23 juin 2014

[Review] "Moto GP 14", le test PS4

MOTO GP 14 | Milestone
Disponible dès le 20.06.2014 sur PS4, PS3, Vita, 360 et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Éprouvez toutes les sensations de chaque tour et détour des championnats MotoGP officiels avec Moto GP 14. Commencer tout en bas et tracez votre route vers le haut des tableaux de classement dans le mode carrière. Cinq classes de motos, 18 circuits différents, et de nombreux modes de jeu...


Vous êtes en manque de jeu de courses depuis que vous avez acheté votre PS4? Cela tombe bien, Big Ben Interactive nous propose de plonger dès à présent dans le championnat de Moto GP 2014 avec un tout nouveau volet de leur titre sur 2 roues. Seul jeu à bénéficier de la licence officiel Moto GP sur consoles (circuits, pilotes, écuries et sponsors officiels du championnat Moto GP), et pour la toute première fois sur console nouvelle génération, Moto GP 14 était très attendu par les fans. Seule la PS4 semble (bizarrement) avoir reçu les honneurs d'une version Next Gen (une version Xbox One suivra-t-elle plus tard?), alors que le titre est pourtant proposé dans une version PS3 et 360. Mettons ce mystère de coté pour le moment et concentrons-nous sur cette version PS4. Sans plus attendre, plongeons dans l'enfer du bitume pour décortiquer la bête et combler notre soif de pilotage. On découvre tout d'abord que de nouveaux modes de jeu font ici leur apparition. Vous pouvez par exemple maintenant vous lancer directement dans des défis revenant sur des moments clefs du championnat 2013, ou encore incarner des légendes du passé. De quoi booster encore un peu la durée de vie, déjà bien consistante vous allez voir. Mais tout ceci n'est pas l’essentiel du titre de Milestone bien sur. A coté des classiques modes Grand Prix, courses individuelles ou chronos, etc..., on trouve bien évidement le mode Carrière, et c'est bien ce dernier qui intéresse la majorité des joueurs. Après avoir créé (sommairement) votre personnage, en lui choisissant une visage parmi une poignée de stéréotypes, lui avoir donné un nom, un surnom, une nationalité et un âge, choisi la couleur de votre casque, le modèle de gants et de bottes que vous souhaitez (rien concernant la combinaison par contre...), vous voilà dès lors prêt à plonger dans la carrière de votre vie. Le jeu vous propose en suite de participer à un tutoriel afin de (tenter de) maitriser les bases du pilotage en moto. Je dois vous avouer que je me suis ramassé un nombre incalculable de fois en essayant de foncer (plusieurs modes et types de conduite sont possibles). On comprend alors que MotoGP 14 fait clairement dans la simulation plus que dans l'arcade. Heureusement, diverses aides au pilotage (assistance freinage et tenue de route) sont possibles en course, et cela facilité grandement les choses croyez-moi, même si cela bride probablement quelque peu les performances de pointe. Course après course, saison après saison, vous passerez d'un team à un autre (ou pas), et vous évoluerez dans les classements mondiaux, avec toujours comme objectif de remporter le titre de champion ultime. Mais gagner ne sera pas simple, surtout au début. Les objectifs devront être modestes dans un premier temps (atteindre la 15ème place sur 21 pilotes par exemple), collecter les packs d'amélioration pour votre moto (possible après un tour de piste), et gagner en notoriété. Le mode Carrière est un mode de longue haleine. Vous pourrez choisir de participer directement à une course (jour du GP), ou tenter de vous positionner en tête de grille via les qualifications (au début, votre matériel ne vous le permet pas, inutile donc de vous acharner). En course par contre, la moindre erreur se paie cash et il est souvent très difficile de regagner les places perdues, face à une IA correcte (mais parfois bizarre malgré tout). La météo joue également un rôle essentiel (paramétrable via les options de courses). La durée de vie se montre donc imposante vous l'aurez compris, et les puristes devraient aisément trouver avec MotoGP 14 de quoi leur fournir de très longues heures de divertissement (et de chalenges). Les différents mode de jeu, les objets/galeries à débloquer, ainsi que les trophées bien sur, seront autant de raisons de revenir vers ce titre, complet et copieux, sans oublier son mode en ligne, jusqu'à 12 joueurs.



Il n'y a pas grand chose à dire sur le plan du contenu, le paragraphe précédent vous en ayant fait l'éloge. Coté technique par contre, et d'autant plus sur PS4 j'imagine, MotoGP 14 aurait plutôt tendance à nous faire grincer des dents. Visuellement tout d'abord, il faut bien avouer que les clichés divulgués par l'éditeur avant la sortie nous avaient largement fait salivé (voir ci-dessous - clichés probablement tirés de la version PC), et qu'une fois "in game" les choses sont loin d'être aussi flatteuses. Les décors sont vides, les circuits sont fidèlement modélisés, certes, mais les textures sont globalement assez pauvres, et surtout les cinématiques d'intro (en début de jeu ou lors de la présentation des circuits) sont vraiment hideuses car pas en HD (même pas en 720p à mon avis, tellement c'est moche). Et cela choc, surtout sur PS4. C'est bien simple, graphiquement, on se croirait sur PS3, et encore pas dans ses meilleurs jours (GT6 étant bien plus beau en terme de comparaison). Le rendu reste correct en course, avec une distance d'affichage honnête, mais on s'attendait très clairement à une gifle graphique qui n'est pas au rendez-vous. La fluidité n'est pas non plus exemplaire, absence de 60fps oblige. De nombreux réglages, calibrages sont possibles, seul ou avec l'aide de vos ingénieurs via des questions/réponses simples (une idée judicieuse), mais les néophytes seront malgré tout un peu perdus là dedans j'imagine. Le coté trop "simulation" (à mon goût), imposant un pilotage exigeant (casse-cous fonceurs s'abstenir!), risque bien de ne pas séduire tous les joueurs. Enfin, les bruitages laissent quelque peu perplexe, avec un cruel manque de réalisme parfois (contrairement à ce que le jeu nous annonce sur la jaquette).
 


0 commentaires:

Publier un commentaire