8 oct. 2014

[Review] Driveclub, le test PS4

DRIVECLUB | SCEE
Disponible dès le 08.10.2014 sur PS4 -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Avec DriveClub il ne s'agit pas juste de gagner ou de perdre, c’est l’esprit d’équipe qui est en jeu. Adhérez à un club et partagez l’excitation de la course, battez-vous les uns pour les autres, gagnez des points et remportez des défis et des récompenses ensemble, pour votre club...

Initialement annoncé pour accompagner la sortie de la Playstation 4 en novembre 2013, DriveClub avait finalement été reportée en dernière minute, sans date précise au départ, avant de voir sa sortie calée au 8 octobre 2014. Les raisons de ce report étaient officiellement liées à un souhait d'amélioration des fonctionnalités sociales et communautaires du jeu. Officieusement, il y a fort à parier que l'esthétique ai également été revue et corrigée, afin de mieux résister à la comparaison avec un certain Forza disponible sur Xbox One, la console rivale de Microsoft. Et au final, il faut bien avouer que Sony a certainement bien fait de décaler la sortie de DriveClub, vu le résultat affiché aujourd'hui (je n'avais cela dit pas testé la version de 2013). On est ici en effet en présence d'un titre esthétiquement séduisant, affichant des paysages superbes, et des véhicules à la physique irréprochable. J'ai envie de dire, promesse tenue de ce coté là.

L’esthétique est donc la première chose qui frappe qu'en on se lance dans DriveClub. Un rendu splendide, de jour comme de nuit (et à n'importe qu'elle heure de la journée d'ailleurs, puisque la luminosité évolue en fonction de la position du soleil dans le ciel), avec des effets de lumière impeccablement maitrisés, et même parfois éblouissants (au sens propre), plus vrais que nature. Le tout sur routes sèches et humides bien sûr. DriveClub propose également plusieurs vues, allant d'une au raz du sol, jusqu'à celle du dessus de la voiture, en passant bien sûr pour une vue intérieur (habitacle ou capot). Toutes ne sont pas jouables de la même manière. J'ai personnellement opté pour une vue extérieure du dessus, offrant une plus grande lisibilité du tracé. Ce dernier est affiché en course dans le coin inférieur gauche de l'écran. Sans indication directe sur la piste, cela est parfois chaud d’anticiper certains virages... Il faut donc en permanence garder un œil sur cette mini carte. Les véhicules, de cylindrées et de nationalités variables, sont certes moins nombreux que dans Gran Turismo (qui a vraiment besoin de 1.000 voitures d'ailleurs??), mais opte plutôt sur la qualité que la quantité, avec une modélisation, extérieure et intérieur, irréprochable. Le tout customisable (couleurs, blasons etc...).


Coté gameplay et prise en main, pas de soucis à avoir, les choses sont immédiates, avec un style très arcade et accessible. Un style qui me convient parfaitement, mais qui fera grincer certaines dents j'imagine. Le jeu n'est cependant pas totalement permissif, puisqu'il sanctionnera toutes erreurs de pilotage, de la touchette sur un autre concurrent jusqu'à la sortie de piste violente. Les sanctions iront d'un retrait de points (entre 100 et 500 à votre compteur), à la pénalité de temps, empêchant votre véhicule d’accélérer durant 3 secondes. Il faut donc être vigilent et surtout ne pas se la jouer trop bourrin, sous peine de se retrouver pénalisé en suite. Aux niveaux "rookie" ou "Amateur" cela ne sera pas vraiment dramatique, par la suite cela vous coutera peut-être la victoire. Mieux vaut donc être patient et attendre le bon moment pour dépasser un concurrent. L'IA a d'ailleurs souvent tendance à freiner un poil tôt dans les virages. C'est donc là une occasion idéale pour dépasser un adversaire. Mais l'aspiration est également un ennemi redoutable, que l'IA ne manque pas d'exploiter à chaque occasion. De petites flèches au bas de l'écran vous indiquent d'ailleurs les adversaires les plus menaçants. Contrer sera là aussi essentiel pour ne pas vous faire dépasser au moment de franchir la ligne d'arrivée.

Le jeu propose une difficulté croissante, globalement bien gérée et équilibrée. Les épreuves (plus de 200 en solo) se découpent en différentes catégories, allant du simple contre la montre en solo, à la course de 12 pilotes, en passant par un championnat constitué de plusieurs épreuves. Chacune de ces courses impose ses propres règles basées sur un ou plusieurs modèles de véhicule. Ouvrant ainsi certaines courses uniquement au VW, d'autres seulement aux petits modèles, etc... Pour chaque épreuve vous aurez également divers défis qui seront à remplir. Ces derniers, imposant d'arriver dans le Top 3, de faire le meilleur temps, de remporter un nombre minimum de points..., vous permettront en fin de courses d’engranger davantage d'Xp et ainsi de progresser plus rapidement, de débloquer de nouveaux véhicules et d’obtenir des distinctions. Vous pouvez également lancer des défis à vos amis.


Mais l'originalité de DriveClub, j'y arrive, c'est justement de pouvoir (et même devoir) créer ou intégrer un club. Ce club rassemble jusqu'à 6 pilotes. L'originalité c'est qu'il n'est pas nécessaire d'y jouer en même temps. Chaque fois que vous allez participer à une épreuve, vous allez engranger des points pour votre club, et ainsi le faire progresser, débloquer des items et des décorations, etc... Tout ceci indépendamment les uns des autres, tout en courant chacun avec un intérêt commun, votre club. Cela offre donc deux barres de progression. Une individuelle propre à chaque joueur, et une seconde, dépendant de tous les membres d'un même club. Cela rend donc les choses plus stimulantes, car vous roulez non seulement pour vous, mais aussi pour les autres. Et donc vos performances individuelles auront également une incidence sur celles du groupe auquel vous appartenez. Vous pouvez bien sûr aussi jouer en ligne face à d'autres concurents, ou lancer des défis à vos amis (ou à d'autres joueurs).

Je terminerai en vous informant, pour ceux qui l'ignoreraient encore, que tous les abonnés au Playstation Plus pourront avoir accès dès le 8 octobre 2014 à une version spéciale de DriveClub. Ni une démo, ni la version complète du jeu, mais une offre intermédiaire, qui vous permettra de profiter de bon nombres des fonctionnalités du titre malgré tout. Si par la suite vous souhaitez passer à la version complète commerciale, votre progression sera évidement conservée et votre profil également. Espérons que ce genre d'initiative se reproduira avec d'autres titres futurs.

VERDICT
Beau, sans aucun doute, complet, riche et exigeant (tout en offrant une conduite arcade fort accessible), DriveClub comble globalement les attentes que l'on avait mis en lui, et justifie donc au final son report de presque une année. Mettant en avant des fonctionnalités communautaires innovantes, et offrant un contenu alléchant, en proposant de nombreux modèles dont certains prestigieux, DriveClub s’impose comme une alternative, voire même une évolution, du modèle arcade de Gran Turismo. On prend ici beaucoup de plaisir à parcourir le jeu en solo, en équipe ou en ligne, et les possibilités sur le long terme s'annoncent intéressantes également. L'offre Playstation Plus proposant aux joueurs abonnés d'essayer le titre gratuitement est aussi une idée fort intéressante, qui devrait attirer les plus curieux, avant de peut-être eux aussi franchir le cap. Les plus exigeants regretteront quant à eux l'absence de profondeur du titre, dans les réglages et en matière de conduite, ainsi qu'une IA trop permissive, inhérent au choix délibérément arcade plus que simulation. Mais sur ce point il est forcément impossible de contenter tout le monde. J'en suis ressorti pour ma part pleinement conquis, le jeu proposant un équilibre maitrisé et un plaisir de jeu permanent, malgré un petit manque de variété sur la durée, donnant souvent l'impression de faire et refaire en boucle les mêmes tracés. Espérons que le jeu saura également évoluer sur ce point avec de futures mises à jour (gratuites), comme son modèle Gran Turismo.
15/20
 

0 commentaires:

Publier un commentaire