27 janv. 2012

[Review] "Resident Evil Revelations", le test 3DS

Envoyés en mission de sauvetage par le BSAA après avoir perdu la trace de deux de leur agents, Chris Redfield et sa nouvelle partenaire Jessica Sherawat, Jill Valentine et Parker Luciani découvrent, en pleine mer Méditerranée, un paquebot fantôme. Une fois à bord, le duo se rend vite compte qu’ils ne sont pas seuls à arpenter les longs couloirs lugubres de ce bateau gigantesque...

Revenant aux origines de la saga en affichant un coté survival/horror bien plus marqué que dans les deux précédents opus (Resident Evil 4 et plus encore Resident 5 avaient fait le choix d’un gameplay ouvertement action, délaissant le coté horreur et survie des volets originaux), "Resident Evil Revelations" impose tout d’abord une ambiance, et c’est bien ça qui va lui donner tout son cachet. Ça, mais pas seulement. Ce Resident Evil original et développé exclusivement pour la nouvelle portable 3D active de Nintendo, réserve plus d’une surprise aux habitués de la saga. Du bon, du très bon, mais aussi quelques moyens défauts, sur lesquels je m’attarderai plus bas. Commençons tout d’abord par les bonnes surprises.

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que pour ne rien gâcher de votre plaisir de jeu, je ne dévoilerai ici que le strict minimum des méandres d’un scénario qui mérite d’être découvert et vécu sans rien divulguer des effets et rebondissements imaginés par Capcom. Je vais tenter d’y parvenir, même si, et ce malgré tous mes efforts, il me sera nécessaire de vous révéler certains éléments, mais c’est promis, rien d’essentiel et uniquement des éléments se rapportant au début de l’aventure.

L'ambiance de RE Revelations est un modèle du genre. Un véritable retour aux sources pour la série.

Comme je vous le disais plus haut, "Resident Evil Revelations" marque avant tout les esprits grâce à son ambiance renouant avec les origines de la série, et pouvant presque rappeler les angoisses qu’avaient su évoquer Resident Evil premier du nom, avec son manoir et ses monstres affolant nos tachycardes. Luminosité souvent minimale, munitions limitées, monstres surgissant aux pires moments (plus d’herbe pour se guérir ni de balles dans le chargeur), boss coriaces (mais pas très futés), bref, les raisons de paniquer seront nombreuses. Heureusement, à condition de ne pas en gaspiller, vous trouverez bien souvent ci et là de quoi recharger in extremis l’une de vos armes. Vous pourrez en porter 3 en même temps (armes lourdes), ainsi que plusieurs petites, de type couteau, grenades, mines etc… Vous gérerez votre arsenal via votre inventaire (menu/écran tactile), dans la limite des capacités de vos différentes sacoches à munitions (qui évolueront bien sur). Vous aurez aussi à disposition des coffres tout au long de votre parcours pour y stocker vos armes lourdes. C’est également via ces coffres que vous pourrez améliorer vos armes grâce aux kits que vous ramasserez. Trois améliorations en moyenne par armes sont possibles (certaines une seule, d'autres jusqu'à 6), mais attention car certaines ne sont à destination que d’un certain type. A combinez judicieusement donc. Vous modifierez ainsi la cadence de tir, la puissance, le nombre de balles tirées à chaque pression, ou encore les éventuels effets que pourront avoir les projectiles sur leurs cibles. Tout cela parmi bien d'autres et souvent avec plusieurs niveaux d'efficacité. Les améliorations les plus intéressantes seront évidemment les plus difficiles à décrocher, et pour cela il vous faudra obligatoirement passer par le mode "Missions". Dans ce dernier vous devez remplir certaines conditions pour décrocher diverses récompenses (armes, costumes, améliorations, etc…). Et dans le pire des cas, si vraiment vous êtres totalement à sec coté munitions, vous pourrez opter pour la manœuvre d’évitement (direction+B). Le timing devra être parfait. Bien pratique face à des créatures agressives vous barrant le chemin (inutile après tout de gaspiller vos balles si cela n’est pas vraiment nécessaire).

Un nouvel accessoire fait son apparition dans "Resident Evil Revelations", il s’agit du Nemesis. C’est une sorte de scanner qui vous permet de révéler l’emplacement d’objets cachés (munitions, herbes, améliorations etc…), mais aussi de scanner vos ennemis avant et/ou une fois vaincus afin d’accumuler des pourcents (en les scannant vivants cela sera plus fructueux, mais nettement plus risqué). Chaque fois que vous atteignez 100%, vous obtenez une herbe verte. Cela est un peu fastidieux, surtout quand les ennemis vous attaquent en nombre, mais cette méthode pourra dans bien des cas vous sauver la mise et vous permettre ainsi d’éviter le Game Over (Vous êtes morts...), synonyme au passage d’adieu au rank S en fin de chapitre.

Le jeu est en effet découpé en chapitres (et sous chapitres, avec divers "Check Points" intermédiaires), au terme desquels un classement vous est attribué (S, A, B…). Le temps mis pour terminer, mais aussi le pourcentage de tirs ciblés, ou encore le nombre de fois où vous êtes mort, sont ici pris en compte. Le même classement est aussi appliqué dans le mode "Commando", où une vingtaine de missions vous attendent, en solo ou en coopération (locale ou en ligne).



Au registre des autres nouveautés, l’une de celles qui m’a le plus surpris (car honnêtement je ne m’y attendais pas du tout) c’est de trouver dans les options la possibilité de changer de langue. Je ne vous parle pas ici de sous titres, mais bien de dialogues. Pour la toute première fois dans l’histoire de la saga, le jeu est intégralement traduit en français. Assez déconcertant de prime abord, on s’y fait plutôt vite, surtout que la qualité est au rendez-vous. On reconnaît d’ailleurs plusieurs voix connues, comme celle de Colin Farrell pour Chris par exemple. Bien sur, n’ayez pas peur, les options permettent de mettre le jeu en VO sous titrées FR, si vous le désirez. Toujours coté options, la cartouche propose cette fois 2 emplacements de sauvegarde, et chacune d’elles peut-être effacée, contrairement à "Resident Evil The Mercenaries 3D", pour lequel souvenez-vous, Capcom avait subi une avalanche de reproches.

Coté contenu, vous arpenterez le bateau en mode "Campagne", découpez en chapitres comme je vous le disais plus haut, dans lequel vous alternerez entre plusieurs histoires liées les unes aux autres (histoires parallèles et flashs back), mettant successivement en lumière divers personnages (Jill, Chris, Parker, etc...). La plupart des séquences seront en duo (ne comptez néanmoins pas trop sur votre partenaire pour faire le gros du travail...), mais vous serez néanmoins fréquemment amenez à vous débrouiller seul. A coté de ce mode "Histoire" exclusivement solo, un mode coopération 2 joueurs est aussi présent (Commando). Ce seront dès lors diverses séquences que vous pourrez parcourir (après les avoir débloqué en progressant en Campagne), en local (deux jeux et deux consoles sont requis) ou via le mode en ligne de la 3DS. Le mode "Missions", dont je vous parlais également plus haut, est quant à lui accessible via le menu principal, où via le menu d’accueil du mode Commando. Dans ce dernier vous aurez le choix entre divers personnages (14 sont à débloquer), costumes et configurations, comme c’était le cas dans The Mercenaries 3D. Un magasin vous permettra de dépenser les crédits collectés en Campagne et Commando (les pièces Street Pass pourront aussi servir à vous procurer certains items). C'est ainsi que vous vous constituerez un arsenal digne de ce nom, les armes par défaut étant plus que basiques. Vous récupèrerez aussi des objets intéressants en terminant chaque séquence (armes, améliorations etc...).

Il vous sera possible à présent de tirer même au sol. Ne perdez cela dit pas de temps pour vous relever...

Au registre des reproches que l’on pourra faire à "Resident Evil Revelations", je commencerais par des mécanismes inchangés. A nouveau il s’agira de trouver la clef permettant d’ouvrir la porte, pour laquelle vous devrez traverser encore et encore les mêmes lieux (voire même recommencer toute une partie avec un autre personnage...). Autre reproche et défaut récurant à la série, même si un effort de maniabilité a ici été fait, la rigidité reste de mise et notre personnage manque toujours de souplesse et de réactivité lors de certaines phases. L’interactivité reste là aussi limitée, et il n’est par exemple pas permis de sauter par-dessus une balustrade ou de monter sur un socle, sauf quand le jeu l’autorise pour les besoins du scénario. Ce type d’incohérence n’est pas digne d’un jeu vidéo en 2012 d’après moi. Enfin, et là c’est uniquement à ceux allant y jouer sans l’accessoire Circle Pad Pro que je m’adresse, il est vraiment très inconfortable de gérer à la fois le personnage et la caméra avec un seul stick. Le gameplay est du coup bien plus laborieux et contraignant, même si la fonction gyroscopique permet, il est vrai, de viser (une vue FPS est possible - à configurer dans les options). Cela reste néanmoins, à mon goût, anecdotique. J’en arrive donc à mon dernier point, l’accessoire miracle : le Circle Pad Pro, dont je vous invite à lire le test mis en ligne il y a déjà quelques jours. On peut ainsi, comme sur une manette de console de salon type PS3, gérer en même temps les déplacements de son perso et la caméra, ce qui est évidement l’idéal. Enfin, je terminerai en livrant quelques mots sur la 3D (on est sur 3DS après tout), en vous disant que cette dernière n’est pas véritablement flagrante et n’apporte que peu de chose de manière générale. Les séquences cinématiques y gagnent en relief, certes, mais dans le jeu cela gène plus que ça nous aide. J’ai donc vite désactivé cette fonction et cela n’a aucunement bridé mon plaisir, que du contraire.

(c) Nintendo/Capcom | Disponible dès le 27 janvier 2012 sur Nintendo 3DS.

"Resident Evil Revelations" sur Nintendo 3DS s’impose comme le titre probablement le plus fidèle aux origines de la saga depuis bien longtemps. Tenant compte des faiblesses de ses prédécesseurs et en tentant d’y apporter une solution crédible (en termes de maniabilité et de gameplay), on prend du coup un véritable plaisir à parcourir l’aventure, surtout que les graphismes sont globalement sublimes. Le scénario en lui-même n’est pas ici exceptionnel mais l’ambiance est par contre irréprochable. Le mode Campagne se boucle en une bonne dizaine d’heures et bénéficie d'un découpage variant judicieusement les ambiances et les types d'objectifs (même si certains aller-retour (ou second run) auraient pu nous être évités). L’ajout du mode Commando (proposant un mode coop 2 joueurs) ainsi que de nombreux défis (mode Missions) à relever augmentent significativement la durée de vie. On regrettera par contre que la 3D n’apporte rien de très probant et que le Circle Pad Pro soit quasiment indispensable pour un confort de jeu optimal.

3 commentaires:

YES! J'en étais sur. Un grand jeu! :)

Test très complet, sans spoiler, merci! ;-) Je vais me le chercher tout à l'heure ou demain. Depuis le temps que j'attends ce titre, j'ai hâte de pouvoir m'y plonger!!

Je ne comptais pas forcément acheter le Cicrle Pad Pro avec le jeu, mais après avoir lu ton article je vais sérieusement l'envisager...

Publier un commentaire