7 mars 2014

[Review] "Thief", le test PS4

THIEF | SquareEnix
Disponible dès le 28.02.2014 sur PS4, PS3, One, 360 et PC  -- Test effectué à partir d'une version review.

Garrett, le Maitre Voleur, surgit de l’ombre dans la ville. Un fléau mystérieux s’est abattu sur cette cité ou la malice du Baron règne par la peur et l’oppression. Sous la bannière d’Orion, la voix du peuple, les citoyens se soulèvent dans une révolution sanglante. Partagé entre politique et intérêts du people, entrainé au cœur d’un conflit de plus en plus complexe, Garrett ne peut compter que sur ses talents de Maitre Voleur. Avant qu’il ne soit trop tard, il lui faudra confronter un sombre secret surgi de son passé, qui menace d’anéantir le monde. Garrett n’a jamais payé pour quoi que ce soit, jusqu’à maintenant...


THIEF nous plonge dans une cité moyenâgeuse où, sous certaines contraintes, nous devons remplir diverses missions, ayant souvent pour but de dérober un objet précieux à son propriétaire. Pour ce faire, nous avons à disposition un arc doté de diverses flèches spéciales (perforantes, eau, feu, aveuglantes, étouffantes, etc...), ainsi qu'une matraque, nous aidant aussi à grimper sur certaines surfaces (l'arc sert quant à lui également de grappin, permettant d'accéder occasionnellement aux parties supérieures de la cité). La seule règle essentielle ici sera de toujours aborder vos missions avec la plus grande discrétion. Obscurité et silence seront ici les maitres mots. Une autre règle à ne pas perdre de vue, celle de ne jamais provoquer l’affrontement, le combat au corps à corps n'étant vraiment pas votre point fort. Dans THIEF tout a été pensé pour forcer, ou plutot fortement conceiller, le joueur à toujours privilégier l'approche en douceur et en finesse, même si le choix vous est bien sur offert d'opter pour une approche plus musclée si vous le souhaitez, mais à vos risques et périls... La trame scénaristique vous envera de mission en mission, dans une cité très (trop...) segmentée, mais vous aurez également la possibilité de participer à de nombreuses missions annexes. Chacun de vos larcins vous rapportera de l'argent. Grâce à vos gains, vous pourrez faire le plein de munitions, mais aussi de vie. Chez ces mêmes marchands vous aurez également l'occasion d'améliorer votre équipement ainsi que d'acquérir de nouveaux objets/gadgets, tout en affutant votre furtivité (améliorations vestimentaires). Tout cela est plutôt classique, mais néanmoins indispensable. Si le scénario ne brille pas par son originalité ni par sa limpidité, on saluera par contre l'excellent doublage FR qui nous est ici servi. On appréciera également de petits détails forts sympathiques, comme l'utilisation judicieuse de la luminosité sur la manette DualShock4 de la PS4, qui s’intensifie quand vous êtes en pleines lumières (et donc fortement repérable par les gardes), et qui se fait plus douce quand vous passez dans la pénombre. En jouant dans une pièce sombre, l'effet est garanti.



Malheureusement, bien que proposant bon nombre d'atouts et de bonnes idées, THIEF fait également le plein de défauts... Je vous en glissais déjà un mot plus haut, mais le scénario ne tient ici pas vraiment la route. Trop nébuleux pour vraiment convaincre, le joueur ne s'attache pas à l'histoire ni aux personnages, et c'est davantage machinalement que l'on enchaine les missions. Ces dernières se montrent souvent répétitives et du coup plutôt ennuyeuses. De plus, et c'est vraiment agaçant sur la durée, les chargements sont nombreux. Bien trop fréquents et surtout trop longs. La cité étant fortement segmentée, cela donne inévitablement lieu à des loadings à répétition. On regrettera aussi que l'I.A. ne soit pas plus aboutie. La prise en main n'est guère plus flatteuse, et le sentiment de liberté quasi inexistant, le jeu étant extrêmement cadenassé à ce niveau là. Impossible de monter aux murs ici comme dans un Assassin's Creed par exemple. Seuls certains accès le permettent, renseignés par une surface bleue lumineuse. Une totale aberration quand on y réfléchit bien. Enfin, et non des moindres, le niveau technique ne se montre guère à la hauteur d'un titre digne de la PS4. Après un Tomb Raider Definitive Edition exemplaire visuellement, Square Enix nous sert un jeu à peine plus beau que sur PS3, sans textures éblouissantes ni effets de lumières saisissants. Dommage, car le potentiel était bel et bien là, et les joueurs prêts à en découdre. Reste malgré tout une durée de vie plus que correcte, avec un challenge conséquent pour ceux qui se lanceront dans la collecte exhaustive de tous les trésors que renferme THIEF.
 

0 commentaires:

Publier un commentaire