13 juin 2017

[Divers] Etes-vous un Trophy Hunter compulsif?

Ayant récemment décroché le trophée Platine à Tekken 7 (découvrez d'ailleurs dès à présent notre test de Tekken 7 sur PS4), en seulement deux jours, je me suis moi même étonné d'avoir été happé par la fièvre de cette quête du Platinum Trophy que seuls les Trophy Hunters connaissent. Je ne suis pourtant pas un chasseur de trophées compulsif de manière générale. J'essaye certes de décrocher ceux qui sont à ma porté lors des nombreux tests auxquels j'ai la chance de prendre part, mais j'ai rarement le temps et l'envie d'aller jusqu'au Platine, Saint Graal ultime pour un grand nombre de joueurs sur Playstation 4, Playstation 3 et PS Vita.


Cela m'arrive pourtant, occasionnellement, d'avoir ce boost qui me pousse à dépasser mes limites et investir un temps souvent considérable dans cette quête purement vaniteuse, il faut bien le reconnaitre. J'ai dernièrement aussi "platiné" Horizon Zero Dawn (voir notre test), un jeu que j'avais plutôt bien apprécié et qui m'avait donné envie de l'explorer à 100%. Sinon, cela est vraiment très occasionnel en ce qui me concerne, avec davantage des titres coup de coeur, comme les Assassin's Creed (licence que j'affectionne énormément), ou encore le premier Uncharted, Resident Evil 5, ou Disney Infinity 3.0 par exemple. J'avais aussi platiné Tekken 6 à sa sortie, preuve que cette licence a bien une place spéciale dans mon cœur de gameur. Je garde aussi espoir de décrocher l'ultime trophée à Final Fantasy XV, jeu que j'adore, mais la quête de ce dernier est pour le moins longue est exigeante (comme pour beaucoup de ces trophées).

Pourtant, cette envie de le faire systématiquement pour tous les jeux par certains joueurs m'intrigue, je dois bien l'avouer. Y prend-t-on vraiment du plaisir? Et est-il vraiment possible d'investir autant de temps là-dedans tout en gardant encore une vraie vie sociale?

Pour la première des deux questions, je pense que oui car c'est à la fois grisant et stimulant de ce lancer un tel défi et d'y parvenir. Pour la seconde par contre, quand je vois des joueurs avec plusieurs centaines de ces Platines à leur compteurs (comme Hakoom Hakoom qui affiche un total de 1.200 trophées Patine !!), je me dis que cela représente tellement d'heures (et d'argent!) pour y parvenir, qu'ils doivent obligatoirement y sacrifier du temps qu'ils ne consacreront pas à autre chose. Faut-il du coup les vénérer pour cela? Certainement pas, car une vie sociale virtuelle, aussi stimulante soit-elle, ne pourra jamais remplacer un réel tissu social nourri par des rencontres physiques, des conversations enrichissantes, des évasions sportives, des découvertes culturelles etc...

Faut-il du coup condamner tous ceux qui s'y investissent? Pas forcément non plus. Vouloir terminer un jeu à 100% est quelque chose de parfaitement louable. Chose que la plupart des testeurs de jeux vidéo n'ont tout simplement pas le temps de faire en général. Le joueur lambda qui achète ses jeux et souhaite les explorer de font en comble est quelque chose de tout à fait logique. Se fixer dès lors comme objectif de décrocher le trophée Platine pour chacun d'eux est une démarche évidement valorisante. C'est en effet grisant de pouvoir s'en prévaloir et synonyme d'une évidente fierté, nul n'en disconvient. Tout est alors une question de dosage. Si vous achetez un jeu tous les mois ou tous les deux mois et que vous cherchez à le finir à 100%, il n'y a là rien de mauvais je pense. Si par contre vous y passez tout votre temps et que la quête des trophées Platine en devient une obsession allant jusqu'à vous faire acheter des jeux en japonais auxquels vous ne comprenez rien juste pour ajouter quelques uns de ces trophées à votre gamer tag, où cela va-t-il s’arrêter? Et surtout qu'elle en est l’intérêt s'il n'y a pas de plaisir de jeu derrière? C'est bien cette question qui me turlupine. Collecter des trophées juste pour le fait de les collecter, alors qu'il n'y a rien à y gagner (et parfois franchement aucune gloire à avoir terminé certains jeux narratifs japonnais), j'avoue que ça me dépasse totalement. Car soyons honnête, ces joueurs ne seront jamais les meilleurs. Il y aura toujours quelque part un joueur plus fort, avec plus de trophées, plus de jeux etc... Est-ce là devenu un statut social virtuel à part entière?

J'imagine que ce débat divise la communauté, entre ceux qui s'y abandonnent corps et âme, et les autres, comme moi, cherchant la performance de manière ponctuelle mais n'en font pas un "sport" à part entière. Et vous, qu'en pensez-vous?

0 commentaires:

Publier un commentaire