12 juil. 2017

[Review] ARMS, le test Nintendo Switch

ARMS - Disponible dès le 16.06.2017 exclusivement sur Nintendo Switch.
Test effectué à partir d'une version dématérialisée.

Dans le monde d’ARMS, certaines personnes naissent avec l’étrange capacité de pouvoir étirer leurs bras à volonté. Ces êtres assez particuliers s’affrontent lors du Grand Prix afin de déterminer qui sera la champion de la Ligue ARMS! Pour gagner, mettez KO vos adversaires un à un dans l’arène en variant vos mouvements. Ce sont vos gestes qui contrôlent la trajectoire de vos bras extensibles! Esquivez une patate en vous cachant derrière un pylône, frappez l’ennemi là où il s’y attend le moins et jouez au plus malin dans des combats d’arène effrénés! Seul ou jusqu’à 4 joueurs en réseau local et en ligne, préparez les gants de boxe et montrez qui possède les meilleures ARMS...

Nintendo n'a pas lésiné pour nous démontrer le potentiel de sa nouvelle licence, ARMS. Après quelques heures passées sur notre version test (en solo et entre amis), place à présent à notre verdict.

Présentation du concept tout d'abord. ARMS est un jeu de combat en 3D, dans lequel vous n'avez pas la liberté totale de déplacement, exactement à la manière d'un jeu de combat comme Tekken 7 par exemple. Environnement 3D, avec pas latéral d’évitement etc.. mais sans pouvoir vous déplacer librement dans le décor, sauf sur un axe frontal dressé avec votre adversaire. Vous ferez donc toujours, quoi qu'il arrive, face à ce dernier. Un concept indispensable pour pouvoir enchainer les droites, uppercuts et autres mandales en toutes circonstances.

Coté prise en main, on se déplace en orientant les manettes Joy-Con à gauche ou à droite, esquivant avec L et sautant avec R. Le moindre mouvement peut aisément se combiner avec un autre, et l'on se surprendra à enchaîner saut, esquive, puis crochet du gauche avec une remarquable aisance au bout de quelques parties. Libre à vous cela dit d'opter pour une prise en main plus conventionnelle en clipsant les Joy-Con sur un support ou en jouant à ARMS avec la manette Pro (plus précise en attaque mais moins souple pour les esquives). Ce sera à votre meilleur convenance. Bien sur, la configuration idéale pour s'amuser (et celle avec laquelle nous avons réalisé notre test) est ici d'y jouer en position TV avec un ami, et deux paires de Joy-Con. Etait-il nécessaire de le préciser?

La prise en main réclamera cela dit un petit (ou plus long pour certains...) temps d'adaptation, mais au final, sans viser un niveau professionnel mais juste de s'amuser entre potes, vous devriez vite trouver vos marques. Impossible par contre de pouvoir ré-assigner les touches, ces dernières étant ici imposées. Une faiblesse en soi car l'ergonomie n'est pas à proprement parlée toujours idéale.



Mais le concept de ARMS ne se limite pas, et heureusement, à donner des coups de poing. Ce qui va véritablement venir pimenter chacune de vos parties c'est sa palette assez étoffée d'armes à équiper: chaque pugiliste commencera avec un set de trois pièces différentes, alternant entre coups forts et faibles. Vous en débloquerez d'autres, plus intéressantes et puissantes, en alignant les victoires. Ce seront ici les armes dans ARMS qui feront la différence, un peu à la manière d'un Mario Kart et de ses "cadeaux", même si la maitrise des armes dans ARMS sera moins aléatoire que la distribution d'item dans Mario Kart.

Sur la durée, cela laisse par contre présager d'affrontements relativement redondants et d'un inévitable sentiment de répétition pour le joueur, surtout en solo. Pour un jeu de combat, c'est clairement dommage. Le roster non-extensible d'ARMS reflète d'ailleurs assez bien son design général : lisse comme la peau d'un bébé. Alors oui, le jeu est très coloré, les arènes réussissent parfois à vous surprendre de par leurs teintes et configurations (on citera bien évidemment le stage de Ninjara et ses teintes automnales à tomber), mais c'est finalement l'absence totale de prise de risque qui domine et même un sentiment de "déjà-vu", alors que la licence est une nouveauté. Bref, ça transpire le Nintendo à plein nez, et cela se voit.



ARMS propose également quelques mini-jeux assez sympathiques, comme jouer au basket, où il faudra choper son adversaire pour dunker et parvenir plus vite que lui aux dix points ; au volley, où il faudra feinter la direction impulsée au ballon explosif pour rester dans le coup ; ou encore au tir sur cible, où il faudra viser juste tout en esquivant. Jouables de deux à quatre, ces épreuves apportent une alternative sympathique aux affrontements en face-à-face. Notons également la présence d'un intéressant mode survie, qui consiste à défoncer 100 adversaires génériques par vague de dix. Variant les combinaisons d'armes, le mode survie propose un entraînement solide pour affronter rapidement des configurations adverses variées. Enfin, c'est avec "L'arsenal" que vous dépenserez vos crédits acquis en ligne comme en solo. Chaque session de l'arsenal coûte entre 30 et 200 d'entre eux selon la durée choisie.

VERDICT
Sans totalement éblouir ou révolutionner le genre, Nintendo propose cela dit avec ARMS un concept suffisamment accrocheur pour offrir aux joueurs un titre fun, varié et divertissant, en solo ou à plusieurs. En proposant un jeu de combat atypique jouable dans de nombreuses configurations, la Switch s'offre donc une exclusivité intéressante, qui mérite assurément votre attention. Cependant, avec une palette de coup tempérée par son casting moyennement varié, ARMS nivelle sans doute trop rapidement les choses que pour afficher une véritable profondeur sur la durée. Ne boudez cela dit pas votre plaisir si notre test vous a séduit, ARMS vous garantissant de passer de très bons moments avec vos Joy-Con, surtout à plusieurs.

0 commentaires:

Publier un commentaire