17 mai 2011

[Review] "Trainspotting", le test Blu-ray (sortie le 30/06)

Edimbourg, Ireland, dans les années 90. Mark, un jeune gars sans emploi, et ses prétendus amis (voleurs, menteurs, psychotiques, junkies et losers) tentent de traverser leur époque (et leur jeunesse) à coups de bière, de sexe, de coups minables, ET de drogue(s)...

« Trainspotting » fait assurément partie des incontournables de toute une génération. J’avais 20 ans lors de la sortie du film au milieu des années 90, et je fus littéralement emporté par ses personnage, sa manière d’aborder les addictions, son regard sur la société et sa jeunesse (décadente), bref, autant de raisons qui en font un monument aux yeux de bon nombre de gens aujourd’hui devenus adultes (et responsables ?). Avec un regard différent posé dessus 15 ans plus tard, on se rend compte que c’est aussi la volonté de s’en sortir, de changer de vie, de tirer un trait sur la passé et ses erreurs. « Trainspotting » fût un véritable phénomène en Grande-Bretagne et mis Cannes sous le choc lors de sa présentation au festival. Deuxième plus gros succès de l’histoire du cinéma anglais, appuyé sur une B.O. exceptionnelle (Lou Reed, Iggy Pop, Blur, Pulp), ce film a également révélé l’acteur Ewan McGregor au grand public et fait de Danny Boyle le réalisateur culte que nous connaissons tous aujourd’hui. Bref, un incontournable, qui s’offre en 2011 une seconde jeunesse grâce à cette édition Blu-ray.



Ce master 1080p Full HD nous livre une image surprenante, avec des visuels que l’on découvre nourris de détails, des textures fines et précises, des arrières plans radieux (à l’exception de certains ciels fourmillants), et un relief général plutôt inattendu. Dans mes souvenirs Trainspotting c’était davantage un grain prononcé et un rendu assez disgracieux. La Haute Définition apporte donc un vrai second souffle et une réelle seconde vie à l’œuvre de Danny Boyle. Constat identique en ce qui concerne les pistes audio, qui profitent d’un encodage fracassant en DTS HD Master Audio 5.1 en version originale et DTS HD High Resolution 5.1 en version française. Chacune libère un paysage sonore renversant, mettant à la fois en avant l’excellentissime BO, mais également la divine répartie des dialogues, que je ne peux bien sur que vous conseiller de déguster en VO.

Du coté des extras, ce Blu-ray ne fait pas dans la démesure mais livre néanmoins son lot de très jolies choses, avec un commentaire audio du réalisateur, accompagné du producteur, du scénariste et de l’acteur Ewan McGregor, un lot de scènes coupées, diverses interviews, un focus sur le style du film et un autre sur sa bande son, un bref arrêt par Cannes lors de la présentation au Festival, une galerie d’images et bien sur la bande annonce originale. Pas de mode Picture in Picture ou de vraies nouveautés digne d’une réédition Blu-ray malheureusement (et en plus les bonus son en SD…).

Quinze ans plus tard, le génie de Danny Boyle quant à sa vision des choses reste intacte et toujours aussi évident. On ne peut que s’incliner face à ce rythme implacable, sa manière de mettre en image un sujet aussi délicat et pourtant tellement actuel, et ce casting fascinant. Souligné par une édition Blu-ray exceptionnelle (n’ayons pas peur des mots), il s’agit bien ici d’une renaissance en Haute Définition, pour ce qui est et restera à jamais un trésor du cinéma made in UK.

1 commentaires:

Un film culte, sans le moindre doute. J'attends une promo sur Amazon pour me laisser tenter...

Publier un commentaire