3 janv. 2017

[Review] Dead Rising 4, le test Xbox One

DEAD RISING 4 | Capcom
Disponible dès à présent sur Xbox One et Windows 10 -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

C'est la période des fêtes à Willamette, dans le Colorado, et une mystérieuse épidémie a envahi le Willamette Memorial Megaplex Mall ainsi que la ville environnante, qui se retrouvent infestés de zombies. Rejoignez Frank West et explorez un immense monde ouvert peuplé de nombreux dangereux prédateurs. Testez un million de façons de les tuer alors que vous chercherez à découvrir ce qui se cache derrière l'épidémie...

Après un troisième volet que bon nombre de joueurs auront vite fait d'oublier (moi inclus...), la saga Dead Rising avait sans aucun doute bien besoin de se refaire une réputation dans un genre qu'elle avait en quelque sorte elle-même instauré - le "zombie beat'em all" - avec les deux premiers volets. L'annonce de Dead Rising 4 (disponible en exclusivité sur Xbox One rappelons-le) fut donc en soit une excellente nouvelle, surtout que le casting nous laissait espérer le meilleur, avec le retour du héros iconique de la saga, l'inimitable Frank West. De retour aux commandes de ce qui s'annoncait comme l'ultime boucherie sur console, nous avions du coup très hâte de gouter à ce défouloir. Malheureusement, suite au décès inattendu de notre Xbox One (R.I.P.), nous avons du attendre la venue du Père Noel (et d'une toute neuve Xbox One S affichant 4K et HDR et proposant aussi la lecture des Blu-ray 4K!) pour être enfin en mesure d'évaluer ce quatrième chapitre vidéoludique de la saga. L'attente en valait-elle la peine, me demanderez-vous? Et bien comme vous allez vous en rendre compte, peut-être pas autant qu'escompté...

Au chapitre des bonnes nouvelles tout d'abord, outre le fait que l'on retrouve bien Frank West dans le premier rôle, jamais Dead Rising n'aura été plus défoulant et violant que cet épisode, grâce à une puissance démultipliée de nos attaques et des possibilités customs une fois encore totalement folles. On peut d'ailleurs aussi customiser les véhicules en les combinant avec nos armes. Autre excellente nouvelle, le multi-joueur, même si ce dernier n'est pas possible dans le mode Histoire et que la zone y est malheureusement limitée. Enfin, on appréciera une fois encore l'humour "série B", totalement assumée.

Mais cela ne suffit pas hélas... A coté de ce qui est plutôt une bonne chose faisant de Dead Rising 4 une sorte de retour aux sources pour la franchise, la prise en main se montre quant à elle parfois trop aproximative, le coté redondant lasse aussi rapidement le joueur, et le chalenge se montre ici bien moins motivant qu'il ne l'était précédemment. Quelques bugs sont également à signaler, ce qui n'aide franchement pas à valider l'ensemble, sans parler des boss, en aucune manière mémorables.


Et ce n'est pas tout à fait terminé, puisque coté technique, on ne peut pas non plus dire de Dead Rising 4 qu'il soit d'une beauté renversante. Au mieux à peine correct. Mais on était largement en droit d'en attendre d'avantage de la part de Capcom quoiqu'il en soit (même si peu de ralentissements sont cela dit à signaler malgré une affluence de zombies parfois conséquente).

Découvrez au bas de cette page la bande annonce de lancement pour avoir un aperçu de ce qui vous attend dans Dead Rising 4, avec des centaines d’armes et véhicules possibles.

VERDICT
Revenant aux sources et tentant de réconcilier les fans de la licence après un troisième opus manqué, Dead Rising 4 renoue tout d'abord avec son personnage emblématique, amenant avec lui l'humour qu'on lui connait, mais également un second degré scénaristique lui aussi caractéristique. Cela dit, après quelques heures de jeu cela finit tout de même par lasser, Dead Rising 4 ne proposant aucune vraie innovation, ni aucune réelle motivation au joueur non plus, y voyant simplement un bon défouloir, à apprivoiser de manière ponctuelle. Visuellement on ne sera pas non plus émerveillé, le titre se contentant à ce niveau là du minimum. Heureusement on peut saluer la venue d'un mode multi convaincant (même si trop limité), ainsi que, une fois encore, d'excellentes choses à expérimenter coté custom. A réserver cela dit aux inconditionnels du genre ou de la licence.

0 commentaires:

Publier un commentaire