11 mars 2013

[Review] "Castlevania Mirror of Fate", le test 3DS

Castlevania - Lords of Shadow: Mirror of FateKonami
Disponible dès le 8 mars 2013 sur 3DS -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Se déroulant 25 ans après les évènements de "Castlevania : Lords of Shadow", "Mirror of Fate" révèle l’histoire des descendants de Gabriel Belmont, devenu à présent un puissant vampire du nom de Dracula...

Premier volet de la saga Castlevania à voir le jour sur  Nintendo 3DS, "Mirror of Fate" se montre assez différent de son modèle HD sur PS3 et 360. Beat'em all des plus classique ici, le scrolling horizontal est strictement de mise et peu de surprises viennent perturber notre progression en terme de visuel ou de level design. On apprécie cela dit le soin graphique apporté au titre, avec un rendu qui est, dans l'ensemble, particulièrement soigné, et au passage une mention toute particulière pour les cinématiques, splendides et affichant une 3D exemplaire. Je le dis assez peu souvent (car c'est assez peu souvent le cas), mais pour une fois il serait vraiment dommage de ne pas en profiter donc surtout n'oubliez pas d'activer la 3D!
La prise en main est quant à elle parfaite, les commandes vites intuitives (les combinaisons utilisant L et R + une des touches d'attaques demandent tout de même un peu d'entrainement avant d'être parfaitement synchrones), et le système de progression vous permettra de débloquer de nombreuses compétences et actions spéciales au fil de votre aventure. Vous collecterez également de nouvelles armes secondaires, dont vous ne manquerez pas bien sur d'abuser. Plusieurs niveaux de difficulté sont proposés (Facile, Normal, Difficile), et le jeu vous offrira l'occasion d'incarner divers personnages (je vous laisse la surprise du scénario, mais qui reste plutôt élémentaire cela dit).


●  une durée de vie honnête
●  visuellement réussi
  3D particulièrement séduisante
  ambiance sonore soignée
  quelques affrontements épiques
  peu d'originalité coté gameplay
  scrolling horizontal tout du long
  des QTE discutables
  scénario faiblard
  aliasing trop présent

0 commentaires:

Publier un commentaire