31 janv. 2018

[Review] Shadow of the Colossus (2018), le test PS4

Escaladez la bête gargantuesque pour découvrir sa faiblesse, et tenez bon pour en venir à bout grâce à votre lame, pourchassez 16 gigantesques colosses à travers des paysages merveilleux, avant de les affronter lors de combats épiques en 1 contre 1...

Annoncé lors de la conférence Playstation à l'E3 l'an dernier (un peu à la surprise générale il faut bien l'avouer), le remester/remake du grand classique de la PS2 Shadow of the Colossus arrive donc sur nos consoles PS4/PS4 Pro. Véritable remake ou plutot remaster de qualité, c'est ce que nous allons tenter de voir avec notre test, effectué sur une console PS4 Pro.

Un peu d'historique tout d'abord. Le jeu original Shadow of the Colossus est donc sorti sur Playstation 2 en 2005, puis fut proposé en version "remaster HD" en 2011 sur Playstation 3 avec son prédécesseur Ico, bénéficiant alors tous deux d'un joli lifting visuel (voir notre test PS3). Mais il est malgré tout légitime de se poser la question de l’intérêt de voir (encore) resurgir cette licence dans une troisième version en 2018. Certes cultissime pour beaucoup, l'oeuvre de Fumito Ueda mérite-t-elle de revivre à son tour sur PS4? Pas sûr que l'attente des joueurs ai dans ce sens et surtout que la demande soit véritablement présente. Surtout quand on se rappelle le succès plus que mitigé de The Last Guardian (voir notre test PS4), jeu certes merveilleux mais néanmoins atypique et assurément pas tout public. C'est là aussi une question essentielle à laquelle nous allons tenter de répondre.


Pour rappel, au cas où vous n'y auriez encore jamais gouté, dans Shadow of the Colossus vous devrez traquer et mettre à mort de gigantesque colosses, dont il vous faudra d’abord trouver le point faible afin d’espérer les vaincre. Entre aventure et réflexion, le jeu se contemple telle une oeuvre envoutante, quasiment inclassable tant elle semble unique (aux cotés de Ico et The Last Guardian).

Quoi de vraiment neuf au programme? Et bien honnêtement pas grand chose. Outre des graphismes évidements intégralement revus lui conférent un rendu bien plus Next Gen que ses prédécesseurs, cette version 2018 de Shadow of the Colossus est la strict copie conforme de l'original, proposant le même mixe d'action, de réflexion et de plateforme, avec qui plus est encore et toujours des problèmes de caméra (même si on peut là noter un mieux malgré tout). Un mode "Miroir" fait ici son apparition cependant (pour j'imagine bousculer les habitudes des plus familiers), ainsi que de nouveaux "collectibles" à récupérer (dont un nouveau costume) et un mode "Time Attack". Pas de quoi révolutionner l'expérience vous l'aurez compris.

Pour autant, faut-il bouder cette version 2018 de Shadow of the Colossus sur Playstation 4? Pas forcément, et surtout si vous ne l'avez encore jamais parcouru bien sûr. Ce titre faisant véritablement partie des incontournables de la ludothèque des exclus Playstation.

De plus, si vous avez la possibilité d'y jouer sur PS4 Pro, cela améliore encore un peu plus l'expérience de jeu, avec une résolution 4K, sans oublier l'ajout du HDR en prime. Pour les autres, ceux l'ayant déjà bouclé sur PS2 et/ou PS3 en son temps, l’intérêt est dès lors plus limité, à moins d'être un inconditionnel de l’œuvre bien sur.

Pour rappel, Shadow of the Colossus sera disponible exclusivement sur PS4 dès le 7 février 2018.

Notre avis:
Que vous optiez pour la version PS4 standard ou la version PS4 Pro, ce remake de Shadow of the Colossus se révèle en toutes circonstances ravissant et irréprochablement fluide. Bien sûr c'est sur Pro que vous flatterez le plus votre rétine, grâce à une résolution 4K splendide et l'apport du HDR venant offrir encore d'avantage de contraste à l'image, idéal par exemple si vous êtes adepte du mode photo. Pour le reste, cette version 2018 ne s'éloigne que très peu de l'original (ou de son remaster sur PS3), apportant quelques ajouts subtiles et discrets, mais sans jamais dénaturer l’œuvre de son créateur. Sans doute l'édition ultime d'une légende du jeu vidéo devenue intemporelle.
8/10

0 commentaires:

Publier un commentaire