1 mars 2017

[Review] Notre avis sur la console Nintendo Switch

Dans un peu moins de 48 heures maintenant, la nouvelle console de Nintendo - Switch - sera disponible partout, pour tout le monde. Nous avons eu la chance de recevoir notre exemplaire une dizaine de jours avant la sortie officielle (voir notre article Arrivage de de la Nintendo Switch). Place à présent au verdict, sans tabou, sur ce nouveau hardware du constructeur nippon.

Après le succès mitigé de sa dernière console de salon, la Wii U, Nintendo se devait de reconquérir le cœur de son public, qui n'avait pas trouvé avec cette dernière un modèle capable de succéder dignement à sa petite sœur, la Wii, qui reste à ce jour un des plus gros succès commercial de la marque japonaise. L'arrivée de la Nintendo Switch a donc pour but de venir séduire à nouveau un public dans l'attente d'une vraie réponse à ses besoins. Nous allons donc tenter de voir si la Switch peut être le tant attendu messie.

En proposant, enfin, une vraie combinaison entre console de salon et console portable, la Nintendo Switch répond clairement à un doux rêve de gamer, celui de pouvoir, à tout moment, passer de son jeu sur écran de TV à une console portable capable d'emporter sa partie et de la continuer, n'importe où, sans concession technique ni restriction de distance. Car c'est justement sur ce dernier point que se situait le problème de la Wii U. La console proposait en effet un concept intéressant avec sa tablette, mais bien trop limité en terme de rayon d'action. Exactement comme peut le faire la Playstation 4 avec la Playstation Vita, obligeant les joueurs à rester proches de la console reliée au téléviseur, donc en général dans la même pièce. Avec la Nintendo Switch, fini cette limitation, la version portable étant totalement autonome et pouvant être emportée n'importe où, même à des kilomètres de la station reliée à votre téléviseur. Comment cela est-il possible, me demanderez-vous? Et bien c'est très simple, la vraie console est ici l'écran portable. La station TV faisant "simplement" le relais vers votre téléviseur.


Une console pour jouer seul, mais aussi à plusieurs. Diverses combinaisons sont d'ailleurs possibles. La console propose bien sûr le traditionnel multi-joueurs, local ou en ligne, sur votre téléviseur. Mais l'une des originalités de la machine est aussi de proposer un jeu à deux sur la version portable, avec chacun son Joy-Con mis à l’horizontal (voir cliché ci-dessus). Il est également possible de jouer en réseau local jusqu'à 8 consoles Nintendo Switch connectées.

Les nouvelles manettes Joy-Con rappellent bien sûr les Nunchuck de la Wii, mais on est ici dans un tout autre niveau de finition et de technologie. Nintendo justifie d'ailleurs en partie le prix de sa nouvelle machine par le cout de développement de ces controllers. Chacun des Joy-Con est indépendant. Celui de droite contient un détecteur de mouvement capable de repérer les formes et la distances entre les objets, c'est également lui qui pourra lire et enregistrer des infos sur vos figurines amiibo. Le gauche vous permettra quant à lui, sur simple pression sur une touche, de prendre des captures d'écran, comme sur PS4 et son bouton "Share". Chacun dispose d'un système intégré de vibrations indépendant. L'ergonomie des deux Joy-Con est globalement bonne, même si les petites mains s'y sentiront probablement plus à l'aise que les grosses paluches. L'angle d'inclinaison des deux sticks (assez semblables à ceux de la PS Vita) semble par contre moins "généreux" que sur d'autres modèles (dont la manette Switch Pro Controller). On notera également l'absence sur les Joy-Con d'une vraie croix directionnelle, remplacée par 4 boutons afin de proposer deux manettes similaires en cas d'usage des controllers par deux joueurs sur un même écran partagé.


Une des premières choses qui surprend vraiment en jouant sur l'écran portable de la Nintendo Switch, et ce dès le premier allumage, c'est la qualité de ce dernier. On est ici très loin du rendu plutôt terne de la tablette de la Wii U ou encore des écran de la 3DS. L’écran est cette fois très proche de celui des meilleurs smartphones et offre une définition absolument splendide, ainsi qu'un touché tactile très agréable et réactif. Il n'y a là rien à redire, Nintendo propose ici de l'excellent matériel. On sera par contre un peu surpris au déballage de la taille de l'écran, plus proche de celui d'un grand smartphone que d'une tablette, mais à l'usage je vous confirme que ce dernier est tout à fait suffisant, en solo du moins. En version écran splitté pour y jouer à deux, cela devient par contre un peu limite, avec obligation d'être quasiment le nez sur l'écran pour que ça reste lisible.

Le switch (la console porte véritablement bien son nom) se fait instantanément en posant ou en enlevant l'écran de son socle. La définition maximale sur l'écran portable est de 720p, et sur un écran TV ira jusque 1080p. On parle bien ici de définition maximale, tous les jeux ne proposant pas forcément de la Full HD en affichage télé.

L'arrivée de la console Nintendo Switch marque également le grand retour des cartouches de jeu pour Nintendo sur une console de salon, comme c'est déjà le cas depuis toujours sur toutes les consoles de la famille Nintendo DS/3DS. Fini donc le format CD chez Nintendo dans votre salon aussi. Du même coup, vous l'aurez hélas compris, la Switch ne propose malheureusement aucune rétro-compatibilité avec les jeux Wii et Wii U (sauf peut-être plus tard via des versions dématérialisées, mais rien n'a pour le moment été annoncé dans ce sens). Le format est ici unique et propre à la Nintendo Switch. La cartouche/carte sincère via un slot protégé par un petit clapet situé sur le haut de la console, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus. Notez encore qu'aucune installation sur la mémoire interne n'est alors requise, et que les temps de chargement in-game restent tout à fait raisonnables (de ce que nous en avons constaté avec Zelda Breath of the Wild du moins). On se doute par contre que les futures mises à jours des jeux s’installeront quant à elles bien sur la console et non sur la cartouche. L'accès à la gestion mémoire se fait via le menu d’accueil de la Nintendo Switch. Il est alors possible d'effacer des données de jeux ou de sauvegardes, ou encore copier certains éléments vers une carte MicroSD (capture d'écran etc...).

L'un des principaux soucis de la console est incontestablement son manque de capacité de stockage, limitée de base à 32 Go, auxquels il faut enlever l'espace occupé par le système d'exploitation de la machine (environs 20%). Au final, c'est donc un volume d'un peu moins de 26 Go qu'il reste de libre dans la mémoire interne. Au regard des jeux actuels, autant dire que cela va vite poser problème si vous êtes adeptes des jeux dématérialisés (incluant déjà la totalité des jeux indé qui seront disponibles sur le store en ligne). La solution est alors d’insérer une carte MicroSD pour venir booster la capacité de stockage. Il vous en coutera entre vingt et trente euros pour une carte de 64 GO (le strcit minimum à considérer), et une cinquantaine d'euros pour une de 128 Go. La console est compatible avec les carte MicroSD XC, ce qui laisse entrevoir de futures extensions de mémoire pouvant aller jusqu'à 2T.

Abordons à présent les différentes options de "prise en mains" de la console. Dans sa version standard, via les Joy-Con fournis de base avec la Nintendo Switch, deux options s'offrent à vous en version "télé", avec la possibilité de jouer avec les Joy-Con détachés, à la manière des Nunchuck de la Wii, ou bien en les assemblant sur le socle fourni (voir photo ci-contre). La prise en main est dans les deux cas assez confortable et plaisante, et suffira amplement à la majorité des joueurs occasionnels. Le plus gros soucis à mon sens viendra du rechargement des Joy-Con, qui n'est possible que en les posant sur l'écran placé dans la station. L'absence d'un port mini USB sur le support "Joy-Con Grip" fourni avec la console, uniquement présent sur l'accessoire "Joy-Con Charging Grip" vendu séparément (voir cliché ci-dessus), limite fortement les options de rechargement. Impossible donc de faire recharger les Joy-Con indépendamment de la console elle-même sans faire l'acquisition d'un accessoire supplémentaire, ce qui est plutôt gênant quand vous tombez à cours de batterie et souhaitez poursuivre votre partie. Une alternative possible est d'avoir fait l'acquisition de l'adaptateur secteur, lui aussi vendu séparément, permettant de brancher la console en version portable et qui rechargera au passage vos Joy-Con également. Mais vous aurez alors l'obligation de jouer en version "console portable" uniquement, et non plus sur votre téléviseur, tant que les manettes ne sont pas chargées à nouveau (un peu compliqué tout de même...).

Il existe alors une alternative plus "gamer", celle de faire l'acquisition de la manette Nintendo Switch Pro Controller. Cette dernière, vivement conseillée aux joueurs plutôt habitués aux consoles "traditionnelles" du type Playstation 4 ou Xbox One, offre tout d'abord une ergonomie plus classique, mais propose aussi un rechargement plus facile, avec le câble fourni qu'il suffit de brancher dans n'importe quel port USB à disposition (TV, PC, Switch etc...) pour que la manette puisse être directement en charge. L'autonomie de cette dernière est également bien supérieure à celle des Joy-Con, puisque la Nintendo Switch Pro Controller affiche au minimum une vingtaine d'heure au compteur (Nintendo annonce quant à lui le double), là où les Joy-Con tiennent entre trois et six heures maximum, suivant les jeux. Le choix vous appartient, et dépendra au final de l'utilisation que vous ferez de la Switch. A mon sens, si vous êtes davantage un joueur de salon, opter pour la manette Pro (vendue 80€ environs) est un choix judicieux. Si par contre vous êtes davantage un joueur nomade, investir dans l'adaptateur secteur (comptez une trentaine d'euros) sera l'option la plus intelligente je pense, pour recharger à la fois votre console et les deux Joy-Con, même si vous n'êtes pas à la maison.

Reste à aborder encore deux points avant de conclure, celui du online de la machine, ainsi que l'avenir du line-up sur Switch. Concernant le online, comme nous vous l'annoncions  il y a quelques jours, il vous faudra disposer d'un "Compte Nintendo" dorénavant pour pouvoir jouer en ligne sur la Nintendo Switch. Fini donc le Nintendo Network de la Wii U et de la 3DS. Si lors de nos phases de test (avant la sortie) les serveurs n'étaient pas encore actifs et donc impossible de tester clairement les services en ligne de la console, on sait tout de même qu'à la manière des marques Playstation et Xbox, il nous faudra à l'avenir aussi payer chez Nintendo pour pouvoir jouer aux jeux en ligne sur Switch. Nous aurons sans aucun doute l'occasion d'en reparler le moment venu. Ce passage au online payant se fera cela dit plus tard dans l'année, et restera gratuit jusque là.

Sans entrer trop dans le détails, les infos suivront plus tard à ce sujet, abordons néanmoins un instant l'avenir des jeux sur Switch. Nintendo a déjà dévoilé quelques titres à venir, certains très bientôt, d'autres un peu plus tard. Le plus attendu après Zelda Breath of the Wild, dont notre test sera en ligne dès demain après midi, est probablement Super Mario Odyssey, annoncé pour la fin de l'année. Un open world dans l'univers de Mario, très prometteur au travers des premières vidéo diffusées, où le plombier utilisera entre autres sa casquette pour effectuer des mouvements inédits. On attend aussi de pouvoir tester Mario Kart 8 Deluxe, qui arrivera quant à lui le 28 avril prochain, mais qui ne proposera pas de véritables différences avec la version Wii U semble-t-il (voir notre test de la version Wii U), ou encore Splatoon 2, qui devrait quant à lui sortir cet été et dynamiser l'aspect communautaire de la Nintendo Switch. Le reste du catalogue se nourrira essentiellement pour l'instant de licences non exclusives, existantes aussi sur d'autres machines (Lego City Undercover, Fifa, NBA 2K, Rayman, Dragon Ball, Minecraft etc...), et dont les sorties s'échelonneront durant les semaines/mois à venir.


Pour clôturer, quelques mots sur les connectiques et branchements de la console, car je sais que ce point en intéresse bon nombre d'entre vous. On trouve donc ici deux ports USB 2.0 à l'avant et un troisième à l'arrière, sous le capot de protection renfermant aussi la connexion HDMI et l'alimentation électrique. On peut saluer l'idée, qui rend du même coup la chose bien plus esthétique et discrète, on ne va pas s'en plaindre. Par contre, aucun port ethernet n'est ici prévu pour une connexion câble réseau/internet. Pour ce faire, vous devrez opter, comme c'était déjà le cas sur Wii U, pour un adaptateur ethernet USB, vendu séparément. Heureusement nous l'utilisions déjà sur notre Wii U. Sans ça, vous n'aurez d'autre choix que de vous connecter en Wi-Fi, tout en sachant que nous avons trouvé la réception du signal assez faible et que nous ne vous conseillons donc pas cette option pour vos parties en ligne (sauf si vous vivez en appartement et que votre box internet est située juste à coté de votre console bien sûr).

Verdict:
Tout d'abord je tiens à préciser que j'ai choisi de ne pas "noter" la console, car il est à mon sens impossible de le faire à ce stade. Aucun jeu ou presque pour le moment (même si Zelda Breath of the Wild justifie sans doute à lui seul l'achat de la machine), un online qui devra encore faire ses preuves, une communauté en devenir, etc... Une chose est cependant certaine, face à la Wii U, la Switch s'impose haut la main et place la barre bien plus en accord avec nos espoirs et rêves de gamers. Le produit est de qualité, fonctionnel et ce dans la plupart des configurations de jeu, proposant une ergonomie adaptée et une navigation simplifiée, tout en offrant une vraie console de jeu (et c'est là l'essentiel), autant portable que de salon. Un pari audacieux et parfaitement réussi. Le choix des cartouches par Nintendo est aussi une excellente chose. La capacité du stockage interne de base ici proposée, par contre, est pour moi une totale aberration à notre époque. Du coup, il vous faudra obligatoirement passer à la caisse et ajouter au minimum une extension mémoire à votre addition. Carte MicroSD, mais également adaptateur secteur et/ou manette Pro, vous aurez du mal là aussi à faire sans. Et c'est bien là que l'on peut le plus reprocher à Nintendo ses choix. Car si la console est vendue à un tarif "justifiable" au regard de la technologie embarquée, le total grimpe rapidement quand on y ajoute quelques options inévitables. Considérations financières mises à part, il est indéniable que la Nintendo Switch offre une vision moderne et attractive du jeu vidéo, en proposant le meilleur des deux mondes, ne faisant aucune concession entre console portable et console de salon. La seule vraie question à se poser maintenant, est celle des jeux qui seront proposés. Et seule l'avenir pourra répondre à cette question.

0 commentaires:

Publier un commentaire