode de jeu inédit et exclusif, vous incarnez le Capitaine Goomba et devrez combattre en équipe en recrutant votre armée. Avec ce héros improbable, vous allez partir à l’aventure avec vos alliés (Maskass, Boo et d’autres célèbres ennemis du Royaume Champignon) afin de découvrir ce qui s’est vraiment passé dans les coulisses de l’aventure de Mario & Luigi et retrouver votre chef bien-aimé. Ce mode de jeu sera accessible une fois l'aventure principale terminée avec Mario et Luigi. Si l'aventure principale se montre relativement clémente et relativement "facile", Super Sbires Saga: Les sauveurs de Bower se montre quant à lui un peu plus tactique et exigeant. De quoi le rendre encore davantage prenant.

Deux nouvelles recrues amiibo pour votre collection.

Un dernier mot enfin sur les fonctionnalités amiibo que propose Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser sur les consoles de la famille Nintendo 3DS.

La plus part des personnages liés à l'univers Mario sont ici concernés. En scannant par exemple les amiibo de Mario (toutes les versions sont bien entendu compatibles) ou celui de Bowser, vous pourrez récupérer des éléments supplémentaires pour ajouter à votre inventaire. Comme d'habitude, un seul scanne par 24h (pour chaque amiibo) est autorisé.

Deux nouveaux personnages profitent d'ailleurs de la sortie du jeu pour venir rejoindre leurs camarades, il s'agit de Koopa Troompa et de Goomba (voir illustration ci dessus). Aucun doute que les fans de Mario apprécieront de les ajouter à leur collection.

Notre avis:
Sans doute davantage destiné à un public en quête de découverte du genre RPG, proposant une lecture simple et claire des règles lui appartenant, Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser trouve assurément son style et nous emporte directement grâce à son univers Mario revisité et à son humour omniprésent. Livrant une trame scénaristique à la progression efficace, apportant à notre duo régulièrement de nouvelles aptitudes, des graphismes soignés, une ambiance sonore réussie et un gameplay sans faille, difficile de détacher les mains de sa console (sauf contraint et forcé, pour la laisser recharger quand la diode rouge clignote...). N'ayant pas joué au jeu original sorti sur Gameboy Advance en 2003, je ne peux dès lors pas comparer les deux. Mais une chose est certaine, si vous n'y avez jamais gouté, le plaisir de la découverte est ici total. De plus, vous profiterez d'ajouts exclusifs, parmi lesquels un tout nouveau mode de jeu, vous proposant d'incarner le Capitaine Goomba et de découvrir ce qui est arrivé à Bowser. Pour résumer en un seul mot: Foncez!
9/10

5 oct. 2017

[Review] Marvel vs Capcom Infinite, le test PS4

Les univers de Marvel et de Capcom s’affrontent comme jamais auparavant grâce aux équipes de personnages emblématiques pour des combats dantesques. Ces deux univers se rencontrent à nouveau, pour que les combattants de ces panthéons légendaires s'affrontent encore une fois dans des combats incroyables à la force des poings...

Vous en avez maintenant pris l'habitude, rien n'est jamais gravé dans le marbre en ce qui concerne les licences, aussi prestigieuses soient-elles, surtout dans le monde du jeu vidéo. J-Stars Victory VS+ (voir notre test de la version PS4) en est le parfait exemple, avec un mix incroyable de quasiment toutes les licences manga rassemblées dans un seul et même jeu.

Et bien, sans allez jusqu'à mixer tous les univers en un seul, Marvel Vs Capcom Infinite c'est un peu la même chose, en nous proposant de réunir dans un seul et même titre les héros les plus charismatiques du catalogue Capcom (nous allons en reparler...) et ceux des Super Héros Marvel (là aussi, nous allons étudier plus en détail le casting dans un instant). Une licence qui n'en est d'ailleurs pas à son coup d'essai comme vous le savez sans doute. Mais que nous propose cette version 2017 sous la label "Infinite"? C'est ce que nous allons décrypter ici ensemble, en tentant de vous livrer notre avis le plus complet possible sur ce titre, disponible dès à présent sur Playstation 4 et Xbox One. C'est sur la console de Sony (Sur PS4 Pro pour être tout à fait exacte) que nous avons eu l'occasion de faire nos armes. En voici notre compte rendu détaillé au terme de plusieurs longues sessions de jeu.

La première chose que je voudrais aborder c'est le roster de Marvel Vs Capcom Infinite. Même s'il ne fait aucun doute que le titre bénéficiera dans les prochains mois de nombreux DLC qui viendront étoffer le casting (on connait la chanson et surtout l'amour de Capcom pour ce modèle économique, avant de nous livrer une édition "Ultimate" rassemblant le tout d'ici une douzaine de mois sans doute), de base les choses manquent néanmoins de variété, surtout au regard du potentiel qu'ont à nous offrir les vastes catalogues de Capcom et de Marvel. Une trentaine de personnages jouables, voilà de quoi vous devrez vous contenter ici. Pas de quoi crier au scandale non plus, mais quelques visages familiers de plus n'auraient pas été de refus.


Au-delà de la sélection à proprement parler, Marvel Vs Capcom Infinite semble aussi ne pas offrir un équilibrage toujours très honnête. Certains protagonistes étant clairement plus avantagés que d'autres au regard de leurs aptitudes. Avec Spider-man par exemple, vous pourrez aisément enchainer les coups jouant sur votre rapidité, là où avec d'autres ce sera moins aisé. Chacun son style me direz-vous...

Coté prise en main par contre, le titre offre à ce niveau là une plus grande facilité d'approche que ces prédécesseurs. J'entends par là une simplification des combinaisons de touches. Surtout pour les joueurs novices, qui pourront sans aucun problème s'amuser ici à décocher des supers attaques à tout va, sans devoir pour autant maitriser toutes les subtilités du gameplay. Laissant du coup l'aspect plus "technique" aux experts de la licence. Un choix qui en ravira certains et sans doute un peu moins d'autres, qui du coup auront pour leur part un peu plus de mal à s'imposer lors de combats en ligne j'imagine. Un rééquilibrage des forces qui ne plaira pas à tout le monde.


Marvel Vs Capcom Infinite propose également quelques nouveautés, parmi lesquelles un nouveau mode scénarisée. Inutile de préciser qu'il ne faudra bien entendu pas ici s'attendre à un contenu cohérent. Entrecoupés de cinématiques, plutôt réussies d’ailleurs, vous allez simplement enchainer les combats, héros après héros. Ponctué d'humour, les séquences livrent un plaisir de jeu non dissimulé aux joueurs. Comptez entre trois et quatre heure pour boucler ce mode de jeu.

A coté du mode "Histoire", on trouve les habituels modes Arcade (une succession de quelques combats, au scénario identique pour tous les personnages), le Versus (local ou en ligne), et le mode Défis, proposant également le tutoriel du jeu. De quoi vous chalenger si vous le souhaitez.


Enfin, quelques mots sur la qualité technique de Marvel Vs Capcom Infinite. Coté visuel il n'y a pas grand chose à redire. Même si le coté "cartoon" du précédent est ici abandonné, c'est indiscutablement beau et visuellement très réussi (avec quelques bémols sur certains persos humains tout de même). Les effets nous en mettent quant à eux plein les yeux constamment et on en redemande. Rien à signaler non plus du coté de la fluidité, irréprochable en toute circonstance. Ambiance sonore soignée également, bien qu'un peu répétitive (et donc soulante) au fil des heures.

Notre avis:
Malgré un casting discutable et un peu limité au regard du potentiel offert par les catalogues Capcom et Marvel, Marvel Vs Capcom Infinite propose un divertissement comme les fans du genre les aime, avec un mode Histoire accrocheur (mais un peu court), des combats visuellement épiques, et un gameplay parfaitement accessible, qui ravira tout particulièrement les novices. Les joueurs plus expérimentés ou cherchant un vrai défi resteront pour leur part sans doute sur la réserve. Sur la durée par contre, il faudra voir ce que Capcom nous proposera coté DLC pour permettre à l'engouement du début de perdurer. Dommage cela dit qu'en passer par là soit devenu quasiment systématique en 2017.
7/10