8 juil. 2014

[Review] "Transformers: The Dark Spark", le test PS4

TRANSFORMERS: THE DARK SPARK | Activision
Disponible dès le 27.06.2014 sur PS4, PS3, One, 360, WiiU et 3DS -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Faisant suite aux précédents titres de la franchise sur consoles, TRANSFORMERS : THE DARK SPARK passe d’un monde à l’autre et d’une faction à l’autre en relatant la quête d’une ancienne relique aussi puissante que la Matrice de Commandement: le Dark Spark. Les joueurs alterneront entre les héros AUTOBOTS et les maléfiques DECEPTICONS tout au long de la campagne solo. Proposant des combats intenses, à haute vitesse et en « run-and-gun », associés à du pilotage pour des affrontements dynamiques à grande échelle et à ciel ouvert. Les joueurs apprécieront également le retour du très populaire mode multi-joueurs « ESCALATION », mêlant survie et coopération, dans lequel les joueurs devront s’unir jusqu’à quatre en ligne afin de repousser les vagues successives d’ennemis, sans oublier un catalogue étendu de personnages jouables, passés et présents...


Les fans de la saga Transformers devraient apprécier les efforts de la part d'Activision et d'Hasbro Gaming pour offrir un titre à la fois original et totalement axé "fan-service". Dans Transformers: The Dark Spark, il s'agit bien d'une histoire totalement originale et en aucun cas d'un jeu basé sur le film qui vient de sortir en salle (la date de sortie conjointe n'est par contre sans doute pas un hasard...). Un casting d'une quarantaine de personnages est ici présent, avec des versions issues des différents films bien sur, dont certains du tout dernier volet en date, mais également plusieurs personnages rappelant des "classiques" du dessin animé, dont un Optimus Primes G1 en guise de guest star (à débloquer). Chacun peut à tout moment passer de forme robot à sa forme véhicule (en appuyant sur R3), pour profiter d'un arsenal souvent plus efficace d'ailleurs. Le jeu se compose bien sur d'une campagne solo (une quinzaine de chapitres) proposant de parcourir l'histoire avec des personnages imposés, mais alternant entre les deux factions. La partie on-line vous permet quant à elle de composer votre fiche personnage idéale, avec l'Autobot et le Decepticon de votre choix, mais également vos armes de prédilection, ainsi que quelques boosters et/ou armes spéciales. Ces dernières, ainsi que les différents personnages jouables, se cachent dans des coffres (fer, bronze, argent et or) que vous débloquerez en réussissant divers défis, comme tuer 250 Autobots/Decepticons, faire autant de victime en mode véhicule, tuer X ennemis à la suite, etc... Rien de bien original, mais cela motive néanmoins à remplir ses objectifs afin d'en débloquer toujours plus.



Au-delà du coté "fan service", soyons clair, Transformers: The Dark Spark accumule les mauvais points et se positionne même clairement dans la catégorie des jeux très moyens (pour ne pas dire mauvais), d'autant plus sur PS4 ou le bilan technique est loin d'être à la hauteur de nos attentes. Visuellement tout d'abord, on se trouve ici face à un des plus laids jeux à ce jour sur Playstation 4. Graphismes d'une pauvreté désolante, arrières plans sans la moindre finesse, textures sans détails, ensemble terne et définition médiocre, rien ne nous rappelle que nous jouons sur console Next Gen. Et je vous passerai toutes remarques concernant les séquences cinématiques n'étant pas issues du moteur du jeu, piquant littéralement aux yeux. On devra également se contenter d'un doublage anglais sous titré FR, là aussi Activision aurait malgré tout pu faire un effort... Mais tout ceci ne sont que des considérations "esthétiques" me direz-vous? Certes, mais la liste des déceptions ne s'arrête malheureusement pas là. In-game ce n'est clairement pas plus réjouissant... Maniabilité à la ramasse, fluidité à revoir, IA peu futée (c'est un euphémisme), difficulté mal calibrée (certains passages, même en facile, sont vraiment prise de tête!!), sauvegarde automatique trop aléatoire nous obligeant du coup à refaire certains passages pénibles inutilement, config d'armement pas toujours très claire, conduite en véhicule totalement indigeste, courir en robot est ingérable tout comme accélérer en véhicule, des missions répétitives et sans intérêt, un sentiment de couloir permanent, et j'en passe, le tout couronné par quelques bugs bien mal venus. On se dit alors que le mode en ligne va sauver la mise, et bien non, car trop limité et puis surtout pas équilibré (la mort en un coup, vous connaissez?). On regrettera aussi que seul Optimus Prime bénéficie d'une version G1 (1ère génération - voir visuel ci-dessous), alors que les fans de la première heure (depuis une trentaine d'année comme moi par exemple), adoreraient pouvoir en incarner bien d'autres. Ce sera peut-être pour le prochain jeu, qui sait? Bien qu'après avoir jouer à "The Dark Spark", on se dit qu'il vaudrait probablement mieux pour Activision d'en rester là.

0 commentaires:

Publier un commentaire