7 mai 2016

[Review] Uncharted 4: A Thief's End, le test PS4

UNCHARTED 4: A THIEF'S END | NaughtyDog/SCEE
Disponible dès le 10.05.2016 sur PS4 -- Test effectué à partir d'une version éditeur.

Alors qu’il semblait enfin rangé de la chasse au trésor et promis à une vie plus tranquille depuis trois ans, Nathan Drake voit l’aventure frapper à sa porte à nouveau lorsque son frère, Sam, refait surface. Quinze années après avoir disparu, ce dernier vient réclamer son aide et lui proposer une aventure qu’il ne peut refuser : la quête du trésor du Capitaine Henry Avery, le plus riche pirate de l'histoire...

Rarement un jeu, et ce dans toute l'histoire du jeu vidéo, aura été autant attendu par toute une communauté. Saga iconique de la marque Playstation depuis la sortie du premier volet des aventures de Nathan Drake sur Playstation 3 il y a une décennie maintenant, Uncharted a su s'imposer au fil du temps comme une référence tant en matière de scénario, de gameplay, et de technique, et ce grâce aux talents (au pluriel!) du studio Naughty Dog.

Reporté à plusieurs reprises (avec une sortie initialement annoncée en 2015) afin de nous arriver peaufiné jusqul’extrême, Uncharted 4: A Thief's End n'est à présent plus un mythe mais bien une réalité. Le jeu sortira le 10 mai en exclusivité sur Playstation 4. De notre coté nous avons eu la chance de le recevoir une dizaine de jours avant cette date, présenté pour l'occasion dans un magnifique press kit envoyé par Playstation (voir notre [Unboxing] en suivant ce lien), pour pouvoir vous livrer notre verdict à temps pour la sortie. Alors que vaut ce chapitre final des aventures du chasseur de trésor Nathan Drake? Cette ultime croisade fait-elle honneur à la saga? Est-on bel et bien en présence du jeu vidéo ultime que tous les fans avaient imaginé? La gifle technique est-elle également au rendez-vous? Nous allons tenter de répondre à toutes ces questions (et bien d'autres encore) dans notre test détaillé du jeu vidéo le plus attendu de l'année.

Après une mise à jour d'environs 4 gigas (et une dizaine de minutes d'attente...), le moment est enfin venu de débuter l'aventure. Impatient, à la fois excité mais aussi un peu fébrile, je débute donc l'aventure. En guise d'introduction, le jeu nous plonge (littéralement d’ailleurs) au coeur d'une scène d'action nautique, où l'on fait la connaissance de Sam, le frère de Nate. Un duo que l'on accompagnera durant une bonne partie du jeu, nous permettant ainsi de mieux apprivoiser le bougre ainsi que la relation le liant à son frère cadet.

Volontairement, je n'aborderai pas ici certains éléments du scénario, afin de ne pas gâcher les nombreux effets de surprise que le jeu réserve. La vie de Nate a en effet radicalement changé depuis ces dernières aventures. Et d'un point de vue scénaristique (et pas seulement), on sent bien que depuis Uncharted 3 un certain The Last of Us est passé par là chez Naughty Dog... Uncharted 4 se présente en effet plus mature dans son approche et dans la lecture de ses personnages, ainsi que de leurs relations. Un titre qui n'en oublie cela dit à aucun moment pour autant les fondements de la licence, qui sont l'action, l'exploration, et des dialogues impeccablement maitrisés. Des dialogues qui ne se répètent jamais, et qui s'adaptent systématiquement à la situation et au lieu visité. Une prouesse rare dans le monde du jeu vidéo, qui prouve bien que Naughty Dog met un point d'honneur à peaufiner son œuvre, jusque dans les plus infimes détails. Du très grand art.

Tout comme dans les chapitres précédents, Uncharted 4 vous fera bien sûr voyager. Des terres verdoyantes d'Écosse aux étendues désertiques de Madagascar, vous allez voir du pays. Et pour la première fois dans la série, lors de certaines séquences, on a véritablement un sentiment total de liberté. Lors d'un passage en Jeep (ou plus tard en bateau) par exemple, on a vraiment l'impression que Uncharted 4 nous propose (artificiellement) un open world rempli de choses à découvrir, de petits lieus à explorer, et de trésors à ramasser. L'ensemble du jeu reste cela dit globalement dirigé, comme lors des épisodes précédents. Mais ces quelques phases de totale liberté offrent une vision nouvelle et proposent aux joueurs de s'évader encore un peu d'avantage, sans se soucier à ces moments de leur progression dans l'histoire.



Le gameplay s'offre lui aussi de nouvelles séquences, avec tout d'abord l'apparition d'un grappin, que les joueurs avaient déjà pu expérimenter lors des différentes phases de beta test en multijoueurs. En appuyant sur la touche L1, vous pouvez ainsi vous accrocher dans le but de gravir une falaise, descendre un précipice, ou vous balancer vers un rebord inaccessible. Une nouvelle fonction qui sera d'ailleurs exploitée à maintes reprises, comme lors des nombreuses séquences de glissade par exemple. Une autre nouveauté faisant ici son apparition. Au rayon des inédits on trouve également l'utilisation d'un treuil sur la Jeep, qui servira par exemple à franchir certaines pantes trop abruptes ou trop glissantes ; ou encore une nouvelle approche des combats au corps à corps, avec la touche carré pour frapper et triangle pour vous libérer d'une étreinte. Une gestion trop basique par contre, qui aurait mérité plus de subtilité je trouve. Le tout peut bien sûr être combiné, avec un saut en grappin enchainé sur une plongée vers un ennemi que vous pourrez alors assommer avec un bon coup de poing. Les coups de poings devenant des coups de crosses si vous êtes équipé d'une arme à ce moment là. Particulièrement efficace d'ailleurs contre les adversaires les plus résistants.

Une fois encore c'est jouissif et le jeu ne s'économise jamais pour nous offrir quantité de séquences impressionnantes. La mise en scène a toujours été l'un des points forts de la saga Uncharted, et ce n'est pas ce quatrième volet qui changera les choses.

Du coté des bonnes vieilles habitudes conservées, le jeu reprend bien sûr ses traditionnelles phases de gun-fight où vous devrez vous mettre à couvert, décimer toute une horde de malfrats armés jusqu'aux dents en leur prenant leurs armes avant de faire un carton. Vous pourrez aussi vous la jouer plus furtif si vous préférer ce genre d'approche, avec réellement la possibilité de miser sur la discrétion et d'éliminer vos cibles une à une sans jamais tirer une balle (évidement ceci n'est pas possible dans toutes les situations). Vous pourrez profiter pour cela de l'environnement, avec par exemple des herbes hautes dans lesquelles vous cacher ou y cacher vos victimes, et pourrez surveiller la vigilance de vos ennemis grâce l'apparition d'un indicateur au dessus de leurs têtes. Votre arsenal se veut quant à lui fort similaire à celui des précédents volets, avec quelques nouveaux venus néanmoins.



Je vous le disais plus haut, coté scénario ce quatrième et ultime volet des aventure de Nathan Drake (Naughty Dog fermant la porte à certaines choses mais pas forcément à un spin-off... vous comprendrez en finissant l'aventure) impressionne. On sent véritablement la volonté du studio d'apporter des réponses au joueur en le plongeant à différentes époques de la vie du héros. Un moyen de boucler la boucle certainement. Et plus on avance dans l'histoire plus on commence à s'imaginer (à tort ou à raison...) comment sera la fin. Une vraie fin d'ailleurs, avec un dernier chapitre nommé "Epilogue". La relation entre les personnages est ici plus fortes que jamais, tout comme l'émotion qu'ils partagent avec nous. A plusieurs reprises, j'ai d'ailleurs eu les larmes aux yeux, pris par cette ambiance unique. Un jeu vidéo n'est pas qu'un assemblage de pixels, et ça Naughty Dog l'a parfaitement compris. Uncharted 4: A Thief's End se montre là aussi, et sans doute plus que jamais, parfaitement à la hauteur, et emporte le joueur vers des horizons encore inédits à ce jour, qui n'appartenaient jusque là qu'au septième art. Mention spéciale à une séquence nostalgique dans laquelle le studio nous replonge presque 20 ans en arrière, là où les joueurs découvraient un marsupial du nom de Crash Bandicoot.

Il est à présent grand temps d'aborder l'aspect technique de Uncharted 4. Un point essentiel, qui au-delà de toutes les excellentes choses que nous livre cette exclusivité PS4, marquera à n'en pas douter cette génération, autant que The Last of Us avait su le faire sur la précédente. En effet, Naughty Dog tient ici toutes ses promesses et nous livre ni plus ni moins que le plus beau jeu vidéo à ce jour sur console. Le rendu des expressions de visage est tout d'abord hallucinant. Durant les dialogues on peut sans problème lire sur les lèvres (en VO) des personnages, et voir aussi tous les détails hyper réalistes expriment l'étonnement, l'enthousiasme ou la peur. C'est à ce niveau du jamais vu. Au delà des visages, on peut d'ailleurs tout simplement saluer le niveau général, avec des décors d'une précision inouïe dévoilant souvent une profondeur d'affichage remarquable. Les textures sont elles aussi superbes, sans oublier les animations réalistes, les effets de lumière naturels, etc... L'évolution depuis Uncharted 3 est ici flagrante, et Naughty Dog vient là de mettre une grosse gifle technique à tous ses concurrents (et pour longtemps!).



Il reste encore bien des choses à dire (ou à écrire...) sur Uncharted 4: A Thief's End. Vous parler de l'ambiance sonore qui est elle aussi une merveille, avec un doublage FR excellent, mais également la possibilité - si vous le souhaitez - de mettre le jeu en anglais et d'activer (ou non) les sous titres FR. De la B.O. envoutante qui ponctue chaque moment de notre progression, avec au passage certains thèmes bien connus revisités. Je pourrais aussi vous parler de sa rejouabilité évidente, afin de tout collecter et tout découvrir par exemple, ou encore de ses modes de jeu en ligne, que nous n'avons pas vraiment eu l'occasion de tester en profondeur manque de joueurs rencontré (puisque le jeu n'était pas encore sorti), mais qui nous ont indéniablement séduit ; ou bien enfin aussi vous parler de quelques extras que vous débloquerez une fois l'aventure bouclée une première fois, comme différents skins, armes, filtres, galeries, mode miroir ou encore munitions infinies. Attention cependant que pour tous les débloquer vous devrez disposer de suffisamment de points. Vous gagnerez ces derniers en terminant le jeu dans différents niveaux de difficulté ainsi que dans les modes multijoueurs.

Enfin, si vous êtes collectionneur, sachez que Uncharted 4: A Thief's End est également disponible en magasin en coffret collector avec une statuette de 30 cm de Nathan Drake (Edition Libertalia), ainsi qu'en bundle avec une Playstation 4 bleu/gris exclusive. Attention que ces deux éditions sont limitées.

VERDICT
Il est impossible de ne pas être enthousiaste et dithyrambique en abordant Uncharted 4: A Thief's End sur PS4. A part ses prédécesseurs et une autre perle signée Naughty Dog se nommant The Last of Us (voir notre test de la version PS4), rarement une saga avait été aussi intense, attachante et immersive dans l'Histoire du jeu vidéo. Ce chapitre final des aventures de Nathan Drake restera longtemps dans les mémoires, non seulement comme le chapitre le plus marquant de la saga Uncharted, mais aussi le plus touchant sans doute. Naughty Dog impose aussi Uncharted 4 comme le nouveau mètre étalon en terme de réalisation, avec un niveau technique tout simplement encore jamais atteint à ce jour. Une prouesse qui marquera les esprits encore longtemps. Enfin, même si je ne dirai rien sur le scénario, je l'ai promis, il est difficile d'accepter que cette aventure signe l'épilogue d'une quadrilogie épique et inoubliable, qui restera dans les mémoires comme l'un des plus grands chefs d’œuvres vidéoludiques de tous les temps. Finir Uncharted 4: A Thief's End c'est un peu comme visionner le dernier épisode d'une série télé que l'on suit depuis presque 10 ans... Un moment à la fois émouvant et douloureux, mais que nous n'oublierons jamais. Merci Naughty Dog.

2 commentaires:

Pas certain que ça soit le dernier pour ma part. Car l'épilogue vraiment chouette nous fait surtout poser la question : que s'est-il passé durant les 15-16 ans après la fin de l'aventure ?

[ATTENTION RISQUE DE SPOILER] @voltxs > Perso je pense que ND a justement voulu répondre à cette question en nous montrant ce qui a été sa priorité - et du coup occupé sa vie - durant ces 15 années. Maintenant c'est sur que si ils veulent vraiment... Ou alors ce sera peut-être avec "la relève", même si cela sonnerait sans doute un peu trop "Lara Croft" ;-)

Publier un commentaire