27 janv. 2015

[Review] Saints Row: Gat Out Of Hell (DLC), le test PS4

SAINTS ROW: GAT OUT OF HELL (DLC) | Deep Silver
Disponible dès le 23.01.2015 sur PS4, XB1 et PC (aussi sur PS3 et 360) -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Après les tribulations spatiales de Saints Row IV, voici l'occasion d'abattre cette fois le diable d'une balle dans la tête. Prenez le contrôle de Johnny Gat ou de Kinzie Kensington et semez le chaos en enfer tout en essayant de sauver l'âme des Saints. Des célébrités historiques, de vieux amis, de très vieux ennemis, une arme qui parle, un vrai numéro musical et bien d'autres surprises vous attendent dans le monde ouvert de cette extension autonome...

Je dois tout d'abord vous avouer que je ne suis pas un habitué de la franchise Saints Row. Je n'ai d'ailleurs pas joué Saints Row IV lors de sa sortie sur PS3 et Xbox 360. Je découvre donc ce chapitre au travers de ce DLC "stand alone" (autonome, dans la langue de Molière) sans pré-avis d'aucune sorte. Je suis d'ailleurs assez heureux de pouvoir y gouter sur PS4, ma PS3 étant définitivement remisée et recyclée comme lecteur DVD/Blu-ray dans une chambre d'amis. Mais alors que je me faisais une réelle joie de découvrir ce GTA-like totalement barré sur ma console Next Gen, j'ai vite déchanté en voyant le rendu graphique de ce chapitre additionnel. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce n'est pas très beau, pour ne pas dire vraiment moche. La modélisation est souvent simpliste, les décors rudimentaires, les effets dépassés, sans parler de l'aliasing et du tearing (OMG!)... Tout cela commençait franchement mal (surtout sur console Nouvelle Génération), vous en conviendrez. On aurait dit un titre PS3, sans exagérer, et encore certains titres PS3 ont bien plus d'allure que ce "Gat Out Of Hell".

Mais la franchise n'est pas avant tout réputée pour son esthétique, mais bien davantage pour le fun qu'elle procure (c'est ce qui la distingue des autres titres du même genre). Et à ce niveau là, si on met de coté la médiocrité graphique ambiante, il faut bien reconnaitre que cet add-on ne lésine pas sur les "dingueries" en tous genres. Sans y rechercher une once de cohérence, on se tape véritablement un sacré délire. Des armes complètement loufoques, des véhicules totalement improbables, la possibilité de voler, etc... Les développeurs s'en sont manifestement donné à cœur joie. Par contre, difficile de ne pas signaler le manque d'inspiration en ce qui concerne les missions, souvent sans grand intérêt. La durée de vie (suivant la difficulté choisie), se situera entre 5 et 8 heures de jeu maxi. Une flopée de nouveaux trophées fait également son apparition, avec de quoi alimenter les délires des joueurs les plus passionnés. On regrettera enfin que la narration soit ici totalement secondaire, avec peu de vraies séquences de liaison, ainsi qu'un jeu intégralement sous titrés FR et non doublé. Heureusement, l'humour est quant à lui omniprésent, et cela rend notre voyage en enfer bien plus digest.

Sachez enfin qu'une version Re-Elected de Saints Row IV est également disponible sur les consoles Playstation 4 et Xbox One, proposant en plus de ce DLC le jeu Saints Row IV original et tous ses DLC, le tout remastérisé en HD sur les consoles de nouvelle génération.

VERDICT
Si d'un coté les joueurs PS4 et Xbox One peuvent se réjouir de ne pas devoir payer plein pot pour racheter Saints Row IV s'ils l'ont déjà joué sur PS3 ou 360 en son temps, le rendu proposé par ce DLC stand alone "Gat Out Of Hell" n'a quant à lui rien de bien fascinant... Simpliste et même plutôt moche graphiquement, les arguments de ce coté là sont assez maigres, il faut bien le dire. Coté fun et ambiance par contre, cet add-on ne faillit pas à la réputation de la licence et s'en donne même à cœur joie dans tous les domaines (mais où vont-ils chercher tout ça?). On regrettera néanmoins le peu de narration injectée, ainsi que le manque d'originalité quant aux missions proposées. A vous de voir donc si le concept vous attire, avant de mettre la main au porte feuilles. La pilule reste cependant difficile à avaler sur PS4/One tant l'esthétique semble vraiment dater de la génération précédente.
12/20
 

0 commentaires:

Publier un commentaire