2 oct. 2012

[Review] "Resident Evil 6", le test PS3

RESIDENT EVIL 6 | Capcom
Sortie le 2 octobre 2012 sur PS3 et 360 (et plus tard sur PC) -- Test effectué à partir d'une version review.

C'est aujourd'hui le grand jour, Resident Evil 6 est disponible depuis ce matin en magasins (en version standard, steelbook et collector). Attendu comme le messie par les milliers/millions de fans de la saga culte survival/horror imaginée par Capcom, ce sixième opus signe également un nouveau tournant dans la saga, avec un gameplay revu et corrigé, ainsi qu'une quadruple campagne solo (intégralement jouable en coopération, sauf les chapitres d'Ada Wong) d'anthologie.

Avant d'aller plus loin je tiens cela dit à préciser que je suis un fan de la saga depuis le premier chapitre sorti sur PSone. Tout en essayant d'être le plus objectif possible bien sur, il se peut donc que mon enthousiasme de "Resident Evil addict" l'emporte par moments. Quoiqu'il en soit, soyez certains que Resident Evil 6 s'impose objectivement comme l'un des tout meilleurs chapitres de la cultissime saga 'Survival Horror' de Capcom ; avec le premier bien sur, lui dors et déjà entré au panthéon du jeux vidéo.


Dès le début de l'aventure (pour laquelle aucune installation préalable sur le disque dur de la PS3 n'est nécessaire, le jeu gérant tous les chargements au fur et à mesure et quasiment en toute discrétion), comme ce fut le cas dans la démo, vous devrez choisir quelle campagne vous souhaitez parcourir en premier. Trois aventures totalement distinctes au demeurant, mais qui se rejoindront néanmoins ponctuellement. Une judicieuse ligne du temps -- visible dans la partie galerie vidéo -- permet d'ailleurs de mieux visualiser les différents croisements entre les 4 tracés. Car oui, il y a bien quatre aventures à parcourir ici et non pas trois. La quatrième se débloquera une fois que vous aurez achevé les trois autres. Cette ultime et intéressante (sans oublier séduisante...) vision des choses vous permettra d'incarner le personnage d'Ada Wong, personne découvert dans Resident Evil 2 et recroisé dans Resident Evil 4. Je n'en dirai pas davantage à ce sujet. Vous en aurez ainsi toute la surprise. Sachez juste que ce scénario est peut-être le plus intéressant des quatre...

Pour en revenir à ce que je vous disais juste avant, Resident Evil 6 vous propose de suivre en parallèle 3 scenarii, avec pour chacun d'eux un personnage principal. Vous incarnerez donc successivement Leon (de retour après un inoubliable Resident Evil 4 ayant marqué un premier tournant dans la série), Chris (version Resident Evil 5 plus que Resident Evil premier du nom), ainsi qu'un nouveau venu, Jake (fils de Wesker!). Chacun des trois livrent son propre style et surtout sa propre ambiance. Leon revient davantage aux sources du Survival Horror avec une atmosphère se voulant davantage lourde et angoissante, Chris sera quant à lui le penchant plus guerrier et militaire (on se croirait presque dans un Call of Duty par moments tellement ça canarde à l'arme lourde), et Jake quant à lui est une sorte de mixe des deux autres. Chaque partie pourra se jouer en coopération ou en solo, avec le choix entre deux personnages à chaque fois. Vous trouviez Resident Evil 5 monotone? Vous ne pourrez assurément pas faire le même reproche à RE6.


Coté contenu, la durée de vie est ici redoutable, avec pour chaque scénario 5 chapitres, qui prennent chacun entre une et deux heures pour être bouclés. Faites le compte, même en traçant, vous n'en viendrez pas à bout en moins de 20 heures (4 x 5 x 1 heure minimum). Des sauvegardes intermédiaires vous permettent heureusement de pouvoir quitter en reprendre par la suite un chapitre un cours. Chaque chapitre est jouable dans 4 niveaux de difficulté différents, et tous (sauf le scénario d'Ada) sont jouables en coopération deux joueurs (local avec écran splitté, ou en ligne). Globalement on peut dire que l'aventure reste, comme dans les précédents volets, plutôt linéaire, pas de miracle de ce coté là. Certains passages laissent cependant diverses options possibles, mais ce qui séduit avant tout c'est le coté assez vaste de la plus part des chapitres, se concluant souvent par un affrontement avec un boss (je ne vous en dirai pas plus, mais certains ont fait resurgir en moi des visions de cauchemars que je pensais ne plus jamais avoir à revivre...). Si vous avez comme moi joué tous les Resident Evil depuis le tout premier, et que je vous parle de Resident Evil 3, la première chose qui vous viendra à l'esprit sera sans doute le Némésis (S.T.AAAAA.R.S.!!). Resident Evil devrait donc vous rappeler des souvenirs (ou des angoisses... c'est au choix). De quoi sensiblement exciter votre palpitant cardiaque en tous les cas. Enfin, si les trois aventures sont belles et bien indépendantes, ces dernières se croisent et vous obligent même, de temps en temps, à refaire certains passages avec d'autres binômes. Attendez vous également à vivre un final mémorable... sur lequel je ne dirai rien de plus, pour ne pas vous gâcher la surprise, mais qui restera longtemps dans la mémoire des fans. Un mode "Mercenaries", comme dans RE4 et RE5, est également de la partie, ainsi que quelques nouveautés, comme le mode "Chasse à l'Homme", en encore la possibilité de créer et décorer votre Dog Tag. On retrouve aussi à nouveau diverses galeries, comme dans Resident Evil 5 (figurines etc...).


Coté scénario, si certains critiqueront le coté décalé et un peu facile, disons-le, de cette pandémie mondiale une fois encore causée par une contamination bactériologique (sans parler de Neo Umbrella...), restons crédible, le scénario est bien à la hauteur et n'est même finalement qu'un prétexte, on le sait tous. Cela dit, certains tirent mieux leur épingle du jeu que d'autres parmi les 4 proposés.

Au rayon des changements majeurs par rapport à RE5, on citera tout d'abord la possibilité de pouvoir enfin se déplacer en visant/tirant. Les mouvements conservent une certaine rigidité certes, mais l'ensemble en ressort malgré tout plus réactif et immersif. On peut à présent changer d'arme en faisant simplement défiler vers la droite ou la gauche, et accéder à certains objets et appuyant vers le haut ou vers le bas. C'est plus qu'un détails, croyez moi. L'inventaire a lui aussi subi un lifting, mais attention, s'il est consultable à tous moments, il ne met pas le jeu en pause (surveillez donc bien vos arrières...). La barre de vie se décompose à présent en plusieurs segments, qui se régénèreront parfois d'eux même (blessures légères), mais nécessiteront tout de même la plupart du temps un recours aux herbes et autres spray de soin. Une jauge de fatigue pour les affrontements au corps à corps fait également son apparition, Resident Evil 6 faisant la part belle aux QTE et aux finish moves. Enfin, vous collecterez tout au long de votre périple des points d'améliorations qui vous permettrons d’augmenter certaines de vos compétences après avoir acquis les badges correspondant. Un moyen d'améliorer par exemple votre résistance ou la chance de débloquer plus d'objet intéressants. Sachez que ces améliorations pourront aussi être activées pour les parties en ligne en mode Mercenaires.

Enfin, et non des moindres, Resident Evil 6 est intégralement doublé en français (!), et là c'est bien une première dans l'histoire de la saga sur consoles HD, puisqu'à ce jour seul Resident Evil Revelations sur Nintendo 3DS avait offert un doublage FR à un Resident Evil. Et je dois bien avouer que c'est assez perturbant... même si les voix choisies sont convaincantes (on reconnait entre autres la voix FR de Colin Farrell). Je conseille aux puristes de passer par les options pour mettre le jeu en anglais (il faut pour cela indiquer une autre région territoriale qu'un pays francophone), vous retrouverez alors les voix habituelles anglaises des différents personnages.

On retiendra une durée de vie colossales (4 scénarii, un mode coopération local ou en ligne, les modes Mercenaires, Chasse à l'homme...), une évolution notable du coté du gameplay, de l'I.A. (significative), du bestiaire, ainsi que de nombreux détails qui au final changent radicalement les choses, sans oublier un jeu intégralement doublé en français et des graphismes souvent flatteurs.

On regrettera par contre un aspect scénaristique peu recherché, l'obligation de faire certaines séquences avec plusieurs binômes, un rendu graphique parfois inégal, une maniabilité encore perfectible, et l'impossibilité de changer de langues sans passer par le menu général de la console.

Verdict: 9/10

1 commentaires:

J'ai l'impression que la série commence un peu à perdre de son souffle depuis le 4ème opus. Je n'ai pas encore essayé le 6 même la seconde partie de RE5 m'avait profondément ennuyé, me donnant l'impression de jouer à une autre franchise.

Publier un commentaire