2 déc. 2013

[Review] "Assassin's Creed: Black Flag", le test PS4

ASSASSIN'S CREED IV: BLACK FLAG | Ubisoft
Disponible dès à présent sur PS4, PS3, 360, WiiU et PC -- Test effectué à partir d'une version review.

1715, les Pirates règnent sur les Caraïbes et viennent de fonder leur propre République où la corruption, l’avarice et la cruauté sont désormais monnaie courante. Parmi ces hors-la-loi, un jeune capitaine impétueux du nom d’Edward Kenway commence à se forger une flatteuse réputation. Mais si son combat pour la gloire et la fortune lui fait gagner le respect de pirates légendaires tels que Barbe Noire, il se retrouve aussi plongé au cœur de la guerre millénaire que se livrent Assassins et Templiers, une guerre qui pourrait détruire tout ce que les pirates ont construit...

Ce test est une adaptation de celui mis en ligne pour la sortie de la version PS3, les deux versions étant quasiment identiques en termes de contenu et de gameplay (le pavé tactile sert ici d'accès direct à la map). Visuellement par contre, la version PS4 surclasse de loin son jumeau PS3, avec une finesse notable des contours et des textures bien plus belles. Un des indispensables du lancement de la PS4, sans le moindre doute (pour ceux ne l'ayant pas encore achevé sur PS3 tout du moins).

Pour rappel, si vous possédez déjà la version Playstation3, vous pouvez acquérir la version PS4 pour 9.99€ via la PSN (disque PS3 requis).

-- Cliquez sur les images pour les afficher en grand format --





Assassin's Creed IV: Black Flag nous propose de vivre une épopée davantage axée sur l'aventure, et mettant très en avant le coté "maritime" découvert dans AC3 l'an dernier. Edward Kenway est un pirate charismatique, bien que très proche de Connor (son petit fils) dans de nombreux aspects. La map est ici énorme, et l'aventure principale très copieuse. Ubisoft a porté un soin tout particulier aux détails et à l'immersion, assurant une ambiance sans faille d'un bout à l'autre. Une fois encore une belle réussite à ce niveau là, comme toujours avec cette licence. Les quêtes optionnelles sont nombreuses, et vous aurez de quoi vous occuper entre deux missions imposées. Les acharnés voulant tout découvrir y passeront de très nombreuses heures. Comptez au bas mot une vingtaine pour parcourir la trame d'un bout à l'autre, sans vous attarder sur les missions secondaires. Facilement le double en cas d'exploration minutieuse. La réalisation est quant à elle en tous points splendide, tout comme le voyage qui vous attend d'ailleurs. Enfin, Ubisoft a une fois encore soigné le coté multi-joueurs, afin d'assurer une parfaite longévité à sa progéniture (attention, code Uplay requis).



Contrairement aux épisodes précédents, Assassin's Creed IV: Black Flag manque cruellement d'inspiration. Le scénario sonne globalement creux, et parait même secondaire, tout comme les aller-retours vers le présent, parfaitement dispensables. Les missions se révèlent vraiment répétitives sur la durée, et même très souvent peu inspirées. Encore et toujours les mêmes soucis de gameplay à signaler, avec quelques ratées en mode "free run" (accentués sur les navires) ainsi que des lacunes constatées du coté de l'I.A. également. Quant au thème de la piraterie, il rappelle vraiment trop ce que AC3 nous avait fait découvrir l'année dernière et que bon nombre avait trouvé ça "sympa" (mais delà à nous faire tout un jeu sur le sujet...). A mes yeux Black Flag sonne davantage comme un AC3 2.0 je trouve, et il nous faudra dès lors attendre AC5 pour, espérons-le, réconcilier les fans avec le coté historique de la licence, qui s'égare ici quelque peu en eaux troubles.
 

0 commentaires:

Publier un commentaire