19 juil. 2011

[Review] "SolatoRobo Red The Hunter", le test DS

Reçu il y a maintenant un peu plus de deux semaines de la part de Nintendo, il m’aura fallu plus de temps que je l’avais prévu pour boucler cette aventure sur Nintendo DS, particulièrement dépaysante. « Solatorobo : Red the Hunter » est un titre action/RPG d’apparence traditionnel, mais qui renferme plus d’une originalité. Vous y incarnez le personnage de Red Savarin, une sorte de chasseur de prime des temps modernes, aux commandes de son puissant robot, voyageant avec sa sœur Chocolat à bord de leur navire volant, accompagnés de Elh, un jeune garçon sauvé par Red lors d’une mission, dont l’existence semble liée à un mystérieux médaillon...

Ce jeu étant particulièrement riche en rebondissements et ces derniers nourrissants l’histoire et donc l’intérêt du jeu lui-même, il me sera bien difficile de vous en dire davantage sans spoiler. Ce que je peux vous dévoiler concerne donc uniquement le début de votre aventure. C’est le médaillon dont je vous parlais plus haut qui va rythmer toute votre aventure. Convoité par les Kurvaz (les méchants), vous devrez empêcher ces derniers de mettre la main sur l’objet et ainsi sauver le monde. Vos nombreuses missions vous mèneront aux quatre coins de la République de Shepherd, aux travers de villes et de lieux variés, tous plus incroyables les uns que les autres. Le travail graphique est ici superbe, et on a plus d’une fois le sentiment d’être face à l’un des plus beaux titres de la console, voire même le plus beau peut-être. Les décors sont hyper détaillés, les animations nombreuses et soignées, le level-design maitrisé, original et coloré, sans oublier un effet de profondeur particulièrement significatif. Difficile de ne pas adhérer au style, que ce soit pour les villes elles-mêmes ou encore pour les personnages, eux aussi parfaitement réussis.



« Sapristi », est sans aucun doute l’une des réflexions favorites de notre héro. Vous l’entendrez donc régulièrement tout au long de l’aventure. Un des reproches que l’on peut assurément faire à « Solatorobo : Red the Hunter » est sa grande répétitivité en termes de bruitages et de « dialogues », qui nous immergent au milieu de centaines de lignes de dialogues interminables. Vous l’aurez compris, je ne suis pas un fan des blablas à rallonge… C’est bien simple, on passe ici plus de temps à appuyer sur A pour faire avancer les discussions, qu’à jouer. Il y en a que ça ne dérange pas, moi personnellement ça commence à sérieusement m’agacer quand on réalise qu’au bout d’une heure de jeu on a passé la plus grande partie de son temps à ne faire que ça… Alors vous vous dites que c’est normal, c’est sans doute juste au début, le temps d’apprendre. Et bien non, toute l’aventure se voit accompagnée de la sorte, par des lignes et encore des lignes de texte… Heureusement, les phases d’action apportent un véritable univers au jeu et valent bien souvent la peine (et la patience…) d’avoir tenu bon.

Le gameplay est ici relativement simple, avec des manipulations aussi basiques que porter, jeter et actionner. Les combats sont quant à eux basés sur un principe de combo qu’il faudra enchainer, parfois seulement d’une certaine sorte, pour venir à bout de vos adversaires. Dans l’ensemble le chalenge reste parfaitement accessible, et ne devrait, à condition de ne pas vouloir mettre la charrue avant les bœufs, ne poser aucun problème insurmontable. L’évolution de votre personnage (de votre robot devrais-je dire) se passera ainsi : vous collecterez ou achèterez des objets qu’il faudra ensuite placer dans les emplacements dont vous disposez. Ses emplacements étant limités (très limités même au départ…) vous devrez faire de la place progressivement en libérant des cubes grâce à vos collectes de Cristaux-P (ces derniers sont éparpillés un peu partout dans les endroits que vous visiterez, ouvrez l’œil !). Une fois la place requise faite, allez dans votre boite à outil et choisissez l’objet à ajouter. Tout cela ressemble parfois à un puzzle, mais les effets sur votre robot peuvent à l’arrivée être considérables. Soyez donc judicieux dans vos choix.

« Solatorobo : Red the Hunter » devrait assurément plaire à la fois aux amateurs d’action et d’aventure, mais également aux fans de Pokémon en manque de nouveauté. Comptez environs 25 heures pour en faire le tour d’une traite, mais si vous décidez de vous y attardez, comptez alors quasiment le double (les ressources sont nombreuses et les possibilités d’évolution également). Un mode affrontement multi est d’ailleurs présent. Alliant un scénario accrocheur, une ambiance soignée, un gameplay accessible, un contenu solide et une bonne humeur omniprésente, ce titre rejoint assurément les meilleurs cartouches de la console. Il est juste dommage que certaines phases de dialogues tirent vraiment trop en longueur… sinon ç’aurait été parfait.

0 commentaires:

Publier un commentaire