8 août 2011

[Review] "Sucker Punch", le test Blu-ray

Préparez-vous à entrer dans l'imaginaire débordant d’une jeune fille enfermée dans un hôpital psychiatrique. Ses rêves sont la seule échappatoire à sa vie cauchemardesque. Déterminée à se battre pour reconquérir sa liberté, elle pousse quatre autres jeunes filles à s'unir pour échapper de leur prison. Les filles partent alors en guerre contre des créatures fantastiques, doté de pouvoirs et d’armes surpuissantes. Ensemble, elles devront décider quels sacrifices elles sont prêtes à faire pour parvenir à leur fin...

Je ne m’attendais pas à grand-chose avant de visionner ce film, si ce n’est à assister à une démonstration technique du format Blu-ray et là-dessus je ne fus pas déçu, j’y reviens dans le paragraphe suivant. Coté scénario et mise en scène par contre, les échos lus ci et là sur le net n’avaient pas l’air d’avoir soulevé l’enthousiasme des foules mais plutôt aiguisé leur déception, bien que certains avis restaient assez partagés malgré tout. De mon point de vue, après la vision du film, je dois avouer que « Sucker Punch » affiche une réalisation soignée et une mise en scène admirablement bien chorégraphiée, cela ne fait aucun doute. Mention toute particulière pour l’introduction du film, juste grandiose. Dommage d’ailleurs que tout le film n’ai pas baigné dans cette ambiance « asylum glauque ». On se prend donc au jeu et on se laisse emporter par le spectacle, qui au final, sans en avoir attendu quelque chose de précis, offre un divertissement plaisant et même d’excellente qualité la plupart du temps. Le casting 100% féminin participe certainement aussi à l’immersion du spectateur masculin, qui jouit, il est vrai, d’une plu value non négligeable, c’est indéniable. Mais au-delà de ces considérations purement esthétiques, le film livre une action nourrie, un vrai univers, et un style visuel impeccablement maitrisé. Il ne vous reste plus qu’à vous laisser embarquer par le spectacle. Dix sept minutes additionnelles viennent s’ajouter à la version cinéma pour constituer le montage « extended cut », mais ces minutes supplémentaires n’apportent au final que peu de chose au spectacle, qui dure même un peu trop en longueur parfois à mon goût. Sachez enfin que la version « extended cut » est déconseillée au moins de 16 ans alors que la version cinéma est quant à elle déconseillée au moins de 12 ans uniquement.



Warner Home Video nous livre un master Full HD soigné, pétillant de couleurs et de nuances, aux contrastes affutés et à la définition quasi sans faille. On regrettera cependant un grain trop prononcé bien souvent, qui nuit à mon sens au rendu fascinant que proposent certains plans et certaines textures. Le support Blu-ray se révèle néanmoins être un indéniable plus pour le film, mettant de toute évidence en valeur chaque pixel de cette œuvre graphique. Version cinéma et version longue profitent l’une et l’autre des atouts de la Haute Définition, sans différenciation majeure. Pour ce qui est des pistes audio, sachez que seule la version cinéma propose un doublage FR, le montage « Extended Cut » n’est quant à lui disponible qu’en version originale sous titrée (DTS HD Master Audio 5.1). On bénéficie là aussi d’un résultat fracassant, avec une dynamique exemplaire, une exploitation surround parfaite, ainsi qu’un découpage sans faille. Mention spéciale pour la bande originale, juste sublime. La version française (version cinéma uniquement) Dolby Digital 5.1 se montre assurément solide mais nettement en dessous de la VO en termes d’immersion et d’ampleur malgré tout.

Du coté des bonus, vous pourrez visionner la version longue accompagné de la fonction « Maximum Movie Mode », dans lequel le réalisateur revient sur de nombreux volets de la conception du film, mais aussi des plans story-board, des images divers etc… tout cela en Picture in Picture. Sur le disque 1 vous trouverez 4 courts métrages animés inédits, servant de prequels au film, ainsi qu’un lien vous permettant d’utiliser la fonction BD-live. La bande annonce (VF) du film « Green Lantern » est également présente en début de programme. Enfin, vous trouverez dans le boitier un code vous permettant de télécharger légalement une copie numérique du film.

« Sucker Punch » offre aux spectateurs l’occasion de plonger dans un univers impeccablement maitrisé, tant au niveau de son récit que de sa conception visuel. Le voyage est juste grandiose, magnifiquement chorégraphié, dans lequel on se laisse totalement embarquer, de la première à la dernière minute. Le Blu-ray s’impose logiquement comme le seul et unique support à considérer ici, le film perdant tout son intérêt en SD, car son coté visuel étant son atout majeur. Les pistes sonores sont elles aussi à la hauteur du spectacle, pour une communion parfaite entre l’image et le son. Le « Maximum Movie Mode » apporte quant à lui la touche finale à l’ensemble.

2 commentaires:

Très stylé, graphiquement splendide, c'est clair qu'en HD ça déménage!

Le réalisateur n'aborde pas l'histoire parallèle dans les bonus ? A savoir que babydoll n'existe pas vraiment ?

Publier un commentaire