3 avr. 2015

[Review] Bloodborne, le test PS4

BLOODBORNE | SCEE
Disponible dès le 25.03.2015 sur PS4 -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Une épidémie aussi étrange que soudaine a ravagé la vieille ville de Yharnam et rendu ses habitants fous. Découvrez ce qu’il s’est passé et partez à la recherche d’un remède dans ce jeu d’action / RPG sans concessions. Mais restez vigilant car le danger est omniprésent dans ce monde de l'horreur où la mort vous guette à chaque instant...

Suite à un léger retard de distribution des exemplaires review de la part de Playstation, c'est donc avec quelques jours de décalage que nous vous livrons notre verdict sur l'un des titres les plus attendus de ce début d'année, une exclu PS4 (de plus), le terrifiant Bloodborne, œuvre du studio japonais From Software. Si le nom de ce studio ne vous est pas inconnu, c'est peut-être parce que vous vous êtes déjà frotté à certaines de leurs productions sur PS3, les très exigeants Demon's Souls, Dark Souls et Dark Souls II. Si tel est le cas, vous ne pouvez avoir oublier cette expérience, définissant tout simplement le terme "Hardcore". Car en effet, Bloodborne se veut le digne successeur de ses illustres prédécesseurs, et From Software n'a pas manquer de répondre à l'appel des joueurs en manque de chalenge sur la console nouvelle génération de Sony. Mais il serait bien dommage de restreindre l'expérience Bloodborne à un "simple" niveau de difficulté, aussi exigeant soit-il, nous y reviendrons plus en détails ci-dessous. Bloodborne c'est aussi et avant tout une expérience de jeu intense et viscérale, qui devient rapidement obsédante tout autant qu'envoutante, réclamant de se dépasser sans cesse pour survivre et progresser, pas à pas, dans ce cauchemar néo-gothique fascinant.

Avant d'aller plus loin, je tiens à clarifier un point essentiel et du même coup peut-être "rassurer" certains joueurs au sujet de la difficulté affichée par Bloodborne. Je ne suis pas personnellement un adepte du sadomasochisme vidéo-ludique, loin de là (voir notre article [Divers] La difficulté dans un jeu vidéo, stimulante ou rébarbative?), mais si certains modes de difficulté - que l'on peut rencontrer parfois dans certains jeux pour accroitre artificiellement leur durée de vie - sont souvent rébarbatifs voire même frustrants, ce n'est pas tout à fait le cas ici, puisque Bloodborne est certes exigeants et punitif, mais le sentiment de frustration est quant à lui rarement présent, le joueur ayant davantage l'impression que l'échec est de sa faute, et pas forcément celle du jeu. On a donc encore et encore envie d'essayer, jusqu'à y arriver. Une sorte d'apprentissage par l'échec en quelque sorte. Sachez aussi que vous pourrez faire appel à d'autres joueurs pour venir vous aider en cas de besoin grâce à une fonction de coopération (en théorie tout du moins... nous y reviendrons là aussi plus en détails dans un des paragraphes suivants). Enfin, Bloodborne applique un système de sauvegarde lui aussi très exigeant, car peu de points de passage sont ici présents. A chaque fois que vous mourrez vous perdez tous vos échos de sang (sauf activation préalable d'un item spécial, en nombre limité), mais vous conservez par contre vos objets et améliorations acquis, ainsi que les mécanismes ayant été activés. Il vous sera cela dit possible de retourner sur les lieux de votre mort pour y récupérer les échos de sang perdus. Vous devrez pour cela refaire généralement tous le niveau et battre à nouveau tous les ennemis, jusqu'au boss (les points de passage étant souvent situés juste après un boss). Telle sera votre malédiction dans Bloodborne.




Il n'y a pas de secrets, une seule et unique technique fera de vous un survivant dans Bloodborne, il va vous falloir faire et refaire encore (des dizaines de fois) certains segments de la ville de Yharnam pour collecter des échos de sang, servant à augmenter vos stats ainsi qu'à acheter de nouveaux éléments (armes, munitions, objets de soins etc...). Si les premiers niveaux grimpent assez facilement (quelques centaines d'échos de sang suffisent), une fois la barre du niveau 20 atteint, chaque niveaux gravi sera alors bien plus gourmand (plusieurs milliers sont alors requis). Mais ne vous attendez pas à voir vos stats explosées pour autant. Chaque niveau augmente de une unité seulement vos points de force par exemple, et d'une vingtaine seulement vos points de vie. En passant du niveau 10 (celui de base) au niveau 25 par exemple, vos points de vie passent de 600-650 à 750-800 environs (cela dépend du choix de personnage que vous ferez en début de partie). Pas de quoi imaginer donc mettre une raclée aux boss récalcitrants. Vous allez donc devoir reproduire ce schéma des dizaines de fois avant de sentir une différence significative. Heureusement, vous pouvez également upgrader vos armes, en collectant des matériaux (rares) et en puisant dans votre bourse d'échos de sang. Ceci ne vous rendra pas nécessairement la vie plus simple mais devrait infliger plus de dégâts à vos opposants malgré tout.

Une fois le nombre d'échos de sang requis pour arriver au niveau suivant atteint, ne tardez pas pour allez voir la poupée (ou le marchand). Vous risquez en effet de les perdre à tous moment... Ne soyez pas non plus trop téméraire dans votre progression, cela ne paie pas en général. Plus que jamais, prudence est ici mère de sureté, sachez-le. Et même si les apparences peuvent vous le laisser croire parfois, vous ne serez jamais à l'abri d'une mort soudaine et violente. Ne surestimez jamais vos forces. L'excès de confiance (inévitable...) vous mènera d'ailleurs, plus d'une fois, à votre perte. Vous l'apprendrez bien assez tôt...

Et la coopération dans tout cela me demanderez vous? Pour pouvoir en profiter il vous faudra d'abord acquérir la petite clochette. Cette dernière se récupère durant les premières heures de jeu. La clochette sert alors à "appeler" un autre joueur à l'aide (à condition qu'un joueur soit dans votre secteur à ce moment là...). Personnellement, à chaque fois que j'ai tenté de l'utiliser, personne n'est venu. Ceci est donc très aléatoire (mais consommera néanmoins une unité de lucidité dans votre stock). En théorie ceci vous permettra donc de recourir à l'appuie d'un second joueur afin de franchir un cap difficile, comme un boss par exemple. Vous ne pouvez cela dit pas le faire de manière infinie, soyez donc très rigoureux dans l'usage de vos points de lucidité. Ces derniers serviront également (plus tard dans le jeu) de "monnaie" pour acquérir certains items spéciaux. Ne les gaspillez donc pas bêtement.


Le sujet de la difficulté pouvant être mis de coté à présent, abordons maintenant celui de l'univers délivré par Bloodborne. Probablement le plus important d'ailleurs. Volontairement, le joueur se retrouve projeter dans un lieu dont il ne connait pas grand chose, au milieu d'une ambiance sombre et lugubre, cauchemardesque même, peuplé de dangereuses créatures et distillant des informations au compte goutes, laissant le joueur face à de nombreuses questions sans réponse. Puis petit à petit les infos arrivent, souvent mystérieuses voire même énigmatiques. From Sofware semble en effet avoir choisi de renforcer par tous les moyens le sentiment d'insécurité du joueur, et cela fonctionne plutôt bien. Les quelques quêtes secondaires proposées donneront quant à elles l'impression illusoire que nous ne sommes pas tout à fait seul à arpenter ce territoire de chasse, mais cela ne sera vraiment qu'une impression. Vous croiserez au mieux quelques furtives rémanences d'âmes d'autres joueurs passés par là (leurs sépultures en témoignent également) si vous optez pour le jeu "en ligne", qui est très loin d'ailleurs de proposer un mode en ligne "traditionnel". On parle ici de davantage d'interaction via des messages postés, et la possibilité de faire appel à la petite clochette. Quelques PNJ sont également présents dans les ruelles de Yharnam. Ces derniers vous apporteront conseils et parfois aussi vous offriront des items rares. N'hésitez pas à interagir avec eux quand vous les croisez. Mais ne les attaqué surtout pas! Vous le paierez de votre vie...

Ne vous attendez pas non plus à recevoir l'aide d'un copieux tutoriel, ce dernier se résume ici au strict minimum, avec quelques messages ci et là au sol, qui vous livreront de précieux conseils, mais qui ne vous donneront pas toutes les clefs du gameplay pour autant. Vous allez devoir vous les approprier par vous même. Chacun peut cela dit laisser des messages à tous les autres joueurs, mais ceux-ci restent souvent trop nébuleux que pour être véritablement utiles.



Survivre dans Bloodborne est souvent une question d'équilibre entre l’attaque et l'esquive. Pas de réelle défense ici, mais davantage la nécessité d'une parfaite esquive conjointement liée à un irréprochable timing de contre attaque. Savoir se retirer au bon moment, sans allez jusqu'au coup de trop, qui pourrait vous être fatal. Voilà la recette idéale que vous devrez tenter d'appliquer constamment pour progresser et survivre le plus longtemps possible. La séquence idéale étant d'arriver à placer un coup de pistolet au moment où une créature (ou un boss) débute son mouvement d'attaque. Ceci aura pour effet de la paralyser durant un très court instant, juste assez pour initier une parade et ainsi lui infliger de lourds dégâts. Avec un peu d'entrainement vous devriez assez vite maitriser cette méthode, qui est sans aucun doute la plus efficace. Frapper un ennemi dans le dos est également plus rentable, tentez donc cette approche autant que possible. Pensez à "locker" votre adversaire avec R3, et servez vous aussi de la fonction "arme longue" grâce à L1, vous éviterez ainsi de trop vous exposer aux attaques de certains résidents récalcitrants de Yharnam.

L'avantage dans Bloodborne c'est que peu de chose sont ici aléatoires. Chaque créature reviendra toujours au même moment, au même endroit, effectuant toujours les mêmes attaques. Seuls les boss et les "Donjons Calice" dérogent à cette règle. C'est d'ailleurs pour cela que les boss vous donneront - de manière générale - autant de fils à retordre... Aucun d'entre eux ne sera une partie de plaisir, mais chacun à néanmoins un (ou plusieurs) point faible que vous pourrez exploiter. Une fois identifié à quoi il est le plus vulnérable (attaque en force, arme à feu, cocktail Molotov, coup chargé etc...), il faut ensuite mettre en place une tactique offensive. Trouver le bon timing, toujours garder un œil sur votre barre de vie, rester concentrer et surtout mobile. Pensez aussi à exploiter l’environnement, comme lors du combat dans le cimetière face au Père Gascoigne. Ce dernier ne pouvant briser les tombes durant la première partie du combat, restez derrière elles et utilisez votre attaque longue chargée pour lui infliger des dégâts. Si on peut se faciliter un peu la vie... pourquoi s'en priver? Face au boss, encore plus que durant le reste du jeu, la moindre erreur se paie cash.

Parmi tous ses atouts et qualités, on ne peut également que saluer la richesse et l'exemplarité du level design affiché par Bloodborne. Un modèle du genre. Même si ce n'est pas toujours une partie de plaisir, on ne peut qu'apprécier d'évoluer dans des décors majestueux, dénicher de petits (ou de grands) raccourcis qui nous permettrons de gagner du temps pour se rendre vers un boss par exemple, ou encore d'arpenter plusieurs routes menant toutes à un seul et même point. Rares sont les jeux proposant autant de génie à ce niveau là. Il est cependant dommage qu'aucune carte ne puisse être affichée.




Techniquement enfin, Bloodborne offre un univers néo-gothique remarquable, sans néanmoins impressioner visuellement plus que de raison. Le jeu est cela dit une belle réussite à la fois architecturale, mais aussi dans ses textures, ses animations. On pourra il est vrai reprocher une certaine rigidité au personnage (on s'y fait très vite cela dit), et un temps de réaction un peu long parfois (n'allant jamais assez vite en situation critique pour se remettre de la vie par exemple...), ou encore des soucis de caméra parfois (très) gênants, ainsi que des temps de chargement trop longs (From Software y travaille et devrait proposer bientôt une mise à jour pour améliorer les choses). Quoiqu'il en soit on ne peut objectivement que saluer l'immersion que nous propose Bloodborne.

Le bestiaire est lui aussi grandiose, d'une diversité incroyable, où chaque créature a ses propres mouvements, ses propres attaques, et ses propres points faibles. Vous n'aurez à aucun moment l'impression de déjà vu, et surtout jamais l'impression de pouvoir souffler. Le jeu ne vous en laissant jamais la possibilité. Affichant une fascinante diversité dans tous les domaines, Bloodborne est là aussi un exemple sans équivalence à ce jour, jusque dans la conception de ses boss d'anthologie. On notera enfin que le jeu est intégralement doublé en français (ce qui est une première pour un titre signé par From Software).

VERDICT
Extrêmement exigeant et ne laissant aucune place à l’approximation, Bloodborne fait indéniablement honneur à ses prédécesseurs signés par le studio japonais From Software. Nous plongeant dans un univers néo-gothique cauchemardesque, Bloodborne livre un gameplay où la moindre erreur de jugement se paie cash. Mourir et encore mourir, jusqu'à intégrer comment franchir l’infranchissable, voilà quelle sera votre malédiction durant des dizaines d'heures. Seuls les plus talentueux et persévérants en verront le bout, certes, mais tous, quelque soit votre niveau, ne pourront qu'admettre que Bloodborne est un joyaux vidéo-ludique servi par un level design remarquable et par une ambiance sans nul autre pareille. Une durée de vie consistante, rallongée par des "Donjons Calice" et par une rejouabilité quasi infinie. Alors oui certains auraient apprécié la présence d'un niveau de difficulté optionnel plus accessible, un système de sauvegarde plus rassurant, ou encore un mode coopération plus traditionnel, mais grâce à ça les "hardcore gamers" trouveront en Bloodborne le messie tant attendu sur la nouvelle génération. Quant aux autres, ceux découragés par la difficulté du titre, ils n'auront pas d'autre choix que d'abandonner, résignés, mais en étant bien conscients qu'ils laissent derrière eux un titre hors du commun.

0 commentaires:

Publier un commentaire