29 janv. 2018

[Review] Lost Sphear, le test PS4

Un jeune homme victime d’un phénomène inconnu se retrouve confronté à une force qui met la réalité en péril. Réveillez le pouvoir des souvenirs et récupérez ce qui a été perdu. Faites appel à différents souvenirs et transformez ce qui vous entoure au cours de cette aventure pour sauver le monde...

Jouant clairement la carte de la nostalgie et cherchant à faire vibrer auprès des joueurs la corde sensible du J-RPG d'antan, Tokyo RPG Factory, après nous avoir livré en 2016 I Am Setsuna qui avait su séduire son public mais sans pour autan susciter un engouement du feu de Dieu au sein de la communauté, nous revient donc un an plus tard avec une nouvelle licence mais à la recette très semblable, Lost Sphear.

Dès les premiers instants, on sait directement vers quoi le titre tente de nous embarquer. Scénario bateau aux allures de J-RPG classique: Après un mystérieux flash-back, nous voici aux commandes de Kanata, un jeune garçon tout ce qu'il y a de plus "oridinaire", qui se réveille un matin dans son village natal... Sans vous laisser explorer les lieux à votre guise, le jeu vous embarque alors dans une succession de scripts qui s'enchaînent les uns derrière les autres. C'est seulement bien plus tard, après avoir satisfait les demandes les plus inintéressantes des premiers villageois, que vous pourrez alors enfin retrouvez votre liberté d'action et accéder à la carte du vaste monde qui vous attend.

Une fois que vous aurez eu accès à la map et aurez pu consolider votre petite équipe fraichement créée, là débutera votre principale aventure, avec la disparition du village! Pour progresser dans Lost Sphear, il faudra dès lors collecter des "cristaux de mémoire" pour reconstituer pas à pas un univers en perdition.


Le système de combat se veut également old-school avec des affrontements au tour par tour, mettant tout de même l'accent sur les déplacements des personnages. En effet il vous faudra éviter de rester trop groupés pour ne pas subir des attaques de zones pouvant se révéler dévastatrices.

Grâce aux Exomechs, apparaissant plus tard dans l'aventure, vous aurez alors accès à une plus grand variété d'attaques élémentaires (mais attention que leur utilisation en combat s'avère très coûteuse...).

Pour le reste, Lost Sphear ne propose rien de véritablement novateur et se contente de jouer avec les codes du genre. Autant dire que les joueurs allergiques aux J-RPG en général ne changeront pas ici d'avis, c'est une certitude. Les autres, ceux appréciant les interminables dialogues et les combats stratégiques liés au concept même du tour par tour, devraient eux y trouver le compte, à défaut d'autres licences actuellement.


Visuellement le titre de Tokyo RPG Factory n'exploite clairement pas les capacités de la PS4 (et encore moins celles de la PS4 Pro). Attendez vous au mieux à un rendu digne de la précédente génération. Textures correctes, effets visuels soignés, mais des animations par contre vraiment old-school également, dans un style "mimi J-RPG" que les amateurs trouveront sans doute "charmant", j'imagine. Et puis du blabla, encore du blabla... comme toujours avec ce genre de production.

Pour rappel, Lost Sphear est dès à présent disponible sur PlayStation 4, Nintendo Switch et PC, en version boite et dématérialisée via les plateformes de téléchargement respectives.

Notre avis:
RPG un peu "vieillot" dans la directe lignée de I am Setsuna, Lost Sphear emprunte son gamplay et ses ambiances aux J-RPG d'antan (premiers Final Fantasy entre autres), trainant donc derrière lui les qualités mais aussi les défauts du genre. Pas vraiment soutenu par son scénario, souvent prévisible et du coup quelque peu ennuyeux sur la durée, Lost Sphear puise son principal intérêt dans son coté stratégique mais aussi son indéniable effet "old school", qui ravira les plus rétro-addict parmi vous j'en suis sûr. Pour le reste, son manque de modernité et de véritables "bonnes idées" n'en feront pas un jeu mémorable. Il reste cela dit agréable à parcourir si le genre J-RPG vous attire, à défaut d'autre licences à se mettre sous la dent.
7/10

0 commentaires:

Publier un commentaire