19 mars 2019

[Review] The Division 2, le test PS4 Pro

Sept mois se sont écoulés depuis qu’un virus mortel a frappé la ville de New York ainsi que le reste du monde, paralysant la population. Lorsque le virus s’est propagé, la Division, une unité d’agents civils dormants, a été activée comme dernier rempart. Depuis, les agents de la Division se battent sans relâche pour sauver ce qui reste à sauver. Washington D.C. – la ville la plus protégée sur Terre – est en danger, laissant tout le pays au bord de l’effondrement. Si D.C. tombe, alors c’est le pays qui tombe. En tant qu'Agent de la Division sur le terrain depuis sept mois, vous et votre équipe êtes le dernier espoir d'arrêter la chute de la société après l’arrêt de la pandémie...

Trois ans très exactement après la sortie de The Division sur PS4, Xbox One et PC (voir notre test de The Division sur PS4), c'est sur ces mêmes supports que The Division 2 voit le jour. Loin d'être la copie conforme de son prédécesseur (à son lancement du moins), cette suite bénéficie de trois années largement mises à profit par les équipes de développement chez Ubisoft pour proposer une version aboutie, riche en contenu et à l’environnement plus immersif que jamais.

C'est un fait, The Division 2 n'a plus rien avoir avec son modèle de 2016. Ceux et celles s'étant arrêtés là seront inévitablement frappés par les quantités d'ajouts et ajustements proposés, tout en conservant l'essentiel, alliant la coopération et le loot. Pour les joueurs par contre ayant continué à jouer à The Division durant les mois/années ayant suivis sa sortie, les différences seront peut-être par contre moins franches de prime abord, le contenu de The Division 2 ressemblant au final assez fort à celui que proposait son prédécesseur dans sa version la plus aboutie, c'est à dire au terme de multiples mises à jour, updates et ajustements ayant transformé considérablement (en bien!) l'expérience de jeu.

Ce The Division 2 sonne donc à bien des égards comme un The Division 1.5, du moins dans sa forme et son contenu. Missions au déroulement similaire, progression identique, gameplay quasi inchangé, loots et craft calqués sur le même schéma... On a durant les premières heures de jeu l'impression de naviguer en territoire plus que familier. A tort.


The Division 2 c'est avant tout une autre ambiance, plus chaleureuse. Exit l'hiver glacial des rues new-yorkaises et place à la douceur d'un soleil estival dans la capitale US. Une map plus étendue (+25% environs), reproduite cette fois à l'échelle 1:1. Davantage de lieus et de décors à explorer, d'objets à dénicher, mais aussi d'affrontements possibles, et surtout de missions et activités annexes.

Au niveau de sa campagne, The Division 2 reprend globalement la recette de son prédécesseur, mais en bénéficiant cela dit de l'expérience acquise au travers d'autres open worlds Ubisoft. La Base d'opération (qui n'est autre que la Maison-Blanche) sera une fois encore à améliorer au grès de votre progression dans le jeu, mais aussi des Refuges qu'il vous faudra aider. Ces derniers sont tenus par des civils tentant d'y survivre en recréant un semblant de vie communautaire. Vos choix et actions vous permettront de les faire évoluer, tant esthétiquement que qualitativement. Ceci ne sera pas anodin, puisque les résidents de ces lieus pourront à leur tour vous porter mains fortes lors de certaines missions, ou pour certains d'entre eux rejoindre même votre Base d'Opération afin de la faire évoluer. Loin d'être superficiel, il sera essentiel de les aider sans quoi vous ne pourrez pas progresser pleinement dans le jeu.


Chaque quartier de Washington (à la difficulté variable et renseignée d'après le niveau recommandé) est sous le contrôle d'une faction, comme dans le premier épisode. Vous devrez les libérer les uns après les autres en prenant d’assaut les "forteresses" qu'ils contiennent et ainsi leur rendre une certaine plénitude. Sachez néanmoins que ces "raid" se révèlent plutot exigeants et qu'il mettront votre équipement à rude épreuve. Si vous êtes un joueur solo, envisagez peut-être l'option multi-joueurs lors de ces affrontements. Mais ceci n'est évidement qu'une suggestion. Pour info, les match-making se font toujours via les planques, également de retour.

La difficulté du jeu m'a néanmoins semblé plus corsée. Bien qu'allant crescendo, certains ennemis sont ici bien plus résistants que par le passé (à niveau équivalent) et la simple déferlante de pistolets mitrailleurs ne suffira bien souvent pas pour en venir à bout. Il vous faudra, face aux boss ou aux ennemis d'élite par exemple, composer avec un arsenal plus vaste pour le mettre à terre. Il vous faudra en effet dans un premier temps entamer leur défense (armure) avec des explosifs, avant de pouvoir leur infliger enfin de vrais dégâts avec vos armes traditionnelles. D'où la nécessité de bien coordonner vos actions en groupe. En solo, ce sera nettement plus long et compliqué, mais pas impossible puisque j'ai majoritairement joué seul aux missions principales.


Il faut saluer le travail fait sur l'IA également. Fini les ennemis stupides qui se postent devant vous sans réfléchir et qu'il suffit ensuite d’aligner. Plus ils seront gradés, plus il seront malins. Se mettront à couvert, vous contourneront etc... On sent ici une vraie différence à ce niveau là, et cela fait vraiment du bien.

Techniquement il n'y rien à dire. Que ce soit sur console (PS4 Pro) ou sur PC (nous avons eu l'occasion de tester les deux versions), c'est globalement fluide, et surtout superbe en résolution 4K/HDR (essentiellement en extérieur avec des effets de lumière grandioses). Il faut savoir que le jeu propose des changements climatiques dynamiques, ainsi qu'un cycle jour/nuit. Et cela influe concrètement sur le gameplay. Les temps de chargements semblent également avoir été optimisés (chargements uniquement présents lors du lancement du jeu, aucun in-game sauf en cas de mort).

Une fois le jeu terminé, ce n'est que le commencement...

[Attention Spoiler] Si vous ne souhaitez rien savoir du End Game, passer directement à la conclusion au bas de cette page.

Une fois la campagne terminée (il m'a personnellement fallu une quarantaine d'heures pour y parvenir, en explorant largement les lieus et en m'adonnant à de nombreuses quêtes annexes), vous devriez être aux environs du Niveau 30, sans forcer. Vous devriez alors avoir libéré Washington DC et repris les trois Forteresses des factions installées.


C'est alors que débarqueront les Blask Tusk. La map que vous aviez mis tant de temps à libérer va alors se remplir à nouveau de rouge, la plupart des Points de contrôle vont être perdus et de nouvelles Forteresses vont apparaître. Les diverses missions principales se transformeront en Mission d'invasion avec les Black Tusk comme ennemis principaux. Bref, une toute nouvelle map s'affichera sous vos yeux et tout, ou presque, sera dès lors à refaire. Il n'y aura cela dit pas de véritable "nouvelles missions", mais un Washington DC à reprendre à nouveau, aider au passage pour de nouvelles "compétences" que nous vous laisserons découvrir. Plus d'info sur le End Game dans le trailer dédié au bas de cette page. Un conseil tout de même si vous êtes un chasseur de Trophées: tenter d'en collecter un maximum avant le End Game pour vous facilité la vie.

Un mot enfin sur le PvP et sur la Dark Zone de The Division 2. Lieu emblématique de The Division, la Dark Zone (zone PvP) est évidement de retour. Et cette fois ce n'est pas une, mais trois Dark Zones distinctes qui sont proposées. L'une plus ouverte, l'autre plus cloisonnée, et une troisième offrant quant à elle un mixe équilibré des deux. Vous pourrez une fois encore choisir d'y être solidaires face aux ennemis occupant les lieus ou au contraire devenir un renégat pour tenter de vous accaparer du butin rassemblé par d'autres joueurs, devenant dès lors l'homme à abattre. C'est là aussi que vous pourrez vous procurer les meilleurs loot du jeu, à condition bien sûr de réussir à les extraire sans vous les faire voler. Un meilleur équilibrage, de nouvelles options et une segmentation par niveaux repensée, font de ces espaces DZ un incontournable de The Division 2.

Notre verdict:
Bénéficiant d'une expérience de trois années de mises à jour, améliorations et ajustements sur le premier, The Division 2 est assurément le produit quasi parfait que les joueurs attendaient. Promesse tenue donc par Ubisoft et Massive Entertainment. Washington DC se révèle être le parfait terrain de jeu, agrémenté de quantité d'activités qui alimenteront la progression du joueur jusqu'à l'obtention du précieux Level 30 et du End Game (ne signifiant aucunement la fin du jeu d'ailleurs...). La gestion plus équilibré de la Dark Zone ainsi que le renfort d'un loot plus que jamais addictif, lui confèrent au passage une durée de vie quasi infinie. Essai assurément transformé donc pour Ubisoft, avec de plus de futurs contenus "post-lancement" dors et déjà annoncés et très alléchants.
8.5/10

0 commentaires:

Publier un commentaire