21 nov. 2017

[Review] Outcast: Second Contact, le test PS4 Pro

Jeu d’action et d’aventure en open world qui emmène le joueur sur une planète extraterrestre aussi belle que dangereuse, où vous incarnez Cutter Slade, un soldat d’élite envoyé en mission sur Adelpha, lieu de vie d'une civilisation alien avancée. De vos choix et de vos actes dépendra la survie de l’humanité...

Concept très à la mode ces derniers temps dans le jeu vidéo (mais pas que), Outcast: Second Contact est le remake du jeu éponyme sorti à la fin des années 1990, développé par une équipe belge et édité chez Infograms à l'époque, qui deviendra par la suite Atari. Cette fois c'est chez Big Ben Interactive que la licence renait, dans un remake inspiré, mais qui tente pourtant de s’affranchir de son illustre modèle. Une version PS4/XB1 qui était donc attendue par de nombreux fans, comme vous pouvez l'imaginer.

Mais pourquoi une telle attente me demanderez-vous? Outcast est en fait le premier monde ouvert en 3D de l’histoire du jeu vidéo et donc un véritable pionnier des jeux d'action-aventure tels qu'on les connait aujourd'hui. A sa sortie en 1999 le jeu avait remporté plus d'une centaine de récompenses, dont celle du jeu d’aventure de l’année par le site GameSpot. De quoi attiser encore un peu plus notre envie de voir renaitre le jeu sur la génération de consoles actuelle. J'imagine d'ailleurs que les joueurs les plus jeunes ne jugerons pas ce titre au-delà de son simple aspect visuel. Les autres, trentenaires ou quarantenaires, s'attarderont sans doute un peu davantage sur le font, en espérant y retrouver un peu de "la magie" d’antan. Cette époque qui voyait encore Sony, Sega et Nintendo se livrer bataille sur le terrain des consoles de salon.

Ce dont je me rappelle quand j'avais essayé (on ne peut évidement pas parler de test, je ne faisais pas encore ça il y a 18 ans...) Outcast à l'époque, c'est d'abord une vraie sensation de liberté. Un ressenti qui n'existait pas à ce moment là dans le jeu vidéo dois-je le rappeler. Et puis une vie (on peut éventuellement approcher le terme de IA) grouillante autour de nous. Et je me souviens aussi du doublage FR, avec la voix de Patrick Poivey, doubleur attitré de Bruce Willis, qui rempile d'ailleurs ici pour ce remake (et on crie tous bien fort Merciiiii!).

La version 2017 se devait donc de recréer à la fois l'ambiance et l'originalité de ce monde extra-terrestre dans lequel nous devions évoluer, tout en le transposant aux standards actuels et ce sans (trop) dénaturer le produit original. Un sacré défis.

Coté scénario, on est ici dans la série B SF basique. Après avoir découvert un moyen de visiter des dimensions parallèles (non je ne citerai pas Stargate SG1...), une équipe de scientifiques perd le contact avec une sonde envoyée en éclaireur. Malheureusement, une erreur de calcul met en péril l’existence même de la planète Terre, qui pourrait être annihilée si Cutter Slade ne parvient à remettre la main sur le matériel égaré. Nous voici donc transportés dans le monde d’Adelpha, où notre héros est accueilli par les locaux tel une sorte d’élu envoyé des dieux. Des autochtones qu’il va bien sûr nous falloir aider avant de pouvoir remplir notre propre mission.

Coté gameplay, autant être direct, Outcast: Second Contact nous ramène plus d'une décennie en arrière. Rigidité des mouvements, déplacement calamiteux, sauts aproximatifs, et j'éviterai de vous donner mon avis sur les animations, elles aussi datant d'une autre époque. On ne constate pas non plus de grandes innovations ou idées de génie du coté de l'ergonomie ou des interactions possibles. Cependant, bien qu'en étant très scolaires, les choses se montrent plutôt complètes et donc au final suffisantes pour nous permettre de remplir nos divers objectifs. Vous pouvez ainsi scanner une zone, afficher une carte des lieux, profiter d'un système de dialogues fonctionnel (servant entre autres à interroger les habitants), ou encore une voix vous renseigne sur les objets à proximité.

Dans Outcast Second Contact les dialogues jouent un rôle crucial, ces derniers vous permettant de résoudre à peu près toutes les situations. Les combats pouvant quant à eux bien souvent être évités en faisant preuve de discrétion ou bien en usant d’un certain talent pour la gestion de crise. Un bon point qui rapproche cette version 2017 de son modèle de 1999 dans son fonctionnement. Mais elle s'en inspire peut-être même un peu trop, et ne parvient pas suffisamment à s'en détacher.

Bien sûr, c'est du coté des graphismes que le titre a le plus changé/évolué. La principale refonte étant, et ce très logiquement, visuelle. Tout a été entièrement refait à neuf. Comme je vous le disais un peu plus haut, même si on constate en effet de jolies textures coté décors, les animations sont quant à elles plus que rudimentaires, sans parler des visages des personnages, souvent atroces. C'est bien simple, on dirait de la PS2 remasterisée. C'est pourtant bien un remake et non un remaster. Du coup, graphiquement il faut bien reconnaitre qu'on est ici TRÈS loin des standards attendus sur Playstation 4 (et à fortiori sur PS4 Pro) en 2017 (presque 2018).

Coté audio par contre, on touche ici à la perfection. BO magistrale digne des meilleurs productions hollywoodiennes et doublage FR soigné (bien qu'un peu surjoué) assurent le spectacle. Si vous êtes plutot adepte de la version anglaise pas de problème, sachez que vous pourrez configurer tout cela dans le menu des options et y activer des sous titres FR au passage.

Notre avis:
Nous rappelant dans certains aspects l'ambiance de No Man Sky, du point de vue de l'approche et de la découverte en tous cas, Outcast Second Contact est un hommage respectueux d'un jeu vieux de deux décennies. Un remake réalisé avec une évidente fibre nostalgique. Un peu trop sans doute, car au final il ne parvient pas à choisir totalement son camp. Entre fidélité et singularité, les choses sont toujours un peu trop ou trop peu à coté de ce qu'elles devraient être. Les joueurs n'ayant jamais gouté à la version de 1999 le trouveront à coup sûr "vieillot", et les autres, pas assez "revisité". Dans tous les cas l'accomplissement semble inachevé et donc le rendez-vous un peu gâché. Pourtant, la bonne volonté est bien là. Avec un aspect visuel mis au gouts du jour, une interface repensée, une ambiance soignée, une BO et un doublage d'excellente qualité (VO et VF), les arguments en faveur de Outcast Second Contact existent indéniablement. Mais l’héritage de son ancêtre se montre malgré tout trop présent dans son modèle global que pour tenir la comparaison avec les références du genre en 2017. La carte nostalgie suffira-t-elle à vous attirer? A vous de voir.
6/10

0 commentaires:

Publier un commentaire