2 juil. 2011

[Review] "Resident Evil: The Mercenaries 3D", le test 3DS

Cela fait maintenant 3 jours que je ne décroche quasiment pas de ma 3DS (sauf pour la faire recharger, manger et dormir, tout de même…) afin d’explorer au maximum l’un des titres que j’attendais finalement le plus parmi ceux annoncés sur la nouvelle portable de Nintendo depuis son lancement ; j’ai nommé le très délicat et raffiné « Resident Evil: The Mercenaries 3D ». Après une bonne vingtaine d’heures passée sur ce titre d’action pure, aux graphismes affolants (la 3DS en a dans le ventre, c’est un fait accompli - Zelda 3D nous l’avait également confirmé), voici mon verdict...

Il est tout d’abord important de préciser que ce jeu n’est pas une nouvelle aventure en soi, ni un remake d’un titre déjà paru. Il s’agit ici d’un mode « Mercenaries » indépendant, jouable en solo ou en coopération deux joueurs (en local ou en ligne), comme le proposait en bonus RE5 et RE4 une fois l’aventure principale bouclée pour la première fois. Cette précision étant faite, nous pouvons donc entrer dans le vif du sujet.



Distribué par Nintendo et édité par Capcom, « Resident Evil: The Mercenaries 3D » puise essentiellement son contenu dans les épisodes 4 et 5 de la saga. Vous visiterez ainsi certains des lieux marquants de ces deux titres, et pourrez y incarner 8 des principaux protagonistes issus de l’univers « Resident Evil ». Huit seulement, et pas forcément les plus emblématiques malheureusement… Il manque par exemple Leon (RE2 et RE4), alors que l’on nous propose de jouer avec Hunk, un personnage bonus de RE2... Un choix discutable je trouve. Passons. Sont ici présents au casting : Chris, Jill, Rebecca, Claire, Barry, Hunk, Krauser et Wesker. La plupart d’entre eux devant être débloqué grâce à vos résultats dans le jeu, j’y reviendrai plus bas. Chacun possède bien sur un armement qui lui est propre, qu’il vous sera néanmoins possible d’inter-changer (après avoir débloqué ou acheté - via les pièces street pass - l’option correspondante), mais impossible malheureusement de configurer les trois emplacements d’équipement disponibles à votre guise. Krauser disposant par exemple d’un lance-rocket, Barry d’un puissant Magnum, et Rebecca d’une mitraillette, vous ne pourrez jamais hélas équiper votre personne avec ces trois armes ensemble (ni même avec deux d’entre elles). Un aspect tactique donc, qui prendra une part importante si vous souhaitez décrocher les meilleurs scores et ainsi tout débloquer dans le jeu.




Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

Je vous le disais plus haut, tous les personnages ne seront pas accessibles dès votre première partie, il vous faudra en effet les débloquer pour pouvoir ensuite les incarner. Le principe est assez simple : le jeu est divisé en 5 grands chapitres (le Level Ex. étant ici mis à part), et chacun d’eux sous divisés en plusieurs séquences (allant de 3 à 5). Pour pouvoir accéder au chapitre suivant, il vous faudra décrocher un rank B minimum pour chacune des séquences composant le chapitre en cours. « B » correspondant à la moyenne, puisque les classements s’établissent par ordre croissant : D, C, B, A, S, SS. Cela peut de prime abord paraître assez simple, mais dans les faits, une fois le niveau 5 atteint par exemple, les choses se compliquent franchement. Heureusement, la possibilité de parcourir la plupart des séquences en « duo » permet d’alléger quelque peu la difficulté, quoique… La possibilité d’inter-changer votre équipement avec un autre est également d’une aide précieuse (même si, à part pour les mouvements au corps à corps, il y a assez peu de différence entre les persos). Il existe aussi une collection d’aides vous permettant d’offrir certaines compétences à votre personnage (3 au maximum). Ces compétences spécifiques, qui se débloqueront elles aussi suivant vos résultats, l’aideront dans certaines situations, comme par exemple récupérer plus vite lors de phases critiques, recharger plus vite son arme, perdre moins de vie en cas d’attaque, maitriser les armes d’un certain type (pistolet, mitraillette…) etc… Chacune de ces aptitudes/aides peut évoluer sur 3 niveaux grâce aux points d’expérience que vous acquerrez au terme de chaque séquence. Là aussi, il ne vous faudra pas négliger cet aspect si vous souhaitez battre des records.

Enfin, et avant d’aborder le chapitre consacré à la démo de « Resident Evil Revelations » présente sur la cartouche, sachez que le jeu vous récompensera avec des Médailles, qui débloqueront à leur tour des aptitudes ou des costumes une fois avoir atteint un certain nombre. Il y en a 50 en tout. Certaines que vous décrocherez naturellement au fil de votre progression (terminer les chapitres ou jouer une partie en mode duo), et d’autres qui réclameront de réussir certaines actions particulières, comme faire exploser un bâton de dynamite dans les mains de celui qui projetait de vous l’envoyer, ne rater aucun tire au cours d’une mission etc… Ces Médailles peuvent être assimilées aux Trophées que l’on trouve sur PS3 ou 360. Je vous le disais aussi quelques lignes plus haut, des costumes alternatifs sont également à débloquer (un par personnage). Pour ce faire vous devrez par exemple réaliser certaines performances lors de certaines séquences, comme un rank S ou SS… bon courage.

Resident Evil Revelations (2012) - Cliquez sur les images pour les voir en grande taille

Impossible de ne pas en glisser un mot, « Resident Evil: The Mercenaries 3D » renferme en bonus une démo du très attendu « Resident Evil Revelations ». Si cette annonce m’avait fortement réjoui et avait même grandement participé à mon engouement envers ce titre, il faut bien avouer qu’une fois cette dernière bouclée, je fus quelque peu déçu… Non pas vis-à-vis de la qualité technique de la démo elle-même, qui se montre très rassurante et encourageante quant au rendu du jeu final, mais bien en ce qui concerne sa durée. Rien de très consistant (c’est le moins que l’on puisse dire), avec un contenu que vous pouvez boucler en moins d’une minute si vous sprinté, et qui n’excédera pas les 2 minutes 30, montre en main, en prenant votre temps. Il y a de quoi, vous l’admettrez, être un peu déçu. De plus, la démo ne nous apprend rien concernant la possible date de sortie du jeu, estimée cela dit raisonnablement pour 2012.

« Resident Evil: The Mercenaries 3D » est avant tout une jolie claque graphique, qui positionne la Nintendo 3DS comme une console portable de référence et non pas comme une simple DS 3D. Niveau contenu à présent, il vous faut être conscient de ce qui vous attend ici. En l’absence d’un mode aventure, le jeu s’adresse essentiellement aux fans purs et durs désireux d’en découdre avec leurs pires cauchemars, ainsi qu’aux amateurs de scoring qui seront ici très bien servis. Pour le reste, le titre est plus une vitrine technologique - au contenu limité - qu’un chapitre incontournable de la saga.

3 commentaires:

Un chouette défouloir, techniquement réussi, proposant un coop efficace.

Ok le jeu est du recyclage en terme de contenu, mais le résultat est vraiment superbe sur 3DS et le plaisir de jeu intense. Un achat que je ne regrette pas!

C'est par contre une honte qu'il soit impossible d'effacer sa save et donc de recommencer (ou de revendre) le jeu!!!

Publier un commentaire