21 mai 2014

[Review] "Wolfenstein: The New Order", le test PS4

WOLFENSTEIN:THE NEW ORDER | Bethesda
Disponible dès le 20.05.2014 sur PS4, PS3, One, 360 et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Europe, 1960. Grâce à une mystérieuse technologie, les Nazis sont parvenus à inverser le cours de la guerre et dominent le continent d’une main de fer. Face à leur impressionnante puissance de feu, toutes les nations sans exception ont fini par capituler, même les plus puissantes. Le héros de guerre B.J. Blazkowicz se lance alors dans une contre-offensive désespérée contre le monstrueux régime nazi...


Le FPS "old school" fait son grand retour avec Wolfenstein: The New Order. Pour l'occasion, "old gen" et "new gen" ont droit à leur adaptation. Visuellement, pas de discution possible, au regard de certains clichés comparatifs (la différence de détails et de textures est flagrante), ce sont très nettement les versions PS4 et One qui l'emportent. Une expérience à vivre donc de préférence sur ces deux machines (ou sur PC, si vous êtes anti consoles et lourdement armé). Coté gameplay, on fait ici dans le 100% traditionnel, avec des assauts à n'en plus finir, des centaines de nazis à dégommer (je vous confirme au passage que la version française du jeu n'est pas censurée, contrairement à la version allemande où tous les symboles nazis ont été remplacés), des armes variées et souvent dévastatrices, la possibilité d'utiliser deux armes simultanément, un héro qui peut sauver le monde à lui tout seul et des vilains vraiment très vilains. Peu de subtilité, mais un plaisir de jeu largement mis en avant. Cinq niveaux de difficulté sont proposés dès le départ, allant de très facile à très difficile. L'expression faciale du héro lors de ce choix veut d'ailleurs le détour. Au terme du (long) premier chapitre, servant également de prologue, vous devrez faire un choix déterminant. Ce dernier aura des répercussions sur vos aptitudes, ainsi que sur les éventuels cheminements annexes qui se présenteront au cours de l'aventure. Votre façon de jouer aura également une incidence sur vos compétences. Vous pouvez par exemple choisir de favoriser la furtivité en commettant un maximum d’assassinats discrets (au couteau, sans vous faire repérer), et ainsi développer les avantages liés à cette approche, ou bien au contraire la jouer brutale, et débloquer d'autres facultés. Ces dernières sont compatibles les unes avec les autres, vous pouvez donc les combiner toutes ensemble si vous le souhaitez. Face à vous, des nazis bien sur, mais aussi des adversaires "robotisés", sur 2 et 4 pattes. L'IA n'est pas ici très agressive de manière générale (sauf coté nazis canins ou boites en fer blanc parfois), mais ne manquera pas par contre de sonner l'alerte et d’appeler des renforts si elle vous repère avant que vous ayez éliminer le chef de camp (indiqué sur votre carte si vous avez débloqué cette compétence). Coté durée de vie, le jeu est loin de se finir aussi rapidement qu'un Call of Duty. Ici comptez une quinzaine d'heures avant d'en avoir fait le tour une première fois. Vous pourrez éventuellement choisir d'y retourner pour faire l'autre choix face au boucher, même si cela ne change pas fondamentalement les choses. Sachez enfin qu'une lourde mise à jour de plus de 5 gigas sera lancée dès votre première partie, mais rien ne vous empêche bien entendu de débuter votre aventure sans elle. Je terminerai ce paragraphe par une mention spéciale à l'ambiance du jeu, qui propose une BO redoutable, un excellent doublage FR (même si quelques soucis de mixage sont à signaler - pensez donc à activer les sous-titres sur tous les dialogues et pas seulement sur ceux en langues étrangères), et des cinématiques (sans temps de chargement) venant régulièrement ponctuer notre progression.



Du coté des reproches que l'on peut formuler en ce qui concerne Wolfenstein: The New Order, j'en ai déjà glissé un mot plus haut, mon premier concerne l'IA, pas toujours optimale, et peu agressive dans l'ensemble je trouve (surtout en ce qui concerne les soldats de base). Pour le reste, c'est bien un FPS classique et donc il ne faut pas s'attendre à beaucoup d'originalité. Les clichés se succèdent et les rebondissements sont ici souvent prévisibles, voire même attendus. Néanmoins, le scénario offre suffisamment de "grands moments" pour que l'on ne s'ennuie jamais. Enfin, on est certes bien sur PS4, et cela se voit en terme de comparaison avec les versions "old gen" (voir le lien dans le paragraphe précédent), mais ce n'est pas non plus une gifle graphique sur PS4. On est ici en dessous - d'après moi - de ce que Call of Duty Ghosts propose ou encore Killzone, deux autres bons FPS sur la console nouvelle génération de Sony.
 



 

0 commentaires:

Publier un commentaire