11 déc. 2013

[Review] "Killzone: Shadow Fall", le test PS4

KILLZONE: SHADOW FALL | SCEE
Disponible dès le 29.11 sur PS4 -- Test effectué à partir d'une version review.

Trente ans ont passé depuis que les Helghasts ont dû fuir leur monde d’origine, dévasté. Désormais, les réfugiés vivent avec leurs cousins humains sur la planète Vekta. Une coexistence impensable que seule assure la muraille érigée entre les deux peuples. Mais après des siècles de guerre, les blessures peinent à cicatriser...

-- Cliquez sur les images pour les afficher en grand format --





Symbole de la transition entre "Current Gen" et "Next Gen" Playstation, Killzone: Shadow Fall est le fer de lance du line-up de la Playstation 4, lancée en Europe le 29 novembre dernier. Si Sony a choisi de mettre ce titre en avant plus que d'autres, c'est avant tout pour son incroyable vitrine technologique. Le titre développé par le studio Guerrilla en impose comme on dit, et il est évident que cela annonce dors et déjà du lourd pour la PS4 dans les prochaines années. Textures magnifiques (le rendu humide est particulièrement splendide), profondeur de champ hallucinante, effets de lumière et de fumée jamais vu sur console..., et la liste pourrait encore s'allonger sans problème tant les prouesses graphiques sont significatives. Pas de doute, la PS4 ouvre grande les portes de la Next Gen et tient à nous le prouver. Aussi superbe soit-il, Killzone Shadow Fall ne se contente cela dit pas de faire la démo technique, bien au contraire. Le jeu propose tout d'abord un solo d'une formidable richesse, affichant certes des visuels splendides, mais aussi et surtout un gameplay et un level design exemplaire. Proposant toujours diverses façons de franchir un obstacle ou d'aborder (ou d'éviter) un conflit, le jeu livre une véritable richesse là également. On découvre aussi pour la première fois les possibilités du pavé tactile de la manette DualShock4, avec ici une fonction de commande pour le drone qui sera votre équipier durant toute l'aventure. Un mouvement vers le haut et ce dernier plongera sous vos ordres dans la bataille, un mouvement vers la droite et il deviendra grappin, vers la gauche il neutralisera sans violence un adversaire, et vers le bas il piratera pour vous un terminal. Loin d'être un simple accessoire, ce drone sera bien souvent votre salut au cœur du chaos. En cas de mort, à condition d'avoir préalablement récupéré de l'adrénaline, votre drone pourra également vous réanimer. Pensez donc toujours à ne pas en manquer. Vous utiliserez les touches de direction pour scanner votre environnement, afficher les objectifs, ou encore ralentir l'action. Triangle vous permettra de changer d'arme (arme principale et arme secondaire), L2 permettant de viser et R2 de tirer. Classique. L3 vous fera sprinter, R3 donner un coup de crosse, carré pour recharger votre arme et rond pour vous accroupir (ou ramasser un objet). L1 sert lui à envoyer le drone et à le rappeler. Une prise en main plutôt classique, qui ne dépaysera pas les habitués du genre FPS sur consoles. Le multi se montre lui aussi très convaincant, avec un pannel de possibilités et de modes relativement conventionnels, le tout jusqu'à 24 joueurs. Notons qu'en multi le 60 fps constant est de rigueur, et cela se voit. Enfin, signalons que les graphismes profitent d'une bande son grandiose et assurent ensemble une ambiance fabuleuse. N'hésitez pas à brancher votre PS4 sur votre ampli, en DTS-HD 5.1 le spectacle est garanti!



En toute honnêteté, difficile de trouver à redire concernant Killzone Shadow Fall. On pourra éventuellement lui reprocher un équilibre parfois mal dosé quant à la difficulté proposé, avec certains passages vraiment très chauds (on meurt assez facilement ici, il faut bien le reconnaitre), et les poches d'adrénaline ne sont pas forcément légion. Il faut alors tout recommencer depuis le dernier "point de passage", qui ne sont pas toujours bien placés. Le doublage FR est correct dans l'ensemble (vous avez la possibilité de changer de langue dans le menu audio si vous le désirez, ainsi que d'activer ou non les sous titres FR), mais ce dernier n'est pas toujours irréprochable. Votre personnage porte quant à lui la voix française d'Edward Norton (ou encore Patrick Dempsey), et heureusement l'acteur/doubleur Damien Boisseau s'en sort plutôt bien dans cet exercice.
 

0 commentaires:

Publier un commentaire