16 avr. 2018

[Review] God of War, le test PS4 Pro

À la fois mentor et protecteur d'un fils déterminé à gagner son respect, Kratos a soudain l’opportunité de canaliser la rage qui l'a si longtemps alimenté. Inquiet du sombre héritage qu'il a transmis à son fils, Kratos espère pouvoir réparer ses fautes et effacer les horreurs de son passé, malgré le fait que ce dernier le rattrape...

Sans aucun doute, 2018 sera plus que jamais l'année des exclus AAA sur Playstation 4 (avec Detroit Become Human, Spider-man, ou encore Days Gone entre autres). Et la liste de ces exclus sur la console de Sony ne saurait être complète sans citer le grand retour d'une licence phare de la marque Playstation: God of War.

Si vous n'avez pas pu résister et êtes allé voir directement la note que nous avons attribué à God of War, vous savez alors déjà que nous avons adoré vivre cette expérience. Je vous invite néanmoins à lire cet article dans son intégralité afin de comprendre pourquoi nous avons été à ce point conquis par le retour de Kratos. Nous garantissons ce test sans spoiler. Bonne lecture.

Si aucun chiffre n'accompagne le titre, cela ne signifie pas pour autant que la saga subit un quelconque reboot ici, bien au contraire. Ce God of War est bien la continuité du récit de Kratos, le fantôme de Sparte, mais nous plongeant dans une réalité se déroulant bien des années plus tard. Une continuité certes, mais aussi un renouveau en profondeur, tant dans la forme que dans le font, pour au final nous livrer le God of War le plus abouti, celui auquel tous les fans avaient osé rêver un jour, sans trop y croire. Et pourtant Santa Monica Studio l'a fait! Voici donc notre test de ce titre qui frappe fort, très fort même, et ce dans tous les sens du terme.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je vous invite à découvrir (ou a redécouvrir) notre déballage et présentation du magnifique press kit que nous a envoyé Playstation avec notre exemplaire test du jeu. Nous les en remercions encore infiniment.

Un récit plus sombre, mature et narratif.

Les précédents épisodes rentraient tous dans la catégorie beat'em all et ne faisaient pas vraiment dans le détail, avec un focus largement dirigé Action. Ce God of War nouveau reste bien sûr lui aussi avec une large plage dédiée à l'action (combats de boss épiques, vagues d’ennemis récurrentes etc...), mais offre maintenant aussi au joueur une bien plus grande liberté de mouvements, et pas que dans les déplacements, avec de la stratégie lors des affrontements, différentes approches possibles, une dualité père/fils à prendre en compte et qui aura son importance durant et en dehors des combats. C'est d'ailleurs cette relation entre Kratos et son fils Atreus qui sera le fil conducteur de cette œuvre vidéoludique, tout simplement digne des meilleures productions du genre, nous rappelant d'ailleurs bien souvent l'inoubliable The Last of Us signé Naughty Dog. Une profondeur narrative inédite pour la franchise, avec un récit à la fois sombre et mature, centrer sur la relation compliqué entre le jeune fils désireux de prouver sa vraie valeur et son père essayant, maladroitement parfois, de le former.

Vous serez ici plongé dans un monde semi-ouvert, ne vous offrant pas la pleine liberté certes mais vous laissant tout de même suffisamment d'espace et d'options sur le terrain pour fouiller, explorer, et peut-être même vous y abandonner par moments. Le jeu regorgeant d'objets cachés et de coffres secrets à découvrir, vous n'aurez donc de cesse d’arpenter chaque recoin dans le but d'y apercevoir une lumière verte, vous renseignant sur la présence probable de quelques pièces à ramasser, ou la découverte d'un lieu caché vous laissant espérer un objet rare.

God of War se montre donc plus profond, plus travaillé (dans tous les domaines, je vais y revenir) que ses prédécesseurs, et ne sera pas ici une simple succession de couloirs comme auparavant. Vous devez l'aborder d'avantage comme un Uncharted ou The Last of Us, avec le même genre de libertés et de contraintes, et chose plus étonnante, tout aussi maitrisé du point de vue de la direction artistique. Indéniablement Santa Monica Studio a réussi son pari de mettre à jour la licence God of War , de la moderniser tout en lui permettant de conserver son âme et son background intactes. Un pari audacieux et risqué, mais assurément brillamment relevé.

Des changements majeurs, tant dans la forme que dans le font.

Pour ce qui est de la forme, le précédent paragraphe vous l'explique largement je pense. Concernant le font, God of War devient en 2018 un vrai Action-RPG, où il vous faudra à la fois gérer l'évolution de vos personnages (Kratos et Ateus) mais aussi votre équipement. Suivant vos affinités, vous choisirez plutôt de favoriser la force ou la défense, les attaques à distances ou au corps-à-corps, ou encore le soutien à l'arc d'Atreus. Pour ce faire vous devrez faire évoluer vos armes/équipement en combinant argents et matériaux. Régulièrement durant le jeu vous aurez la possibilité, via divers PNJ, de dépenser vos deniers, à condition de posséder les items requis. Des orbes spécifiques vous permettront également de booster les compétences de votre équipement, là encore dans le but de faire davantage de dégâts ou bien de renforcer votre protection (aussi bien pour Kratos que pour Atreus). Concernant votre barre de santé, il vous faudra là par contre dénicher des items spécifiques à récupérer dans des coffres scellés, qui s'ouvriront seulement si vous parvenez à briser les sceaux qui vous bloquent l'accès.

God of War c'est aussi une nouvelle mythologie. Fini la Grèce Antique et place à présent aux Dieux nordiques, à Asgard et ses légendes, libérant un bestiaire inédit et offrant de nouveaux et splendides environnements glacials, entre autres. Mais pas que, puisque vous aurez régulièrement aussi à visiter des lieus intérieurs, eux aussi de toute beauté. Régulièrement vous serez confronté à des énigmes. Jamais insurmontables, ces dernières vous réclameront la plupart du temps un bon sens de l'observation et une certaine logique. Ne rappelez par exemple pas trop tôt votre hache, sous peine de devoir recommencer la manœuvre... (vous comprendrez de quoi je parle en jouant).

Le gameplay a pour l'occasion été totalement revu lui aussi bien sûr, pour le plus grand plaisir du joueur d'ailleurs. Fini de matraquer bêtement les touches pour sortir des combos automatisés. Suivant le niveau de difficulté pour lequel vous opterez (quatre sont ici proposés), vous devrez faire preuve de plus de stratégie face aux adversaires les plus coriaces. Un peu à la manière d'Assassin's Creed Origins, vous devrez à présent apprendre à bloquer, esquiver et contre attaquer au bon moment, en optant suivant les points faibles de votre adversaire pour une approche armée ou à mains nues, et sans jamais négliger le soutient que pourra vous apporter Atreus et son arc.

Le système de combat mais aussi de déplacement a été totalement revu, avec même la possibilité pour le joueur de choisir le type de caméra qu'il souhaite. Fixe ou mobile, suivant différents réglages dans le menu des options.

Les possibilités d'interaction avec l’environnement pour Kratos et Ateus sont multiples, mais vous ne pourrez en déclencher certaines qui si le contexte l'autorise. Comme un saut par exemple. Spontanément il ne vous sera pas possible de faire sauter Kratos où et comme bon vous semble. Cet élément de gameplay assez étrange, dans un premier temps du moins, se fait cela vite oublier. Ceci limitant le joueur dans son exploration, qui ne peut passer au dessus d'un tronc d'arbre ou d'un rocher que si cela est réellement nécessaire (objet secret à découvrir par exemple). La touche correspondante apparaitra alors à l'écran si une interaction est possible. Le reste du temps vous pourrez franchir un précipice ou passer au dessus d'un obstacle simplement en appuyant sur la touche "rond" de la DualShock 4. C'est également cette même touche qui servira à ramasser les objets parsemant votre parcourt, attirant votre attention par un halo de couleur verte, bleue ou rouge, suivant la nature de l'élément.

Une aventure solo en duo.

Vous ne serez jamais vraiment seul dans God of War. Si vous êtes aux commandes de Kratos la plupart du temps, l'aide d'Ateus sera un soutien non négligeable tout au long de votre périple. Ce dernier vous servira tout d'abord de radar à certains moments. C'est en effet lui qui ouvre la marche en général. Un bon moyen de savoir si vous êtes sur la bonne piste ou si vous arpentez un chemin secondaire, pouvant parfois vous mener à d'intéressants trésors cela dit. Il vous rapportera également de l'Xp à chaque fois qu'il déchiffrera certaines runes. C'est l'un de ses talents. Mais c'est lors des combats que votre fils vous sera le plus utile sans aucun doute. Il pourra en effet lui aussi infliger des dégâts, aux boss entre autres, grâce à son arc. Une compétence qui nécessite un temps de charge mais qui vous sera bien précieuse, croyez-moi. Vous laissant alors le champ libre pour infliger des dégats avec votre hache. Une arme redoutable que vous pouvez lancer à distance sur un ennemis (ciblez avec L2 et tirez avec R1 ou R2), avant de la rappeler avec la touche "triangle". Tout comme moi vous oublierez sans doute vous aussi parfois de la rappeler... Vous devrez alors vous débrouiller au corps à corps en attendant (R1 et R2), ou bloquer avec la touche L1, ou encore esquiver avec X. Les attributs lors des combats dépendront des compétences que vous aurez préalablement débloqué bien sûr.

Une fois sa jauge de rage pleine, vous pourrez également déclencher un état de furie en appuyant sur L3+R3. Durant quelques instants Kratos deviendra alors plus fort et pourra logiquement infliger davantage de dégâts à ses adversaires, effectuant par exemple de grands sauts venant ensuite fracasser le sol. Cette jauge prenant un long moment à se charger, je vous conseille de réserver votre rage pour les combats de boss.

Un jeu splendide sur PS4 Pro en 4K (HDR).

Indéniablement, Santa Monica Studio nous prouve avec God of War que ses équipes maitrisent la puissance de la PS4 Pro jusque dans ses plus infimes retranchements, avec ici tout simplement l'un des plus beaux jeux vidéo auquel il m’ait été offert de jouer à ce jour (tous supports confondus).

Si vous avez la chance de pouvoir bénéficier d'un écran 4K HDR et d'une Playstation 4 Pro, vous allez vivre une expérience visuelle extraordinaire, je vous le garanti. Deux modes de jeu s'offrent alors à vous, l'un favorisant la résolution (4K), l'autre davantage les performances (fluidité). J'ai pour ma part opté pour la résolution (+HDR) et n'ai sincèrement constaté aucun ralentissement ou baisse de framerate significative pour la cause. Il me faut également préciser que le jeu ne présente absolument aucun temps de chargement in-game. Une prouesse en somme vu la qualité de l'expérience proposée. Un chargement raisonnable est cela dit nécessaire en début de partie, mais rien de bien scandaleux, je vous rassure.

On ne peut bien sûr que s'émerveiller face au rendu des textures, tant sur la peau, les muscles, les visages, les vêtements, le sol ou encore les nombreux effets de lumière, qui rendent cette expérience tellement incroyable et immersive. Quelle splendeur!

On peut aussi saluer la travail de doublage réalisé, ce dernier se montrant lui aussi très solide et convaincant, tant en version française qu'en version originale. Sachez que vous pourrez à tous moment switcher d'une version à une autre, et d'activer ou non les sous titres dans la langue de votre choix. Enfin je ne peux terminer cet article sans saluer la superbe BO, tantôt puissante, envoutante ou onirique. Un petit bijou également.

Sachez pour conclure que le jeu est disponible exclusivement sur Playstation 4 à partir du 20 avril 2018, en édition standard, limitée et collector. Cette dernière incluant une magnifique statuette mettant en scène Kratos et Ateus.

Notre avis:
Toute la difficulté pour la licence était de garder son identité, son background, tout en modernisant les fondamentaux. Et quand on voit le résultat, c'est indéniable, God of War renouvelle bel et bien la saga en faisant d'un symbole du beat'em all un exemple moderne de l'Action-RPG. Soutenu par une technique irréprochable, une direction artistique grandiose, une durée de vie consistante, et un vrai chalenge (pour peu que l'on accepte de se frotter aux niveaux de difficulté les plus exigeants), God of War est sans aucun doute LE JEU que tous les fans attendaient depuis son annonce à l'E3 en 2016. Que ce soit dans son action ou dans sa narration, Santa Monica nous propose ici un voyage inoubliable, incontournable, au Royaume de la mythologie d'Asgard. Un pari audacieux, relevé au-delà de nos plus folles espérances. Il ne reste qu'une seule chose à dire: Foncez!
10/10

0 commentaires:

Publier un commentaire