5 févr. 2020

[Review] Dragon Ball Z Kakarot, le test Xbox One/PS4

Revivez l'histoire de Goku et des autres guerriers Z dans DRAGON BALL Z: KAKAROT ! Menez des combats épiques et découvrez la vie dans le monde de DRAGON BALL Z : combattez, pêchez, mangez et entraînez-vous avec Goku, Gohan, Vegeta... Au cours de votre progression dans l'histoire, explorez de nouvelles zones, vivez de nouvelles aventures et tissez des liens étroits avec d'autres héros de l'univers de DRAGON BALL Z...

Depuis trois décennies maintenant (et plus encore si on prend en compte les tout premiers jeux sortis au Japon dans les années 80), les adaptations vidéo-ludiques de l'œuvre majeure d'Akira Toriyama succèdent les unes aux autres chez nous. Sur Super Nintendo pour les premières, jusqu’aux consoles de dernière génération pour les plus récentes. Le plus souvent se furent des jeux de baston purs et durs. Mais l’ère Xenoverse est venue quelque peu changer la donne.

Et c’est dans cet esprit que Dragon Ball Z Kakarot voit à présent le jour sur PS4, Xbox One et PC, offrant aux fans de Goku et ses amis une occasion supplémentaire de se replonger dans les arcs principaux de la cultissime saga, sous un regard plus RPG cette fois. Alors DB Kakarot est-il la révolution tant attendue ? C’est la question à laquelle je vais tenter de répondre dans ce test, effectué sur une console Xbox One X.

Débutons tout d’abord par poser le décor. Je suis un fan assidu de la saga, découverte à l’époque du Club Do, comme beaucoup d’entre vous j’imagine. Je me suis ensuite plongé dans les mangas, mis à collectionner divers objets et figures, ainsi que prolongé l’expérience avec Dragon Ball Super (dont le Tome 10 arrive d’ailleurs très prochainement chez nous). On peut donc dire de moi que je suis un « connaisseur » de l’univers signé Toriyama. J’attendais donc beaucoup de Kakarot, et surtout qu’il se distingue drastiquement des autres jeux existants, ayant pour crainte qu’il ne soit qu’un « recyclage » du gameplay de Xenoverse sous un nouvel emballage purement cosmétique.


S’il y a bien une chose que l’on ne pourra pas reprocher à Dragon Ball Z Kakarot, c’est sa liberté scénaristique. Le jeu se présente même comme étant, sans le moindre doute, le plus fidèle de tous à ce niveau-là. Les différentes scènes cultes que vous croiserez dans Dragon Ball Z Kakarot sont reproduites avec fidélité et l’immersion est dès lors totale. Sans parler du rendu visuel, souvent splendide sur un écran 4K. C’est d’ailleurs bien plus joli que l’animé original. Les designers ont fait un travail remarquable pour donner vie à ces séquences. On peut également ajouter que ce sont ici la plupart des doubleurs originaux qui ont prêté leurs voix en japonais. On aurait bien aimé profité aussi d’un doublage français de cette qualité pour l’occasion, mais vous n’aurez ici malheureusement le choix qu’entre anglais et japonais.

Quand je vous disais que Dragon Ball Z Kakarot retranscrivait l'intrigue originale à la lettre, ce n’est pas tout à fait exact. Le jeu de CyberConnect2 va tout de même plus loin que ça en étoffant la mythologie officielle de la série. Des trous sont comblés et des éclairages inédits sont ici fournis au sujet de certaines scènes ou personnages connus. Via des scènes trouvées dans la campagne principale ou des quêtes annexes, le joueur peut par exemple comprendre pourquoi Chaozu a décidé de se faire exploser pendant le combat contre Nappa. Il peut aussi découvrir de qui C-16 tient ses traits, ou encore apprendre la raison de la présence d'humains à l'apparence d'animaux dans le "Dragon World". Des petits plus que les fans apprécieront tout particulièrement.


Néanmoins, aussi sympathique que soit ces petits « extras », nous permettant de revoir au passage certains plus rares tels que Oolong ou Tao Paï Paï, ces missions annexes ont la fâcheuse tendance d'être d’ennuyeuses quêtes Fedex, n’nécessitant bien souvent d'aller chercher des objets ci et là et de les ramener à votre point de départ. Vu les temps de chargement impliquant le passage d’une zone à une autre, on ne peut s’empêcher de trouver cela finalement dommage et même dommageable.

Il est à présent temps d’aborder le gameplay de Dragon Ball Z Kakarot. Ce dernier est découpé en deux parties. La partie exploration et la partie combat. Cette dernière ne devrait pas trop déstabiliser les joueurs familiers à Xenoverse 1 & 2, puisque ce sont globalement les mêmes mécaniques que l’on retrouve ici. Charge de Ki, poursuite, évitement/téléportation, enchainements au corps à corps ou encore attaques spéciales dans une vaste arène en 3D, les habitués devraient donc rapidement trouver leurs marques. Avec ici aussi, pendant certains combats, la possibilité d’être accompagné d'un ou deux personnages de soutien qui se battent de manière autonome mais qui peuvent employer deux techniques à la demande et qui ont également la possibilité de réaliser des attaques combinées.


RPG oblige, il y a cependant ici un coté plus communautaire à tout ce petit monde, vous obligeant à associer certains persos ayant plus d’affinité les uns avec les autres et à développer ces liens afin d’avoir ensuite accès à divers bonus, attaques spéciales etc… Je vous avoue que cet aspect m’a paru un peu confus dans un premier temps et je n’y avais donc pas accordé de réelle importance. Mais en progressant on se rend alors vite compte que cet aspect du gameplay est bien un élément crucial. Sans quoi vous risquez fort de vous retrouver dans l’incapacité de progresser sereinement dans l’aventure.

A chaque personnage, gentil comme méchant, est associé un niveau et diverses statistiques. Du côté des personnages jouables et des personnages de soutien, diverses actions hors combat peuvent être effectuées pour faire grimper les différentes statistiques : consommer de la nourriture, créer des associations d'emblèmes de personnages sur les différents tableaux communautaires et "faire des cadeaux" à ces mêmes emblèmes. Les explications données à ce sujet en début de partie sont relativement vagues et les développeurs auraient certainement pu trouver un meilleur moyen d'expliciter la chose. Quoiqu’il en soit, il vous faudra en passer par là et prendre le temps nécessaire pour assimiler ces concepts.

Notre verdict:
Si vous cherchez un jeu basé sur l’univers Dragon Ball Z dans lequel revivre avec splendeur les moments les plus marquants de la saga culte d’Akira Toriyama sur font de RPG, ne cherchez plus, Kakarot est LE jeu qu’il vous faut. Visuellement superbe, riche en quêtes et suffisamment complet (et complexe) pour vous occuper durant plus d’une bonne cinquantaine d’heures, vous devriez trouver ici de quoi combler vos attentes. On regrettera cela dit que le système de combat soit un peu trop calqué sur celui des épisodes Xenoverse, parfois confus et à la prise en main douloureuse. Surtout après Dragon Ball FighterZ qui restera longtemps comme LA référence en la matière. Malgré ça, la copieuse dose de fan service, les voix japonaise originales, la BO officielle de l’animée, la fidélité au manga et les quêtes ajoutées venant étoffer la trame narrative sont quant à eux autant d’éléments qui font de Dragon Ball Z Kakarot un réel incontournable pour tous les fans de Goku.
8/10

0 commentaires:

Publier un commentaire