29 avr. 2014

[Review] "Metal Gear Solid V: Ground Zeroes", le test PS4

METAL GEAR V: GROUND ZEROES | Konami
Disponible dès le 29.03.2014 sur PS4, PS3, One et 360 -- Test effectué à partir d'une version commerciale (boite).

Metal Gear Solid V: Ground Zeroes est un prologue à Metal Gear Solid V: The Phantom Pain. Cette mise en bouche se déroule environs un an après les évènements de Metal Gear Solid : Peace Walker. Vous incarnez le combattant légendaire, Snake (connu sous le nom de Big Boss), et serez chargé d’infiltrer le Camp Omega dans lequel Paz et Chico sont retenus captifs. Ces otages détiennent des informations clés sur Snake et son organisation militaire privée. Il est donc impératif de les récupérer au plus vite...


Une fois n'est pas coutume, c'est avec un peu de retard que nous vous présentons notre test d'un jeu, pourtant très attendu. Les raisons de ce retard sont multiples: Tout d'abord, Konami ne nous a pas fait parvenir d'exemplaire review (mauvais signe?). Nous avons donc du acheter nous même notre exemplaire (ça tombe bien, je ne voulais pas de version dématérialisée pour MGSV:GZ). N'ayant pas reçu de version test de la part de l'éditeur, cet article ne faisait donc pas partie des priorités rédactionnelles. J'ai même failli ne pas vous le livrer, je dois vous le confesser. Cela dit, étant actuellement plus ou moins à jour coté tests, je me suis finalement lancé dans l'aventure "Ground Zeroes" ce weekend, quasiment un mois après la sortie du jeu donc. Je l'ai d'ailleurs fait avec une certaines appréhension vu la quantité de tests vus et lus ne faisant pas les éloges de ce prologue. Je reviendrai sur les points négatifs dans le paragraphe en dessous, et vais ici me concentrer sur les points positifs de ce Metal Gear Solid V: Ground Zeroes sur PS4. Tout d'abord, il faut lui accorder un rendu graphique splendide en 1080p et 60fps (sur PS4, car sur les autres consoles, c'est clairement une autre histoire...). Les missions nocturnes et sous la pluie sont d'un réalisme remarquable. Textures magnifiques, effets de folie, distance d'affichage irréprochable, Kojima s'est une fois encore surpassé. L'ambiance sonore n'est elle non plus pas en reste, avec des thèmes signés une fois encore Harry Gregson Williams, et un doublage de Snake par l'acteur Kiefer Sutherland ("24"). Coté gameplay, les choses ont là aussi subi un sérieux lifting, avec une prise en main bien plus intuitive et réactive qu’auparavant. Les choses sont plus fluides, plus naturelles, et la plupart des petits défauts inhérents à la série des MGS semble à présent appartenir au passé (ouf!). Les règles restent quant à elles inchangées. Ce sera encore et toujours de l'infiltration à très haute dose, intransigeante et ne laissant aucune place à l’approximation, et ce même en niveau de difficulté "normal". La richesse de "Ground Zeroes" ne tient pas dans sa mission principale, qui ne représente d'ailleurs que 9% de l’accomplissement final. L'intensité de "Ground Zeroes" se situe dans ses missions annexes et dans ses quêtes secondaires. La collecte d'écussons XOF ou celle d'enregistrements audio par exemple. Le coté nostalgique n'a pas non plus été oublié, bien au contraire. Les 9 blasons XOF disséminés un peu partout dans le camp sont d'ailleurs le clef d'une mission nommée "Déjà vu", vous permettant de revivre des scènes cultes de Metal Gear Solid sur PSOne. Une fois cette mission accomplie avec succès, vous aurez alors accès à un bonus vraiment intéressant, car Snake prendra alors l'apparence du Snake original, tout comme les gardes et d'autres captifs sur l'île. De quoi se motiver à boucler ce "Déjà vu", mais attention, car seuls les plus connaisseurs de MGS auront accès aux skins rétro... (pensez à faire un tour sur le net avant de débuter le questionnaire, ça peu aider). Personnellement j'ai vraiment vécu "Ground Zeroes" comme une sorte de tutorial avant le "vrai" MGS5, qui ne devrait pas arriver jusqu'à nous avant 2015. De quoi constater l'évolution graphique (incontestable) et aussi celle du gameplay, même si "Ground Zeroes" ne laisse aucun doute quant au niveau d’exigence que "Phantom Pain" imposera. Il va falloir s'entrainer les gars!!



On a pu lire quantité de reproches sur "Ground Zeroes". Certains étaient plainement justifiés, d'autres un peu moins. Une chose est certaine, la durée de vie de "Ground Zeroes", si on s'arrête à son aventure principale, ne pèse pas très lourd. En ayant cherché les 9 XOF, en m'étant fait repérer un certains nombre de fois, et en ayant tout fouillé de font en comble, j'ai bouclé mon premier run en 140 minutes. Il faut reconnaitre que la map n'est pas bien vaste. C'est après ça que le véritable potentiel se dévoile, et la durée de vie réelle dépendra de votre envie d'en découdre avec les nombreuses missions et quêtes secondaires qui s'offrent à vous. De quoi, honnêtement, passer plusieurs dizaines d'heures dans le jeu si vous voulez vous en donner la peine. Malheureusement, il n'y a pas de trophée Platine ici (Sony ne l'autorise pas pour les jeux considérés comme "incomplets"), cela enlève un peu de motivation au défi, je vous l'accorde. La difficulté étant d'ailleurs plutot corsée. Il suffit de tenter un rank S pour s'en rendre compte... On pourra aussi reprocher à Ground Zeroes d'être moins impressionnant visuellement de jour que de nuit. Les effets de lumière y étant pour beaucoup. Le système de sauvegarde n'est pas toujours optimal, avec des points de passages localisés. Pensez donc à franchir certaines portes pour que votre progression soit sauvegardée, si nécessaire. Enfin, le système de radar a ici été revu. Plus question de repérer les gardes à l'avance sur votre "codec". Ici il vous faudra localiser les gardes un par un avec vos jumelles (ou votre arme), afin qu'ils apparaissent ensuite sur la carte. Autant dire qu'il vous faudra redoubler de prudence pour éviter de vous faire débusquer.
 

0 commentaires:

Publier un commentaire