5 nov. 2015

[Review] WRC 5, le test PS4

WRC 5 | BigBen Interactive
Disponible dès à présent sur PS4, XOne, PS3, 360, PS Vita et PC -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Toutes les voitures et pilotes officiels du championnat du monde des rallyes WRC 2015 se sont donnés rendez-vous dans WRC 5 sur consoles et PC. Par tous les temps, de jour comme de nuit, et sur différentes surfaces, faites le plein de sensations ! Venez découvrir ses différents modes de jeu: Rally School, Mode carrière, Vs etc... sur 400 km de spéciales. Sans oublier des réglages optimisés et des dégâts dynamiques...

Cela fait maintenant partie des traditions, tout comme pour Formula One, Fifa, PES, Assassin's Creed, Call of Duty et d'autres encore, WRC vient chaque fin d'année faire un tour sur nos consoles et PC, en tentant à chaque fois de nous séduire un peu davantage. Les saisons se succèdent et ne se ressemblent pas cela dit avec la licence WRC, et c'est tant mieux! Néanmoins, même si cette mouture 2015 tente de redresser la barre par rapport à ses prédécesseurs (les bonnes intentions sont flagrantes), il faut objectivement concéder que WRC 5 ne sera sans doute pas encore cette année le jeu tant attendu par les fans. Nous allons tenter de vous expliquer pourquoi, avec ce qui nous a séduit et ce qui nous a moins fait sourire.

WRC 5 c'est avant tout le seul titre actuellement à proposer la licence officielle WRC dans un jeu vidéo, avec tous les pilotes, les teams, les voitures et les 13 destinations du championnat du monde. Par contre, les spéciales sont quant à elles fantaisistes, elles ne correspondent malheureusement pas aux véritables tracés empruntés par les pilotes. Dommage.

On peut aussi se réjouir d'une prise en main qui se veut plus immersive que dans les épisodes précédents (la refonte est ici particulièrement visible), avec de véritables sensations à la manette, une gestion de la masse plus crédible, et surtout une vue capot et intérieure très réussies, avec de vraies sensations de vitesse et un resenti particulièrement grisant en course. Les modes de jeu restent quant à eux classiques, mais offrent malgré tout un choix suffisant pour y prendre du plaisir et combler nos attentes en matière de rallye.




Toujours en terme de prise en main et de maniabilité, les joueurs souhaitant aborder WRC 5 via un volant risquent fort de ne pas y trouver le compte, le jeu ne semblant pas avoir été optimisé pour ces commandes. Trop rigide, trop peu permissif, on n' y prend véritablement aucun plaisir et l'ensemble se montre même totalement injouable si on essaye de réaliser un chrono. La DualShock 4 (sur PS4) reste donc ici clairement la meilleure des options.

Abordons à présent l'esthétique de WRC 5. Comme ce fut déjà le cas sur les versions précédentes, ce n'est ici clairement pas le point fort du jeu. On est en effet en droit d'attendre bien mieux en matière de rendu sur Playstation 4, d'autres titres (Project Cars, Driveclub) ayant déjà prouvé que la console Nouvelle Génération de Sony pouvait impressionner davantage. La modélisation des véhicules est cependant honnête, mais c'est surtout sur les décors et les effets que le jeu manque d'éclat. On est sans doute ici plus proche d'un très bon titre PS3 que d'une pépite sur PS4. Les choses s'amélioreront sans doute une fois que la licence se concentra totalement sur les consoles de nouvelle génération, sans continuer à proposer des versions PS3 et 360, nuisibles à l'image de la franchise.

On ne peut s’empêcher également de constater quantité de bugs venant ponctuellement entacher l'expérience de jeu. Des bugs sonores et visuels, pour la plupart, qui interviennent parfois à de très mauvais moments, vous privant par exemple de votre copilote ou des pictogrammes à l'écran. Pas idéal pour établir un tour de référence... On notera aussi l'absence de vibration parfois. Recommencer la spéciale ou relancer le jeu (dans les cas les plus graves) corrige généralement la chose, mais cela agace malgré tout, assurément.




Au-delà de ces différents constats, qu'ils soient esthétiques ou techniques, on retiendra néanmoins que WRC 5 nous procure avant tout un vrai plaisir de jeu. Les sensations étant particulièrement réalistes (à condition de ne pas opter pour une vue extérieure), avec des modes de jeu compétitifs qui ne vous donneront pas envie de lâcher votre manette de si tot. Les plus de 300km de pistes, les divers environnements et surfaces, les teams et pilotes, sont autant d'arguments qui risquent bien de vous rendre malgré tout accros. En attendant (et en espérant...) un probable WRC 6 qui viendra enfin mettre tout le monde d'accord. Espérons-le.

Pour info: Nous avons volontairement tardé à mettre notre test de WRC 5 en ligne car nous espérions voir venir une mise à jour correctrice pour les différents bugs cités plus haut. A ce jour (près d'un mois après la sortie du jeu en magasins), rien n'est encore venu corriger cela. Gardons néanmoins espoir que BigBen Interactive finira par corriger sa copie.

VERDICT
Les saisons se succèdent et ne se ressemblent pas sur consoles avec la licence WRC, et c'est tant mieux! Néanmoins, même si cette mouture 2015 tente de redresser la barre par rapport à ses prédécesseurs (nouvelles sensations de pilotage, dynamique des voitures, école de pilotage etc...), il faut objectivement concéder que WRC 5 ne sera pas encore cette année le jeu tant attendu par les fans. Trop de petits défauts, de bugs (parfois très gênants), ou d'absences, empêchent le titre de se hisser au rang de référence en la matière, même si la licence officielle WRC est ici clairement un atout non négligeable. On prend cela dit un vrai plaisir à arpenter les différents modes de jeu proposés, mais on espère aussi voir rapidement venir la version suivante, apportant enfin, espérons-le, les corrections nécessaires. Sans ça, il deviendra très difficile d'être encore aussi indulgent l'an prochain...

0 commentaires:

Publier un commentaire