31 oct. 2016

[Review] Dragon Ball Z Xenoverse 2, le test PS4

DRAGON BALL XENOVERSE 2 - Disponible dès le 28.10.2016 sur PS4, XB1 et PC
Test effectué à partir d'une version éditeur.

DRAGON BALL XENOVERSE 2 assure la relève du déjà culte DRAGON BALL XENOVERSE. Des graphismes améliorés vous promettent une immersion totale dans le monde le plus riche et détaillé de tous les jeux Dragon Ball jusqu'à ce jour. DRAGON BALL XENOVERSE 2 propose également une toute nouvelle ville principale et des possibilités de personnalisation encore jamais atteintes, ainsi qu'une multitude de nouvelles fonctionnalités et améliorations spéciales...

Une chose est certaines, les fans de l’œuvre de Akira Toriyama l'attendaient avec impatience cette suite de Dragon Ball Xenoverse. Après une premier épisode début 2015 (voir notre test de la version PS4) ayant su offrir un nouveau souffle au manga Dragon Ball en jeux vidéo tout en rencontrant un franc succès auprès du public, Dragon Ball Xenoverse 2 était logiquement très attendu au tournant, surtout que cette fois le titre sortait exclusivement sur les consoles de dernière génération (ainsi que sur PC), contrairement au premier volet qui était également sorti sur PS3 et Xbox 360. Après vous avoir livré nos premières impressions suite à la première bêta il y a quelques semaines, il est à présent temps de finaliser notre avis sur Xenoverse 2.

Premier constat, un effort graphique est ici à signaler sur les personnages. On se rapproche du coup encore un peu plus du rendu offert par l'animé, même si la qualité des décors reste fort variable suivant les environnements, avec énormément de recyclage dans les différents niveaux, dont bon nombre restent la copie conforme du premier. On appréciera par contre le couple 1080p/60fps, ainsi que la rapidité des affrontements, bien plus dynamiques la plus part du temps que dans Xenoverse premier du nom. Mention spéciale également aux différentes séquences de liaison, souvent sublimes.

Dès le début de l'aventure, la première bonne nouvelle à signaler est la possibilité de pouvoir ici transférer certaines de vos compétences acquises dans Dragon Ball Xenoverse vers votre nouveau patrouilleur du temps que vous allez devoir à nouveau créer de A à Z (impossible en effet de conserver le même perso dans Xenoverse 2). Vous ne pourrez cependant pas choisir quelles compétences et Super Attaques transférer, mais vous devriez tout de même pouvoir disposer de vos meilleurs attaques spéciales et ultimes, ce qui est loin d'être négligeable et constitue un sacré coup de pouce en début de partie (même si votre niveau de Ki ne vous permet pas encore d'en profiter pleinement). Vous pourrez aussi transférer votre dernière tenue (et accessoires) vers votre nouveau perso. Le reste de votre inventaire sera quant à lui converti en zenis et médailles. De quoi là aussi démarrer avec un joli pactole dans votre escarcelle. A noter que parmi les compétences impossibles à transférer se trouvent les transformations Saiyen 1 et 2 de Goku et Vegeta (malheureusement...).

L'autre élément avec lequel vous ferez rapidement connaissance, c'est la taille de la nouvelle ville, Conton City. Bien plus vaste que la précédente, vous pourrez d'ailleurs vous y déplacer en véhicules dans un premier temps (vous aurez l'autorisation de voler après avoir terminé l'arc de Freezer), ou bien de profiter de zones de téléportation, très utiles. Coté vie et contenu, on y retrouve les habituels marchands, les maitres qui vous formeront au combat, d'autres patrouilleurs que vous devrez affronter (pour obtenir entre autres les boules de cristal...) ou avec lesquels dialoguer pour apprendre de nouvelles choses utiles, activer de petites quêtes, etc... C'est également dans cette ville que vous pourrez lancer les différentes missions (principales et secondaires), sans oublier tout un tas de secrets à découvrir, pour obtenir par exemple de nouveaux équipements.

Pour ce qui est des combats, on constate assez rapidement que la recette n'a pas véritablement changé depuis Xenoverse, si ce n'est que l'ensemble se révèle plus fluide qu'auparavant (merci le 60fps), lors de poursuites ou d'enchainements/combos par exemple. Il reste essentiel de "locker" son adversaire (avec la touche R1) afin de ne pas s'y perdre, la caméra ayant une fois encore largement tendance à nous retourner dans tous les sens. L'I.A. m'a quant à elle semblé un peu plus réactive, avec des Super Attaques plus difficiles à placer lors d'enchainement. Les joueurs habitués au combat à distance vont donc peut-être devoir se forcer à la jouer plus souvent au corps-à-corps cette fois. Les I.A. alliés sont par contre très souvent de triples buses, qui jouent davantage les boulets que les soutiens.

Au sujet de la trame scénaristique, on retrouve quasiment, avec quelques variantes, ce que Xenoverse nous avait proposé. On a donc souvent le sentiment de refaire le jeu pour la deuxième fois, avec les incontournables arcs Saiyens, Freezer, Cell et Bou... Les quelques ajouts offriront néanmoins un peu de variété à l'ensemble. Coté évolution du personnage, tout comme dans le premier Xenoverse, vous remporterez de l'Xp en terminant les missions/quêtes principales (Histoire) et secondaires (via le hub). Cet Xp vous permettra de passer de niveaux et de récupérer au passage des points de compétences à attribuer à votre personnage. Une fois encore, ce sera à vous de les distribuer suivant votre style de jeu. Inutile donc de chercher à avoir un personnage parfaitement équilibré, ce ne sera ici non plus pas possible. Il vous faudra donc impérativement décider dès le départ vers quelle direction aller en "sacrifiant" l'un ou l'autre des attributs. Pour vous y aider, si vous êtes novice en la matière, je vous invite à lire notre guide pour débutant que nous avions mis en ligne lors de la sortie de Dragon Ball Xenoverse. Tous les conseils mentionnés restent de mise.

Techniquement, on ne peut honnêtement pas parler ici de révolution, même si, comme je vous le disais plus haut, le résultat est davantage convaincant dans certains domaines. Le plus regrettable étant sans doute les (très) longs temps de chargements que nous devons subir constamment (sauf dans la ville de Conton City, qui est à présent un espace totalement ouvert). On regrettera la quantité de décor et lieux juste copiés/collés (sans la moindre ugrade graphique ni extension), et un calibrage de la difficulté parfois très discutable. La partition musicale se contente quant à elle de reprendre globalement celle de l'opus précédent en y apportant quelques ajouts. Sachez enfin que vous aurez le choix entre un doublage anglais ou japonnais via les options, le tout sous titré FR bien sûr.


VERDICT
Les fans du premier Xenoverse retrouveront ici vite leurs marques, avec cela dit parfois le sentiment de rejouer un certains nombres de passages déjà abordés dans l'opus précédent (tant dans le mode histoire que lors des missions solo ou multi). Un scénario qui tente d'innover, certes, mais l'impression de déjà vu reste pourtant belle et bien présente, à quelques variantes près j'en conviens. Pour ce qui est du concept, peu de vraies bouleversements à signaler, avec des menus et des évolutions similaires, et la quasi totalité des attaques/équipements pompés du précédent Xenoverse (un transfert partiel de sauvegarde est d'ailleurs possible). On regrettera par contre un gros manque d'optimisation dans les chargements, qui sont bien trop longs et fréquents, ainsi qu'une difficulté fort mal calibrée (révisez vos noms d'oiseaux avant d'affronter, entre autres, Freezer ou Cell, c'est un conseil...). Sans là non plus parler de total refonte, on constate un léger upgrade visuel au niveau des persos, une dynamique accrue lors des combats (1080p/60fps oblige), ainsi qu'un contenu largement plus copieux (dont quelques nouveaux venus au sein du roster), mais le très grand nombre de décors recyclés de Xenoverse entache par contre indéniablement l'expérience et renforcent encore davantage le sentiment de "version 1.5" que l'on ne peut nier tout du long. Se montrant malgré tout plus généreux que son prédécesseur, Dragon Ball Xenoverse 2 réussi quoiqu'il en soit à convaincre, sans pour autant susciter l’euphorie de son ainé, avec cette fois l'effet de surprise en moins.

0 commentaires:

Publier un commentaire