3 oct. 2011

[Review] "FIFA 12", le test PS3

Comme chaque année, la venue d’un FIFA donne lieu à de nouvelles sensations : perte des repères antérieurs, perceptions différentes, découvertes des dernières évolutions. L’an passé déjà, le système de déplacement à 360 degrés instauré par le très bon FIFA 11 avait grandement changé la manière de toucher le cuir. Pour l’opus 2012, EA nous avait promis de grandes améliorations au niveau du gameplay, et on peut dire que le résultat manette en main est pour le moins surprenant...

Graphiquement, il faut avouer que le jeu stagne un peu depuis deux ans. Bien que les animations soient toujours surprenantes de réalismes, et même si certains visages sont revus et corrigés, la modélisation de plusieurs joueurs laisse encore à désirer (l’égo de Cristiano Ronaldo risque d’en prendre un coup) et se dégrade d’avantage dès que l’on quitte les « hautes sphères » du football. Les menus ont quant à eux droit à un lifting qui a plutôt tendance à altérer leurs lisibilités et leurs légèretés. Quant aux commentaires d’ Hervé Mathoux et de Franck Sauzée, ils sont identiques à ceux de l’année précédente, hormis peut-être la citation des anniversaires des joueurs sur le terrain … dommage.


Cliquez sur les images pour les afficher en grand format.

Cependant, un des ajouts considérables de cette nouvelle version est le fameux « Impact Engine », permettant au moteur du jeu de véritablement gérer les contacts entre les joueurs. Grâce à lui, on peut notamment dire au revoir aux nombreux bugs de collision qui ruinaient certaines actions dans les anciens opus. La fiabilité de ce moteur de collision est ainsi à toute épreuve et permet d’augmenter de manière significative le réalisme du jeu d’EA Sport. Malheureusement, il semblerait que l’arbitrage soit quelquefois perplexe devant ce type d’actions imprévisibles. En effet, un tacle par derrière faisant voler l’adversaire dans les airs se soldera souvent par un carton rouge, mais de temps à autres l’arbitre ne siffle rien. A vérifier donc au long terme.



Le nouveau système de défense reste toutefois la véritable nouveauté de FIFA 12. Les années précédentes, maintenir un simple bouton enfoncé suffisait a ruer son personnage et ses coéquipiers sur le porteur du ballon. Les choses se compliquent cette année : le bouton « x » permet de couvrir l’attaquant mais aucunement de lui prendre le ballon. Il faut dès lors faire un choix, soit appuyer sur le « rond » et d’un coup de pied attraper le ballon, ou risquer le bouton « carré » et jeter son personnage au tacle avec tous les risques que cela comporte. Il est toujours possible de faire couvrir l’attaquant par ses coéquipiers (par l’intermédiaire du bouton « R1 ») mais il faudra ensuite rapidement prendre les choses en mains lorsque vous vous déciderez à agir. Cette révolution du système défensif est tout de même la meilleure chose qu’Electronic Arts pouvait offrir à son jeu. Grâce à elle, les sensations sont nettement plus réalistes : la vitesse du jeu a considérablement diminué, tous les joueurs offensifs ont enfin la parole (pas uniquement les Didier Drogba ou autres Cristiano Ronaldo) et les buts sont plus nombreux, malgré la rareté des occasions décisives.

De plus, le mode face-à-face en ligne prend une toute nouvelle dimension avec des coupes organisées, un système de progression plus attractif (possibilité de se comparer à ses amis en lignes, création de classements hebdomadaires, …) et des préparations de match mieux optimisées. C’est individuellement que chaque joueur prépare son équipe avant de rechercher un adversaire : c’est donc sur le terrain que l’on découvre son opposant ainsi que son choix d’équipe.

 
Cliquez sur les images pour les afficher en grand format.

Enfin, le mode « Ultimate Team » est mis en avant cette année. Payant pour l’édition 2010, téléchargeable gratuitement en 2011, il est cette année directement sur la galette du jeu. Rappelons que ce « jeu de carte » permet de constituer son équipe de rêve en gagnant des matchs et en engrangeant des points échangeables contre des paquets de cartes-joueurs plus ou moins coûteux. Il est possible de vendre, d’échanger et d’enchérir pour obtenir la carte rare. La présence de nombreux trophées spécifiques à ce mode est une tentative de l’éditeur de voir l’UT devenir vraiment populaire cette année.

(c) E.A. | Disponible dès le 30 septembre 2011 sur PS3, 360, PC, Wii, PS2, PSP et 3DS.

Sans renier le passé, cette révolution du gameplay de FIFA rend cette édition 2012 indispensable pour tous les fans du monde footbalistique et rappelle, une nouvelle fois, que les bons jeux de foot se construisent sur des détails et sur un équilibrage difficile à réussir.  Challenge relevé haut la main cette année, bien que certains détails inchangés (IA des gardiens, commentaires, lourdeurs des menus, …) devront impérativement être corrigés l’année prochaine. Vivement d’y être!

4 commentaires:

Un grand merci à Thomas pour ce test (fait dans les délais impartis en plus!) :)

Bon test et on sent bien la passion du joueur :)

FIFA!!!! ;-) Merci pour ce test!

Publier un commentaire