27 juin 2014

[Review] "Soldats Inconnus", le test PS4

SOLDATS INCONNUS: MÉMOIRES DE LA GRANDE GUERRE | Ubisoft
Disponible dès le 02.07.2014 sur PS4, PS3, One, 360 et PC -- Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

L’histoire de 4 destins croisés, d’un amour brisé et d’un monde voué au chaos. Tous tentent de survivre à l’horreur des tranchées, guidés par leur fidèle compagnon, un chien nommé Walt. Dans Soldats Inconnus, les vies de tous ces personnages s’entrecroisent inextricablement au fil du jeu. Amitié, amour, sacrifice et tragédie affectent le destin de chacun d’entre eux, dans une quête pour préserver leur humanité face aux atrocités de la Grande Guerre...


Signé par les studios Ubisoft Montpellier, "Soldats Inconnus" tire le meilleur parti de l’UbiArt Framework et de sa devise "Donner vie à l’art". Ce moteur puissant permet de travailler sur des concepts créatifs et artistiques, et de leur donner vie en jeux vidéo. Une réussite totale, une fois encore, qui n'est pas sans rappeler l'excellent "Child of Light", que nous vous présentions il y a quelques semaines de ça dans sa version PS4. "Soldats Inconnus: Mémoires de la Grande Guerre" nous propose, au travers d'un récit totalement fictif, de revivre les grandes batailles de la Guerre 14-18, et d'en parcourir les lieux emblématiques. Le jeu se veut aussi, comme son nom l'indique, un travail de mémoire, avec de nombreux faits historiques racontés au travers de certains documents à collecter. Empli d'une incroyable émotion, ce titre, bien que basé essentiellement sur l'action (avec pas mal de réflexion également car ponctué de nombreux "casses-têtes"), se traverse telle une poésie tout aussi fascinante qu'avait pu le faire "Child of Light", dans un autre style. La musique est elle aussi magnifique (l'émotion nous envahit dès les premières notes du thème principal), et s'accorde à merveille avec les graphismes HD 1080p que le jeu affiche fièrement. La narration est ici particulièrement soignée, avec en voix off celle du doubleur FR du personnage de Dumbledore, pour ceux ayant vu les films Harry Potter. Coté gameplay, c'est du scrolling horizontal tout du long, sur un seul plan (sauf quelques phases ponctuelles, avec Walt ou en taxi par exemple). Chacun des personnages ayant ses aptitudes et évoluant dans des contextes différents la plupart du temps, tout en partageant une panoplie de mouvements communs (franchir un obstacle, frapper, actionner un mécanisme, envoyer un projectile, monter ou descendre à l'échelle etc...). Dans "Soldats Inconnus" vous devez essentiellement résoudre de petites énigmes assez simples, vous barrant la route, afin de pouvoir continuer à progresser. Le tout est entrecoupé de séquences d'action, mettant généralement vos réflexes et votre sens de l'observation à l'épreuve, sans jamais sembler insurmontables je vous rassure. Les scènes s'enchainent les unes après les autres, tantôt violentes, tantôt drôles, tantôt touchantes. Un bel équilibre qui fait toute la richesse de ce jeu à la fois beau et atypique. Une quête d'objets est également proposée, pour laquelle vous devrez bien ouvrir l’œil, et même parfois réfléchir un peu plus loin que l'image en 2D affichée sous vos yeux. Un moyen de prolonger la durée de vie, déjà copieuse pour un titre de ce genre, avec une aventure principale qui vous occupera tout de même une petite dizaine d'heures environs. La quête des quelques trophées présents sera également une bonne carotte pour en motiver certains, même si aucun trophée Platine n'est au rendez-vous.



Soyons clairs, il n'y a vraiment que peu de chose à reprocher à "Soldats Inconnus: Mémoires de la Grande Guerre" je pense, surtout vu le prix auquel ce titre est proposé sur le PSN (14,99€ sur PS4 et PS3). Une certaine répétitivité dans les mécanismes peut-être, que l'on peut trouver redondants, un manque de définition sur certains zoom d'images (je sais, là je chicane), et des activités annexes peu nombreuses et peu stimulantes (collecte d'objets, lecture de fiches historiques). Un coté didactique néanmoins, qui pourra en justifier l'usage auprès d'un certain public. A part ça je ne vois vraiment rien qui mérite d'être souligné. On aurait peut-être apprécié, comme ce fut le cas pour Child of Light, qu'Ubisoft propose une édition collector avec goodies, artbook, etc... pour quelques euros de plus en magasin. Mais là c'est mon coté collectionneur qui parle.
 


0 commentaires:

Publier un commentaire