17 juin 2016

[Review] Steve Jobes, le test Blu-ray

Dans les coulisses, quelques instants avant le lancement de trois produits emblématiques ayant ponctué la carrière de Steve Jobs, du Macintosh en 1984 à l'iMac en 1998, le film nous entraîne dans les rouages de la révolution numérique pour dresser un portrait intime de l'homme de génie qui y a tenu une place centrale...

Loin de m'avoir convaincu sur l’intérêt de son existence, Steve Jobs (le film) dépeint l'homme derrière le succès tardif de la marque Apple comme un tyran mégalomane, imbu de lui même, et peu reconnaissant envers ses collaborateurs. Un homme abject en somme, ayant finalement accumulé les échecs commerciaux, jusqu'à l'iMac en 1998, tournant dans la carrière du visionnaire qu'il était et marquant (enfin) le début d'une succes story pour la marque à la pomme. Au-delà de ces faits déjà connus de tous, le film ne nous apporte que la vision singulière du réalisateur Danny Boyle lors de trois moments choisis. Un homme complexe, entêté et associable, convaincu de ces certitudes, que certains verront tel un génie, tandis que d'autres, à tort ou à raison, le trouveront détestable. Quoiqu'il en soit, artistiquement parlant "cet hommage" à l'inventeur de l'iPhone n'a objectivement que fort peu d'intéret, car il ne bâti ni ne démoli le mythe dont il nous parle.

STEVE JOBS, disponible dès à présent en Blu-ray et DVD chez Universal.

VERDICT : Si certains espéraient (ou craignaient...) un film à la gloire de la marque à la pomme, ils seront sans aucun doute déçus car Steve Jobs n'est rien de cela. Mieux comprendre le personnage complexe qu'était le visionnaire derrière le businessman par contre, voilà ce qui vous attend. Attention que ce film ne présente pas l'homme tel un génie, mais plutôt comme un être abject et détestable. Au final, sans grand intérêt. Coté technique, le premier tiers nous plonge volontairement dans un rendu rétro, granuleux et plutôt terne, avant de s'ouvrir vers un rendu plus esthétique et plaisant au grès des évolutions de la marque. Un choix artistique discutable. Du coté des pistes audio, la VO s'illustre en DTS-HD Master Audio 5.1, proposant un ensemble immersif et cohérent. La VF, DTS 5.1, ne manque elle non plus pas de prestance, bien que les séquences marquantes se comptent sur les doigts d'une seule main. Pour ce qui est des extras, vous trouverez ici un making of divisé en 3 parties, revenant sur les coulisses du film et la transformation de l'acteur Michael Fassbender. Un code Utra Violet est également inclus dans le boitier Blu-ray.
NOTE GLOBALE (Blu-ray/film)


0 commentaires:

Publier un commentaire